Tennessee Williams

Tennessee Williams (né Thomas Lanier Williams, 26 mars 1911 – 25 février 1983) était un dramaturge américain qui a reçu de nombreuses récompenses. Il s’est installé à la Nouvelle Orléans en 1939 et a changé son nom pour “Tennessee”, l’État de naissance de son père.

Il a gagné le Prix Pulitzer pour un Tramway nommé désir en 1948 et la Chatte sur un toit brûlant en 1955. De plus, la Ménagerie de verre (1945) et la Nuit de l’iguane (1961) ont reçu le New York Drama Critics’ Circle Award. Sa pièce de 1952, la Rose tatouée a reçu le Tony Award (équivalent amércain des Molières) de la meilleure pièce.

Williams est né à Colombus dans le Mississippi, dans la maison de son grand-père maternelle, le pasteur épiscopal local. Il était d’origine anglaise. La maison est désormais le Mississippi Welcome Center et office du tourisme de la ville. Le deuxième prénom de Williams, Lanier, indique les liens de sa famille en Virginie à la famille artiste d’Angleterre.

À l’âge de trois ans, Thomas et sa famille ont déménagé à Clarksdale dans le Mississippi. À cinq ans, il a été diagnostiqué de la diphtérie. Cela a engendré la paralysie de ses jambes pendant près de deux ans mais sa mère l’a encouragé à inventer des histoires et à lire. Elle lui a donné une machine à écrire à 11 ans.

Son père Cornelius Williams était un vendeur ambulant qui est devenu de plus en plus violent envers ses enfants au fur et à mesure qu’ils grandissaient. Le père préférait souvent le frère Dakin de Tennessee, peut-être à cause de la maladie de Tennessee et de sa faiblesse et convalescence enfant. La mère de Tennessee, Edwina Dakin Williams avait des aspirations de jeune fille distinguée du Sud et était possessive. Il se peut qu’elle ait souffert d’un trouble de l’humeur.

En 1918, quand Williams avait sept ans, la famille a encore déménagé, cette fois pour Univeristy City dans le Missouri, où il est plus tard allé à la University City High School. En 1927, à 16 ans, Williams a gagné la troisième prix (5$) pour un essai publié dans Smart Set intitulé Can a Good Wife Be a Good Sport?. Un an plus tard, il a publié The Vengeance of Nitocris dans Weird Tales.

Au début des années 1930, Williams est allé à l’University of Missouri, où il a rejoint la fraternité Alpha Tau Omega et où il a vu une production des Revenants de Henrik Ibsen [voir “Deprive man of his life and you rob him of his happiness” (Citations)]. Ses frères l’ont surnommé “Tennessee” à cause de son riche accent du Sud. À la fin des années 1930, Williams est transferré à la Washington University de St. Louis dans le Missouri pendant un an, obtenant finalement un diplôme de l’University of Iowa en 1938. À l’époque, Williams avait écrit Cairo, Shanghai, Bombay!. Cette œuvre a été jouée pour la première fois en 1935 au 1780 Glenview de Memphis.

Tennessee Williams a trouvé l’inspiration dans sa famille problématique pour une grande partie de ses écrits.

Williams a vécu un moment dans le Quartier français de la Nouvelle Orléans en Louisiane. Il s’y est installé en 1939 pour écrire pour le WPA. Il a d’abord vécu au 722 Toulouse Street, décor de sa pièce de 1977, Vieux Carré. L’immeuble fait partie de l’Historic New Orleans Collection. Il a commencé à écrire un Tramway nommé désir (1947) lorsqu’il vivait au 632 St. Peter Street. Il l’a fini plus tard à Key West en Floride, où il s’est installé dans les années 1940.

Tennessee était proche de sa sœur Rose, beauté mince dont la schizophrénie a été diagnostiquée dès un jeune âge. Comme il était courant à l’époque, Rose a été placée en institut et a passé la majeure partie de sa vie d’adulte en hôpitaux psychiatriques. Quand les thérapies n’avaient pas de succès, elle montrait des tendances plus paranoïaques. Dans l’effort de la traiter, les parents de Rose ont autorisé une lobotomie préfrontale, traitement drastique dont on pensait être une aide à certains patients de troubles mentaux qui souffraient d’extrême agitation. Pratiquée en 1937 à Knoxville dans le Tennessee, l’opération l’a rendue incapable pour le reste de sa vie.

Williams n’a jamais pardonné à ses parents. La chirurgie de sa sœur peut avoir contribué à son alcoolisme et sa dépendance de diverses combinaisons d’amphétamines et de barbituriques souvent prescris par le Dr. Max (Feelgood) Jacobson. Ils peuvent avoir partagé une vulnérabilité génétique, étant donné que Williams souffrait également de dépression.

Williams a travaillé extrêmement brièvement dans le renommé Gotham Book Mart de Manhattan, durant moins d’une journée.

La relation homosexuelle de Williams avec Frank Merlo, sicilo-américain de seconde génération qui avait servi dans la marine américaine durant la seconde guerre mondiale, a duré de 1947 à la mort de Merlo du cancer en 1963. Avec cette stabilité, Williams a créé ses œuvres les plus durantes. Merlo fournissait un équilibre aux périodes fréquentes de dépression de Williams et la peur que, comme sa sœur Rose, il devienne fou.

Williams est décédé le 24 février 1983, après qu’il se soit étouffé avec le bouchon d’un flacon de collyre dans sa chambre de l’Hotel Elysee à New York. Il plaçait toujours le bouchon dans sa bouche, se penchait en arrière et se mettait du collyre dans les yeux. Le rapport de police, cependant, suggérait que sa consommation de drogue et alcool a contribué à sa mort. Beaucoup de drogues toxiques ont été trouvées dans la chambre. Le réflexe de tousser de Williams a pu être diminué par les effets de la drogue et de l’alcool.

Les funérailles de Williams ont eu lieu le samedi 3 mars 1983 à la St. Malachy’s Roman Catholic Church de New York. Le corps de Williams a été enterré dans le Calvary Cemetery de St. Louis dans le Missouri. Williams avait longtemps dit à ses amis qu’il voulait être enterré au bord de la mer à côté du poète Hart Crane, comme il considérait Crane comme l’une de ses influences les plus importantes.

Williams a laissé ses droits littéraires à l’University of the South en honneur de son grand-père, Walter Dakin, ancien étudiant de l’université. Elle est située à Sewanee dans le Tennessee. Les fonds soutiennent un programme d’écriture créative. Quand sa sœur Rose est morte après de nombreuses années dans un hôpital psychiatrique, elle a légué plus de 50 millions de $ de sa part de la propriété Williams à l’University of the South également.

En 1989, l’University City Loop (dans une banlieue de St. Louis) a institué Tennessee Williams dans son St. Louis Walk of Fame.

Le thème de “l’héroïne folle” qui apparaît dans de nombreuses de ses pièces semblait clairement influencé par la vie de la sœur de Williams, Rose.

Les personnages de ses pièces sont souvent considérés comme des représentations des membres de sa famille. Laura Wingfield dans la Ménagerie de verre était comprise comme modelée sur Rose. Certains biographes croyaient que le personnage de Blanche DuBois dans un Tramway nommé désir est également fondée sur elle, ainsi que sur Williams lui-même. Quand Williams a écrit un Tramway nommé désir, il croyait qu’il allait mourir et que cette pièce serait son chant du cygne.

Amanda Wingfield dans la Ménagerie de verre était généralement vue pour représenter la mère de Williams. Des personnages tels que Tom Wingfield dans la Ménagerie de verre et Sebastian dans Soudain l’été dernier étaient compris comme représentation de Williams lui-même. De plus, il a utilisé une lobotomie comme motif dans Soudain l’été dernier.

La Chatte sur un toit brûlant et un Tramway nommé désir incluaient toutes les deux des références de la vie de Williams comme l’homosexualité, l’instabilité mentale et l’alcoolisme.

Williams a écrit The Parade, or Approching the End of a Summer quand il avait 29 ans et a travaillé dessus tout au long de sa vie. Elle semblait être un portrait autobiographique d’une première romance à Provincetown dans le Massachusetts. Cette pièce a été produite pour la première fois le 1er octobre 2006 à Provincetown par la compagnie de production Shakespeare on the Cape, dans le cadre du premier Festival Annuel de Tennessee Williams à Provincetown.

The Parade, or Approaching the End of a Summer était parmis plusieurs œuvres publiées par New Directions au printemps 2008, éditées et introduites par l’universitaire de Williams, Annette J. Saddik. Ce recueil de pièces expérimentales a été intitulée The Traveling Companion and Other Plays.

La dernière pièce de Williams, A House Not Meant to Stand, est une comédie gothique publiée en 2008 par New Directions avec un prologue de Gregory Mosher et une introduction de Thomas Keith. Williams a nommé cette dernière pièce une “sonate gothique du Sud qui fout les pétoches”.

D’autres œuvres de Williams incluent Camino Real et Doux Oiseau de jeunesse.

Ses pièces sont préoccupées avec les extrêmes de la brutalité et du comportement sexuel humain (“Tennessee nights just zip-code love” – “les nuits de Tennessee sont des amours de code postal”) : la folie, le viol, l’inceste, la nymphomanie, ainsi que les morts violentes et fantastiques. William lui-même a souvent commenté la violence de ses œuvres qui semble pour lui faire partie de la condition humaine ; il était conscient aussi de la violence de ses pièces exprimée dans un décor particulièrement américain. On ne discutait pas de l’homosexualité ouvertement à cette époque, mais les thèmes du désir et de l’isolement dans les pièces de Williams montrent, entre autres, l’influence d’être gay dans un monde homophobe.

Une photo de Richey Edwards lisant un recueil de pièces de Tennessee Williams a été imprimée sur la pochette de Roses In The Hospital.

VOIR AUSSI :

Advertisements
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :