Guardian – 29 novembre 2008 : Le cas Richey Edwards clos : comment 14 ans d’espoir se sont terminés

Les parents de Richey Edwards ont finalement liquidé les affaires du musicien des Manic Street Preachers

Ce n’était peut-être pas une surprise quand la nouvelle est finalement tombée. Après tout, cela faisait presque 14 ans qu’il avait disparu sans laisser de trace.

Mais quand le mot a transpiré cette semaine que les parents de Richey Edwards, le guitariste et parolier disparu des Manic Street Preachers, se sont vus accordés une décision judiciaire pour que leur fils soit légalement présumé mort, cela a frappé de nombreux de leurs milliers de fans plus dur qu’ils n’avaient jamais imaginé.

“J’ai éclaté en sanglots après avoir lu ça” a écrit une fan sur le forum populaire du groupe, Forever Delayed. “Bien que j’ai toujours pensé qu’il avait sauté du haut de ce pont, cette nouvelle m’a brisé le cœur”.

Ce pont est celui de la Severn, un endroit notoire pour ses suicides près de là où la voiture d’Edwards a été retrouvé 17 jours après avoir disparu. La dernière fois confirmée où on a déclaré avoir vu le jeune homme d’alors 27 ans, c’était à 7 heures du matin le 1er février 1995, quand il a quitté l’Embassy Hotel de Londres. Malgré une récente hospitalisation pour anorexie, auto-mutilation et alcoolisme, il était censé partir aux États-uns plus tard dans la journée pour une tournée. Mais à la place, il semble, il est allé à son appartement de Cardiff, où il a laissé son passeport, sa carte de crédit et son Prozac, avant de se diriger vers la station service la plus proche du pont. Puis il a disparu.

Sa mère et son père, Sherry et Graham – tous les deux coiffeurs à Blackwood, ex-ville minière du Pays de Galle où le groupe a grandi – ont mis une petite annonce dans la presse pour appeler des informations. Elle disait : “Richard, contacte nous s’il te plaît. Bisous, Maman, Papa et Rachel”. Martin Hall, le manager du groupe, a embauché un détective privé. Mais en vain.

Durant les années, de nombreuses personnes ont déclaré l’avoir vu à Goa, dans les Îles Canaries et au delà. Mais la famille a refusé de croire qu’il était mort. Ils ont opté de ne pas utiliser leur droit légal de commencer les procédures de présomption de mort en 2002, après qu’il ait disparu depuis le minimum légal de sept ans requis pour que l’action soit prise.

Mais le mois dernier, ils ont partiellement changé d’avis, qui reflétait, selon l’avocat de la famille, David Ellis, “une acceptation que ses affaires doivent être réglées”. Il a ajouté : “Ce n’est pas la même chose qu’une acceptation qu’il soit mort”.

Edwards arriverait à son 41ème anniversaire le 22 décembre. La famille peu désormais libérer les biens gelés das des comptes en banque depuis sa disparition.

Un octroi de succession a été fait le 13 octobre pour lâcher sa fortune personnelle de 455 999£ qui a été réduite après les frais à une valeur net de 377 548£.

Le document émis par le registre des décès du Pays de Galles nommait ses parents comme ses exécuteurs testamentaires et déclarait qu’il était “mort le ou depuis le” 1er février 1995. Une porte-parole de la police a dit hier que bien qu’ils conservaient un dossier de personne disparue au nom d’Edwards, la déclaration du coroner veut désormais dire que le cas est clos.

Edwards n’a laissé aucun testament et n’avait ni épouse ni enfants alors toute sa fortune revient à ses parents selon les lois de l’intestat. La décision a la bénédiction des trois membres survivants des Manic Street Preachers – James Dean bradfield, Nicky Wire et Sean Moore. Ils ont placé un quart des royalties gagnées par le groupe sur un compte pour lui, s’il devait refaire surface.

Terri Hall, l’agent du groupe dont le regretté mari a été leur premier manager, a dit : “C’est grandement émotionnel pour nous tous. C’est le choix des parents et le groupe est content de suivre ce qu’ils décident être au mieux. Nous rêvons tous que Richey reviendra un jour. Mais ce n’est plus un espoir réaliste et si cela offre une closure, le groupe se contentera de cela”.

Le groupe  n’a pas voulu commenter l’affaire, mais il y a eu divers indices durant l’année qui indiquaient qu’ils savaient qu’Edwards allait bientôt être enterré – sur le plan légal, au moins. Cet été au Reading Festival, ils ont dédié leur set à leur collègue disparu, et ce mois-ci, ils ont annoncé que toutes les paroles sur leur prochain album, dont la sortie sera au printemps, ont été écrites par Edwards avant de mourir.

Paul Rees, rédacteur en chef du magazine Q, a dit hier : “Je pense que c’est très, très intéressant que le groupe ait attendu jusqu’à maintenant pour utiliser à nouveau les paroles de Richey. Il reste à voir s’ils feront l’album de la manière dont Richey avait dit qu’il voulait le faire juste avant sa mort, qu’il a décrit comme Pantera croisé avec Nine Inch Nails. Mais je pense que ça montre une sorte d’acceptation qu’il est parti, même si pour tout le monde, il pourrait juste rentrer maintenant”.

Tom Branton, qui travaille sur une nouvelle édition de la biographie non autorisée des Manics, Manic Street Preachers: Sweet Venom, a dit hier : “C’était manifestement un homme très malade, et il semble bizarre qu’il ait été capable de réussir cette grande échappée. Mais c’est toujours un cas de ne jamais dire jamais”.

· Nécrologie : Richey Edwards

Helen Pidd

Traduction – 13 novembre 2009

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :