Hollywood

Cité dans Patrick Bateman :
“Papers hate me but they need my behaviour
The dignity amongst Hollywood trivia
Escape is so cheap of alcohol and whores
Mine’s the sanity of exclusive gun laws”
et dans Ifwhiteamericatoldthetruthforonedayit’sworldwouldfallapart :

“Images of perfection, suntan and napalm
Grenada, Haiti, Poland, Nicaragua
Who shall we choose for our morality
I’m thinking right now of Hollywood tragedy”

Hollywood (de l’anglais : bois de houx) est un quartier de Los Angeles situé au nord-ouest de Downtown Los Angeles, en Californie. Il est limitrophe des villes voisines de West Hollywood, Beverly Hills et Burbank. Sa population est 123.436 habitants (recensement en 2000).

Le quartier est réputé pour ses studios de cinéma, les sièges sociaux des grands groupes cinématographiques et pour être le principal lieu de résidence de nombreuses stars. En 1911, Nestor Studios est le premier studio de cinéma à s’installer à Hollywood.

Par métonymie, le mot Hollywood désigne souvent l’industrie cinématographique américaine prise dans son ensemble, compte tenu de la concentration qui a fait ici la fortune de la mégalopole. Cette association est cependant réductrice pour un cinéma américain qui revendique également des réalisateurs de la côte est, qui ne sont pas affiliés à cette industrie des images.

Dans les années 1880, un couple originaire du Kansas, Harvey Henderson Wilcox (qui a fait fortune dans l’immobilier malgré la perte de l’usage de ses jambes à cause de la fièvre typhoïde) et sa femme Daeida Wilcox Beveridge, ont décidé de déménager depuis Topeka jusqu’à Los Angeles. En 1886, Wilcox a acheté 0,6 km² de terre dans la campagne à l’ouest de la ville, sur les contreforts de la passe de Cahuenga. C’est Daeida Wilcox qui a choisi le nom “Hollywood” pour la propriété, en faisant référence à une colonie d’immigrants allemands nommée ainsi et se trouvant dans l’Ohio. Elle en a pris connaissance lors d’un voyage en train vers l’est, en discutant avec une femme de là-bas. La sonorité du mot lui plaisant, le ranch a été baptisé ainsi.

Harvey Wilcox a créé peu de temps après une carte de la ville, qu’il a complété avec les autorités du comté le 1er février 1887 : c’est la première fois que le nom d’Hollywood apparaîtra officiellement. Avec sa femme comme conseillère, il a tracé la rue principale, à laquelle il donnera le nom de Prospect Avenue (aujourd’hui Hollywood Boulevard), la bordant comme les autres avenues de toyons (des arbustes). Puis il a commencé à vendre par lots les terrains longeant l’avenue. Daeida a levé des fonds pour la construction de deux églises, d’une école et d’une bibliothèque. Ils ont importé quelques houx anglais pour essayer de donner une raison au nom de la ville, mais les buissons ne se sont pas acclimaté et ce projet a été abandonné.

En 1900, Hollywood avait un bureau de poste, son propre journal, un hôtel, deux marchés et avait une population d’environ 500 âmes. Los Angeles qui comptait 100 000 habitants à cette époque, était distante de 11 km de Hollywood. Les deux villes étaient alors séparées par des cultures d’agrumes. Une ligne de tramway unique a été mise en place pour joindre Prospect Avenue à Los Angeles. Mais le service étant inconstant, le voyage durait deux heures. La situation est par la suite améliorée avec la reconversion d’un hangar en écurie.

C’est en 1902 qu’a ouvert le célèbre Hollywood Hotel, sur le côté ouest de Highland Avenue et en face de Prospect Avenue. Cette route, jusqu’alors sale et non pavée, a été rendue carrossable par la suite. L’année suivante, la ville devenait une municipalité. En 1904 une nouvelle ligne de tramway a été construite, ce qui a diminué radicalement le temps de voyage jusqu’à Los Angeles. Son nom, The Hollywood Boulevard, allait être l’une des raisons du renommage de Prospect Avenue. L’autre raison était l’annexion de la ville à Los Angeles. En effet, en 1910, les conseillers ont voté son annexion à Los Angeles, surtout dans le but de profiter du système efficace d’approvisionnement en eau de la ville. Celle-ci venait en effet d’achever son aqueduc. Une autre raison de ce vote était l’accès au système d’égouts de Los Angeles. Ainsi, à travers cette association, Prospect Avenue devenait Hollywood Boulevard. Pour anecdote, cela a entraîné la modification de tous les numéros des rues du nouveau quartier (ex : 100 Prospect Avenue, sur Vermont Avenue, devenait 6400 Hollywood Boulevard, et 100 Cahuenga Boulevard, sur Hollywood Boulevard, devenait 1700 Cahuenga Boulevard).

Au début de 1910, le réalisateur D.W. Griffith est envoyé par la Biograph Company sur la côte ouest des États-Unis avec sa troupe composée des acteurs Blanche Sweet, Lillian Gish, Mary Pickford ou encore Lionel Barrymore. Ils commencent à filmer sur un terrain libre à proximité de Georgia Street dans le centre de Los Angeles. Décidant de prospecter vers le nord, la troupe parvient finalement jusqu’au petit village d’Hollywood où elle reçoit un accueil amical. Griffith y réalise In old California, le premier film jamais tourné à Hollywood, un mélodrame mettant en scène des Mexicains occupant la Californie au début du XIXème siècle. La troupe de Griffith reste plusieurs mois et réalise plusieurs courts métrages avant de retourner à New York. Entendant parler de ce nouvel Eldorado, plusieurs réalisateurs se rendent à l’Ouest en 1913 mais tous les films tournés de 1908 à 1913 sont des courts-métrages. Le premier long métrage, marquant la naissance de l’industrie du cinéma à Hollywood – The Squaw Man – est dirigé par Cecil B. DeMille en 1914. Durant la première guerre mondiale, Hollywood devient la capitale mondiale du cinéma, elle est surtout choisie pour la multitude de paysages qu’on y trouve (désert, plage, montagne…) contrairement à New York.

Il existe de nombreuses controverses en ce qui concerne le cinéma Hollywoodien. Plusieurs historiens et sociologues analysent le cinéma américain comme étant un cinéma national permis par la grosse industrie qu’est Hollywood et Washington. Dans l’œuvre : Washington Hollywood : Comment l’Amérique fait son cinéma, les auteurs affirment que le cinéma hollywoodiens à permis aux États-Unis de se forger une identité nationale représentée par le 7ème art. Les origines d’Hollywood auraient pris naissance grâce à une cristallisation très précise entre la politique de l’est et le développement de l’ouest. Il représenterait une arme très importante pour promouvoir le pouvoir politique des États-Unis comme première puissance mondiale à travers le monde et c’est pourquoi Washington n’a jamais hésité à renforcer son pouvoir sur cette industrie. Hollywood produit des rêves et des images et cela contribue à forger une identité nationale au sein du pays. Washington reconnait également la capacité d’ Hollywood à promouvoir son marketing sur la population et n’hésite pas à utiliser ses films pour la création d’une hégémonie dans la culture américaine. Celui-ci met en avant la fierté nationale et cherche à représenter le plus possible l’autorité grâce à des symboles très précis. “Le cinéma hollywoodiens est là pour divertir, pour rassurer, mais aussi pour promouvoir l’american way of life”.

De plus, en ce qui concerne cette même controverse, il existe une ambigüité dans les messages du cinéma hollywoodiens qui cherche constamment à créer des ennemis contre lesquels la nation doit s’unir pour survivre et c’est grâce à ces méthodes que le cinéma rejoint le citoyen dans son appartenance à une nation. C’est pourquoi les thèmes principaux de l’industrie hollywoodienne rappellent souvent des genres issues de la culture populaire américaine. C’est en ce sens que l’on peut affirmer que le cinéma Hollywoodien classique promeut un cinéma de sécurité nationale. Les immenses productions que représente ce cinéma attirent un bon nombre de spectateur et ceux-ci peuvent prendre position suite au visionnement de ces films. Plusieurs idées politiques sont très dominantes dans le cinéma américain et les positions officielles qui sont illustrés ont un poids énorme sur le public. On cherche à filmer la mise en danger de la nation et la capacité que le pouvoir militaire américain a pour réussir à rétablir la paix et à sauver la nation de l’ennemi. Donc, grâce à ces représentations, la nation développe une fierté nationale envers son pays et grâce à ce genre de message, le pouvoir politique peut se garantir une énorme confiance des citoyens américains en temps d’insécurité nationale.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 157 autres abonnés

%d bloggers like this: