Mike Tyson

Mentionné dans Dead Yankee Drawl :
“Let’s go to Indiana Youth Centre quickly
Tyson‘s money ain’t as free as Junior Kennedy’s”
et dans Us Against You :

“You ain’t ever been a racist
But Tyson was guilty man
He was guilty”

Michael Gerard “Mike” Tyson est un boxeur américain né à Brooklyn, New York, le 30 juin 1966.

Durant sa carrière, il a été champion poids lourds incontesté et reste le plus jeune boxeur à avoir jamais remporté un titre mondial à tout juste 20 ans, contre Trevor Berbick. Il a marqué l’histoire de la boxe par son parcours hors du commun, et les esprits par son comportement, sur et en dehors des rings.

Surnommé “Kid Dynamite”, “Iron Mike” ou encore “The Baddest Man on the Planet”, Tyson remporte ses 19 premiers matchs professionnels par knock-out, dont 13 dans la première reprise. Il unifie les ceintures des poids lourds des différentes organisations à la fin des années 1980. Il est champion du monde des poids lourds incontesté pendant trois ans, avant de perdre contre son challenger James Buster Douglas en 1990, alors largement donné perdant.

En 1992, Tyson est condamné pour le viol de Desiree Washington à une peine de trois années de prison. C’est lors de sa détention qu’il se convertit à l’islam et prend le nom de Malik Abdul Aziz.

Après sa sortie de prison en 1995, Tyson reprend la boxe et remporte les titres WBA et WBC avant de perdre contre Evander Holyfield en 1996 par TKO dans la 11ème reprise. Leur match revanche en 1997 est arrêté après que Tyson a été disqualifié pour avoir mordu l’oreille d’Holyfield. En 2002 à l’âge de 35 ans il combat à nouveau pour le titre mais perd par knock-out face à Lennox Lewis. En août 2003, il se déclare en faillite, après avoir gagné près de 300 millions de dollars sur les rings au cours de sa carrière. Il se retire de la compétition en 2005, après avoir essuyé deux défaites consécutives contre Danny Williams et Kevin McBride.

Afro-américain, né en 1966 à Brooklyn, Tyson passe une jeunesse difficile dans le ghetto de Brownsville. Suite à des délits, il est interné dans la maison de correction de Tryon où il est remarqué par le gardien Bobby Stewart, ancien boxeur et ancien vainqueur des Golden Gloves de 1974. Celui-ci remarque les capacités athlétiques de Tyson qui à l’âge de 13 ans pèse déjà 85 kg. Stewart fait placer Tyson dans l’établissement de Cus D’Amato, ancien entraîneur des champions de boxe Floyd Patterson et José Torres, reconverti dans l’aide aux jeunes défavorisés à qui il enseigne la boxe. Sous la tutelle de D’Amato qui devient son père adoptif, Tyson vit à Catskill à partir de 1979 et devient rapidement l’élève préféré de l’entraîneur septuagénaire qui voit déjà en lui le futur champion du monde des poids lourds. Même si ses débuts en boxeur amateur sont convaincants, Tyson n’est pas sélectionné pour représenter les États-Unis aux Jeux olympiques de 1984. L’année suivante, Tyson passe professionnel sous le management de Jim Jacobs et de son associé Bill Cayton.

Il fait ses débuts comme boxeur professionnel le 6 mars 1985. Il boxe tout au long de l’année principalement dans les alentours de New York et d’Atlantic City et assomme la totalité des 15 adversaires qu’il rencontre par KO dont 11 par KO à la 1ère reprise. Il reçoit son premier surnom, “Kid Dynamite” et la presse se fait l’écho du nouvel élève de Cus D’Amato. Le mentor du futur champion meurt à 77 ans le 4 novembre 1985 d’une pneumonie. Il n’aura pas l’occasion de voir les principaux exploits de son 3ème et dernier champion du monde. Tyson est alors entraîné par Kevin Rooney, un autre boxeur de D’Amato.

Tyson est plutôt petit pour un poids lourd (officiellement il mesure 1,80m alors qu’il semble qu’il mesurerait 1,78m). Son style ressemble donc à ceux de Rocky Marciano et Joe Frazier, champions limités par leur taille. En revanche, avec ses 100 kg de muscles, Tyson reste dans la norme des poids lourds. Une énorme force de frappe, une rapidité féroce, une grande précision, un bon coup d’œil, des esquives de grande qualité et des réflexes excellents feront des étincelles pendant la moitié de sa carrière. Son image est également marquante, vêtu d’un short noir et de chaussures basses en cuir noir, sans chaussettes, sans peignoir, avec une coupe de cheveux militaire, Tyson terrorise la plupart de ses adversaires par son look de gladiateur invincible et effrayant mettant en avant son torse bodybuildé.

C’est en 1986 que sa carrière prend tournure. Le public vient assister en masse à ses combats, le boxeur apparaît dans des émissions de télévisions, des revues lui accordent des articles. Ce sportif qui n’a pas 20 ans perçoit déjà des centaines de milliers de dollars pour la diffusion de ses combats sur des chaînes télévisées. Le 16 février, Tyson affronte son premier adversaire sérieux : Jesse Fergusson qui ne compte qu’une seule défaite et a remporté l’année précédente un tournoi poids lourds ESPN de l’Est des États-Unis. Tyson envoie Fergusson au tapis durant la 5ème reprise. Fergusson multiplie ensuite les accrochages dans la reprise suivante avant que l’arbitre ne le disqualifie pour non-combativité.

Au mois de mai, Tyson affronte James Tillis un boxeur expérimenté sur le déclin. Celui-ci est le premier à tenir la distance contre le jeune prodige. Il évite les charges furieuses caractéristiques du boxeur de Catskill dans les premières reprises mais va au tapis à la 4ème sur un coup manqué qui est contré sèchement par Tyson. Tillis se montre plus actif que son adversaire dans les dernières reprises. Tyson ne remporte ce combat aux points qu’avec une marge approximative de deux points. Deux semaines plus tard, Tyson est confronté à Mitch Green dans le Madison Square Garden de New York. Tyson remporte haut la main ce combat même si son rival est encore debout à la fin de la dernière reprise. Green est le premier boxeur à ne pas aller à terre contre Tyson.

En 1986 un tournoi est organisé à Las Vegas pour réunifier le titre des lourds entre les 3 champions des 3 fédérations concurrentes en place. Tyson n’y est pas convié. Jugé trop jeune par les promoteurs du tournoi qui se méfient surtout de sa force explosive et de l’effet néfaste qu’elle pourrait produire sur leurs favoris, ils empêchent sa participation. Le directeur de la chaîne HBO qui finance le tournoi les contraint d’accepter la présence de Tyson. Il tient absolument à faire participer ce boxeur médiatique qui est devenu la nouvelle bonne affaire de la catégorie au cours de l’été : Le 26 juillet, Tyson bat en 30 secondes Marvis Frazier le fils de Joe Frazier qui n’avait concédé qu’une seule défaite contre Larry Holmes. Le 17 août, il a mis KO José Ribalta (23 victoires, 3 défaites) en l’envoyant au sol dans les 2ème, 8ème et 10ème reprises.

Tyson débute le tournoi le 6 septembre 1986. Il est à l’affiche du combat de Michael Spinks qui défend son titre IBF. “Iron Mike” se mesure à Alfonso Ratcliff, un ancien champion du monde des lourds légers qu’il bat en deux reprises.

Il entre ensuite dans l’histoire de la boxe le 22 novembre 1986 par sa victoire contre Trevor Berbick, le champion WBC, par un KO expéditif et spectaculaire. Dès la première reprise, le jeune challenger impose sa force par des échanges de coups violents, dans les premières secondes de la 2ème reprise, un enchaînement brutal envoie Berbick au sol. À moins d’une minute de la fin de la reprise, il retourne à terre. Secoué, le boxeur canadien se redresse pour retomber contre les cordes où il percute deux journalistes qui le photographient. Se redressant à nouveau, Berbick retombe aux pieds de l’arbitre. Dans un ultime effort il se relève et l’arbitre voyant son incapacité à reprendre le combat déclare Tyson vainqueur. Il devient ainsi le plus jeune boxeur à devenir champion du monde des lourds (mais d’une seule fédération) et bat le record de précocité détenu par Floyd Patterson, l’autre grand champion de Cus D’Amato. Tyson est nommé boxeur de l’année 1986 avec un palmarès de 28 victoires dont 26 KO et aucune défaite.

Le 7 mars 1987, Tyson affronte James Smith qui détient le titre WBA, le combat déçoit les attentes du public qui espérait un nouveau KO spectaculaire de Tyson. Smith perdra aux points contre Tyson en s’accrochant tout au long du combat au champion WBC, l’empêchant de boxer. Tyson tombe par terre en glissant par inadvertance lors d’un accrochage et n’arrive pas à trouver de tactique efficace contre Smith. Le jeune champion a montré d’inquiétants signes de frustration entre les 7ème et 8ème reprises. Pourtant il a gagné presque toutes les reprises d’un combat qui reste la plus large victoire aux points de sa carrière. Il ne lui reste plus qu’à récupérer le titre IBF perdu sur tapis vert par Michael Spinks. Le 30 mai, un combat entre Tony Tucker et James Douglas est organisé pour désigner le successeur de Spinks. Jacobs, le promoteur de Tyson place son champion à l’affiche et lui oppose Pinklon Thomas, l’ancien champion WBC qui ne compte qu’une seule défaite. Jacobs était persuadé que Tyson mettrait KO Thomas qui souffrait de problèmes de toxicomanie et qu’il serait réhabilité de son précédent combat aux yeux du public. Le 30 mai, Tyson malmène Pinklon Thomas dès la 1ère reprise. Le challenger résiste quand même jusqu’à la 6ème reprise où il va au tapis une première fois. Il y retourne sur un enchaînement dévastateur de 16 coups et l’arbitre met fin à la rencontre.

Le tournoi prend fin le 1er août 1987 par le combat de réunification du titre entre Tyson et Tony Tucker qui vient de s’emparer du titre IBF. Les deux champions, chacun invaincu, iront jusqu’à la limite des 12 reprises. Tucker est le boxeur qui a été le plus proche de la victoire contre Mike Tyson à son apogée. À la première reprise, le champion IBF délivre de bons coups que Tyson encaisse sans broncher mais reste sur la défensive et subit la pression du jeune champion. Pendant les premières reprises, mobile et adroit, il gêne son rival et évite ses charges furieuses mais en fait trop peu pour inquiéter Tyson. Tyson vainqueur aux points à l’unanimité a réunifié le titre, mais ses combats contre Smith et Tucker n’ont pas convaincu tous les amateurs et tous les journalistes sportifs. En fait, le public est devenu très exigeant et espère à chaque sortie un KO spectaculaire de la part de Tyson.

Tyson est devenu riche et célèbre à l’issue du tournoi, le seul adversaire qui peut l’inquiéter est l’ancien champion invaincu Michael Spinks qui a détenu le titre IBF de 1985 à 1987. Celui-ci craint le nouveau champion et n’est pas pressé de l’affronter, ce qui oblige Tyson à se rabattre sur d’autres challengers.

Jim Jacobs organise un combat inutile contre Tyrell Biggs, l’ancien médaillé d’or olympique qui ne compte que 15 combats contre des adversaires médiocres alors que Tyson a à son actif 31 victoires. Biggs suite à des problèmes de toxicomanie a subi une cure de désintoxication qui a échoué. Cet affrontement illogique a été voulu par Jacobs qui a besoin des managers de Biggs pour préparer le combat entre Tyson et Spinks qui risque de devenir le combat le plus cher de l’histoire de la boxe. Tyson, pour sa part, déteste Biggs qui s’était moqué de lui lors de sa carrière amateur : il avait été sélectionné à sa place pour participer aux Jeux olympiques de 1984. Tyson fait durer le combat et prend plaisir à malmener Biggs avant que celui-ci ne s’écroule contre les cordes, la tête en dehors du ring. Tyson qui avait accompli tous ses combats du tournoi de réunification au casino Hilton de Las Vegas boxe cette fois-ci à Atlantic City dans le casino Trump Plaza du richissime Donald Trump. En concurrence avec Las Vegas, ses établissements accueilleront les principaux combats de Tyson pendant son règne.

En 1988 Tyson atteint son apogée. Il bat l’ancien champion du monde Larry Holmes le 22 janvier (peu populaire celui-ci souhaitait faire un dernier coup d’éclat). Holmes était alors une proie facile pour le champion, il n’avait pas boxé depuis deux ans et avait pris du poids, même s’il restait un technicien très habile. Pour la première fois de sa carrière il perd avant la limite à la 4ème reprise où Tyson l’envoie trois fois au tapis.

En attendant le combat contre Spinks, Tyson se rend à Tokyo où il est très populaire. Il y affronte Tony Tubbs ancien champion WBA qui ne compte qu’une seule défaite mais qui est trop gras pour lui offrir une résistance sérieuse. Tubbs s’écroule à la 2ème reprise, affaibli par les nombreux crochets au corps du champion.

Au retour de Tyson du Japon, son manager Jacobs qu’il considérait comme son grand frère meurt. Il est remplacé par son bras droit, le financier Bill Cayton que Tyson n’apprécie pas. Une lutte de pouvoir s’engagera entre Cayton et Don King pour le contrôle du champion.

Tyson affronte finalement Spinks le 27 juin 1988 au Trump Plaza pour 20 millions de dollars (un record). Tyson mettra KO son challenger apeuré après 1 min 30s de combat. Ce combat est considéré comme la plus grande performance de Tyson qui a alors atteint son apogée.

La supériorité de Tyson est alors indiscutable, mais cet ancien voyou à la personnalité tourmentée fait la une des journaux à scandales, se dispute avec son entourage, renvoie son très bon entraîneur Kevin Rooney, digère mal son divorce avec sa femme Robin Givens et surtout devient le boxeur du promoteur Don King ; celui-ci, par goût de l’argent facile ruinera le reste de la carrière de Tyson en lui organisant des combats inégaux et souvent dénués d’intérêt.

Après le combat contre Spinks, on envisage une tournée mondiale pour Tyson : à la Wembley Arena de Londres contre le Britannique Frank Bruno, particulièrement populaire dans son pays, au carnaval de Rio contre Adilson Rodriguez, à Milan contre Francesco Damiani, à Pékin contre l’ancien champion George Foreman et surtout à Atlantic City contre Evander Holyfield le champion incontesté des lourds légers qui vient de passer dans la catégorie supérieure. Mais les problèmes personnels de Tyson empêchent cette tournée planétaire. Le combat contre Bruno qui doit avoir lieu en octobre 1988 à Londres est reporté en février 1989 à Las Vegas à cause des multiples affrontements judiciaires entre Don King et Bill Cayton pour contrôler le champion.

Frank Bruno, malgré un bon palmarès a fini KO devant Tim Witherspoon et James Smith, il lui semble impossible de l’emporter contre Iron Mike. La presse prédit une défaite cuisante du challenger. Ce qui semble confirmé par les premiers instants du combat où Bruno se retrouve au tapis. Cependant il se relève et essaye tant bien que mal de rendre coup pour coup à Tyson, dont la défense paraît moins efficace qu’auparavant. L’arbitre arrête le combat à la 5ème reprise où le courageux Bruno est assommé mais toujours debout. Ce combat est le premier du long déclin de Tyson, ne s’appuyant plus que sur sa force, Tyson perd ses réflexes et ses qualités défensives, il continue à gagner mais moins bien qu’auparavant. Surtout il est victime de sa propre image, trop habitué à des adversaires apeurés, il montre pour la première fois des signes de déclin face à un adversaire peu doué mais très courageux.

Après un succès contre Carl Williams KO à la 1ère reprise, Tyson doit normalement affronter Donovan Ruddock le challenger n°1 mais Don King, qui contrôle désormais le champion, préfère lui opposer James “Buster” Douglas, l’un de ses boxeurs, censé être moins redoutable que Ruddock. Ce combat qui n’enthousiasme pas l’Amérique à lieu à Tokyo et, à la surprise générale, Tyson, hors de forme, est dominé par cet athlète anonyme qui n’a pas peur de lui. Même si Douglas, surpris par un uppercut va à terre à la 8ème reprise, il continue de marteler Tyson et le met KO pour la première fois de sa carrière à la 10ème reprise. Tyson, marchant à quatre pattes, récupère son protège-dents tombé lui aussi et se relève difficilement. L’arbitre arrête le combat.

À la suite de ce combat, Don King lance une polémique sur les 4 secondes supplémentaires dont Douglas avait bénéficié à la 8ème reprise alors qu’il était à terre suite à une erreur du chronométreur qui, surpris de voir Douglas au tapis, avait commencé son décompte en retard. Douglas conserve son titre, le règlement stipulant qu’un boxeur est déclaré KO après le compte de l’arbitre (arrivé à 8) et non celui du chronométreur (2 de plus au départ). De plus, Douglas était prêt à se relever au bout de quelques secondes, les vidéos le montrent attentif à l’arbitre, et aurait pu de toute façon se relever avant le compte de 10.

Après cet échec Tyson se reprend. Il met KO à la 1ère reprise Henry Tillman qu’il avait déjà rencontré lors de sa carrière amateur. Don King est prêt à organiser la revanche contre James Douglas, mais celui-ci perd son titre le 25 octobre 1990 contre Evander Holyfield. Tyson, en attendant un affrontement contre le nouveau champion, remporte des succès retentissants contre le très bon Alex Stewart qu’il abat en une seule reprise en décembre 1990 et Donovan Ruddock qu’il affronte en 1991. Tyson envoie Ruddock au tapis dans les 2ème et 3ème reprises. Très acharné, ce boxeur se relève et offre une belle résistance même s’il est largement dominé. Mais l’arbitre arrête le combat à la 7ème reprise au grand mécontentement du public. La revanche plutôt moyenne est aussi gagnée par Tyson, c’est une réplique du précédent combat mais moins rapide et moins violent, Ruddock après avoir été au sol dans les 2ème et 4ème reprise tient la distance mais avec sa mâchoire cassée par Tyson dans le seconde reprise, il est handicapé par la douleur et ne résiste pas autant qu’au premier combat, Tyson pour sa part cherche à gagner sur un seul coup en oubliant ses enchaînements rapides et ses esquives latérales. Après ses succès il a une chance de récupérer son titre contre Evander Holyfield dans un championnat du monde organisé pour novembre 1991. Mais Tyson est accusé d’avoir violé une jeune fille à Indianapolis Désirée Washington, 18 ans. Tyson se retrouve en prison et n’en sort qu’en 1995. Le doute subsiste : si certains pensent que Tyson a été victime d’un coup monté, d’autres penchent pour sa culpabilité.

Le retour de Mike Tyson est un évènement. Brassant des millions de dollars l’hôtel MGM de Las Vegas paie une fortune à l’ex-champion pour l’exclusivité de ses prochains combats. Mais Tyson, toujours par la faute de Don King, choisit la facilité. Pour son premier combat de retour, Tyson bat Peter McNeeley, qui n’a affronté que des boxeurs faibles comptant plus de défaites que de victoires, par disqualification : les hommes de coin de McNeeley, sentant leur boxeur en danger, pénètrent sur le ring provoquant sa disqualification. Les deux boxeurs sont sifflés par la foule à la fin du court combat. Iron Mike ne se montre toujours pas convaincant contre Buster Mathis Jr. qui, avant d’être mis KO, esquive tous les enchaînements de Tyson pendant 3 reprises.

En 1996, Tyson, dix ans après avoir conquis le titre WBC, le regagne dans une revanche très attendue contre Frank Bruno, celui qui avait réussi à mettre à mal le champion à son apogée avait d’ailleurs prit 7 kilos de muscle supplémentaires par rapport au premier affrontement, mais le combat ne tient pas ses promesses. Bruno, moins courageux cette fois, se fait battre aisément en 3 reprises. Tyson décide d’abandonner le titre WBC. Il lui préfère le titre WBA dont il s’empare en septembre 1996 aux dépens de Bruce Seldon qui finit KO en moins d’une reprise, lui aussi complètement tétanisé. Le nouveau champion a un besoin urgent de rencontrer un adversaire à son niveau. Ce sera Evander Holyfield qui est semble-t-il sur le déclin. Celui-ci est jugé moins dangereux par Don King que les autres champions en vue : Riddick Bowe, Lennox Lewis et Michael Moorer. Les journalistes pensent qu’Holyfield risque la mort sous les poings de Tyson, une crise cardiaque ou un traumatisme crânien. Mais Holyfield est d’un courage exceptionnel, et c’est principalement contre ce genre de boxeur que Tyson a été mis en difficulté, perdant même contre l’un d’entre eux.

Le 9 novembre 1996 à Las Vegas, Tyson débute bien le combat et fait preuve de beaucoup d’activité dans les premières reprises, comme à son habitude mais Holyfield fait face et anticipe trés bien les assauts de Iron Man. Jusqu’à la 5ème reprise, Mike Tyson se fait régulièrement contrer et Holyfield montre qu’il n’est pas là pour faire de la figuration. Mike Tyson comprend rapidement que le combat s’annonce plus difficile qu’il n’y parait. A la 6ième reprise, Tyson va à terre à la stupeur générale et à la 7ème reprise, un choc de tête a lieu entre les deux boxeurs ouvrant l’arcade de Tyson. Le combat devient rapidement à sens unique. Au 10ème round, Tyson est sonné par un crochet et n’arrive plus à revenir dans le match. Il est dominé par un Holyfield brillant d’efficacité. L’arbitre arrête le combat au 11ème round, Mike Tyson subissant une terrible correction. Par la suite on a reproché à Holyfield d’avoir donné de nombreux coups de tête à Iron Mike. La revanche à lieu en juin 1997. Holyfield domine la 1ème reprise grâce à son allonge et à sa technique. Des coups irréguliers sont échangés entre les deux boxeurs. L’arbitre adresse un avertissement à Tyson qui se retrouve blessé au visage à la fin de la 2ème reprise( ils font jeu égal). A la 3ème reprise il tente une charge explosive qui échoue. Tyson domine la reprise et apparemment énervé par les coups de tête de l’adversaire, “Kid Dynamite” mord l’oreille droite d’Holyfield lors d’un nouvel accrochage et lui en arrache un morceau. Le combat s’arrête et l’arbitre Mills Lane retire deux points à Tyson, ce qui constitue une très forte pénalité. Les blessures aux oreilles n’étant pas considérées comme graves dans le règlement, le combat continue et Tyson domine jusqu’à ce qu’il morde l’oreille gauche d’Holyfield avant d’être disqualifié par l’arbitre. À la fin du combat, Tyson toujours survolté veut s’attaquer à son rival, les agents de sécurité l’en empêchent. Les deux boxeurs quittent la salle où le public crée de nombreux incidents, ainsi qu’à travers le casino MGM. On relèvera une quarantaine de blessés à la fin de la journée. Tyson est suspendu pour un an et doit verser 1 million de dollars d’amende à son adversaire. C’est l’une des plus lourdes suspensions de boxe avec Luis Resto (en 1983). À l’issue du combat, un chirurgien-dentiste d’une université constatera que la pression de la mâchoire de Tyson était cinq fois supérieure à celle d’un individu normal.

En 1999, Mike Tyson effectue un nouveau retour, bien plus discret cette fois-ci, face à François Botha. Bien qu’en difficulté et paraissant émoussé, Tyson met Botha KO en cinq reprises. Même s’il n’est plus que l’ombre du boxeur qu’il a été, son punch est resté intact et sur un seul coup il peut mettre KO n’importe quel adversaire. Il finit l’année par un no-contest contre Orlin Norris qui s’est blessé à la jambe. C’est la dernière fois que Tyson combat à Las Vegas. Les casinos, excédés par les problèmes judiciaires du boxeur, ne veulent plus de lui (il a eu une altercation violente avec deux retraités à la suite d’un accident de voiture). Tyson remporte à nouveau des succès appréciables en 2000.

À Manchester, où il est acclamé, il met KO Julius Francis. À Glasgow il accomplit son combat le plus rapide en mettant KO en quelques secondes Lou Savarese. Tyson s’acharne ensuite sur son adversaire alors que l’arbitre tente difficilement de les séparer. Revenu aux États-Unis, Tyson se mesure à Andrew Golota qui abandonne après deux reprises. Cette victoire d’Iron Mike est déclarée nulle après un test d’urine de l’ex-champion où l’on retrouve des traces de marijuana.

Tyson fait encore rêver les amateurs et bat Brian Nielsen à Copenhague en 2001, avant de retenter sa chance en championnat du monde face à Lennox Lewis, en 2002 à Memphis dans le Tennessee, les casinos de Las Vegas refusant d’organiser cette rencontre pourtant lucrative. Après un bon début de combat, Mike Tyson s’essouffle et n’arrivera jamais à résoudre le problème de distance avec Lewis. Tyson s’écroule à la 8ème reprise. Tyson depuis 2001 n’effectue qu’un seul combat par an, trop peu pour se maintenir à haut niveau. Mais surtout, il vieillit, le corps couvert de tatouages, soupçonné de dopage, impopulaire depuis son attitude contre Holyfield. Les années 2000 seront celles de sa chute. Sa dernière victoire a lieu en 2003 contre Clifford Étienne à Memphis par KO à la 1ère reprise. En 2004, il est mis KO par Danny Williams. En 2005, il perd par KO contre Kevin McBride. Lucide face à une défaite contre un adversaire qu’il aurait battu aisément 10 ans plus tôt, Tyson se retire et se consacre à des exhibitions pour pouvoir payer ses dettes.

Le 25 mai 2009, sa fille Exodus est accidentellement étranglée par une cordelette acrochée à un tapis de course. Elle décède le 27 mai 2009 à 11h45.

Tyson est l’une des icônes de la boxe, son punch et ses victoires spectaculaires ont fait de lui le champion le plus riche de toute l’histoire de la boxe et le boxeur le plus adulé de la fin du XXème siècle. Mais il restera surtout comme l’enfant terrible de ce sport, sa violence et son agressivité lui valurent de nombreuses altercations hors du ring. Son accusation de viol et sa bestialité envers Holyfield resteront dans les mémoires.

Tyson a également laissé le souvenir d’un sportif paradoxal : plus riche champion de l’histoire de ce sport (sur l’année 1988, il a gagné plus d’argent que Mohamed Ali, Rocky Marciano, Joe Louis et Jack Dempsey réunis) il a fini complètement ruiné. Brutal envers Holyfield, sadique envers Tyrell Biggs et extrêmement agressif envers Donovan Ruddock et Lennox Lewis avant de les affronter, Tyson a malgré tout eu une attitude sportive et correcte avec tous ses autres adversaires.

Tyson aurait-il pu conserver son titre aussi longtemps que Joe Louis et finir invaincu comme Rocky Marciano s’il n’avait pas eu les problèmes qui l’ont conduit à sa défaite contre James Douglas et son emprisonnement pour viol ?

C’est fort peu probable. Ses enchaînements s’appuyant sur la rapidité et ses esquives sur la mobilité du torse, Tyson était condamné avec l’âge. Déjà en 1989, il perdait ses qualités défensives et adoptait un style plus classique qui n’avantageait que sa force de frappe. S’il avait continué sa carrière dans les années 1990 sans passer par la prison, il aurait sûrement rencontré les trois autres grands poids lourds de l’époque : Riddick Bowe, Lennox Lewis et Evander Holyfield et aurait rencontré les plus gros challenges de sa carrière.

Tyson est-il le plus grand poids lourds de l’histoire de la boxe ?

S’il dispose de l’une des plus grosses forces de frappe, qui peut être rivalisée par des champions comme George Foreman, Riddick Bowe ou encore ou Sonny Liston et s’il possède une grande rapidité d’enchaînements ainsi que d’esquives de grande qualité, Tyson n’est ni le plus endurant, ni le meilleur technicien, ni le meilleur encaisseur. Particulièrement efficace et féroce dans les trois premières reprises, Tyson devient vite passif et se retrouve souvent incapable de changer de tactique. La plupart de ses adversaires qui ont su échapper à la tempête des premières reprises ont réussi à tenir la distance, ou à le battre.

Tyson est aussi célèbre pour ses tatouages : dans les années 1980 il fait inscrire son prénom sur son bras droit. Après son séjour en prison dans les années 1990, il se fait tatouer les portraits de Mao Zedong sur le bras droit et de l’ancien joueur de tennis vainqueur de Wimbledon en 1975 Arthur Ashe sur le bras gauche. Plus tard il placera sur son ventre les portraits de sa femme, de Che Guevara et de sa tigresse “Kenya”. Son plus célèbre tatouage : en 2003 juste avant son combat contre Clifford Etienne (sa dernière victoire) il monte sur le ring en exhibant un tatouage facial sur le côté gauche de son visage. Il souhaitait “compléter” la deuxième partie de son visage, mais son épouse l’a convaincu de ne pas le faire.

La ligne “Tyson’s money ain’t as free as Junior Kennedy’s” (“l’argent de Tyson n’est pas aussi libre que celui de Kennedy Junior”) se réfère au fait qu’aux États-Unis, les noirs sont toujours victimes de discirmination et moins libre que les blancs politiquement corrects comme Junior Kennedy, qui a été, comme Mike Tyson, accusé de viol (en 1990) mais qui a été relaxé. Mike Tyson a été condamné à six ans de prison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s