“Acting is bad for the mental health. I can’t take it any more. This has got to stop.”

Anthony Hopkins (1937) – Pochette de You Stole The Sun From My Heart (CD2)

Sir Anthony Hopkins, né le 31 décembre 1937 à Port Talbot (Pays de Galles), est un acteur britannique naturalisé américain en 2000.

Figure majeure du cinéma anglo-saxon, parfois considéré comme l’un des meilleurs acteurs encore vivants, il est surtout connu pour son interprétation du psychopathe cannibale du Silence des agneaux (1991), le Dr Hannibal Lecter. Cela lui vaut le BAFTA Award et l’Oscar du meilleur acteur, et il reprend son rôle dans la suite Hannibal (2001) et le prélude Dragon Rouge (2002). Acteur prolifique, il est connu pour être un caméléon, capable de se fondre dans n’importe quel personnage ; il est réputé pour ses interprétations de nombreux personnages historiques et littéraires controversés, ainsi que pour ses rôles de méchant au cinéma ou à la télévision.

Acteur largement récompensé par ses pairs, il est anobli en 1993 par la reine Elizabeth II pour ses services rendus aux arts britanniques. Virtuose au piano, il a sorti plusieurs albums de musique classique, enregistrés avec les orchestres symphoniques de Dallas ou Birmingham, et il a composé les musiques des trois films qu’il a réalisés.

Fils unique, Hopkins est né à Margam, dans la banlieue de Port Talbot au Pays de Galles le 31 décembre 1937 de Muriel Anne et Richard Arthur Hopkins, boulanger de son état. Peu attentif à l’école et souffrant de dyslexie, il préfère peindre et dessiner, ou jouer du piano. Pour lui instiller un peu de discipline, ses parents l’envoient en 1949 à la Jones’ West Monmouth Boys’ School de Pontypool, où il reste cinq ans avant d’être admis à la Cowbridge Grammar School de Vale of Glamorgan.

“J’étais nul à l’école, un vrai raté, un imbécile. j’étais antisocial et je ne m’intéressais pas aux autres… Je ne savais pas ce que je faisais là-bas. C’est pour cela que je suis devenu acteur”.

À 15 ans, il rencontre Richard Burton, également né à Neath Port Talbot et dont la sœur vit près de chez Hopkins. Déjà connu, Burton l’encourage à devenir un acteur, à la suite de quoi Hopkins s’inscrit au Royal Welsh College of Music & Drama de Cardiff, dont il sort diplômé en 1957. Après deux années de service militaire dans l’artillerie de la British Army, Hopkins s’installe à Londres et entre à la Royal Academy of Dramatic Art en 1960.

Hopkins fait ses premiers pas sur scène au Palace Theatre de Swansea en 1960 pour la production interne Have a Cigarette. En 1965, après cinq années de répertoire, il est repéré par Sir Laurence Olivier qui l’invite à le rejoindre au Royal National Theatre. Il en devient la doublure et le remplace notamment lorsque Olivier est atteint de l’appendicite pendant la production de The Dance of Death d’August Strindberg en 1967. Dans ses mémoires, Confessions of an Actor, Olivier écrit : “un jeune acteur de la compagnie exceptionnellement prometteur nommé Anthony Hopkins m’a remplacé et a interprété le rôle d’Edgar comme un chat tenant une souris entre les dents”. Malgré son succès critique au National, Hopkins est fatigué de répéter les mêmes rôles et se languit d’apparaître au cinéma. Il fait ses débuts à l’écran dans l’adaptation télévisuelle de la pièce La Puce à l’oreille (A Flea in Her Ear) en 1967. L’année suivante il décroche le rôle de Richard Cœur-de-lion dans Le Lion en hiver (The Lion in Winter) aux côtés de Peter O’Toole, Katharine Hepburn et Timothy Dalton.

Il continue de monter sur scène jusqu’à la fin des années 1980 : après de nombreuses adaptations des pièces de Shakespeare au Théâtre Old Vic ou au National Theatre, il interprète Lambert Le Roux dans Pravda et Marc Antoine dans Antoine et Cléopâtre face à Judi Dench, et il participe à la pièce Equus à Broadway. Cependant, il s’emploie surtout à se faire un nom à la télévision et au cinéma.

À la télévision britannique, il tient le rôle de Charles Dickens dans The Great Inimitable Mr. Dickens (1970), de Georges Danton dans le téléfilm éponyme ou celui de Pierre Bezukhov dans la mini-série Guerre et Paix (War and Peace, 1972) adaptée du roman de Tolstoï, rôle qui lui vaut un British Academy Television Award du meilleur acteur. Déjà spécialisé dans les biopics, Hopkins interprète le Premier ministre britannique David Lloyd George dans les productions de la BBC Lloyd George et The Edwardians (1973), ainsi que le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin dans le téléfilm Victoire à Entebbé (Victory at Entebbe, 1976) sur ABC. En 1974, il s’installe aux États-Unis où il apparaît dans des téléfilms comme L’Affaire Charles Lindbergh (The Lindbergh Kidnapping Case, 1976) dans le rôle du criminel Bruno Hauptmann, pour lequel il remporte son premier Emmy du meilleur acteur.

Au cinéma, après quelques apparitions dans des films comme Hamlet (1969) ou Les Griffes du lion (Young Winston, 1972) où il interprète également Lloyd George, Hopkins participe à Un pont trop loin (A Bridge Too Far, 1976) de Richard Attenborough. Il y interprète le lieutenant-colonel John Frost aux côtés d’acteurs majeurs du cinéma de l’époque, comme Dirk Bogarde, James Caan, Michael Caine, Sean Connery, Gene Hackman, Laurence Olivier, Robert Redford ou Maximilian Schell. L’année suivante, il tient le rôle principal du thriller fantastique Audrey Rose ainsi que celui du marionnettiste schizophrène dans Magic en 1979 où il retrouve Attenborough pour la troisième fois.

À la télévision, il endosse le rôle controversé d’Adolf Hitler dans le téléfilm de CBS, Le Bunker (The Bunker, 1981) qui retrace les derniers jours du Führer, et pour lequel Hopkins remporte un second Emmy Award. La même année, il obtient le rôle titre dans l’épisode Othello de la série d’anthologie BBC Television Shakespeare, ainsi que celui de Paul de Tarse dans Peter and Paul et de Quasimodo dans The Hunchback of Notre Dame. En 1985, il participe à l’adaptation de la vie du Duce sur HBO, La Chute de Mussolini (Mussolini and I), dans le rôle de son gendre Galeazzo Ciano, artisan de sa chute, qui vaut à Hopkins le Cable ACE Award du meilleur acteur.

En 1980, Hopkins apparaît dans le film de David Lynch, Elephant Man (The Elephant Man) dans le rôle du Dr Frederick Treves, qui tente d’aider l’“homme-éléphant” interprété par John Hurt. Hopkins partage l’affiche avec Mel Gibson en 1984 dans Le Bounty (The Bounty), où le personnage de Gibson organise une mutinerie contre son supérieur, le lieutenant William Bligh. Laurence Olivier y retrouve son protégé puisqu’il interprète l’amiral Alexander Hood, juré de la cour martiale qui accuse Bligh d’avoir abandonné son navire. En 1986, Hopkins retrouve Anne Bancroft dans l’adaptation des mémoires épistolaires de Helene Hanff, 84 Charing Cross Road où Bancroft remporte le British Academy Film Award de la meilleure actrice.

L’année suivante, en raison de la notoriété respectable qu’il s’est construite, Anthony Hopkins est fait Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique, ce qui lui donne le droit d’utiliser les lettres post-nominales “CBE” et de porter le ruban de l’ordre pour les cérémonies officielles.

En 1991 arrive la consécration. Hopkins interprète le tueur en série cannibale, le Dr Hannibal Lecter, dans la fidèle adaptation cinématographique du roman de Thomas Harris, Le Silence des agneaux (The Silence of the Lambs). Avec un total de seize minutes à l’écran sur un film de deux heures, Hopkins remporte plusieurs récompenses, dont le BAFTA Award et l’Oscar du meilleur acteur, un record pour l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences qui décerne les Oscars. Le film est un succès public et critique, beaucoup de commentateurs célébrant la qualité de l’adaptation et les prestations des acteurs. Le film remporte les “cinq Oscars majeurs” au cours de la 64ème cérémonie des Oscars de 1992 – meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleure actrice et meilleur scénario – ce qui n’était pas arrivé depuis 1975. Le film rapporte plus de 270 millions de dollars au box office mondial pour un budget de 22 millions, avec plus de trois millions d’entrées en France. À la suite du film, Hopkins devient l’un des acteurs britanniques les plus recherché au cinéma.

La même année, il participe à la restauration du film Spartacus (1960) de Stanley Kubrick. Il double les scènes coupées de la version de 1967 – la bande son est perdue par la suite – de Laurence Olivier (mort en 1989), et notamment dans une scène en particulier où Crassus (Olivier) tente de séduire son esclave Antoninus, interprété par Tony Curtis, qui double son propre personnage.

En 1992, il travaille pour la première fois avec James Ivory pour Retour à Howards End (Howards End), adapté du roman d’E. M. Forster. Il tourne face à Vanessa Redgrave, Helena Bonham Carter et Emma Thompson, qui remporte l’Oscar de la meilleure actrice en 1993. Il collabore à nouveau avec Ivory et Thompson l’année suivante dans Les Vestiges du jour (The Remains of the Day), adapté de Kazuo Ishiguro. Les deux films se déroulent dans l’Angleterre du début du XXème siècle, et Hopkins y joue alternativement un aristocrate et un majordome, tous deux motivés par la perfection. Pour Les Vestiges du jour, il remporte plusieurs prix et est nommé pour l’Oscar, le Golden Globe et le BAFTA du meilleur acteur. Toujours en 1992, il participe à l’adaptation de Francis Ford Coppola de l’histoire de Bram Stoker, Dracula, où il joue face à Gary Oldman le professeur Van Helsing, rôle qui lui vaut une nomination au Saturn Award du meilleur acteur. Hopkins remplace le prétendant au rôle, Liam Neeson, après son succès aux Oscars. La même année, il apparaît dans le biopic d’Attenborough sur la vie de Charlie Chaplin, Chaplin, avec Robert Downey Jr. dans le rôle-titre.

Par la suite, Hopkins reste cantonné un moment aux films biographiques. Dans Les Ombres du cœur (Shadowlands, 1993) de Richard Attenborough, Hopkins interprète l’écrivain irlandais C. S. Lewis, auteur du Monde de Narnia, rôle pour lequel il remporte pour la deuxième fois le British Academy Film Award du meilleur acteur. Il endosse ensuite les rôles de John Harvey Kellogg (Aux bons soins du docteur Kellogg), Richard Nixon (Nixon), Pablo Picasso (Surviving Picasso) ou John Quincy Adams (Amistad). Il est nommé, pour ses rôles dans Nixon et Amistad, à plusieurs récompenses majeures, dont les Oscars, les Golden Globes et les Screen Actors Guild Awards.

En 1993, Hopkins est anobli, nommé au rang de Knight Bachelor par la reine Elizabeth II au cours de la promotion du Nouvel an (The Queen’s New Year’s Honours) en reconnaissance de son travail au service du cinéma britannique. Cette nomination lui vaut le titre de “Sir Anthony Hopkins”, appellation qu’il est autorisé à conserver même après avoir été naturalisé américain en 2000.

Il partage l’affiche de Légendes d’automne (Legends of the Fall, 1994) avec Brad Pitt et Aidan Quinn avant de passer derrière la caméra en 1996 pour l’adaptation libre de la pièce Oncle Vania (1897) de Tchekhov avec le film August. Transposé au Pays de Galles, le film met en scène Hopkins dans le rôle d’Ieuan Davies face à Rhys Ifans, un autre acteur gallois. Le film remporte le BAFTA Cymru Award du meilleur film en anglais. En 1998, il interprète un Zorro déclinant dans le blockbuster Le Masque de Zorro (The Mask of Zorro), remplaçant Sean Connery qui avait refusé le rôle. La même année, il retrouve Brad Pitt pour le drame fantastique Rencontre avec Joe Black (Meet Joe Black). En 1998, il est l’acteur britannique le mieux payé du monde du spectacle, il accepte de reprendre son rôle de Hannibal Lecter pour 15 millions $. Puis en 1999, il endosse le rôle de Titus Andronicus dans l’adaptation Titus de la pièce de Shakespeare.

Il joue alors dans ThorThor 2 et Avengers où il interprétera Odin, père de Thor, en 2011 et 2013 avec Natalie Portman et Chris Hemsworth.

Il joue également le rôle de Mathusalem, le grand-père de Noé dans le film éponyme en 2014 aux côtés de Jennifer Connelly, Russell Crowe et Emma Watson.

Hopkins réside à Los Angeles (Malibu) depuis 1998 ; il y avait déjà habité en 1974 avant de revenir à Londres dans les années 1980. Il décide cependant de retourner aux États-Unis après son succès au cinéma américain depuis le début des années 1990. Il est naturalisé américain le 12 avril 2000, tout en conservant sa nationalité britannique. Il a été marié trois fois, avec Petronella Barker (1966–1972), Jennifer Lynton (1973–2002) et Stella Arroyave (depuis 2003). Il a une fille de son premier mariage, Abigail Hopkins (née en 1968), qui est devenue une actrice et une chanteuse.

Anthony Hopkins est très engagé dans le caritatif. Il devient notamment président du National Trust’s Snowdonia Appeal qui lève des fonds pour la préservation du parc national de Snowdonia, et auquel il a donné en 1998 un million de livres (environ1 160 000 €). En 1995, il avait déjà écrit et publié Anthony Hopkins’ Snowdonia.

Pour son interprétation du docteur Lecter, il ajoute au personnage de subtiles caractéristiques qui n’étaient pas forcément mentionnées par l’auteur, mais qui ont marqué les commentateurs. Ces derniers ont notamment retenu le fait qu’il ne clignait jamais des yeux lorsqu’il parlait. Sa façon de parler et sa voix moqueuse et nasillarde, adaptation de celle décrite dans les romans, a aussi été remarquée, en particulier sa déformation du mot “Chianti” ou l’infâme bruit qu’il fait lorsqu’il explique ce qu’il est advenu de son recenseur : “J’ai été interrogé par un employé du recensement. J’ai dégusté son foie avec des fèves au beurre, et un excellent chianti. L’actrice Jodie Foster, interprète de Clarice Starling dans Le Silence des agneaux, dit avoir été troublée par la façon dont le personnage de Hopkins se moquait de son accent de Virginie.

Anthony Hopkins est largement connu pour ses rôles de méchant, à commencer par Hannibal Lecter dans trois adaptations des romans de Thomas Harris, Le Silence des agneaux (1991), Hannibal (2001) et Dragon rouge (2002). Il a aussi, sous la direction de James Ivory ou Richard Attenborough et notamment dans Les Vestiges du jour ou Les Ombres du cœur, interprété des personnages britanniques guindés et tout en retenue. Enfin, il est réputé pour sa capacité à se fondre dans ses personnages, ce qui en fait un acteur de choix pour les films biographiques (biopics). Il a par exemple interprété les rôles de personnages historiques comme David Lloyd George, Charles Dickens, Georges Danton, Adolf Hitler, Yitzhak Rabin, Paul de Tarse, Ptolémée, Galeazzo Ciano, Guy Burgess, Pablo Picasso, Richard Nixon, John Quincy Adams, Burt Munro, Richard Cœur de Lion, le Dr Treves, Alfred Hitchcock, etc. Doté d’un physique atypique, il est également célèbre pour ses yeux bleu vif et sa voix à la fois grave et douce.

Hopkins a été promu commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique en 1987, puis fait Chevalier en 1993, et a donc droit à l’appellation “Sir Anthony Hopkins CBE”. Il reçoit le titre honoraire de Docteur en littérature en 1988, et fait membre honoraire de l’université de Galles de Lampeter en 1992. Il obtient son étoile sur le Hollywood Walk of Fame en 2003. En 2006, il reçoit le Cecil B. DeMille Award remis au cours de la cérémonie des Golden Globes et l’Academy Fellowship de la British Academy of Film and Television Arts (BAFTA) en 2008.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :