Channelnewsasia – 20 novembre 2008 : Pas si maniaque aujourd’hui

SINGAPOUR : Quand les Manic Street Preachers ont commencé, ils ont écrit un manifeste qui disait : 1) Sortir un album qui se vendrait mieux que Appetite For Destruction des Guns N’Roses ; 2) tourner dans le monde ; 3) faire la tête d’affiche de Wembley pendant trois nuits ; 4) puis disparaître.

Aujourd’hui, pratiquement 20 ans plus tard, ils doivent toujours sortir un album qui se vende plus que Appetite (qui a depuis passé la marque des 28 millions) ; mais ils ont tourné dans le monde plusieurs fois, ont fait la tête d’affiche de Wembley (enfin, la Wembley Arena) plusieurs fois, et, non, ils n’ont pas encore disparu.

Ils se sont, cependant, adoucis un peu, comme l’a dit le bassiste et le parolier en chef Nicky Wire aujourd’hui au téléphone de sa maison au Pays de Galles. En fait, Wire s’occupait de son fils de 15 mois pendant que nous discutions.

“Ma femme et ma fille sont partis pour quelque jours, alors je suis coincé chez moi avec mon petit gars. Alors, si tu entends des pleurs ou des bruits de bébé, tu sauras pourquoi”, a-t-il dit.

C’est, bien sûr, très loin des racines punks dont le groupe a émergé. Nommés à l’origine Betty Blue (d’après le titre anglais du film de Jean-Jacques Beineix 37°2 Le Matin). Les Manics sont nés quand Wire, le guitariste-chanteur James Dean Bradfield, le batteur Sean Moore et le guitariste Miles Woodward se sont réunis en 1986. Après le départ de Woodward, ils ont recurté Richey James Edwards, qui a terminé co-parolier en chef avec Wire.

Les Manics se sont rapidement construit une réputation pour leur attitude irrévérencieuse et, oui, on doit le dire, leur comportement maniaque. Edwards s’est une fois gravé “4 Real” sur le bras avec une lame de rasoir durant une interview. Il a plus tard reçu 17 points de suture.

Wire, pendant ce temps, imitait le bûcheron en herbe des Monty Python et mettait des vêtements de femme pour les concerts et, par occasions, sortait une corde à sauter en plein milieu d’un set et faisait quelques exercices d’aérobique sur scène. Le groupe éreintait aussi d’autres groupes en termes incertains. Au festival V de l’année dernière, par exemple, Wire a traité Snow Patrol de “déplorables” et les Killers de “vraiment affreux”.

Mais en 1995, Edwars a disparu de l’Embassy Hotel de Londres après l’avoir quitté le 1er février. Sa voiture a été retrouvée abandonnée quinze jours plus tard près du pont de la Severn, endroit populaire pour ses suicides. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Ironiquement, le groupe a finalement trouvé son rythme après la disparition de Edwards, avec Everything Must Go en 1996 et son successeur n°1, This Is My Truth Tell Me Yours (1998). L’année dernière, le groupe a sorti Send Away The Tigers, album que de nombreux critiques et fans ont annoncé comme un retour en forme après le décevant Lifeblood de 2004. Selon Wire, l’album et la tournée subséquente a rallumé leur passion pour jouer sur scène. “Sur scène, il y a tant d’adrénaline – c’est génial”, a dit Wire.

Mais, a dit l’homme de 39 ans, ces jours maniaques d’avant sont terminés.

“Fait quelque chose de maniaque ? Pas beaucoup, honnêtement ! Emmener mes mômes à l’école et promener mon chien en même temps, c’est à peu près tout ce que je fais de maniaque”, a-t-il dit.

“Eh bien, on a fait un concert à Londres il y a quelques mois et on a joué six chansons qu’on a enregistré en 1991 pour un label indépendant nommé Heavenly Records. On ne les avait jamais faites sur scène avant, et c’était assez maniaque et excitant. On est juste montés sur scène et on a prétendu avoir 19 ans et on a sauté partout comme des idiots !”

Mais ils ont encore de bonnes années devant eux, a-t-il ajouté.

* * *

Vraiment ? Plus de sex, drugs, rock’n’roll ?
C’était il y a longtemps ? Puis nos corps ont commencé à tomber en morceaux ! Jouer sur scène, c’est notre nouvelle addiction. Tu sais, on est des garçons clean ! (Rit)

Vous êtes connus pour vos concerts top, mais quelle est la chose la plus maniaque qu’on ait fait pour vous ?
Un fan au Japon m’a écrit une carte postale tous les jours pendant quatre ans ! Puis il y avait quelques personnes qui écrivaient des lettres avec leur propre sang parce que, tu sais, on avait une étrange réputation il y a longtemps. Il y a eu des trucs bizarres, mais en gros, ils sont vraiment dévoués et loyaux.

Quel est le secret de la longévité des Manics ?
Je pense que la grande chose, c’est qu’on soit restés amis, et je pense que c’est ça qui nous pousse. Une grande partie des musiciens sont en quelque sorte jetés ensemble pour faire de la musique et ensuite ils se rendent compte qu’ils ne s’aiment pas vraiment. Je pense que notre amitié nous a vraiment poussés et qu’on a beaucoup de chance.

Oh, et le sport – on est d’énormes fans de sport ! Parfois, c’est juste bon de s’asseoir et de parler de foot, de rugby, de boxe ou de Formule 1, s’éloigner de la musique… Se vider l’esprit et parler d’autre chose. Je suis un vrai accro au sport. Je me levais à 2h pour regarder le tir à l’arc aux jeux olympiques cette année.

Des regrets ?
Que Richey n’ait pas joué et n’ait pas été avec nous quand on a vraiment explosé, tu sais quand on a commencé à vendre des millions de disques et, malheureusement, Richey n’était pas là. C’est juste dommage parce que ça aurait été génial de voir ce qu’il aurait fait. Même juste avec les paroles – ce qu’il faisait était si cool.

Vous parlez beaucoup de richey, ou est-ce que le sujet est taboo ?
On parle de lui tout le temps. On pense à lui. C’est un ami, un collègue avec qui on jouait au foot, un excellent parolier. On fait (ses premières chansons) avec beaucoup de fierté, aussi. Motown Junk était la première chanson qu’on ait écrite ensemble en tant que groupe, et on n’a jamais arrêté de la jouer depuis – ça fait 20 ans qu’on la joue.

Tu as une femme, des mômes et des tournées. Comment arrives-tu à un équilibre travail-vie privée ?
Je ne suis pas un expert, mais je pense que c’est plus facile avec l’âge. J’ai 39 ans maintenant, et si j’aurais dû faire ça à 25 ans, j’aurais vraiment lutté pour gérer les deux. Mais quand tu es plus âgé, tu es plus sensé. Enfin, un petit peu plus !

Allez-vous faire quelque chose de grand pour votre 20ème anniversaire ?
Je ne sais pas. Je pense qu’on aimerait faire quelque chose. Mais parfois, tu sais, l’idée devient plus grande que ce que tu voulais. Il est difficile de tout contrôler. Alors peut-être qu’on fera quelque chose sur une plus petite échelle, pas comme ce qu’on a fait au concert du Millenium – c’était une vraie chose unique, et quelque chose qui ne sera jamais répétée. Du tout.

Et un nouvel album ?
on a commencé à faire des choses et on espère sortir le disque en avril ou mai prochain. C’est un peu plus lourd et plus sombre, avec un côté acoustique qui est tendre. Alors environ à moitié sombre et lourd, et à moitié, euh, comme un petit nuage noir qui grandit dans le ciel – c’est quelque chose de très beau.

Combien de temps avant que les Manics ne mettent la clé sous la porte ?
On n’a que 39 ans et on est en train de faire notre neuvième album… Tant qu’on aura quelque chose à dire, on continuera. Les 16 derniers mois ont été si bons parce que ça a probablement été notre meilleur album en 10 ans. Tant qu’on reste connectés aux gens et qu’on veut dire quelque chose pour eux, je pense qu’on peut éviter tout le karaoké.

Traduction – 23 novembre 2009

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :