Liverpool Daily Post – 26 novembre 2008 : Nécrologie : Richey Edwards

Il est possible qu’une autre nécrologie sera écrite à propos de ce fils de mineur de tempérament délicat qui portait son talent considérable sur de la gaze.

Mais, en l’absence d’information définie depuis sa disparition en février 1995, Richey Edwards, des Manic Street Preachers, a été déclaré légalement mort.

C’est peut-être symbolique qu’Edwards ait disparu sans laisser de traces. Car même quand il était sur scène, il y avait quelque chose de spectral chez lui. Il ne chantait pas et sa guitare rythmique était souvent débranchée – la forme silencieuse au milieu de la musique des autres autres « Manics » (Nicky Wire à la basse, le chanteur/guitariste James Dean Bradfield et le batteur Sean Moore).

Pourtant, pour des milliers de fans, c’était l’âme d’un groupe qui a surgit de la rage laissée par la misère de la grève des mineurs dans son Sud du Pays de Galles natif. Ils avaient l’intellect et l’attitude sociale. Avec Wire, et parfois seul, Edwards écrivait les paroles et concevait leurs pochettes de disques.

Richard James Edwards est né à Blackwood. Son excellence était évidente dès son jeune âge et il a quitté la Oakdale Comprehensive School avec trois A à ses A-Level [équivalent britannique du baccalauréat], le menant à l’University of Wales à Swansea où il a étudié la politique et obtenu une mention bien.

Certains se demandaient s’il allait devenir professeur, mais Edwards souffrait d’humeurs changeantes. Pour commencer, c’était le roadie des Manics, mais il est rapidement devenu leur porte-parole et membre à part entière.

Influencés à la base par les punks, le groupe a développé une image plus mature. Edwards, qui admirait les écrivains, dont Albert Camus, Philip Larkin, Yukio Mishima et Fyodor Dostoevsky, faisait des références littéraires dans ses paroles.

Ils ont eu du succès modeste avec des singles tels que You Love Us, Slash’n’Burn, Motorcycle Emptiness et Suicide Is Painless (le thème de MASH, qui est entré dans le Top 10).

Leurs albums ont eu bien plus de succès – Generation Terrorists et Gold Against The Soul se sont tous deux bien vendus. Puis est arrivé The Holy Bible (1994), qui a atteint la 6ème place. À ce moment-là, Edwards était déprimé et s’auto-mutilait, s’étant tailladé quelques années auparavant “4 Real” sur le bras pour se prouver à un journaliste rock qui doutait. Edwards a disparu à Londres avant une tournée américaine

Richey Edwards, parolier ; né le 22 décembre 1967, déclaré mort le 23 novembre 2008.

David Charters

Traduction – 29 septembre 2009

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :