The Boo Radleys

Ont ouvert pour les Manics en 1997 et ont repris 4st 7lb

Les Boo Radleys était un groupe de rock alternatif anglais des années 1990 qui était associé avec les mouvements shoegazing et Britpop. Ils se sont formés à Wallasey dans le Merseyside en Angleterre en 1988, avec le chanteur/guitariste Sice Rowbottom, le guitariste/compositeur Martin Carr, le bassiste Timothy Brown et le batteur Steve Hewitt. Le nom vient du personnage Boo Radley dans le roman de 1960 de Harper Lee, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. Peu après la sortie du premier album, Hewitt a été remplacé par Rob Cieka. Le groupe s’est séparé en 1999.  Au cours de leurs dix ans de carrière, le groupe a eu un seul single dans le top dix ; le single de 1995, Wake Up Boo!, qui est grimpé à la 9ème place et un album numéro un, Wake Up!.

En 1990, le premier album du groupe, Ichabod and I, est sorti sur un petit label britannique, Action Records. Bien qu’il n’ait pas été un succès commercial, cette sortie a attiré l’attention de Rough Trade Recods, chez qui ils ont signé. À cette époque, Hewitt a été remplacé à la batterie par Rob Cieka.

Presque immédiatement après la sortie du EP Every Heaven en 1991, Rough Trade s’est effondré et les Boo Radleys ont été signés chez Creation Records de Alan McGee. Leur premier disque pour Creation était Everything’s Alright Forever en 1992, et Giant Steps (1993) a suivi. Le disque a été récompensé d’un 9/10 par le magazine musical britannique NME, qui déclarait “C’est un chef-d’œuvre intentionnel, un bric-à-brac de sons, couleurs et d’idées volées. Le fait que les Boo Radleys (entre tous !) aient décidé d’accepter leur propre challenge et de créer un disque aussi divers qui plie les frontières comme celui-là est, au premier abord, étourdissant. N’est-ce pas le travail de groupes tels que U2 et les idoles lassives du rock, incapables de faire quoi que ce soir sans l’accord tacite de l’histoire ? Heureusement non. Les Boo Radleys traversent le temps (le milieu des années 1960, principalement) et conjurent quelque chose qui est aussi hâché et ambitieux que tout ce que vous voudriez bien mentionner”. Chroniquant la ressortie de l’album en 2008, le magazine Sic a écrit “Pendant 64 minutes, c’était le plus grand groupe de la planète”.

Giant Steps s’est placé à la seconde place derrière Debut de Björk dans le référendum album de l’année 1993 du NME, choisi par les auteurs du journal, bien qu’il se soit placé premier dans celui des lecteurs. Le magazine aujourd’hui disparu Select a déclaré Giant Steps album de l’année 1993.

Malgré l’acclamation critique et une fanbase culte, les Boo Radleys étaient encore largement inconnus du public général au moment où le phénomène Britpop a éclaté en 1995. Cela a changé quand le groupe a sorti leur single envolé Wake Up Boo! durant l’été de cette année. Il est entré dans le Top 10 des charts singles britanniques, pointant à la 9ème place. Le single est resté dans les charts pendant deux mois, de loin la plus longue durée du groupe pour n’importe lequel de leurs singles ; plus tard, le 26 octobre 2009, la radio des forces britanniques a lancé son studio live en Afghanistan avec ce morceau après qu’il ait été choisi par les auditeurs. Carr décrit l’écriture de la chanson comme regarder The Big Breakfast après une nuit sous acide. La sortie suivante, Find The Answer Within, a été le seul autre single du groupe à rester dans les charts plus de deux semaines. Leur quatrième album, Wake Up! (1995), a été leur sommet commercial. Interviewé en 2005 par la BBC, Carr a dit : “J’ai essayé de ne rien à voir avec ce qu’on appelait la Britpop. Toute notre carrière a été passée à ne pas “s’intégrer”. On a juste continué à faire ce qu’on faisait. Je n’aimais pas la plupart des nouveaux groupes ou l’agitation du drapeau. Je n’aimais pas le New Labour ou n’idolâtrais pas Paul Weller et je détestais les mouvements au sein de la musique générés par les médias”.

En 1996, les Boo Radleys ont sorti leur cinquième album, C’Mon Kids. Comme l’a expliqué Rowbottom dans une interview en 2005 : “On ne voulait pas effrayer les mômes qui aiment les tubes, on voulait les emmener avec nous dans des endroits où on n’avait pas été auparavant. Tout ce qu’on voulait faire, c’était un type d’album différent que Wake Up… Tout ce qu’on voulait, c’était essayer quelque chose de nouveau – nous garder frais et intéressés. On était très surpris de découvrir qu’il était vu comme une tentative délibérée d’effrayer les nouveaux fans. Ça aurait été un truc complètement stupide à faire”.

Le dernier album des Boo Radleys était Kingsize en 1998. Un single est sorti, Free Huey!. Le titre phare devait sortir en second single, mais le groupe a décidé de se séparer. Sice a dit plus tard au magazine Time Out : “C’était un tel soulagement quand Martin m’a téléphoné et m’a dit qu’il ne voulait plus faire de disques. On voulait arrêter depuis un bon moment, mais je n’y arrivais pas – je ne voulais pas partir. Je voulais que le groupe se termine mais seul Martin pouvait le faire. Il y avait toujours la peur que si je partais, qu’ils prendraient juste un autre chanteur et je ne voulais pas ça. Peu importe ne pas avoir le cœur à tourner – j’avais à peine le cœur d’aller en studio pendant l’enregistrement de Kingsize.

Une compilation, Find The Way Out, est sortie en 2005, et une autre The Best Of The Boo Radleys en 2007.

Les Boo Radleys se sont séparés début 1999. Brown a construit un studio d’enregistrement populaire avant d’aller à la John Moores University pour se former au métier de professeur. Il a ensuite enseigner la technologie d’information à la St Louis Grammar Scholl de Kilkeel dans en Irlande du Nord et a aussi enseigné à la Park High School à Birkenhead.

Sous le nom de Bravecaptain, Carr a depuis sorti six albums, dont The Fingertip Saint Sessions Volume 1, Go With Yourself, Advertissements for Myself (2002) et All Watched Over by Machines of Loving Grace (2004). Son plus récent album était intitulé Distractions. Carr a depuis annoncé qu’il retirerait le nom de Bravecaptain pour travailler sur de nouveaux projets, mais qu’ils n’inclut pas la reformation des Boo Radleys. son premier album solo Ye Gods (And Little Fishes) est sorti en milieu d’année 2009. Cieka est désormais membre du groupe Domino Bones, avec Mark “Bez” Berry, ancien membre des Happy Mondays.

Après un album en 1996 (First Fruits) sous le nom de Eggman, tandis qu’il était toujours membre des Boo Radleys, Rowbottom s’est éloigné de la musique pendant plusieurs années après la séparation. Puis, après une apparition en tant qu’invité sur All Watched Over by Machines of Loving Grace de Bravecaptain, et aussi deux chansons sur le projet solo du musicien japonais Ryo Matsui, Meister, il a formé Paperlung. Le groupe comprenait Rowbottom au chant, Simon Gardiner à la basse, Ben Datlen à la guitare et Guillaume Jambel de Transcargo à la batterie. Ils ont sorti deux singles, The Days That God Sold You et Do What Thou Will, et un album, Balance.

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :