John Lennon

Mentionné dans Motown Junk :
“Motown, Motown junk
I laughed when Lennon got shot
Twenty-one years of living and nothing means anything to me”

John Winston Ono Lennon (né John Winston Lennon ; 9 octobre 1940 – 8 décembre 1980) était un musicien rock, chanteur, écrivain, compositeur, artiste, acteur et activiste pour la paix anglais qui a obtenu une célébrité mondiale en tant que l’un des membres fondateurs des Beatles.

Durant sa carrière solo, Lennon a écrit et enregistré de nombreuses chansons telles que Give Peace A Chance et Imagine. Lennon a révélé sa nature et son esprit rebel à la télévision, dans des films tels que Quatre garçons dans le vent, dans des livres In His Own Write et dans les conférences de presse et interviews. Il était controversé par son œuvre en tant qu’activiste pour la paix, artiste et auteur.

Lennon avait deux fils : Julian Lennon, avec sa première femme Cynthia Lennon, et Sean Ono Lennon, avec sa deuxième femme, l’artiste avant-gardiste Yoko Ono. Après une retraite auto-imposée de 1976 à 1980, Lennon a réémergé avec un album de retour mais a été assassiné un mois plus tard à New York le 8 décembre 1980. En 2002, ceux qui ont répondu à un sondage de la BBC sur les 100 plus grands Britanniques ont élu Lennon à la 8ème place. En 2004, Rolling Stone a classé Lennon 38ème de sa liste “Les Immortels : Les 50 plus grands artistes de tous les temps” et a classé les Beatles à la 1ère place.John Winston Lennon est né au Liverpool Maternity Hospital sur Oxford Street à Liverpool, de Julia Lennon (née Stanley) et Alfred (Alf, ou Freddie) Lennon, durant un raid aérien allemand de la seconde guerre mondiale. Il a été nommé d’après son grand-père paternel, John “Jack” Lennon, et Winston Churchill. Alf était marin dans la marine marchande durant la seconde guerre mondiale, et était souvent loin de la maison, mais envoyait des chèques régulièrement à Julia, qui vivait avec le jeune Lennon au 9 Newcastle Road, Liverpool, mais les chèques se sont arrêtés quand Alf est devenu absent sans permission en 1943. Quand Alf est finalement revenu en 1944, il a offert de prendre soin de sa femme et de son fils, mais Julia (qui était enceinte d’un autre homme) a rejeté l’idée. Après une pression considérable de sa sœur, Mary “Mimi” Smith (qui avait contacté les services sociaux de Liverpool pour se plaindre de Julia), elle a confié Lennon aux soins de Mimi. En juillet 1946, Alf a rendu visite à Mimi et a emmené Lennon à Blackpool, avec la secrète intention d’émigrer en Nouvelle Zélande avec lui. Julia les a suivi, et après une discussion très passionnée, Alf a demandé au garçon de 5 ans de choisir entre Julia et lui, et Lennon l’a choisi deux fois. Tandis que Julia s’éloignait, cependant, Lennon a commendé à pleurer et l’a suivie. Alf a alors perdu contact avec Lennon jusqu’à l’apogée de la Beatlemania, quand père et fils se sont retrouvés.

Durant le reste de son enfance et son adolescence, Lennon a vécu avec sa tante Mimi et son mari George Smith, qui n’avaient aucun enfant, à Woolton, dans une maison nommée “Mendips” (251 Menlove Avenue). Mimi a acheté des recueils de nouvelles pour Lennon, et George, qui était employé de laiterie dans la ferme familiale, a donné à Lennon sa passion pour les mots croisés et lui a acheté un harmonica. (Smith est décédé le 5 juin 1955.) Julia Lennon se rendait à Mendips presque tous les jours, et quand Lennon a eu 11 ans, il lui rendait souvent visite au 1 Blomfield Road, à Liverpool. Julia a appris à Lennon comment jouer du banjo, et lui faisait écouter des disques de Elvis Presley. La première chanson qu’il a apprise était Ain’t That A Shame de Fats Domino.

Lennon a été élevé anglican et est allé à la Dovedale County Primary School jusqu’à son examen d’entrée au collège. De septembre 1952 à 1957, il est allé à la Quarry Bank High School à Liverpool, où il était connu comme un élève “insouciant”, dessinant des dessins comiques et imitant ses professeurs.

Julia a acheté à Lennon sa première guitare en 1957, une Gallotone Champion acoustique (modèle bon marché qui était “garanti de ne pas éclater”). Julia a insisté sur le fait qu’elle soit livrée chez elle et pas chez Mimi, qui espérait que Lennon se désintéresse de la musique ; elle était sceptique de la déclaration de Lennon qu’il serait célèbre un jour, lui disant souvent : “La guitare, c’est bien, John, mais tu ne gagneras jamais ta vie avec”. Le 15 juillet 1958, alors que Lennon avait 17 ans, Julia a été tuée sur Menlove Avenue (près de la maison de Mimi), renversée par une voiture conduite par un policier hors service. Sa mort a été un lien entre Lennon et Paul McCartney, qui avait également perdu sa mère (d’un cancer du sein) le 31 octobre 1956.

Lennon a raté tous ses O-Levels et n’a seulement été accepté au Liverpool College Of Art, avec l’aide du directeur de son école et Mimi. Là-bas, Lennon a rencontré sa future femme, Cynthia Powell, quand il était Teddy Boy. Lennon perturbait souvent les classes et ridiculisait ses professeurs, ce qui a eu pour conséquence qu’ils refusaient de l’avoir en étudiant. Lennon a raté un examen annuel de son école d’art malgré l’aide de Powell et a abandonné avant sa dernière année de fac.

Quand Lennon a décidé qu’il voulait essayer de faire de la musique lui-même, lui et son camarade de la Quarry Bank Grammar School, Eric Griffiths, ont pris des leçons de guitare à Hunts Cross à Liverpool, bien que Lennon ait abandonné peu après. Lennon a commencé les Quarrymen en mars 1957. Le 6 juillet 1957, Lennon a rencontré McCartney au second concert des Quarrymen à la garden party de la St. Peter’s Church Woolton. Le père de McCartney a dit à son fils que Lennon lui “apporterait beaucoup de problèmes”, mais a plus tard permis aux Quarrymen de répéter dans le salon du 20 Forthlin Road. Là-bas, Lennon et McCartney ont commencé à écrire des chansons ensemble. La première chanson que Lennon ait fini était Hello, Little Girl quand il avait 18 ans, qui est plus tard devenue un tube des Fourmost. McCartney a convaincu Lennon de permettre à George Harrison de rejoindre les Quarrymen (même si Lennon trouvait Harrison trop jeune) après que Harrison ait joué la chanson Raunchy à Lennon à l’étage d’un bus. Harrison a rejoint le groupe en tant que guitariste, et Stuart Sutcliffe – ami de Lennon de l’école d’art – a plus tard joint comme bassiste. Après une série de changements de nom, le groupe s’est décidé sur les Beatles. Lennon a toujours été considéré comme le leader du groupe, comme McCartney l’a expliqué : “On respectait tous John. Il était plus vieux et il était le leader – il avait l’esprit le plus rapide, le plus intelligent et tout”.

Allan Williams est devenu le premier manager des Beatles en mai 1960, après qu’ils aient joué au club Jacaranda. Quelques mois plus tard, ils les a réservés dans le club Indra de Bruno Koschmider de Hambourg en Allemagne. La tante Mimi de Lennon a été horrifiée quand il lui a parlé du voyage à Hambourg et l’a imploré de continuer ses études. Après la première résidence, Sutcliffe a quitté les Beatles pour se concentrer sur sa peinture, et pour être avec sa petite amie, Astrid Kirchherr. McCartney est passé à la basse. Koschmider a rapporté McCartney et le batteur Pete Best pour incendie volontaire après que les deux aient attaché un préservatif à un clou dans le “Bambi” (un cinéma où ils séjournaient) et y ont mis le feu. Ils ont été expulsés, comme Harrison pour avoir travaillé en tant que mineur. Quelques jours plus tard, le permis de travail de Lennon a été retiré et il est rentré chez lui en train.

Après que Harrison ait eu 18 ans et que les problèmes d’immigration aient été résolus, les Beatles sont retournés à Hambourg pour un autre résidence en avril 1961. Là-bas, ils ont enregistré My Bonnie avec Tony Sheridan. La nouvelle du disque de Sheridan et des Beatles a fait la une du Mersey Beat – magazine musicale liverpudlien – qui était disponible dans la boutique de Brian Epstein, et qui l’a forcé à commander des exemplaires supplémentaires chez Polydor. En avril 1962, les Beatles sont retournés à Hambourg jouer au Star-Club et on leur a dit que Sutcliffe était décédé deux jours avant leur arrivée. C’était un autre coup pour Lennon, après la perte de son oncle et de sa mère.

Le 9 mai 1962, George Martin a signé les Beatles sur le label comédie de EMI, Parlophone. Après leur première session d’enregistrement, Martin a exprimé son mécontentement de Best. Il a été décidé que Ringo Starr, batteur de Rory Storm and the Hurricanes, devrait rejoindre le groupe, bien que Epstein devait en informer Best. Epstein a renvoyé Best le 16 août 1962, presque exactement deux ans après qu’il ait rejoint le groupe. Les Beatles ont sorti leur premier single double face Love Me Do avec P.S. I Love You le 5 octobre ; il a atteint la 17ème place dans les charts britanniques (bien que Starr n’ait pas joué sur ces morceaux, Martin ayant sécurisé les services de Andy White, batteur de session, avant de savoir que Best avait été remplacé). Le 11 février 1963, le groupe a enregistré son premier album Please Please Me en un jour avec Lennon qui était enrhumé. À l’origine, les chansons Lennon-McCartney sur le premier pressage de l’album, ainsi que le single From Me To You et sa face B Thank You Girl, ont été créditées à “McCartney-Lennon”, mais cela a été changé plus tard pour “Lennon-McCartney”. Lennon et McCartney avaient habituellement besoin d’une heure ou deux pour finir une chanson, la plupart écrites dans les chambres d’hôtel après un concert, à Wimpole Street – maison de Jane Asher – ou à Cavendish Avenue ; chez McCartney ou at Kenwood (chez Lennon).

L’album et le single sont rentrés à la 1ère place en Grande Bretagne, et EMI a offert l’album à leur filiale américaine, Capitol Records, mais ils l’ont refusé. Epstein a finalement sécurisé un contrat avec Vee-Jay Records ; label principalement R&B noir et gospel. Ni le single ou l’album qui l’accompagnait, Introducing The Beatles n’ont eu de succès aux États-Unis. Au moment où le groupe a enregistré She Loves You, ils ont été lâchés par Vee Jay et encore une fois, Capitol a refusé de sortir leurs disques. EMI ont été forcés de le sortir sur le label encore plus obscur Swan Records. Il est finalement entré à la 1ère place en janvier 1964, après que Capitol Records ait finalement sorti I want To Hold Your Hand aux États-Unis. Après leurs apparitions historiques sur le Ed Sullivan Show, les Beatles s’embarqueront sur une période de productivité non stop de deux ans : tournées internationales constantes, réalisation de films et écriture de tubes. Lennon a écrit deux livres, In His Own Write et A Spaniard In The Works, tandis que les Beatles ont atteint la reconnaissance de l’Establishment britannique quand ils ont été nommés membres de l’Ordre de l’Empire Britannique lors des honneurs de l’anniversaire de la reine en 1965.

Lennon s’est plaint que personne ne les entendait jouer avec tous les cris, et leurs talents de musicien commençaient à en souffrir. Au moment où il a écrit sa chanson de 1965, Help!, il a dit qu’il appelait consciemment à l’aide et recherchait le changement. Le catalyseur de ce changement est arrivé le 4 mars 1966, quand Lennon a été interviewé pour le London Evening Standard par Maureen Cleave, et a parlé du Christianisme en disant : “Le Christianisme partira. Il disparaîtra. Je ne sais pas ce qui partira en premier, le rock’n’roll ou le Christianisme… On est plus populaires que Jésus aujourd’hui”. Cinq mois plus tard, un magazine adolescent américain intitulé Datebook a réimprimé une partie de la citation à sa une. La Bible Belt américaine a protesté dans le Sud et le Mid-Ouest, et les groupes conservateurs ont mis en scène des feux des disques et autres souvenirs des Beatles. De nombreuses radios ont interdit la musique des Beatles, et certaines salles ont annulé des concerts. Lors d’une conférence de presse à Chicago, le 11 août 1966, Lennon a abordé la controverse grandissante :

“Je ne dis pas qu’ils disent ce que je n’ai pas dit. Je suis désolé de l’avoir dit vraiment. Je n’ai jamais voulu que ce soit une chose anti-relligieuse infecte. Je m’excuse si cela vous rend heureux. Je ne sais toujours pas ce que j’ai fait. J’ai essayé de vous dire ce que j’ai dit, mais si vous voulez que je m’excuse, si cela vous rend heureux, alors d’accord, je suis désolé”.

Le Vatican a accepté les excuses de Lennon. Lennon a plus tard écrit : “Je me souviendrai toujours de remercier Jésus jusqu’à la fin de mes jours de tournée ; si je n’avais pas dit que les Beatles étaient plus grands que Jésus et énervé le Ku Klux Klan chrétien, eh bien, Seigneur, il se pourrait que je sois toujours avec toutes les autres puces savantes ! Que Dieu bénisse l’Amérique. Merci Jésus”.

Dans un article de 2008 marquant le 40ème anniversaire du White Album des Beatles, le journal du Vatican, l’Osservatore Romano, a publié un pardon de la remarque de John Lennon, déclarant : “La remarque de John Lennon, qui a déclenché une profonde indignation principalement aux États-Unis, après de nombreuses années, sonne comme une simple vantardise de la part d’un jeune Anglais issu de la classe ouvrière qui faisait face à un succès inattendu, après avoir grandi avec la légende d’Elvis et du rock’n’roll. Le fait demeure que 38 ans après leur naissance, les chansons de la marque Lennon-McCartney ont montré une résistance extraordinaire au passage du temps, devenant une source d’inspiration pour plus d’une génération de musiciens pop”.

Lennon a quitté les Beatles en septembre 1969 (Starr était précédemment parti et est ensuite revenu durant l’année 1968, et Harrison était parti le 10 janvier 1969, durant le tournage de Let It Be, mais est revenu après une réunion des Beatles chez Starr deux jours plus tard). Lennon a accepté de ne pas faire de déclaration tandis que le groupe renégociait leur contrat, mais McCartney a sorti une interview questions-réponses qu’il avait écrite lui-même en avril 1970, déclarant qu’il n’était plus membre des Beatles. La réaction de Lennon quand on lui a dit a été : “Jésus Christ ! Il [McCartney] a tous les honneurs pour ça !” Lennon a plus tard dit à Rolling Stone : “J’étais idiot de ne pas faire ce que Paul a fait, qu’il a utilisé pour vendre un disque” (le premier album solo de McCartney) et a plus tard écrit : “J’ai commencé le groupe. Je l’ai fini”.

En 1970, Jann Wenner a enregistré une interview avec Lennon qui est passée sur la BBC en 2005. L’interview révèle l’amertume de Lennon envers McCartney et l’hostilité qu’il a ressenti que les autres membres avaient pour Ono. Lennon a dit : “L’une des principales raisons pour lesquelles les Beatles se sont finis, c’est qu’on s’est fatigués d’être les bras droits de Paul. Après la mort de Brian Epstein, on s’est effondrés. Paul a repris son rôle et nous a soi-disant menés. Mais qu’est-ce que nous mener si on allait en cercles ?” Lennon a plus tard exprimé son mécontentement envers le crédit insuffisant que Harrison lui a donné comme influence dans son autobiographie, I Me Mine, et envers le fait que les chansons de McCartney, comme Yesterday, Hey Jude et Let It Be, étaient plus reprises que ses propres contributions. Lennon a également parlé chaleureusement de ses anciens membres du groupe, cependant, en disant : “J’aime toujours ces gars. Les Beatles sont finis, mais John, Paul, George et Ringo continuent”.

À la fin de l’année 1968, Lennon a joué au sein du groupe Dirty Mac, dans le film Rock and Roll Circus des Rolling Stones. Le supergroupe, constitué de Lennon, Eric Clapton, Keith Richards et Mitch Mitchell, était en première partie de la performance de Ono. Lennon et Ono se sont mariés le 20 mars 1969, et il a rapidement sorti une série de 14 lithographies nommée Big One décrivant des scènes de leur lune de miel, huit d’entre elles ont été estimées indécentes et la plupart ont été interdites et confisquées.

Lennon et Ono ont enregistré trois albums de musique expérimentale ensemble : Unfinished Music No. 1: Two Virgins, album plus connu pour sa pochette que son contenu musical, Unfinished Music No. 2: Life with the Lions et Wedding Album. Son premier album “solo” était Live Peace in Toronto 1969 – enregistré avant la séparation des Beatles – enregistré au Rock’n’Roll Festival de Toronto avec le Plastic Ono Band. Il a également enregistré trois singles solo : l’hymne anti-guerre, Give Peace A Chance, Cold Turkey et Instant Karma!.

Son album Imagine a suivi en 1971, et la chanson éponyme deviendra plus tard un hymne des mouvements anti-guerre. La chanson How Do You Sleep? a été perçue par de nombreuses personnes comme une attaque personnelle contre McCartney, bien que Lennon a plus tard déclaré qu’il a écrit la chanson à propos de lui-même. Le 31 août 1971, Lennon a quitté l’Angleterre pour New York, et a sorti le single Happy Xmas (War Is Over) en décembre 1971. Afin de promouvoir le single, Lennon et Ono ont payé une affiche à Times Square qui disait “WAR IS OVER” (“la guerre est finie”) en grosses lettres avec “if you want it” (“si vous le voulez”) en texte plus petit en dessous. Some Time In New York City est sorti en 1972. Enregistré avec Elephant’s Memory, il contenait des chansons sur le droit des femmes, les relations des races, le rôle de la Grande Bretagne en Irlande du Nord et les problèmes de Lennon à obtenir une Green Card américaine. Lennon s’intéressait à la politique de gauche depuis la fin des années 1960, et aurait donné de l’argent au party révolutionnaire des travailleurs trotskistes.

En 1972, Lennon a sorti Woman Is The Nigger of the World (“La femme est le nègre du monde”). De nombreuses radios ont refusé de passer la chanson, bien que Lennon a été autorisé à la jouer sur le Dick Cavett Show. Le 30 août 1972, Lennon et Elephant’s Memory ont donné deux concerts caricatifs au Madison Square Garden à New York en faveur des patients du centre psychiatrique Willowbrook State School à Staten Island. Ce sont les dernières apparitions en concert entier de Lennon.

En novembre 1973, Lennon a sorti Mind Games, qui était crédité au “Plastic U.F.Ono Band”. Il a également écrit I’m The Greatest pour l’album Ringo de Starr (sa propre démo de la chanson apparaît sur la John Lennon Anthology) et a produit Too Many Cooks (Spoil The Soup) de Mick Jagger. En septembre 1974, Lennon a sorti Walls And Bridges et le single Whatever Gets You Thru The Night (duo numéro 1 avec Elton John). Un second single extrait de l’album, #9 Dream, est sorti en décembre. Il a écrit Goodnight Vienna pour Starr, et a joué du piano sur l’enregistrement. Le 28 novembre, Lennon a fait une apparition surprise au concert de Thanksgiving de Elton John au Madison Square Garden après qu’il ait perdu un pari avec John que Whatever Gets You atteindrait la 1ère place. Lennon a interprété Lucy In The Sky With Diamonds, Whatever Gets You Thru The Night et I Saw Her Standing There. Lennon a sorti avec hâte Rock’n’Roll, album de reprises, en février 1975 – avec Phil Spector en tant que producteur – avant Roots: John Lennon Sings The Great Rock & Roll Hits ne sorte (par Morris Levy sur la label Adam VIII).

Lennon a fait sa dernière apparition sur scène sur ATV le 18 avril 1975 dans une émission spéciale nommée a Salute To Lew Grade interprétant Imagine, Stand By Me (non diffusé) et Slippin’ and Slidin’ extrait de son LP Rock’n’Roll. Le groupe de Lennon était BOMF (également connu sous le nom de “Etc.” ce soir-là). Les membres du groupe portaient des masques à deux visages qui étaient des piques à Grade, avec qui Lennon et McCartney avaient été en conflit à cause du contrôle de Grade de la compagnie d’édition des Beatles. Dick James, l’éditeur des Beatles, avait vendu sa part majoritaire de Maclen Music (compagnie d’édition de Lennon et McCartney) à Grade en 1969. Durant Imagine, Lennon a interjecté la ligne “and no immigration too” (“et pas d’immigration non plus”), référence à sa bataille pour rester aux États-Unis. En octobre 1975, Lennon a rempli son obligation contractuelle à EMI/Capitol pour un autre album en sortant Shaved Fish, compilation Greatest Hits. Le 9 octobre 1975 – 35ème anniversaire de Lennon – son fils Sean Ono Lennon est né, et Lennon s’est retiré du business musical pour s’occuper de lui. Lennon a interrompu brièvement sa retraite pour Starr, écrivant et enregistrant Cookin’ (In The Kitchen Of Love) en juin 1976. C’était sa dernière session d’enregistrement avant son retour en 1980.

Lennon a émergé de sa retraite en novembre 1980, sortant Double Fantasy, qui comprenait également Ono. En juin 1980, Lennon était allé en voyage avec Sean aux Bermudes sur un sloop de 9 mètres de long où il a écrit des chansons de l’album. Le nom de l’album était extrait d’une espèce de freesia que Lennon avait vu aux jardins botaniques des Bermudes. Il aimait le nom et l’a vu comme une description parfaite de son mariage avec Ono. Après la sortie de l’album, Lennon a commencé à projeter l’album suivant, Milk and Honey. On a demandé à Lennon si le groupe était des ennemis redouté ou les meilleurs amis du monde en 1980. Il a répondu ni l’un ni l’autre, mais qu’ils ne les avaient pas vus depuis longtemps. Lennon a dit que la dernière fois que McCartney avait rendu visite à Lennon, ils avaient regardé l’épisode de Saturday Night Live, dans lequel Lorne Michaels a fait une offre de 3000$ cash pour réunir les Beatles dans son émission. Ils avaient pensé à venir au studio pour faire une blague, mais étaient trop fatigués. Cet événement a été fictionnalisé dans le téléfilm de 2000, Two Of Us.

Dans l’une de ses dernières interviews majeures, en septembre 1980, Lennon a dit qu’il n’avait jamais remis en question ses attitudes macho envers les femmes avant de rencontrer Ono. Lennon a toujours été distant de son premier fils, Julian, mais était proche de son second, Sean, le nommant “Ma fierté”. Vers la fin de la vie de Lennon, il a dit qu’il acceptait le rôle de père au foyer, après avoir pris les rôles de femme et mère dans sa relation avec Ono.

Cynthia Powell a rencontré Lennon au Liverpool Art College en 1957. Bien que Lennon n’était pas son type, elle a été attiré vers lui. Après avoir entendu Lennon faire un commentaire favorable sur une autre fille qui ressemblait à Brigitte Bardot, Powell s’est teinte en blonde. Leur relation a commencé après une fête à la fac avant les vacances d’été quand Lennon a demandé à Powell d’aller dans un pub avec lui et quelques amis. Powell lui a dit qu’elle était fiancée (à un jeune homme nommé Barry, à Hoylake) alors Lennon est sorti en furie, en criant : “Je ne t’ai pas demandé de m’épouser, putain ! Hein ?” Lennon était souvent jaloux, et a une fois giffé Powell (envoyant sa tête contre le mur) le lendemain qu’il l’a vue en train de danser avec Sutcliffe. Au milieu de l’année 1962, Powell a découvert qu’elle était enceinte de l’enfant de Lennon. Ils se sont mariés le 23 août à la mairie Mount Pleasant à Liverpool. Le manager Epstein a pensé qu’un Beatle marié pourrait aliéner certaines fans et a insisté que les Lennon gardent leur union secrète. John Charles Julian Lennon est né au Sefton General Hospital le 8 avril 1963.

Lennon était en tournée et n’a pas vu Julian avant 3 jours, et peu après est allé en vacances en Espagne avec Epstein, ce qui mènera à une spéculation d’une liaison entre les deux (Epstein était connu de tous comme homosexuel). Peu après, au 21ème anniversaire de Paul McCartney, un Lennon soûl a physiquement attaqué le MC du Cavern Club Bob Wooler pour avoir dit “Comment s’est passé ta lune de miel, John ?” (Wooler se référait au marriage de Lennon, et pas à ses vacances en Espagne avec Epstein). En 1991, un récit fictionnalisé des vacances Lennon/Epstein a été fait en film indépendant intitulé The Hours And Times. Lennon était distant envers Julian, qui se sentait plus proche de McCartney que de son père. Julian a plus tard dit : “Je n’ai jamais voulu savoir la vérité sur comment papa était avec moi. On disait des trucs très négatifs autour de moi… comme quand il a dit que je venais d’une bouteille de whisky un samedi soir. Des trucs comme ça. On pense, où est l’amour dans tout ça ? Paul et moi, on traînait souvent ensemble… plus que papa et moi. Il y avait une grande amitié et il semble y avoir bien plus de photos de moi et Paul jouant ensemble que de photos de moi et mon père”.

Cynthia Lennon savait pour les infidélités de Lennon, mais cite son utilisation grandissante des drogues comme cause de leur séparation. Elle avait aussi connaissance de l’amitié de Lennon avec Ono. Finalement, selon Powell, elle a en fait suggéré à Lennon que peut-être Ono était la femme pour lui. Quand Lennon et les Beatles sont allés à Bangor pour méditer, Powell et Lennon ont été séparés sur le quai. Un policier, qui ne la pas reconnue, l’a empêchée d’embarquer. Tandis qu’elle regardait le train de Lennon s’éloigner, elle a éclaté en larmes. Dans le documentaire Imagine, elle a expliqué : “Normalement, je n’aurais pas pleuré, j’aurais gardé mon sang froid… Je savais que j’y allais de toute manière. Mais à ce moment, je me sentais si triste. C’était symbolique de notre vie… Je descends à cette station”. Lennon a plus tard demandé le divorce, déclarant qu’elle avait commis l’adultère, et non lui. Quand on a découvert que Ono était tombée enceinte, Powell a demandé le divorce. Durant les négociations, Lennon a refusé de donner à sa femme plus de 75 000£, en disant soi-disant : “Qu’as-tu fait pour mériter ça ? Putain, c’est comme gagner au loto”. Le cas est passé au tribunal, avec Powell recevant 100 000£, 2 400£ par an, la garde de Julian et la maison des Lennon (Kenwood).

Quand Lennon et Ono ont emménagé à New York, Julian ne verra pas son père avant 1973. Durant le moment où Lennon et Ono se sont séparés, il a vécu avec son assistante, May Pang. Avec l’encouragement de Pang, il a été arrangé que Julian (et Powell) rendent visite à Lennon à Los Angeles, où ils sont allés à Disneyland. Julian a commencé à voir son père plus régulièrement, et a joué de la batterie sur Ya Ya sur l’album Walls And Bridges de Lennon en 1974. Lennon a également acheté à Julian une Gibson Les Paul, ainsi qu’une boîte à rythmes pour Noël en 1973, et a encouragé l’intérêt de Julian pour la musique en lui montrant quelques accords. Dans son interview en 1980 dans Playboy, Lennon a été cité comme disant : “Sean était un enfant programmé, et c’est là que se tient la différence. Je n’aime pas Julian pour autant moins. Il est toujours mon fils, qu’il vienne d’une bouteille de whisky ou parce qu’elles n’avaient pas les pilules à cette époque. Il est là, il m’appartient, et pour toujours”. Dans une interview brièvement avant sa mort, Lennon a dit qu’il essayait de rétablir une connexion avec Julian, qui avait alors 17 ans, et avait prédit de manière confidentielle que “Julian et moi, on aura une relation dans le futur”. Julian et Sean ont tous deux eu des carrières d’enregistrement des années après la mort de leur père. après la mort de Lennon, il a été révélé que Julian n’était pas mentionné dans le testament de Lennon. Il a été dit que Ono a donné à Julian 20 millions de Livres, que Julian a refusé en disant que c’était minimal comparé au chiffre rapporté.

Il y a deux versions de la manière dont Lennon et Ono se sont rencontrés : le 9 novembre 1966, Lennon est allé à la galerie Indica à Londres, où Ono préparait son exposition d’art conceptuel, et ils ont été présentés par le propriétaire de la galerie, John Dunbar. Lennon était intrigué par l’œuvre Hammer A Nail de Ono : le public clouait un clou dans une planche de bois, créant l’œuvre d’art. Lennon voulait clouait un clou dans la planche vierge, mais Ono l’a arrêté parce que l’exposition n’était pas ouverte. Dunbar a alors dit à Ono : “Ne sais-tu pas qui c’est ?” Ono n’avait pas entendu parler des Beatles mais s’est adoucie, à la condition que Lennon lui paie les 5 shillings. Lennon a alors dit : “Je vais te donner 5 shillings imaginaires et clouer un clou imaginaire”. La seconde version est qu’à la fin des années 1965, Ono se trouvait à Londres à compiler des partitions originales pour un livre sur lequel travaillait John Cage. Elle a frappé à la porte de McCartney, mais il a refusé de lui donné des manuscrits puisqu’il gardait tous ses originaux, mais a suggéré que Lennon pourrait l’aider. Quand elle lui a demandé, Lennon a donné les paroles originales écrites à la main de The Word extrait de Rubber Soul. Elles ont été reproduites dans le livre de Cage, Notations.

Lennon a commencé sa relation physique avec Ono – de sept ans son aînée – en mai 1968, après que Lennon soit revenu d’Inde, où il avait reçu de nombreuses cartes postales de Ono, qui était à Londres. Comme Cynthia Lennon était en vacances en Grèce, Lennon a invité Ono chez lui, où ils ont passé la nuit à enregistrer ce qui deviendra l’album Two Virgins, et plus tard, disent-ils, ont fait l’amour à l’aube. Quand Cynthia est rentrée chez elle, elle a trouvé Lennon et Ono, qui portait la robe de chambre de Cynthia, buvant du thé ensemble. Lennon a simplement dit : “Oh, Salut”. Powell a demandé le divorce plus tard dans la même année, pour raison de l’adultère de Lennon, prouvé par la grossesse de Ono. Ono a plus tard perdu John Ono Lennon II d’une fausse couche le 21 novembre 1968.

Durant les deux dernières années de Lennon dans les Beatles, lui et Ono ont commencé des protestations publiques contre la guerre au Vietnam. Lennon a renvoyé son insigne de membre de l’ordre de l’Empire Britannique en 1969, que la Reine lui avait accordé en 1965. Il a écrit : “Votre Majestée, je vous retourne ceci en protestation contre l’implication de la Grande Bretagne dans le conflit Nigéria-Biafra, contre notre soutien des États-Unis au Vietnam, et contre Cold Turkey qui descend dans les charts. Bisous. John Lennon du Bag”. Le couple s’est marié à Gibraltar le 20 mars 1969, et a passé sa lune de miel à Amsterdam à faire campagne pour un “Bed-In” (“Sit-In” dans un lit) international pour la paix. Ils ont projeté un autre “Bed-In” aux États-Unis, mais ont été refusé d’entrée. Le couple est alors allé à Montréal, et durant un “Bed-In” au Queen Elizabeth Hotel a enregistré Give Peace A Chance. Lennon et Ono ont souvent combiné le plaidoyer à l’art de performance, comme dans leur “Bagism”, qui a été présenté pour la première fois durant une conférence de presse à Vienne. Lennon a détaillé cette période dans la chanson des Beatles, The Ballad of John and Yoko. En avril 1969, sur le toit de Apple Records, Lennon a changé son nom en John Ono Lennon. Après que Ono ait été blessée dans un accident de voiture, Lennon a fait venir un lit king-size dans le studio d’enregistrement tandis qu’il travaillait sur le dernier album des Beatles, Abbey Road. Afin de fuir l’aigreur de la séparation des Beatles, Ono a suggéré qu’ils s’installent de manière permanente à New York, ce qu’ils ont fait le 31 août 1971. Ils ont d’abord vécu au St. Regis Hotel sur la 5ème Avenue, à l’Est de la 55ème rue, et puis ont déménagé dans un loft au 105 Bank Street, dans le Greenwich Village de New York le 16 octobre 1971. Après un cambriolage, ils se sont relogés dans le plus sécurisé Dakota au 1 Ouest de la 72ème rue, en février 1973.

En juin 1973, Ono a décidé qu’elle et Lennon devaient se séparer. Ono a suggéré qu’il prenne son assistante personnelle, May Pang, comme compagne. Lennon s’est rapidement installé en Californie avec Pang, et s’est embarqué dans une période de 18 mois qu’il appellera plus tard sont “Weekend Perdu”.

Tandis que Lennon et Pang vivaient à Los Angeles, l’attitude soûle de Lennon était grandement rapportée par les médias. Lennon a également pris l’opportunité de renouer les liens avec son fils, Julian, qu’il n’avait pas vu depuis quatre ans.

En mai 1974, Lennon et Pang sont retournés à New York où il a commencé à travailler sur Walls And Bridges. Le soir du 23 août 1974, Lennon et Pang ont déclaré tous les deux avoir vu un OVNI de leur balcon. Lennon a mentionné la vision dans le livret qui accompagnait l’album Walls and Bridges. Quand Lennon a perdu un pari contre Elton John et la rejoint sur la scène du Madison Square Garden en novembre 1974, Ono était dans le public. Bien que Lennon déclarera plus tard qu’il n’avait aucune idée qu’elle était là, c’est lui qui lui avait pris sa place.

En décembre 1974, Harrison se trouvait à New York sur sa tournée Dark Horse, et Lennon a accepté de la rejoindre sur scène, mais ils se sont disputé à propos du refus de Lennon de signer l’accord qui dissoudra légalement le partenariat des Beatles, qui était censé se passer au Plaza Hotel de New York le 19 décembre 1974. Lennon a finalement signé les papiers à Walt Disney World en Floride, alors qu’il y était en vacances avec Pang et Julian. En janvier 1975, David Bowie a obtenu son premier numéro 1 avec Fame, co-écrit pas Lennon (qui a contribué au chant et à la guitare) et Carlos Alomar.

Le 31 janvier 1975, les Lennon se sont réunis et, le 9 octobre 1975 – 35ème anniversaire de Lennon – Ono lui a donné un fils, Sean Ono Lennon. Lennon a sorti un communiqué : “Je me sens plus grand que l’Empire State Building”, et s’est rapidement retiré du business musical. Il a cité de nombreuses raisons, mais c’était principalement le fait qu’il était sous contrat depuis ses 22 ans et qu’ils était désormais libre, que le rock’n’roll n’était plus aussi intéressant qu’avant, et que la relation limitée avec son premier fils a influencé sa décision de devenir un homme au foyer.

Lennon et Ono ont utilisé leur lune de miel au Amsterdam Hilton, en mars 1969, comme “Bed-In pour la Paix” qui a attiré la couverture médiatique du monde entier. Lors du second “Bed-In” à Montréal, en juin 1969, ils ont enregistré Give Peace A Chance dans leur chambre d’hôtel. La chanson a été chantée par plus d’un demi million de manifestants à Washington lors de la seconde journée moratorium du Vietnam, le 15 octobre 1969. Quand Lennon et Ono se sont installés à New York en août 1971, ils sont devenus amis avec les activistes pour la paix Jerry Rubin et Abbie Hoffman. Lennon a chanté lors du concert pour la libération de John Sinclair à Ann Arbour dans le Michigan le 10 décembre 1971. Sinclair était un activiste anti-guerre et poète qui avait été condamné à dix ans de prison pour avoir vendu deux joints à un policier sous couverture. Lennon et Ono sont apparus sur scène avec Phil Ochs, Stevie Wonder et d’autres musiciens, plus le membre radical anti-guerre et Yippie, Jerry Rubin, et Bobby Seale des Black Panthers. Lennon a interprété la chanson John Sinclair, qu’il venait d’écrire, appelant les autorités de “le laisser vivre, de le libérer, de le laisser être comme vous et moi”. Quelques 20 000 personnes sont allés au meeting, et trois jours après le concert, l’État du Michigan a relâché Sinclair. Cette performance est sortie sur le double CD John Lennon Anthology (1998) et l’album Acoustic (2004). Lennon a plus tard interprété la chanson sur l’émission de David Frost accompagné de Ono et de Jerry Rubin.

En 1972, l’Administration Nixon a essayé d’expulser Lennon des États-Unis, étant donné que Richard Nixon croyait que le soutien de Lennon pour George McGovern pouvait lui faire perdre les prochaines élections. Le sénateur républicain Strom Thurmond a suggéré, dans un mémo de février 1972, que “l’expulsion serait une contre-mesure stratégique” contre Lennon. Le mois suivant, le service de l’immigration et de la naturalisation a commencé les démarches d’expulsion contre Lennon, avançant que sa condamnation pour délit en 1968 pour possession de cannabis à Londres l’avait rendu inéligible pour l’admission aux États-Unis. Lennon a passé les quatre années suivantes dans des auditions d’expulsion. Tandis que sa bataille contre l’expulsion continuait, Lennon apparaissait à des meetings à New York et à la télévision, dont une semaine à animer le Mike Douglas Show en février 1972, où Jerry Rubin et Bobby Seale sont apparus comme ses invités.

Le 23 mars 1973, Lennon a été ordonné de quitter les États-Unis sous 60 jours, tandis qu’il a été accordé à Ono la résidence permanente. en réponse, Lennon et Ono ont tenu une conférence de presse dans l’aile new yorkaise de l’American Bar Association le 1er avril 1973 pour annoncer la formation de l’État conceptuel de “Nutopia” ; lieu “sans pays, sans frontières, sans passeports, juste des gens”, et dont tous ses habitants seraient les ambassadeurs. Les Lennon ont demandé l’asile politique aux États-Unis en agitant le drapeau blanc de Nutopia ; deux mouchoirs blancs. La conférence de presse dans son intégralité peut être vue dans le documentaire de 2006 sorti par Lions Gate, The U.S. vs. John Lennon. En juin 1973, Lennon et Ono ont fait leur dernière déclaration politique en assistant aux auditions du Watergate à Washington.

L’ordre d’expulsion de Lennon a été annulé en 1975. Après la mort de Lennon, l’historien Jon Wiener a rempli une demande de liberté d’information pour les dossiers du FBI sur Lennon. Le FBI a admis qu’ils comprenaient 281 pages mais a refusé d’en céder la majeure partie, déclarant que c’était des documents de la sécurité nationale. En 1983, Wiener a poursuivi le FBI en justice avec l’aide de l’American Civil Liberties Union of Southern California. L’affaire est allée devant la Cour Suprême avant que le FBI s’arrange hors cour en 1997 ; cédant tous les documents contestés sauf 10. L’histoire est racontée dans le documentaire The U.S. vs. John Lennon, de David Leaf et John Scheinfeld, sorti au cinéma en septembre 2006, et en DVD en février 2007. Les 10 derniers documents du dossier du FBI sur Lennon ont été cédés en décembre 2006.

En 1976, le statut de l’immigration américaine de Lennon a finalement été résolu de manière favorable, et il a reçu sa green card. Le successeur de Nixon, Gerald Ford, a montré peu d’intérêt à continuer la bataille. Quand Jimmy Carter a été installé président le 19 janvier 1977, Lennon et Ono ont assisté au bal d’inauguration.

Lennon a pris de la drogue pour la première fois à Hambourg en Allemagne, tandis que les Beatles devaient faire de longs sets et les clients or Astrid Kirchherr leur donnaient souvent du Preludin. MCCartney en prenait habituellement un, mais Lennon en prenait souvent quatre ou cinq, en plus tard a pris des amphétamines nommées “Black Bombers” et “Purple Hearts”. Les Beatles ont fumé du cannabis pour la première fois avec Bob Dylan à New York en 1964 ; Dylan avait mal interprété les paroles “I can’t hide” de I Want To Hold Your Hand en “I get high” et a présumé que les Beatles étaient déjà familiers de la drogue. Lennon a plus tard dit que les Beatles “fumaient de la marijuana au petit-déjeuner”, et que les autres avaient des problèmes à leur parler, parce qu’ils pouffaient de rire constamment.

Dans une interview de 1995, Cynthia a dit qu’il y avait des problèmes durant leur mariage à cause des pressions de la célébrité des Beatles et leurs tournées rigoureuses, et à cause de l’utilisation de plus en plus grande de Lennon des drogues. Durant son premier mariage, Lennon a essayé le LSD, et a lu The Psychedelic Experience de Timothy Leary, Richard Alpert et Ralph Metzner, qui était fondé sur, et citait le Tibetan Book Of The Dead. Il a plus tard pris de l’héroïne, et a écrit sur les symptômes de l’état de manque qu’il avait connus dans Cold Turkey. Le 24 août 1967, les Beatles ont rencontré le Maharishi Mahesh Yogi au London Hilton, et sont plus tard allés à Bangor, dans le Nord du Pays de Galles, pour faire un weekend d’instruction personnelle. La période que Lennon a passé plus tard en Inde dans l’ashram du Maharishi a été productive, puisque les chansons enregistrées pour l’Album Blanc et Abbey Road y ont été composées par Lennon et McCartney. Bien qu’il se soit plus tard tourné contre le Maharishi, Lennon défendait toujours la méditation dans ses interviews. En 1968, Cynthia Lennon est allée en vacances en Grèce, laissant Lennon à Kenwood avec Pete Shotton ; son ami d’enfance et soi-disant assistant. Après plusieurs jours à prendre du LSD et à fumer de la marijuana, Lennon a convoqué une réunion au QG des affaires des Beatles pour informer les autres qu’il se sentait comme la réincarnation de Jésus Christ. Plus tard ce même jour, il a téléphoné à Ono, dont le mari Tony (Anthony Cox) était à Paris en affaires, et l’a invitée à Kenwood. Ono finira par briser les Beatles.

En 1970, Lennon et Ono ont fait de la thérapie primale avec le Dr. Arthur Janov à Los Angeles en Californie. La thérapie consistait à sortir de la douleur émotionnelle de la petite enfance. Lennon et Ono ont quitté les sessions avant de finir le cours complet de la thérapie, étant donné que Ono se disputait constamment avec Janov. La chanson Mother sur l’expérience de Lennon et la compréhension de la thérapie primale.

Chacun des Beatles était connu, surtout durant la Beatlemania, pour son sens de l’humour. Durant les performances live de I Want To Hold Your Hand, Lennon changeait souvent les paroles en “I want to hold your gland” (“Je veux te tenir la glande”), à cause de la difficulté d’entendre le chant au dessus du son des publics hurlants. Au Royal Variety Show en 1963 – en présence des membres de la royauté britannique – Lennon a dit au public, “Pour notre prochaine chanson, j’aimerais vous demander votre aide. Pour les gens dans les sièges les moins chers, taper des mains… et le reste, si vous pouviez agiter vos bijoux”. Lennon a pris du poids en 1965, et a plus tard dit, “C’était ma période gros Elvis”.

Durant les sessions de Get Back, Lennon a présenté Dig A Pony en criant “J’ai creusé un pygmé par Charles Hawtrey et les Sonotones ; phase une dans laquelle Doris tire son coup !” La phrase a été plus tard éditée pour précédé Two Of Us sur Let It Be. Lennon contre-pointait souvent les paroles optimistes de McCartney, comme dans Getting Better :

McCartney : “Je dois admettre que ça va mieux, un peu mieux, tout le temps”.

Lennon : “Ça peut pas être pire”.

Lennon est apparu dans divers émissions comiques, comme le Morecamble and Wise avec le reste des Beatles, et a joué un portier dans les toilettes pour hommes dans Not Only But Also. L’humour de Lennon pouvait aussi être cruel, comme quand Brian Epstein a demandé à Lennon un titre pour l’autobiographie de Epstein, et Lennon a répondu : “Que penses-tu de Juif Pédé ?” Quand Lennon a entendu que le titre du livre sera A Cellarful of Noise (“Une cave pleine de bruits”), il a dit à un ami : “Ce serait plus une Cave pleine de Garçons”.

Lennon a commencé à écrire et à dessiner très jeune, avec les encouragements de son oncle George, et a créé sa propre BD dans son cahier d’école, qu’il a appelé the Daily Howl. Elle contenait des dessins – souvent d’handicapés – et des satires, souvent avec des jeux de mots. Lennon a écrit un bulletin météo qui disait : “Demain sera Boueux, suivi de Fougueux, Voyeux et Bâilleux”. Il dessinait souvent des caricatures de ses professeurs, et quand il était à Hambourg, il envoyait des poèmes d’amour et des dessins à Cynthia ( sa future femme) en écrivant une fois : “Notre premier Noël, I love you, yes, yes, yes”.

Quand le magazine Mersey Beat de Liverpool a été créé, on a demandé à Lennon d’y contribuer. Son premier article parlait des origines des Beatles : “Un homme est apparu sur une tourte en feu, et a dit vous êtes les Beatles avec un A”. Les deux premiers livres de Lennon sont des exemples de mots inventés littéraires : In His Own Write (1964) et A Spaniard In The Works (1965). Ono a plus tard permis aux œuvres de Lennon d’être publiées après sa mort : Skywriting By Word Of Mouth (1986) et Ai: Japan Through John Lennon’s Eyes: A Personal Sketchbook (1992), qui contenait les dessins de Lennon qui illustraient les définitions des mots japonais. Real Love: The Drawings Of Sean a suivi en 1999. The Beatles Anthology incluait des écrits et des dessins de Lennon. L’amour de Lennon pour les mots inventés a été influencé par son appréciation de Stanley Unwin.

Tout au long de sa carrière solo, Lennon est apparu sur ses propres albums (ainsi que ceux d’autres artistes, comme Elton John) sous des pseudonymes comme Dr Winston O’Boogie, Mel Torment (jeu de mots sur Mel Tormé), et le Révérend Fred Gherkin. Lui et Ono (en tant que Ada Gherkin, jeu de mots sur “A mangé un cornichon” en anglais), et d’autres sobriquets ont également voyagé sous ces noms, évitant ainsi l’attention publique non désirée.

Le soir du 8 décembre 1980, Mark David Chapman a tiré sur Lennon de dos à quatre reprises (le cinquième tir a raté sa cible) dans le hall d’entrée du Dakota. Lennon avait signé une copie de Double Fantasy pour Chapman plus tôt cette même soirée.

Lennon a été déclaré mort à son arrivée aux urgences du Roosevelt Hospital à 23h15. Le lendemain, le 9 décembre 1980, Ono a sorti un communiqué : “Il y a pas de funérailles pour John. John aimait et priait pour la race humaine. Merci de prier de même pour lui. Bisous, Yoko et Sean”. Chapman a plaidé coupable de meurtre au second degré et a été condamné de 20 ans d’emprisonnement à la perpertuité. Il est toujours en prison, la liberté conditionnelle lui ayant été refusée cinq fois.

Deux jours après sa mort, le corps de Lennon a été incinéré au Ferncliff Cemetery à Hartsdale, New York. On ne sait pas définitivement où sont les cendres de Lennon.

Une foule s’est rassemblée devant le Dakota la nuit de la mort de Lennon. Ono a fait passé le mot que leur chant l’empêchait de dormir et a demandé qu’ils se rassemblent à Central Park le dimanche suivant pour dix minutes de prière silencieuse. Le 14 décembre 1980, des millions de personnes de part le monde ont répondu à la requête de Ono pour dix minutes de silence à la mémoire de Lennon : 30 000 personnes se sont rassemblées à Liverpool, et le plus grand groupe – plus de 100 000 personnes – ont convergé vers le Central Park de New York, près de la scène de crime.

Lennon continue d’être pleuré de part le monde et a été le sujet de nombreux mémoriaux et hommages. Les principaux sont le Strawberry Fields de New York, jardin mémorial à Central Park en face du Dakota. Peu après la mort de Lennon, Ono a donné 1 million de $ pour sa maintenance. Il est devenu un lieu de rassemblement pour les hommages le jour de l’anniversaire de Lennon et le jour de l’anniversaire de sa mort, ainsi qu’à d’autres moments de recueil, comme après les événements du 11 septembre 2001 et après la mort de George Harrison le 29 novembre 2001.

Le 9 octobre 2007, la Imagine Peace Tower à Viðey Island en Islande (sur la côte de Reykjavik) a été allumée pour la première fois. L’idée du moment vient à l’origine de Yoko Ono en 1965 et la construction a commencé en 2006. La tour est allumée tous les ans du 9 octobre, anniversaire de Lennon, au 8 décembre, date de la mort de Lennon. Les mots “Imagine Peace” (“Imaginez la Paix”) y sont gravés en 24 langues.

Les Manics ont été fascinés par la mort de John Lennon ; un de leurs livres préférés étaient John Lennon, une vie avec les Beatles écrit par Albert Goldman en 1988. Ce livre essaye de montrer le “vrai Lennon”, l’homme caché derrière le mythe et Goldman tente de créer la même fureur avec ce livre qu’il a eu avec sa biographie d’Elvis Presley. Fruit de six ans de recherche et de quelques 1200 interviews, ce livre fait pénétrer les fans dans le monde secret de Lennon, de son enfance traumatisante à sa vie avec les Beatles et son amour caché avec Yoko Ono. Alors que le Lennon de légende a joui d’une vie douée et inspirée, le Lennon privé a vécu dans le tourment, s’empoisonnant de drogues et de haine de soi. John Lennon, une vie avec les Beatles a exposé pour la première fois toutes ses existences différentes, de l’idéaliste à la cynique, de l’ascétique à la droguée. Le livre expose la ballade de John et de Yoko tel le mensonge qu’elle était en réalité. D’après Goldman, Yoko n’aimait pas Lennon et s’est liée à lui uniquement dans le but d’exploiter sa célébrité et de dépenser son argent.

Sur leur album de 2007, Send Away The Tigers, les Manics ont repris Working Class Heroes, chanson extraite du premier album solo de John Lennon après la séparation des Beatles, John Lennon / Plastic Ono Band paru en 1970.

Considérée comme l’une des chansons les plus cinglantes et ouvertement politiques de John Lennon, Working Class Hero explore les thèmes de l’aliénation et du statut social, de l’enfance à l’âge adulte. Elle a été très controversée, car elle était l’une des premières chansons populaires à contenir le mot “fucking” (en l’occurrence deux fois.). Le livret de l’album contenait des astérisques en remplacement des mots “obscènes” ; les notes de bas de page indiquaient qu’ils avaient étés censurés sur la requête de la maison de disques EMI. En Australie, on écoutait la chanson sans ces mots. Cette chanson exprimait de plus le ressentiment de Lennon vis-à-vis des religions qui manipulent des masses :

“Ils vous gardent dopés à la religion, au sexe et à la télé / Et vous pensez être si intelligents, si libres sans appartenir à une classe / Mais vous êtes toujours des putains de paysans comme je peux le voir”.

Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :