UK/Britain

(le Royaume-Uni/la Grande Bretagne)
Cité dans U.K. Channel Boredom

et dans le sample dans Repeat (Stars And Stripes) :
« British adults, they expect a nuclear war in their lifetime »
et dans Repeat (UK)
et dans We Are All Bourgeois Now :
« In booming Britain we all work together
To raise ourselves in the world
Each of us knows someone
Who has done well for themselves
So well for themselves »
et dans Engage With Your Shadow :
“Reserve your needs
British artisan
Just as fake as your winter sun-tan”

Le Royaume-Uni, en forme longue le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, en anglais United Kingdom et United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, est un pays d’Europe de l’Ouest, ou bien, selon certaines définitions, du Nord, dont le territoire comprend l’île de Grande-Bretagne et la partie nord de l’île d’Irlande, ainsi que de nombreuses petites îles autour de l’archipel. Le territoire du Royaume-Uni partage une frontière avec la République d’Irlande, et est entouré par l’océan Atlantique, avec la mer du Nord à l’est, la Manche au sud, et la mer d’Irlande à l’ouest. Le Royaume-Uni couvre une superficie de 246 690 km², faisant de lui le 80ème plus grand pays du monde, et le 11ème d’Europe. Le Royaume-Uni est le 22ème pays le plus peuplé du monde, avec une population estimée à 65 millions d’habitants. Le Royaume-Uni est une monarchie constitutionnelle ; il possède un système parlementaire de gouvernance. Sa capitale est Londres, une ville mondiale et la première place financière au monde, mais également la plus grande aire métropolitaine de l’Union européenne.

Le Royaume-Uni est composé de quatre nations constitutives : l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord. Les trois dernières ont des administrations dévolues, chacune avec des pouvoirs variés, basés dans leurs capitales régionales, respectivement Édimbourg, Cardiff et Belfast. Les bailliages de Guernesey, de Jersey et l’Île de Man sont des dépendances de la Couronne et ne sont donc pas rattachés au pays. De plus, le pays comprend quatorze territoires d’outre-mer, disséminés sur plusieurs océans. Le Royaume-Uni est né en 1707, lorsque les royaumes d’Angleterre et d’Écosse se sont unifiés pour former le Royaume de Grande-Bretagne, qui s’agrandit en 1801 en s’unifiant avec le Royaume d’Irlande pour former le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande. En 1922, l’Irlande du Sud a fait sécession du Royaume-Uni, amenant au nom officiel et actuel de Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord. Les territoires d’outre-mer, anciennement des colonies, sont les vestiges de la colonisation britannique, qui, jusqu’à la fin du XIXème siècle, a possédé le plus vaste Empire de l’histoire.

L’influence britannique peut être observée dans la langue, la culture, le système politique et juridique des anciennes colonies. Le Royaume-Uni est un pays développé et est la cinquième puissance mondiale par son PIB nominal et la huitième en termes de parité de pouvoir d’achat. Berceau de la révolution industrielle, le pays a été la première puissance mondiale durant le XVIIIème siècle et la majeure partie du XIXème siècle. Le Royaume-Uni reste aujourd’hui une grande puissance, avec une influence internationale considérable sur le plan économique, politique, culturel, militaire et scientifique. Il est également une puissance nucléaire reconnue avec le sixième budget de la défense le plus élevé. Le Royaume-Uni est membre de l’Union européenne, du Commonwealth of Nations, du Conseil de l’Europe, du G8, du G20, de l’OTAN, de l’OCDE, de l’OMC, et membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies depuis 1946. Toutefois, le pays décide de quitter l’UE d’ici 2018 à la suite du référendum de juin 2016.

Les royaumes d’Angleterre et d’Écosse ont cohabité en tant que nations souveraines et indépendantes avec leurs propres monarques et structures politiques depuis le IXème siècle. La Principauté de Galles est intégrée au Royaume d’Angleterre en 1536, après son annexion à la suite du Statut de Rhuddlan en 1284. L’Irlande, conquise à partir du XIIème siècle, est un royaume indépendant mais en 1541, Henry VIII devient roi d’Irlande. À partir de l’Union des Couronnes en 1603, le Royaume d’Écosse partagent également le même souverain, mais Angleterre, Écosse et Irlande restent des États distincts. Durant l’interrègne anglais, le Commonwealth d’Angleterre annexe l’Écosse et l’Irlande, mais la situation précédente est restaurée avec la royauté en 1660. La Révolution financière britannique et le développement d’une presse indépendante et de très nombreuses sociétés par action renforcent l’économie anglaise, tandis que l’effondrement de la Compagnie du Darién du financier écossais William Paterson engloutit les économies des Écossais et suscite une grave crise financière. Celle-ci débouche sur l’Acte d’Union (1707), à travers lequel l’Angleterre (incluant le Pays de Galles) et l’Écosse deviennent une union politique sous la forme du Royaume de Grande-Bretagne. L’Acte d’Union de 1800 a unifié le Royaume de Grande-Bretagne et le Royaume d’Irlande, qui est lentement tombé sous contrôle anglais entre 1541 et 1691, pour former le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande en 1801. L’indépendance de l’État libre d’Irlande en 1922 a suivi la séparation de l’île d’Irlande deux ans auparavant avec six des neuf comtés de la province d’Ulster restant attachés au Royaume-Uni, ce qui mène donc en 1927 au nom officiel actuel de “Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord”. Le Royaume-Uni est donc une union de quatre nations (Angleterre, Écosse, Pays de Galles et Irlande du Nord) dont la principale est l’Angleterre.

Le Royaume de Grande-Bretagne (également connu à ses débuts comme les Royaumes Unis de Grande-Bretagne) a joué un rôle important durant le siècle des Lumières, avec une présence forte en philosophie et en sciences ainsi qu’une grande influence dans la tradition théâtrale et littéraire. Tout au long du siècle qui a suivi, le royaume a pris une part importante dans le développement des idées occidentales de démocratie parlementaire, avec une remarquable contribution en littérature, en arts et en sciences. La richesse de l’Empire britannique, comme celle des autres grandes puissances, a été aussi en partie générée par l’exploitation coloniale dont l’industrialisation, après 1750, du commerce d’esclaves, avec la flotte britannique du XVIIIème siècle, la plus imposante à l’époque. Cependant au début du XIXème siècle, la Grande-Bretagne a voté le Slave Trade Act en 1807 et est devenue la première entité politique à avoir aboli durablement le commerce d’esclave.

Après la Révolution industrielle et la défaite de Napoléon lors des Guerres napoléoniennes, la Grande-Bretagne est devenue la première puissance mondiale du XIXème siècle. L’Angleterre est la première au monde dans la banque, la sidérurgie, le textile et les chantiers navals. La très forte expansion boursière des années 1840, appelée “railway mania”, lui donne la moitié des 9 500 kilomètres de rail européen dès 1845. Ce succès l’amène à exporter la technologie ferroviaire sur les cinq continents. C’est aussi la première nation à vivre un essor rapide de la monnaie de papier grâce à son système bancaire.

À son apogée, l’Empire britannique, incluant le Royaume-Uni et toutes les entités dont il est légalement séparé mais qu’il contrôle, s’étendait sur un tiers des terres émergées et englobait un tiers de la population mondiale. L’Empire britannique a donc été le plus grand et le plus peuplé que l’histoire ait connu. On l’appelait communément l’“empire sur lequel le Soleil ne se couche jamais” (The empire on which the sun never sets) ; en effet, on dit qu’il y avait toujours une partie de l’empire où il faisait jour.

Un des symboles marquant de la suprématie anglaise durant cette période est l’érection un peu partout sur le globe de petites forteresses défensives appelées les Tours Martello. On pouvait ainsi apercevoir ces ouvrages défensifs notamment en Afrique du Sud, en Australie, au Canada et en Irlande.

Sur tout le XIXème siècle, le pays a joué un rôle prédominant dans le développement de la démocratie parlementaire, en partie par l’émergence d’un système à multiples partis politiques et une expansion du suffrage universel. Le développement des arts et des sciences, avec des personnalités comme Isaac Newton, montre également le rôle moteur du Royaume-Uni dans la construction du patrimoine culturel et scientifique du XVIIIème siècle. À la fin de l’Époque victorienne, le Royaume-Uni a perdu énormément de son monopole industriel. La Première Guerre mondiale remet en cause cette domination, au profit des États-Unis, qui ont surpassé le pays en production et en commerce industriel après l’avoir rattrapé au tournant des années 1890, tout comme l’Empire allemand. Le pays est resté quand même une superpuissance prépondérante et son empire a atteint sa superficie maximale en 1921. Dès 1925, le Royaume-Uni annonce son retour à l’étalon-or, la livre étant passée à l’automne 1923 de 76 à 91 francs en dix semaines. Cette décision de Winston Churchill, prise sous l’influence d’une “City” qui veut rester première place financière mondiale, est fustigée par l’économiste John Maynard Keynes, car reposant sur la parité d’une livre pour 4,86 dollars, qui pénalise l’industrie britannique. L’indice de la production manufacturière n’atteint que 106 en 1928 en Grande-Bretagne, sur une base 100 en 1913, contre 118 en Allemagne et 139 en France.

Les anglais sont ainsi les perdants de la forte expansion des années 1920.

Après la Seconde Guerre mondiale, le travailliste Clement Attlee est porté au pouvoir par le raz-de-marée électoral de 1945. Au programme, nationalisations des services et création d’un État-Providence, avec le Service national de santé britannique (National Health Service, NHS). À la fin des années 1950, après la décolonisation, le Royaume-Uni perd son statut de superpuissance. Puis Edward Heath (1970-1974) doit affronter la question de l’Irlande du Nord. Dans les années 1970, les travaillistes veulent renégocier les termes de l’entrée dans la Communauté économique européenne (CEE) et doivent limiter les hausses de salaires à moins de 5 % alors que l’inflation dépasse 10 %, provoquant les grèves dures de l’Hiver du mécontentement.

L’objectif majeur de Margaret Thatcher (1979-1990) est de libérer les énergies individuelles. Elle élève les taux d’intérêt, privilégie l’impôt indirect à l’impôt sur le revenu, élève la TVA à 15 %, et réussit à casser une inflation endémique et la puissance des syndicats lors de la longue Grève des mineurs britanniques de 1984-1985. Le système de retraite au Royaume-Uni est réformé en profondeur en 1986. En dix ans, le PIB a augmenté de 20 % et la productivité industrielle de moitié. Les privatisations, s’accompagnent d’une forte désindustrialisation : baisse de 30 % de la main-d’œuvre industrielle et fermeture de 55 000 entreprises de 1979 à 1984.

La fin des années 1990 voit l’avènement du travailliste Tony Blair (1997-2007), proche de la City, et qui voit d’abord dans l’Europe un grand marché, soutenant les candidatures de presque tous les pays d’Europe de l’Est et la guerre d’Irak malgré une opinion publique britannique plutôt défavorable. Il démissionne en 2007, pour laisser la place à son ministre des finances Gordon Brown, lui-même battu aux élections de 2010 par le conservateur David Cameron. C’est sous le ministère de ce dernier que se tient un référendum sur l’indépendance de l’Écosse le 18 septembre 2014.

VOIR AUSSI :

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :