Telegraph – 24 novembre 2008 : Richey Edwards

Richey Edwards, qui était le co-parolier des Manic Street Preachers et qui a endossé le statut d’un Kurt Cobain britannique

Richey Edwards, qui a été déclaré légalement mort dimanche, était l’ancien co-parolier et guitariste rythmique du groupe rock Manic Street Preachers ; il a disparu d’une chambre d’hôtel londonien en février 1995, quand il avait 27 ans, et personne n’a pu confirmer l’avoir vu depuis.

Musicalement, Edwards ne contribuait rien au groupe (il ne chantait pas, et au début des performances live des Manics, sa guitare était souvent débranchée tandis qu’il faisait du playback). Il était néanmoins un composant vital du groupe en tant que polémiqueur et co-parolier (avec Nicky Wire), et pour les fans du groupe, il devait endosser le statut d’un Kurt Cobain britannique – une impulsion vers l’auto-destruction, évidente depuis son adolescence, faisait partie de son caractère.

Richard James Edwards est né le 22 décembre 1967 à Blackwood dans le Sud du Pays de Galles. Ses capacités intellectuelles étaient évidentes au lycée Oakdale de Blackwood où il a obtenu 3 A à ses A Levels. À l’University of Wales à swansea, il a étudié l’histoire politique et a brièvement caressé la notion de devenir professeur.

Blackwood, d’où tous les quatre membres des Manic Street Preachers étaient originaires, est une petite ville dans les anciennes vallées minières du Sud du Pays de Galles. Le père de Richey, ancien mineur, a dû se recycler comme coiffeur, et le groupe était né à la suite de la grève des mineurs et les conditions économiques déprimées de l’époque.

Richey Edwards et le bassiste Nicky Wire (de son vrai nom Jones) étaient des amis proches de l’université, ont été rejoints par James Dean Bradfield comme chanteur/guitariste et son cousin, Sean Moore, à la batterie. Bradfield et Moore ont pris le rôle de compositeurs de la musique ; Edwards et Wire écrivaient les paroles, tout en concevant les disques et le matériel de promotion et s’occupaient de l’image publique du groupe.

Au début, ils ont tenté d’imiter le Clash, et ont produit peu de choses de valeur sur le plan musical. Pour se faire remarquer, ils ont tenté d’être provocants (leur troisième single comprenait un refrain avec la ligne “J’ai ri quand Lennon s’est fait buter” ; et dans une tentative de générer du glamour dans une époque de caractère terne, ils appliquaient de l’eyeliner et de la peinture en bombe.

Petit à petit, ils ont commencé à avoir un impact sur les charts. Leur single Motown Junk est entré à la 92ème place ; You Love Us est allé à la 64ème place ; et Stay Beautiful a atteint la 40ème place. Après avoir signé chez Sony (à l’irritation des fans indés), en 1992, ils ont produit un double album rock commercial, Generation Terrorists, qui est entré à la 13ème place des charts.

Un second album, Gold Against The Soul, a suivi en 1993, comprenant des chansons écrites par Edwards sur l’insomnie, l’impossibilité de l’amour, et les problèmes de devenir un adulte. À ce moment, cependant, il devenait de plus en plus perturbé. En mai 1991, après un concert à Norwich, il avait utilisé un rasoir pour inscrire “4 REAL” sur l’avant-bras, geste qui a nécessité une visite à l’hôpital et 17 points de sutures. C’était un auto-mutilateur habituel depuis ses jours d’école, et dans une première interview pour un magazine adolescent, il a une fois poussé ses fans à se tuer avant d’atteindre l’âge de 13 ans. Il a une fois dit de son impulsion auto-destructrice : “Quand j’étais jeune, je voulais juste être remarqué”. Plus tard, il a dit que se couper l’aidait à se concentrer.

Il devenait aussi de plus en plus dépendant de l’alcool et montrait des signes d’anorexie. Au moment du troisième album du groupe, The Holy Bible (1994), pour lequel il a écrit la majeure partie des paroles, l’état mental d’Edwards s’était sérieusement détérioré. En juillet de cette année, il a été admis dans un hôpital psychiatrique de Cardiff et, plus tard, dans The Priory à Londres.

Edwards semblait répondre au traitement, et il a rejoint le groupe pour sa tournée d’automne. Il était sur scène pour une performance à l’Astoria de Londres le 21 décembre 1994, à la fin duquel ils ont détruit leur matériel. Ce devait être sa dernière apparition.

Le 2 février 1995, quand les Manics devaient s’embarquer sur un voyage promotionnel aux États-Unis, James Dean Bradfield est allé chercher Edwards dans sa chambre d’hôtel à Bayswater à Londres. N’ayant aucune réponse, lui et d’autres personnes ont enfoncé la porte pour trouver 30 pages de paroles mais aucun signe d’Edwards. Son père a trouvé son passeport et ses cartes de crédit dans l’appartement de Richey à Cardiff ; et le 17 février, la police a trouvé sa voiture à une station service près du pont de la Severn. Beaucoup pensaient qu’il s’étaient suicidé, bien que son corps n’a jamais été retrouvé.

Pendant les 13 dernières années, Edwards a été le personnage disparu du rock, l’équivalent de Lord Lucan de l’industrie ; on l’aurait vu de part le monde, de Goa aux Îles Canaries. Ses royalties d’écriture ont continué à être payées sur un compte qui est demeuré non touché.

Beaucoup ont présumé que le groupe se séparerait après la disparition d’Edwards, mais même s’ils l’ont considéré, ils se sont rassemblés, et ont atteint encore plus de succès depuis. Un an après la disparition d’Edwards, les Manic Street Preachers ont atteint la 2ème place des charts singles avec A Design For Life, et un mois plus tard, leur album Everything Must Go est également entré à la 2ème place.

Le groupe n’a jamais exploité la disparition de leur collègue, et ce n’est que maintenant qu’ils enregistrent un album qui comprendra une grande partie des paroles qu’il a laissées. Ils ne l’ont pas remplacé et continuent en trio.

Richey Edwards aurait pu être déclaré mort en 2002, après le septième anniversaire de sa disparition, mais sa famille a choisi de ne pas le faire.

Traduction – 12 octobre 2009

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :