Manic Street Preachers

Les Manic Street Preachers sont un groupe de rock gallois formé à 1986 à Blackwood au Pays de Galles constitué de James Dean Bradfield (chant, guitare), Nicky Wire (basse, paroles) et Sean Moore (batterie, percussions). Ils sont familièrement connus sous le nom de “les Manics”. Après la sortie de leur premier single, Suicide Alley, Richey Edwards a rejoint le groupe en tant que co-parolier et guitariste rythmique. Le groupe a proclamé que leur premier album, Generation Terrorists serait le “plus grand album rock de tous les temps” et espérait en vendre seize millions d’exemplaires de part le monde, “de Bangkok au Sénégal”, après quoi ils se sépareraient. Malgré l’échec de l’album à rencontrer ce niveau de succès, le groupe a continué sa carrière.

Le groupe est plus tard devenu un trio quand Edwards a disparu le 1er février 1995. Bradfield, Moore et Wire ont continué pour gagner un succès d’estime et commercial. Le groupe a sorti douze albums et trois compilations, Forever DelayedLipstick Traces (A Secret History of Manic Street Preachers) et National Treasures – The Complete Singles. Leur combinaison à leurs débuts d’image glam androgyne, de paroles sociales critiques sur “la culture, l’aliénation, l’ennui et le désespoir” et un son rock furieux leur on fait gagner des fans fidèles au fils des années et leur ont assuré un statut culte. Les albums plus récents du groupe ont gardé une politisation gauchiste et un style de paroles intellectuel tout en adoptant un son rock alternatif plus large. À ce jour, ils ont vendu plus de 10 millions d’albums dans le monde.

Tout au long de leur carrière, les Manics ont fait la tête d’affiche de plusieurs festivals, dont Glastonbury, T In The Park, V Festival et Reading. Ils ont gagné onze NME Awards, huit Q Awards et quatre BRIT Awards. Les Manics ont également été nommés pour le Mercury Prize en 1996 et 1999, et ont eu une nomination pour les MTV Europe Music Awards. Le groupe a atteint la première place des charts britanniques trois fois : en 1998 avec l’album This Is My Truth Tell Me Yours, et le single If You Tolerate This Your Children Will Be Next et encore une fois en 2000 avec le single The Masses Against The Classes.

HISTOIRE


Formation et premières années (1986-1991)

Les Manic Street Preachers se sont formés en 1986 à la Oakdale Comprehensive School à Blackwood dans le Sud du Pays de Galles. Durant cette époque, Bradfield, aux côtés de Sean Moore, à la formation musicale classique, écrivait principalement la musique tandis que Wire se concentrait sur les paroles. L’origine du nom demeure incertaine, mais l’histoire qui se raconte le plus souvent dit que Bradfield, alors qu’il jouait un jour dans les rues de Cardiff, est entré en altercation avec quelqu’un (parfois décrit comme un SDF) qui lui a demandé “Mais t’es quoi mon garçon, une sorte de prêcheur fou des rues ?”.

Le bassiste original, Flicker (Miles Woodward), a quitté le groupe au début de l’année 1988, apparemment parce qu’il croyait que le groupe s’éloignait de ses racines punks. Le groupe a continué en trio, avec Wire passant de la guitare à la basse, et en 1988, ils ont sorti leur premier single, Suicide Alley. Malgré sa qualité d’enregistrement, cet ode punk à la fuite des jeunes fournit un premier aperçu du travail de guitare de Bradfield et de la batterie live de Moore, cette dernière sera absente du premier LP du groupe. Les Manics avaient l’intention de restaurer la révolution au rock’n’roll à une époque où la Grande-Bretagne était dominée par le shoegaze et l’acid house. Le magazine NME a donné à Suicide Alley une chronique enthousiaste, citant un communiqué de presse de Richey Edwards : “Nous nous éloignons le plus possible des années 1980”.

Après la sortie de Suicide Alley, Edwards a rejoint le groupe à la guitare rythmique et a contribué aux paroles aux côtés de Wire. Edwards a également conçu les pochettes et l’artwork des disques et conduisait le groupe lors des concerts.

En 1990, les Manic Street Preachers ont signé un contrat avec le label Damaged Goods Records pour un EP. Le EP quatre titres New Art Riot a attiré autant d’intérêt médiatique pour ses attaques sur d’autres musiciens que pour sa musique. Avec l’aide du management de Hall Or Nothing, les Manics ont signé chez le label indépendant Heavenly Records. Le groupe a enregistré son premier single pour le label, intitulé Motown Junk.

Leur single suivant, You Love Us, samplait Thrènes pour les victimes d’Hiroshima de Krzysztof Penderecki ainsi que Iggy Pop. Le clip comprenait Nicky Wire travesti en Marilyn Monroe et contenait des références visuelles au film 37°2 Le Matin et à Aleister Crowley. Durant une interview désormais légendaire avec le journaliste Steve Lamacq, alors du New Musical Express, Edwards s’est taillé les mots “4REAL” (“POUR 2 VRAI”) sur le bras avec une lame de rasoir pour prouver leur sincérité. Il a été emmené à l’hôpital où il a reçu dix-sept points de suture.

En conséquence de leur comportement controversé, les Manics sont rapidement devenus des favoris de la presse musicale britannique, qui les a aidés à se construire des fans à la dévotion enragée. Columbia Records de Sony Music UK a signé le groupe peu après et ils ont commencé à travailler sur leur premier album.


Période Richey Edwards : Generation Terrorists à The Holy Bible (1992-1995)

Le premier album du groupe, Generation Terrorists, est sorti en 1992 sur le label Columbia. Le livret contenait une citation littéraire pour chacune des dix-huit chansons de l’album et l’album durait plus de soixante-dix minutes. Les paroles de l’album sont politisées comme celles des Clash et de Public Enemy, avec les chansons de l’album passant régulièrement d’un centre d’intérêt critique sur le capitalisme mondial à des récit plus personnels de désespoir et les batailles de la jeunesse. À propos du style musical de l’album, le journaliste de Pitchfork Joe Tangari a écrit que Generation Terrorists “marchait sur la corde bizarre entre l’agit-punk, le rock macho, le mélodisme romantique et le glam, et était tellement basé de manière évidente sur London Calling des Clash que c’en était en fait mignon en quelque sorte”.

D’autres morceaux combinent des thèmes personnels et politiques, impliquant un lien entre le capitalisme mondial et la lutte personnelle ; Nat West-Barclays-Midlands-Lloyds a été écrite comme une critique de la politique de crédit des banques étrangères, mais concernait aussi les problèmes de Richey Edwards impliquant des découverts et des prêts refusés. Marc Burrows de Drowned in Sound considérait la chanson comme une prédiction correcte de “l’effondrement financer mondial” et ses effets sur le quotidien. Le single Motorcycle Emptiness, pendant ce temps, critique la société de consommation comme un “rêve superficiel” qui rend la vie humaine complètement commercialisée. Little Baby Nothing, duo entre Traci Lords et Bradfield, a été décrite par Priya Elan du NME comme un “cliché parfait de l’innocence [féminine] kidnappée et corrompue”.

Le disque contenait six singles et s’est vendu à 250 000 exemplaires. Le succès de Everything Must Go de 1996 aux BRIT Awards de 1997 a assuré que les ventes de Generation Terrorists et des albums suivants Gold Against The Soul et The Holy Bible jouissent d’une poussée retardée ; le premier album du groupe a vendu 110 000 exemplaires supplémentaires. Le groupe a également fait une reprise de la chanson Suicide Is Painless qui a grimpé à la 7ème place des charts britanniques, passant 3 semaines dans le Top 10, et donnant au groupe leur tout premier tube du Top 10.

Le deuxième album du groupe, Gold Against The Soul, affichait un son grunge plus commercial qui servait à aliéner à la fois les fans et le groupe lui-même. Il est sorti avec des chroniques mitigées mais a toujours bien marché, atteignant la 8ème place des charts albums britanniques. L’album présente un son différent de leur premier album, non seulement en termes de paroles mais dans le son, le groupe a privilégié de longs riffs de guitare, et la batterie elle-même semblait plus présente et forte dans le mixage final de l’album. Ce son sera abandonné dans l’album suivant et quant à la nature des paroles, ils avaient également changé, avec Edwards et Wire rejetant leur feu politique pour la mélancolie introspective. Selon Allmusic, “l’album prendre les inclinaisons hard rock de Generation Terrorists à l’extrême.

Le groupe a aussi déclaré que le choix de travailler avec Dave Eringa encore une fois était important pour cet album : “On a fini de bosser en novembre et puis on est allés direct dans un studio de démo et on en est ressortis près de quatre semaines plus tard avec l’album tout fini. On était tous contents de toutes les chansons, on savait comment elles voulaient sonner, alors on n’a pas voulu utiliser un producteur mainstream parce qu’ils ont leur propre son et vision de ce qu’un disque devrait être. Alors on a donné un coup de fil à Dave en lui disant, Écoute, viens, voyons comment ça se goupille, et tout le monde aimait ce qu’on faisait, alors on a décidé de rester avec lui”.

Quand on leur a demandé de donner un avis sur l’album après coup, le groupe lui-même ont décrit Gold Against The Soul comme celui qu’ils aimaient le moins et la période qui entourait l’album comme la plus confuse de leur carrière. Le chanteur et guitariste du groupe, James Dean Bradfield, a dit, “Tout ce qu’on voulait faire, c’était aller sous l’aile corporate. On pensait qu’on pouvait l’ignorer mais on est quand même touchés”.

“Tout est une question d’autodiscipline. Comme, l’obsession de soi est complètement liée au dégoût de soi, et c’est la même chose si tu as un problème de poids. Tout est question de… trouver la valeur en soi, savoir que tu as la discipline de le faire, et savoir que d’autres ne peuvent peut-être pas le faire. Et c’est aussi, je pense, vraiment lié au fait que tu te sentes, comme, silencieux, tu n’as pas de voix, tu es muet, il y a juste juste aucun, tu n’as pas le choix. Même si tu pouvais t’exprimer, personne n’écouterait de toute manière. Les choses qui se passent à l’intérieur de toi, il n’y a pas d’autre moyen de t’en débarrasser”.
Edwards, sur son état

Au début de l’année 1994, les difficultés personnelles d’Edwards se sont aggravées et ont commencé à affecter les autres membres du groupe en plus de lui-même. Il a été admis à The Priory en 1994 pour surmonter ses problèmes, et le groupe a fait quelques festivals en trio pour payer son traitement.

L’album suivant du groupe, The Holy Bible, est sorti en août avec un succès d’estime, mais s’est très peu vendu. L’album affichait encore un autre changement musical et esthétique pour le groupe, comprenant en grande partie des uniformes de l’armée. Musicalement, The Holy Bible marque un changement du son modern rock de leurs deux premiers albums, Generation Terrorists et Gold Against The Soul. En plus du son rock alternatif de l’album, il incorpore divers éléments d’autres genres musicaux comme le hard rock, le punk britannique, le post-punk, la new wave, l’industriel, l’art rock et le rock gothique.

Sur le plan des paroles, l’album traite de sujets qui incluent la prostitution, la société de consommation américaine, l’impérialisme britannique, la liberté d’expression, la Shoah, le fait de se priver de nourriture, les tueurs en série, la peine de mort, la révolution politique, l’enfance, le fascisme et le suicide. Selon Q : “Le ton de l’album est à tour de rôle lugubre, en colère et résigné”. Il y avait aussi un élément de sujets autobiographiques, comme dans la chanson 4st7lb où les paroles abordent la propre expérience et vie de Richey. La chanson est nommée d’après 29 kg, parce que c’est le poids en dessous duquel la mort est dite médicalement inévitable pour quelqu’un qui souffre d’anorexie.

Le titre “The Holy Bible” (“la Sainte Bible”) a été choisi par Edwards pour réfléchir une idée, selon Bradfield, que “tout dessus doit être perfection”. Interviewé à la fin de l’année 1994, Edwards a dit : “La manière dont les religions choisissent de dire leur vérité au public a toujours été de les démoraliser […] Je pense que si une Sainte Bible est vraie, elle devrait parler de la manière dont le monde est et c’est ce dont je pense parlent mes paroles. [L’album] ne prétend pas que des choses n’existent pas”.

Ben Patashnik de Drowned In Sound a plus tard dit que l’album au moment de sa sortie “ne s’est pas bien vendu”, mais son impact a été profondément ressenti par “tous ceux qui sont jamais rentrés en contact avec les Manics”, et que c’est désormais un “chef d’œuvre […] le son d’un homme d’un groupe très uni d’amis qui se désintègre lentement et qui utilise sa propre angoisse pour créer l’art le plus excellent à être sorti sur une large échelle que la musique depuis des années […] Ce n’est pas une lettre de suicide ; c’est un avertissement”.

Pour la promotion de l’album, le groupe est apparu sur Top Of The Pops, interprétant le premier single extrait de celui-ci, Faster, qui a atteint la 16ème place. La performance a été extrêmement controversée à l’époque, étant donné que le groupe était tous habillés en tenues militaires. Bradfield portait un passe-montagne “style terroriste”. À l’époque, la BBC a dit au groupe qu’ils avaient reçu le plus de plaintes qu’ils n’avaient jamais reçu. L’album a fini par se vendre à plus de 600 000 exemplaires de part le monde et est fréquemment listé dans les plus grands disques jamais enregistrés.

En avril et mai 1994, le groupe a dévoilé des chansons de The Holy Bible lors de concerts en Thaïlande, au Portugal et à un concert caritatif pour la Anti-Nazi League à Brockwell Park, Londres. En juin, ils ont joué au festival de Glastonbury. En juillet et en août, sans Richey Edwards, ils ont joué à T In The Park en Écosse, le Alte Wartesaal à Cologne, le festival Parkpop à la Haye et au festival de Reading. Durant les mois de septembre, octobre et décembre, il y a eu une tournée en tête d’affiche au Royaume-Uni et en Irlande et deux tournées en Europe continentale avec Suede et Therapy?. En décembre, trois soirs à l’Astoria de Londres se sont terminés avec le groupe qui a éclaté son matériel et les lumières de la salle, causant des dégâts de l’ordre de 26 000£.

Edwards a disparu le 1er février 1995, le jour où il devait aller aux États-Unis avec James Dean Bradfield pour une tournée de promotion. Au cours des deux semaines qui ont précédé sa disparition, Edwards a retiré 200£ par jour de son compte en banque, ce qui faisait un total de 2 800£ le jour de son prévu. Il a quitté le Embassy Hotel sur Bayswater Road à Londres à 7 heures du matin, et puis est allé en voiture à son appartement à Cardiff au Pays de Galles. Durant les deux semaines qui ont suivi, il aurait été aperçu au bureau des passeports de Newport, et à la gare routière de Newport. Le 7 février, un chauffeur de taxi de Newport aurait pris Edwards du King’s Hotel de Newport, et l’aurait conduit dans les vallées, dont Blackwood (là où Edwards vivait enfant). Le passager est descendu à la station service de Severn View près de Aust et a payé le 68£ en espèces.

Le 14 février, la Vauxhall Cavalier de Edwards a reçu une contravention à la station service de Severn View et le 17 février, le véhicule a été déclaré comme abandonnée. La police a découvert que la batterie était à plat, avec des preuves qu’on avait vécu dans la voiture. À cause de la proximité de la station service avec le pont de la Severn (qui est un endroit connu pour son nombre de suicidés dans le passé), beaucoup croient qu’il a mis fin à ses jours en sautant du pont. De nombreuses personnes qui le connaissaient, cependant, ont dit qu’il n’avait jamais été le type à contempler le suicide et on le cite en 1994 disant, “Du point de vue du mot en S, il n’entre pas dans mon esprit. Et ça n’a jamais été le cas, à propos de tentative. Parce que je suis plus fort que ça. Il se pourrait que je sois faible, mais je peux encaisser la douleur”.

Depuis lors, il aurait été aperçu dans un marché à Goa en Inde et sur les îles de Fuerteventura et de Lanzarote. Il y aurait d’autres aperçus présumés de Edwards, en particulier durant les années qui ont immédiatement suivi sa disparition. Cependant, aucun ne s’est avéré concluant et aucun n’a été confirmé par les enquêteurs. On ne l’a plus jamais revu.

Les Manic Street Preachers ont été mis entre parenthèses pendant six mois et la séparation a été sérieusement considérée, mais avec la bénédiction de la famille de Edwards, les autres membres ont continué.


Everything Must Go à Lipstick Traces (1996-2003)

Le premier album sans Edwards, Everything Must Go, est sorti le 20 mai 1996. Le groupe avait choisi de travailler avec un nouveau producteur, Mike Hedges, principalement pour son travail sur le single de Siouxsie and the Banshees Swimming Horses dont Bradfield avait une haute idée. Hedges avait déjà été approché auparavant pour produire The Holy Bible mais il n’était pas disponible à l’époque. Everything Must Go est entré dans les charts albums britanniques à la 2ème place, à ce jour il est devenu triple platine au Royaume-Uni et c’est leur album qui a eu le plus de succès en date, passant 103 semaines dans le Top 100 avec l’album toujours dans le Top 5 un an après sa sortie. Contenant cinq chansons soit écrites ou co-écrites par Edwards, l’album est sorti avec des chroniques complètement positives. Sur le plan des paroles, les thèmes étaient différents de leur album précédent, à la place de morceaux introspectifs et autobiographiques comme 4st7lb, la prédilection de Wire pour des thèmes historiques et politiques domine, comme le single n°2 A Design For Life. La chanson a été la première à être écrite et sortie par le groupe après la disparition mystérieuse de la figure de proue Richey Edwards l’année précédente et a été utilisée comme morceau d’ouverture sur Forever Delayed, le best of du groupe sorti en novembre 2002.

Bien plus tard, interviewé en 2014 par le NME pour leur série de vidéos “Song Stories”, le chanteur/guitariste James Dean Bradfield s’est souvenu que les paroles étaient une fusion de deux jeux de paroles – Design For Life et Pure Motive – que le bassiste Nicky Wire lui avaient envoyés depuis le Pays de Galles, alors qu’il vivait à Shepherd’s Bush. La musique a été écrite “en à peu près dix minutes” et Bradfield a ressenti de l’euphorie face au résultat. La chanson a été déclarée comme ayant “sauvé le groupe” du désespoir ressenti après la disparition de Edwards, avec Wire décrivant la chanson comme “un éclair de lumière dans un endroit très très sombre”. L’album a été nommé pour le Mercury Prize de 1996 et a remporté deux BRIT Awards pour meilleur groupe britannique et meilleur album britannique, tout en engendrant les tubes AustraliaEverything Must Go et Kevin Carter.

Les sujets abordés sur l’album incluent la vie tragique du photographe Kevin Carter, sur le morceau éponyme, Willem de Kooning et la maltraitance des animaux en captivité sur Small Black Flowers That Grow In The Sky (qui est une citation du film les Plus belles années de notre vie). Ce dernier morceau, avec des paroles de Edwards, peut aussi être interprété comme une exploration de son état mental avant sa disparition ; le vers “Here chewing your tail is joy” par exemple peut tout autant parler de l’automutilation de Richey que les blessures que se font les animaux tourmentés des zoos. C’était leur album le plus direct et mature en date et il a établi les Manics comme superstars de part le monde.

L’album s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires de part le monde, et est toujours considéré comme l’un des meilleurs de la décennie, un classique des années 1990 et est fréquemment classé dans des sondages de meilleurs albums de tous les temps par de nombreuses publications.

En 1997, le groupe a fait un concert spécial à l’Arena de Manchester devant plus de 20 000 personnes. Le bassiste Nicky Wire a dit que c’était le moment où il a su que le groupe avait “réussi”. L’enregistrement est sorti en VHS le 29 septembre 1997, et n’a seulement été ressorti en DVD au Japon.

This Is My Truth Tell Me Yours a été le premier numéro 1 du groupe au Royaume-Uni, demeurant au sommet des charts albums pendant 3 semaines, vendant 136 000 exemplaires durant la première semaine et passant un total de 74 semaines dans les charts albums.  Le titre est une citation extraite d’un discours donné par Aneurin Bevan, homme politique travailliste du Pays de Galles. Son titre provisoire était simplement Manic Street Preachers. La photographie de la pochette a été prise à Black Rock Sands près de Porthmadog au Pays de Galles. Sur le plan international l’album s’est également hissé à la première place dans des pays comme la Suède et l’Irlande, et il s’est vendu à plus de cinq millions d’exemplaires de part le monde.

Avec leur cinquième album, le groupe a aussi eu un single n°1, If You Tolerate This Your Children Will Be Next. Le thème de la chanson est emprunté à la guerre d’Espagne, et l’idéalisme des volontaires gallois qui ont rejoint les Brigades internationales gauchistes qui luttaient pour la république espagnole contre les rebelles militaires de Francisco Franco. La chanson tient son nom d’un poster républicain de l’époque, montrant une photographie d’un jeune enfant tué par les nationalistes sous un ciel de bombardiers avec le dur avertissement “If you tolerate this your children will be next” écrit en bas. La chanson se trouve dans le Livre Guiness des records en tant que single numéro un au titre le plus long sans parenthèses.

L’album incluait également les tubes You Stole The Sun From My HeartTsunami et The Everlasting. Les Manics ont gagné les statuettes de meilleur groupe et albums britanniques aux BRIT Awards en 1999. This Is My Truth Tell Me Yours a aussi été nommé pour le Mercury Prize 1999 et le groupe a reçu une autre nomination dans la catégorie meilleur groupe britannique & irlandais aux MTV Europe Music Awards de 1999, où le groupe a joué le single If You Tolerate This Your Children Will Be Next sur scène. Aux NME Awards en 1999, le groupe a gagné toutes les grandes récompenses, meilleur groupe, meilleur album, meilleur groupe live, meilleur single et meilleur clip, remportant aussi celle de meilleur groupe au monde aujourd’hui aux Q Awards 1998.

Après avoir fait la tête d’affiche des festivals de Glastonbury, T In The Park et V, le groupe a fait le concert Leaving The 20th Century au Millenium Stadium de Cardiff le 31 décembre 1999, premier concert à être tenu ici, avec 57 000 personnes y assistant et la dernière chanson diffusée de part le monde par satellite dans le cadre de 2000 Today. Le concert est disponible en VHS et DVD. Les paroles sous-titrées en anglais, disponibles en bonus, contiennent des erreurs lorsqu’on les compare aux paroles officielles des livrets des albums du groupe et entre certains morceaux se trouvent des extraits d’interviews où le groupe discute de leur histoire et de leurs chansons.

En 2000, ils ont sorti le single en édition limitée The Masses Against The Classes. Malgré avoir reçu peu de promotion, le single s’est vendu à 76 000 exemplaires durant sa première semaine et a atteint la première place des charts singles britanniques le 16 janvier 2000, le premier numéro un du XXIème siècle et battant U Know What’s Up de Donell Jones au sommet. Le numéro de catalogue du single a été effacé (retiré de la réserve de gros) le jour de sa sortie, mais la chanson a néanmoins passé 9 semaines dans les charts britanniques.

En 2001, ils sont devenus le premier groupe de rock occidental populaire à jouer à Cuba (au théâtre Karl Marx), et ils ont rencontré Fidel Castro. Leurr concert et voyage à Cuba ont été documentés et puis sortis en DVD sous le titre Louder Than War. Durant ce concert, ils ont révélé de nombreux morceaux de leur sixième album à venir, Know Your Enemy, qui est sorti le 19 mars. Les convictions politiques de gauche des Manic Street Preachers sont apparentes dans de nombreuses chansons de l’album, comme Baby Elián alors qu’ils commentent les relations tendues entre les États-Unis et Cuba comme vu dans l’affaire Elián González, sujet brûlant autour de la sortie de l’album.

Le groupe rend également hommage au chanteur et activiste des droits civiques Paul Robeson sur la chanson Let Robeson Sing, mais la chanson Ocean Spray, qui a été un single, a été entièrement écrite par James sur la lutte de sa mère contre le cancer. Les premiers singles de l’album, So Why So Sad et Found That Soul, ont tous deux été sortis le même jour. Le dernier single, Let Robeson Sing est sorti plus tard. Les Manics ont aussi fait la tête d’affiche des festivals de Reading et de Leeds.

Le best of (plus des remixes) Forever Delayed est sorti en 2002, contenant deux nouvelles chansons, Door To The River et le single There By The Grace Of God. Plusieurs chansons ont été éditées pour la durée (Motorcycle EmptinessYou Love UsAustraliaEverything Must GoLittle Baby Nothing et The Everlasting) de manière à ce que plus de morceaux puissent rentrer sur le CD (bien que pas listées comme “edits” dans le livret).

Le DVD Forever Delayed est sorti en 2002 avec le CD best of et le livre de photos du même nom, et comprend tous les clips du début de la carrière du groupe sortis avant le DVD. Avec les clips se trouve une sélection de 14 vidéos de remixes, où les visuels sont extraits des clips ainsi que des vidéos utilisées lors des concerts du groupe. L’album est rentré et s’est hissé à la 4ème place des charts albums britanniques.

Un album de faces B, de raretés et de reprises est sorti en 2003 sous le nom de Lipstick Traces (A Secret History Of Manic Street Preachers), qui contient la dernière chanson sur laquelle ils avaient travaillé avec Edwards. L’album a reçu un accueil bien plus positif de la part des fans que le best of Forever Delayed, qui était fortement critiqué pour sa préférence des singles du groupe qui ont le plus marché. La seule critique récurrente de Lipstick Traces était l’exclusion de l’infâme favorite des fans, Patrick Bateman, extrait du single La Tristesse Durera (Scream To A Sigh). Le groupe a expliqué qu’elle avait été exclue principalement parce qu’elle dure sept minutes et ne rentrerait simplement pas sur l’album.


Lifeblood à Journal For Plague Lovers (2004-2009)

Le septième album du groupe, Lifeblood, est sorti le 1er novembre 2004 et a atteint à la 13ème place des charts albums britanniques. La réponse critique a été mitigée. L’album était plus introspectif et plus focalisé sur le passé, Wire parlait des fantômes qui hantaient ce disque et a déclaré que c’était une rétrospective : “Les thèmes principaux sont la mort, la solitude et les fantômes. Être hanté par l’histoire et par son propre passé. Le sommeil est une belle chose pour moi. Je déteste rêver parce que ça ruine dix heures de bonheur. J’ai eu beaucoup de mauvais rêves quand Richey a disparu. Pas des rêves moches, mais des choses casse-pieds. Jusqu’à ce qu’on écrive Design For Life, c’était six mois de tristesse. Lifeblood ne cherche pas à exorciser le fantôme de Edwards, cependant, il admet juste qu’il n’y a pas de réponse. Tony Visconti a aidé le groupe à produire trois chansons de l’album, qui a été suivi par une tournée de grandes salles au Royaume Uni en décembre 2004. Empty Souls et The Love Of Richard Nixon ont été les deux singles extraits de l’album, les deux atteignant la deuxième place des charts britanniques.

Une édition spéciale 10ème anniversaire de The Holy Bible est sortie le 6 décembre 2004 qui incluait une version remasterisée de l’album original, un rare mix américain (que le groupe lui-même a admis préférer au mix britannique original) et un DVD de performances live et de bonus dont une interview avec le groupe.

En avril 2005, le groupe a fait plusieurs concerts dans le cadre de la tournée Past-Present-Future – annoncé comme leur dernière pour au moins deux ans. Le groupe a sorti un EP intitulé God Save The Manics avec seulement un nombre limité d’exemplaires disponibles et distribué aux fans à leur arrivée à la salle. Après que tous les exemplaires soient partis, le groupe a mis le EP à disposition gratuitement en téléchargement sur leur site. En septembre, le groupe a contribué le nouveau morceau Leviathan à l’album caritatif de War Child Help: A Day In The Life.

En 2006, le groupe a reçu le prix du Q Merit Award aux Q Awards 2006 et également l’édition 10ème anniversaire de Everything Must Go est sortie le 6 novembre. Elle incluait l’album original, des démos, des faces B, des remixes, des répétitions et des versions alternatives des chansons de l’album, le tout étalé sur deux CD. Un DVD additionnel, comprenant des clips, des performances live, des apparitions à la télévision, un documentaire de 45 minutes sur l’enregistrement de l’album et deux films de Patrick Jones, complétait le coffret trois disques.

Dans l’édition 10ème anniversaire, le groupe lui-même déclare qu’ils aiment toujours le disque, et Wire rajoute : “Je pense que c’est notre meilleur disque, je n’ai pas peur de le dire”.

Le huitième album studio du groupe, Send Away The Tigers, est sorti le 7 mai 2007 sur Columbia Records. Il est entré dans les charts albums britanniques officiels à la 2ème place. La réponse critique à l’album a été largement positive, avec certains critiques louant comme le meilleur du groupe en dix ans. Un téléchargement gratuit d’une chanson intitulée Underdogs extraite du nouvel album a été rendu disponible sur le site des Manic Street Preachers le 19 mars 2007.

Le premier single officiel extrait de Send Away The Tigers a été Your Love Alone Is Not Enough qui comprend la chanteuse des Cardigans, Nina Persson, et selon le groupe, ils ont toujours eu un duo à l’esprit, étant donné le style question/réponse des paroles. Selon le chanteur Bradfield, le titre était la dernière ligne d’une lettre de suicide laissée par l’ami d’un proche du groupe. Le deuxième single, Autumnsong, et un troisième, Indian Summer, sont sortis en août. Indian Summer a grimpé à la 22ème place, en faisant le premier single des Manics à ne pas rentrer dans le Top 20 depuis She Is Suffering en 1994. La pochette de l’album comprend une citation de Wyndham Lewis : “When a man is young, he is usually a revelutionary of some kind. So here I am, speaking of my revolution”.

Le groupe a fini la promotion de l’album avec des apparitions dans des festivals d’été comme ceux de Reading et de Leeds et celui de Glastonbury.

Le groupe a sorti un single de Noël, Ghost Of Christmas, en décembre. Le morceau était disponible gratuitement sur leur site officiel en décembre 2007 et janvier 2008. En février 2008, le groupe s’est vu remettre le God Like Geniuses Award lors de la cérémonie des NME Awards.

Le neuvième album des Manics, Journal For Plague Lovers, est sorti le 18 mai 2009 et comprend des paroles laissées par Edwards. Wire a commenté dans une interview “qu’il y avait un sentiment de responsabilité de rendre justice à ses paroles”. L’album est sorti avec des chroniques positives et a atteint la 3ème place des charts albums britanniques. Cependant la pochette de l’album a généré de la controverse, avec les quatre chaînes principales de supermarchés au Royaume-Uni vendant l’album dans un fourreau neutre, étant donné que la pochette était considérée comme “inappropriée”. Bradfield a trouvé la décision comme “complètement bizarre”, et a commenté : “Tu peux avoir de jolis petits culs et des flingues partout au supermarché sur les couvertures de magazines et sur les CD, mais tu montres une œuvre d’art et les gens pètent juste un câble”.

Plusieurs morceaux se réfèrent au moment que Edwards a passé dans deux hôpitaux en 1994. Parmi eux se trouve She Bathed Herself In A Bath Of Bleach, dont James Dean Bradfield a dit au NME : “Il y a certaines personnes qu’il a rencontrées quand il était dans l’un des deux établissements où il recevait son traitement et je pense qu’il a simplement digéré les histoires et expériences des autres”. Le dernier morceau, William’s Last Words, a été comparé à une lettre de suicide, et bien que Nicky Wire rejette cette suggestion, Bradfield observe, “On peut tirer des conclusions assez évidentes de ces paroles”. Wire, qui a admis avoir trouvé la tâche d’éditer cette chanson “assez étouffante”, a fini par en composer la musique et la chanter après que Bradfield se soit trouvé inapproprié pour cette tâche.

Bradfield a commenté que Journal For Plague Lovers était une tentative de protéger l’héritage de leur ancien membre Richey Edwards et la conséquence a été que, durant l’enregistrement, sa présence ne s’est jamais autant fait ressentir depuis sa disparition : “Il y avait un sentiment de responsabilité de rendre juste à ses paroles. Ça faisait partie de tout le truc de laisser passer assez de temps. Une fois qu’on est effectivement entrés en studio, on a presque ressenti qu’on était un groupe complet ; [c’était] aussi proche que possible de l’avoir avec nous à nouveau”.

Des morceaux de Journal For Plague Lovers ont été remixés par de nombreux artistes, et le Journal For Plague Lovers Remixes EP est sorti le 15 juin 2009. Martin Noble du groupe British Sea Power a remixé la chanson Me And Stephen Hawking ; Andrew Weatherall a remixé Peeled Apples, qui a été décrite comme “sonnant comme Charlie Watts jouant avec PiL” ; The Horrors ont remixé Doors Closing Slowly ; NYPC a remixé la chanson Marlon J.D. et le EP comprend également des remixes de Patrick Wolf, Underworld, Four Tet, Errors, Adem, Optimo et Fuck Buttons.

Le 18 juin 2009, les Manics ont officiellement ouvert la nouvelle bibliothèque centrale de Cardiff. Wire a plus tard dit dans une interview avec le Guardian que l’occasion avait été un grand honneur pour le groupe. “Pour nous, ça semblait comme une chance de donner quelque chose en retour au Pays de Galles. Voir nos paroles – “Librairies gave us power”, de A Design For Life – inscrites sur la plaque inauguratrice était à sa manière aussi émouvant que jouer au Millenium Stadium”.


Postcards From A Young Man et National Treasures (2010-2012)

Le 1er juin 2010, le groupe a annoncé sur leur site officiel qu’un nouvel album intitulé Postcards From A Young Man sortira le 20 septembre. James Dean Bradfield a dit que l’album serait sans aucune honte très orienté pop, après Journal For Plague Lovers en 2009. “On va vers les gros tubes radio cette fois, a-t-il dit au NME. Ce n’est pas la suite de Journal For Plague Lovers. C’est une dernière tentative de communication de masse”.

Le 26 juillet 2010, le premier single du nouvel album, (It’s Not War) Just The End Of Love, est passé dans les émissions matinales de BBC Radio 2, BBC 6Music, XFM et Absolute Radio. Il est sorti le 13 septembre. Le titre a été auparavant suggéré comme titre provisoire de l’album par Nicky Wire. Trois collaborations ont été également confirmées sur le site du groupe plus tard cette même journée : Duff McKagen apparaît sur A Billion Balconies Facing The Sun, Ian McCulloch chante sur Some Kind Of Nothingness et John Cale joue sur Auto-Intoxication. Du premier single de l’album, (It’s Not War) Just The End Of Love, Nicky Wire a déclaré : “Je crois en la nature tactile du rock’n’roll. Il y a une génération qui a manqué ce que la musique veut dire pour nous… On ne peut élaborer que sur les choses qui te poussent. Mais It’s Not War… dit en quelque sorte, “D’accord, on n’a pas 18 ans, mais même à 40 ans, la rage est toujours là”.

Postcards From A Young Man a été enregistré avec le producteur (et collaborateur de longue date des Manics) Dave Eringa et a été mixé aux États-Unis par Chris Lord-Alge. Il est sorti en version standard, version deluxe 2 CD et coffret édition limitée. La pochette de l’album comprend une photo noir et blanc de l’acteur britannique Tim Roth.

L’album a été promu par la tournée britannique la plus extensive des Manics en date, débutant à Glasgow le 29 septembre 2010. British Sea Power était le groupe de première partie sur cette tournée. Deux autres singles ont été extraits de l’album – Some Kind Of Nothingness avec Ian McCulloch et le titre éponyme Postcards From A Young ManSome Kind Of Nothingness a grimpé à la 44ème place au Royaume-Uni en faisant le tout premier singles des Manics à ne pas rentrer dans le Top 40 depuis leur signature sur Sony en 1991.

Le groupe a annoncé initialement que le titre provisoire de leur prochain album était 70 Songs of Hatred and Failure et qu’il sonnerait très différemment de Postcards From A Young Man : “Le prochain album sera de la pure indulgence.  Il n’y a qu’un partie de toute la mélodie contenue dans ton corps qui puisse physiquement rentrer sur un disque. C’était juste tellement commercial et mélodique”. Cependant, Nicky Wire a contredit cela en 2011 durant la promotion de leur best of National Treasures. Quand on a demandé pourquoi le groupe sortait la compilation, Wire a déclaré : “C’est juste la fin d’une époque. Pas la fin d’un groupe. On va disparaître un long moment”.

National Treasures – The Complete Singles est sorti le 31 octobre 2011, précédé par la sortie du single This Is The Day, reprise de The The. Le 17 décembre 2011, le groupe a interprété “A Night of National Treasures” à l’O2 Arena de Londres pour célébrer les 25 ans du groupe en date, et entrer dans une période de pause durant laquelle le onzième album a été écrit. Le groupe a joué tous leurs 38 singles en un concert, avec environ 20 000 personnes y assistant. Il comprenait des invités, comme Nina Persson des Cardigans qui chante avec le groupe sur le single Your Love Alone Is Not Enough et Gruff Rhys de Super Furry Animals qui a chanté avec le groupe ce soir-là sur le morceau Let Robeson Sing.  En avril et mai 2012, le groupe s’est embarqué sur une tournée best of européenne. La compilation a été élue par le magazine NME comme meilleure réédition de 2011, battant les éditions deluxe et super deluxe de Nevermind de Nirvana du sommet.

Malgré le titre de “singles complets”, National Treasures ne contient pas tous les singles des Manics. Les omissions notables sont le tout premier single du groupe, Suicide Alley (1989), Strip It Down, extrait du EP New Art Riot (1990), pour lequel le premier clip du groupe a été fait, et You Love Us (Heavenly Version) (1991). Pour les singles sortis à l’origine en doubles faces A, seule une chanson est incluse : ainsi de Love’s Sweet Exile/Repeat (1992) et Faster/P.C.P. (1994), seules Love’s Sweet Exile et Faster sont incluses.

Le 10 octobre, le groupe a annoncé via Facebook qu’un film/interview/documentaire sur leur album Generation Terrorists sera diffusé au Sŵn Festival de 2012 en tant qu’exclusivité galloise. Le film est passé au Chapter Arts Centre le samedi 20 octobre, avec tous les bénéfices reversés au Young Promoters Network. Le film a été rendu disponible dans la réédition 20ème anniversaire de Generation Terrorists, dont il y a eu cinq éditions : 1. édition un disque : album original 2. édition deluxe deux disques : album original + démos avec le DVD de Culture, Alienation, Boredom, Despair (A Making of the album) 3. édition limitée 4 disques (3000 exemplaires de part le monde) : album original, démos, faces B, raretés, DVD CABD et réplique du pass VIP de la tournée Generation Terrorists, collage de Richey Edwards et vinyle d’une rare prestation radio des Manics et livret 28 pages des archives personnelles de Nicky Wire.

Également, si l’édition deluxe était achetée chez le disquaire londonien Rough Trade, un ticket gratuit était donné pour une diffusion du film CABD, suivi par un concert acoustique de James Dean Bradfield le 6 novembre.


Rewind The Film et Futurology (2013-aujourd’hui)

En mai 2013, le groupe a annoncé une tournée australasienne en juin et juillet, qui les verra faire leur tout premier concert en Nouvelle Zélande. Cette tournée a coïncidé avec la tournée australienne de rugby des Lions britanniques et irlandais et le concert de Melbourne la veille du deuxième Test comprenait le centre des Lions, Jamie Roberts, en guitariste invité sur You Love Us.

En mai 2013, les Manics ont donné des informations sur leurs sessions d’enregistrement les plus récentes, disant qu’ils ont assez de matériel pour deux albums, le premier serait presque exclusivement sans guitares électriques. Le nom du premier album et titre éponyme a été dévoilé comme étant Rewind The Film le 8 juillet. Dans une déclaration, le groupe a annoncé, “(Si) ce disque a une relation dans le répertoire des Manics, c’est probablement le passage à l’âge adulte posé qu’était This Is My Truth Tell Me Yours”. Le groupe a également déclaré via Twitter, “MSP étaient dans les grands studios Hansa en janvier avec Alex Silva (qui a enregistré The Holy Bible avec nous). Berlin était inspirante… Sean a joué du cor dans le studio aujourd’hui – le son est merveilleux”.

Le premier single de l’album, Show Me The Wonder, a eu une référence sur leur compte Twitter, les Manics ont posté, “Je pense que Show Me The Wonder est le tout premier single des Manics sans la guitare électrique de JDB dessus – xx”. Le single est sorti le 9 septembre 2013 avec un accueil critique positif. L’album lui-même est sorti le 16 septembre 2013 et a atteint la 4ème place des charts albums britanniques. Le deuxième single de l’album, Anthem For A Lost Cause est sorti le 25 novembre 2013.

L’autre album, Futurology, le douzième album studio du groupe, est sorti le 7 juillet 2014 et a reçu immédiatement des acclamations critiques. Le premier single de l’album, Walk Me To The Bridge, est sorti en téléchargement le jour de l’annonce, le 28 avril.

Futurology, selon le groupe, est un album plein d’idée et l’un de leur plus optimistes en date, comme Wire l’a dit au NME dans une interview : “Il y a un concept principal derrière Futurology qui est d’exprimer toute l’inspiration qu’on a des voyages, de la musique et de l’art – toutes ces idées, le faire d’une manière positive. Rewind The Film, c’était un homme atroce de 45 ans qui se regardait dans le miroir, sur le plan des paroles. Futurology était un album d’idées. C’est l’un de nos disques les plus optimistes, l’idée de toute sorte d’art puisse vous transporter vers un univers différent”.

L’album s’est vendu à environ 20 000 exemplaires durant sa première semaine et a atteint la 2ème place des charts albums britanniques. Le titre éponyme, Futurology, a été le second et dernier single extrait de l’album le 22 septembre, avec le clip dévoilé sur YouTube le 10 août. Le clip a été réalisé par le lauréat des BAFTA Kieran Evans, qui a travaillé avec le groupe sur des clips de leur album précédent, Rewind The Film. Le groupe a promu l’album avec une tournée de part le Royaume-Uni et l’Europe de mars à mai 2014, ils ont également fait des apparitions dans des festivals comme T In The Park en Écosse et Glastonbury au cours de l’été.

À la fin de l’année 2014, le groupe a célébré la sortie de leur album séminal The Holy Bible avec une nouvelle édition spéciale en décembre, commémorant le 20ème anniversaire de l’album. Cette édition inclut l’édition vinyle de l’album complet, plus 3 CD, le premier avec tout l’album remasterisé pour cette édition, le deuxième avec le mix américain remasterisé et le troisième incluant une prestation à l’Astoria en 1994 et une session acoustique pour les Mastertapes de Raido 4 en 2014. L’édition spéciale contient aussi un livret de 40 pages rempli de photos rares, de paroles manuscrites et de notes de Richey et par le groupe. Aux NME Awards de 2015, l’album a remporté la “Réédition de l’année”.

Ils ont aussi tournée l’album, le jouant en entier pour la toute première fois. Après la tournée au Royaume-Uni, les Manics ont emmené la tournée The Holy Bible en Amérique du Nord en avril 2015, ils ont joué à Washington, Toronto, New York, Boston, San Francisco, Los Angeles et Chicago. Ils ont également joué au château de Cardiff le 5 juin 2015 avec 10 000 fans assistant au concert, il a été diffusé de part le pays par BBC Two Wales.

En août 2015, les Manic Street Preachers ont remporté deux places au sommet des meilleurs unes du NME de tous les temps, élues par le public.

James Dean Bradfield et Sean Moore en novembre 2015 ont fait une randonnée caritative en Patagonie, Nicky Wire n’a pas participé à ce projet, le groupe a dit : “En novembre 2015, nous marcherons dans les pas de nos ancêtres gallois quand nous ferons partie du groupe Velindre de 50 personnes célébrant le 150ème anniversaire des colons gallois arrivant en Patagonie pour une randonnée éprouvante de six jours”.

Également en novembre 2015, les Manic Street Preachers ont annoncé qu’ils allaient célébrer le 20ème anniversaire de l’album en 1996, Everything Must Go, avec leur plus grosse tête d’affiche depuis 1999, au Liberty Stadium de Swansea le 28 mai 2016 avec Public Service Broadcasting et Super Furry Animals en première partie. L’album a été joué en entier, avec Nicky Wire teasant “des faces B, des raretés et des curiosités, du best of et quelques nouvelles chansons”. Avant le dernier concert à Swansea, le groupe a joué à : Liverpool, Echo Arena (13 mai), Birmingham, Genting Arena (14 mai), Londres, Royal Albert Hall (16-17 mai), Leeds, First Direct Arena (20 mai) et Glasgow, The SSE Hydro (21 mai). Au début de l’année 2016, le groupe a annoncé la tournée européenne de Everything Must Go, ils ont joué en Europe, en Finlande, au Danemark, aux Pays-Bas et en Allemagne. À l’instar de ce qui s’est passé avec The Holy Bible, les Manics ont sorti le 20 mai une édition anniversaire spéciale de l’album, qui inclut l’album entier remasterisé avec les faces B, un vinyle lourd, le concert de la Nynex de 1997 complètement restauré en DVD, un nouveau film exclusif sur l’enregistrement de l’album, les clips officiels pour tous les singles et un livret de 40 pages. Une édition standard était aussi disponible avec un double CD comprenant uniquement l’album remasterisé et le concert à la Nynex Arena.

Le groupe a annoncé en mars 2016 qu’ils sortiraient la chanson officielle de l’équipe nationale du Pays de Galles pour l’Euro 2016 l’été suivant, intitulée Together Stronger (C’mon Wales), elle est sortie le 20 mai, comprenant également un clip avec le groupe et l’équipe galloise, les Manics ont tweeté : “C’est avec une grande fierté que nous pouvons annoncer que les Manics fourniront la chanson officielle du Pays de Galles pour l’Euro 2016 – Together Stronger (C’mon Wales)”. Tous les bénéfices de la chanson sont allés au Princess Gate Trust et au Tenovus Cancer Care. Le 8 juillet, le groupe était au City Stadium de Cardiff pour accueillir l’équipe de football du Pays de Galles de retour après avoir été sortie de l’Euro 2016 par le Portugal lors des demi-finales, le groupe a joué quelques chansons dans le stade dont la chanson officielle Together Stronger (C’mon Wales). Le lendemain soir, le 9 juillet, les Manics ont fait la tête d’affiche à l’Eden Project des Cornouailles, et plus tard le groupe a réussi à obtenir un nouveau studio d’enregistrement près de Newport au Pays de Galles. La mairie de la ville s’est assurée que seul le groupe puisse utiliser le studio, qu’il y aurait une augmentation de places de parking et une série de mesures d’insonorisations pour s’assurer que les bâtiments avoisinants ne soient pas dérangés par le bruit. Pour finir l’été, les Manics ont fait la tête d’affiche de deux autres festivals, Wasa Open Air en Finlande à la mi-août et à la fin août le Victorious Festival à Portsmouth. Le groupe a aussi reçu nomination aux 25èmes British Academy Cymru Awards pour meilleure diffusion en directe après leur concert de 2015 au château de Cardiff, célébrant le 20ème anniversaire de The Holy Bible.

En février 2017, le groupe a révélé la bande annonce d’un nouveau documentaire intitulé Escape From History, qui montre le voyage du groupe de The Holy Bible, à l’énorme succès de Everything Must Go en passant par la disparition du parolier et guitariste Richey Edwards. Le documentaire a été diffusé sur Sky Arts le 15 avril. Le groupe doit aussi livrer un nouvel album classique et mélodieux plus tard dans l’année.

Le groupe a sorti une édition spéciale de leur album Send Away The Tigers le 12 mai. 2017 marque le 10ème anniversaire du disque et les Manics disent que “c’est un album très important” de leur carrière”. L’édition spéciale comprend un album remasterisé ainsi que des faces B et des raretés étalées sur deux disques, plus un DVD qui comprend la prestation du groupe à Glastonbury, des images de répétition, une description morceau par morceau de l’album et des clips.


Travail solo

À la fin de l’année 2005, Bradfield et Wire ont tous les deux annoncé qu’ils avaient l’intention de sortir chacun un album solo avant un nouvel album du groupe. Un téléchargement gratuit de la chanson de Nicky Wire I Killed The Zeitgeist a été posté sur le site du groupe pendant une journée, le jour de Noël 2005, tandis que The Shinning Path est sortie en téléchargement exclusif sur iTunes. De plus, un sampler promotionnel de l’album a été envoyé à la presse et certaines autres personnes et qui incluait I Killed The ZeitgeistGoodbye SuicideSehnsucht et Everything Fades.

L’album est officiellement sorti en septembre 2006. Il est entré à la 130ème place des charts britanniques. Le son de l’album, auquel Nicky s’est réferé comme son “album nihiliste contre tout”, a été inspiré, entre autres, par Neu!, The Plastic Ono Band, Einstürzende Neubauten, The Modern Lovers, Richard Thompson et Lou Reed. Seul un single officiel est sorti, Break My Heart Slowly, qui est entré à la 74ème place des charts. Nicky a tourné dans des petites salles intimes du Royaume Uni avec son groupe The Secret Society.

L’album solo de Bradfiled, The Great Western, est sorti en juillet 2006, avec des chroniques positives de la part des critiques. Il a atteint le 22ème place au Royaume Uni. Le son de l’album a été inspiré, entre autres, par Jeff Beck, Badfinger, Simple Minds et McCarthy. Deux singles ont été sortis : That’s No Way To Tell A Lie (18ème place) en juillet, qui a aussi été la musique de fond du concours “Goal of the Month” de l’émission de la BBC, Match of the Day, en juillet et puis An English Gentleman (31ème place) en septembre. Ce dernier est dédié à la mémoire du premier manager des Manics, Philip Hall, à qui The Holy Bible est dédié. Les pressages initiaux du 45 tours rouges ont en fait été faits sur du vinyle noir, dont certains ont été envoyés à des distributeurs par erreur. James a tourné l’album avec un groupe qui incluait Wayne Murray, qui jouera par la suite de la guitare rythmique sur scène avec les Manics. Les concerts solos de James comprenait des reprises des chansons Clampdown et The Card Cheat du Clash, toutes les deux extraites de l’album London Calling.

Dans une interview plus récente, quand on a demandé collectivement au groupe ce qu’ils avaient appris de faire un disque solo, Sean Moore a sèchement lâché : “Ne pas en faire un”.


Collaborations et reprises

Le groupe a sorti en 1992 un split single avec Fatima Mansions, une reprise rock de Suicide Is Painless, qui est devenue leur premier tube du Top 10 britannique. Ils ont enregistré de nombreuses reprises d’autres artistes, principalement en faces B de leurs singles. Les groupes auxquels ils ont rendu hommage ainsi incluent les Clash, les Guns N’Roses, Alice Cooper, Happy Mondays, McCarthy, Chuck Berry, Faces et Nirvana.

La première apparition musicale du groupe depuis le départ d’Edwards a été d’enregistrer une reprise de Raindrops Keep Falling On My Head (Toute la pluie tombe sur moi) pour l’album Help, œuvre caritative de 1995 pour soutenir la Bosnie Herzegovine déchirée par la guerre.

La chanson Waiting For Today To Happen des Lightning Seeds, extrait de leur cinquième album Dizzy Heights (1996), a été écrite par Nicky Wire et Ian Broudie. La même année, James Dean Bradfield et Dave Eringa ont produit le premier single de Northern Uproar Rollercoaster/Rough Boys. La chanson Lopez de 808 State (1997) comprend des paroles de Wire et la voix de Bradfield. Elle apparaissait sur leur best of 808:88:98. Le sixième album de Kylie Minogue, Impossible Princess (1997), comprend deux chansons co-écrites et produites par les Manics : Some Kind Of Bliss (Bradfield/Minogue/Moore) et I Don’t Need Anyone (Bradfield/Jones/Minogue) étaient produites par James et Dave Eringa. Bradfield a contribué des chœurs, de la basse et de la production pour la chanson Inertia Creeps de Massive Attack (1998), qui apparaît sur leur troisième album à succès, Mezzanine. L’album de poésie mise en musique de Patrick Jones, Commemoration And Amnesia (1999), comprend deux chansons dont la musique est écrite par Bradfield : le titre éponyme et The Guerilla Tapestry. Bradfield joue de la guitare sur les deux chansons. De plus, le morceau Hiraeth comprend une section intitulée Spoken Word dans laquelle Nicky Wire parle de l’identité galloise.

En février 2006, le groupe a contribué une reprise de The Instrumental sur l’album Still Unravished: A Tribute To The June Brides.

En février 2008, les Manics ont repris le tube pop de Rihanna, Umbrella. Leur version est apparue sur un CD intitulé NME Awards 2008 donné gratuitement avec une édition spéciale du NME, qui a été mis en vente le 27 février. De plus, la version des Manics a été disponible sur iTunes depuis le 5 mars. Malgré être éligible pour les charts (elle a atteint la 47ème place au Royaume Uni), la sortie n’était pas prévue comme single officiel. Deux autres versions (Acoustique et Grand Slam Mix) ont été plus tard disponibles sur iTunes et constituent maintenant le Umbrella EP trois titres.

James Dean Bradfield et Nicky Wire ont contribué une chanson originale, The Girl from Tiger Bay, sur l’album studio de 2009 de Shirley Bassey, The Performance.


Style musical

La musique des Manic Street Preachers a été diversement décrite comme rock alternatif, hard rock, punk, glam et pop. Selon leur biographique AllMusic, le groupe s’est modelé d’après les Clash et les Sex Pistols, tentant de restaurer la révolution au rock “à une époque où la Grande-Bretagne était dominée par le shoegaze en transe et l’acid house droguée sans visage”.

Source : Wikipédia, traduit depuis l’anglais
Dernière modification – 7 mai 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s