“Before us stands yesterday.”

Ted Hughes (1930-1998) – Pochette de Tsunami (CD1) et pochette de Forever Delayed

Edward James Hughes (17 août 1930 – 28 octobre 1998), plus connu sous le nom de Ted Hughes, était un poète et écrivain pour enfants anglais. Les critiques le classaient comme l’un des meilleurs poètes de sa génération. Hughes a été Poète Lauréat de Grande Bretagne de 1984 jusqu’à sa mort.

Hughes était marié à la poète américaine Sylvia Plath, de 1956 à sa mort par suicide à l’âge de 30 ans. Son rôle dans la relation est devenu controversé pour certaines féministes et (particulièrement) des admirateurs américains de Plath. Sa dernière œuvre poétique, Birthday Letters (1998), explorait leur relation complexe. Ces poèmes font référence au suicide de Plath, mais aucun n’aborde directement les circonstances de sa mort. Un poème découvert en octobre 2010, Last Letter, décrit ce qui s’est passé durant les trois jours qui ont mené au suicide de Plath.

En 2008, The Times a élu Hughes à la 4ème place des “50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945”. Le 22 mars 2010, il a été annoncé que Hughes serait commémoré avec un mémorial dans le Poets’ Corner de Westminster Abbey, qui doit être installé début 2011.

Hughes est né le 17 août 1930 au 1 Aspinal Sttreet à Mytholmroyd dans le Ouest Yorkshire de William Henry et de Edit (née Farrar) Hughes et a grandi dans les fermes locales de la vallée Calder et dans la lande du Pennine. La sœur Olwyn de Hughes avait deux ans de plus que lui et son frère Gerald 10 ans. La famille de sa mère a pu retracer leur ascendance jusqu’à Willliam de Ferrières, qui est venu en Angleterre avec William le Conquérant au XXIème siècle. Son propre père avait fondé la communauté religieuse de Little Gidding. La plupart des générations plus récentes avaient travaillé dans l’industrie du textile et de la moulure dans la région. Le père de Hughes, menuisier, avait rejoint les Lancashire Fusiliers et a combattu à Ypres. 30 000 personnes s’étaient joint ; près de la moitié ont été tué en action. Une balle a failli tuer William Hughes lorsqu’elle s’est logé dans un carnet situé dans sa poche de poitrine. Il faisait partie des 17 hommes de son régiment à revenir de la bataille des Dardanelles (1915-16). Les histoires des champs de Flandre ont nourri l’imagination de Hughes enfant (plus tard décrits dans le poème Out). Hughes a noté : “mes six premières années ont tout formé”.

Hughes aimait chasser et pêcher, nager et pique-niquer avec sa famille. Il est allé à la Burnley Road School jusqu’à l’âge de sept ans et que sa famille s’installe à Mexborough dans le Sud Yorkshire, où il est allé à la Schofield Street junior school. Ses parents tenaient un bureau de tabac. Dans Poetry in Making, il se rappelait qu’il était fasciné par les animaux, collectionnant et dessinant des créatures en plomb. Il a été retriever quand son garde-chasse de frère aîné tirait sur des pies, des hiboux, des rats et des courlis, grandissant dans les dures réalités des fermes en activité des vallées et des landes. Durant le temps qu’il a passé à Mexborough, il a exploré Manor Farm à Old Denaby, qu’il décrira comme “le meilleur endroit sur terre”. Son tout premier poème, The Thought Fox, et toute première histoire The Rain Horse, étaient des souvenirs de la région. Un proche de l’époque, John Wholey, a emmené Hughes sur la propriété de Crookhill au dessus de Conisbrough où les garçons passaient beaucoup de temps. Hughes est devenu proche de la famille et a appris beaucoup sur la vie sauvage du père de Wholey, garde-chasse. Il a fini par considérer la pêche comme une expérience presque religieuse.

Hughes est allé à la Mexborough Gramma School, où une succession de professeurs l’a encouragé à écrire, développant son intérêt pour la poésie. Les professeurs McLeod et Mayne lui ont présenté les poètes Hopkins et Eliot. Le mentor de Hughes était sa sœur aîné Olwyn, qui était bien versée dans la poésie, et son professeur John Fisher. Le poète Harold Massingham est également allé dans cette école et Fisher était aussi son mentor. En 1946, l’un des premiers poèmes de Hughes, Wild West et une nouvelle ont été publiés dans le magazine de l’école, The Don and Dearne, suivi par d’autres poèmes en 1948. À 16 ans, il ne pensait qu’à devenir poète.

Durant la même année, Hughes a gagné une exposition publique en anglais au Pembroke College de Cambridge, mais a choisi de faire son service national d’abord. Ses deux années de service national (1949-1951) se sont passées relativement facilement. Hughes était stationné comme technicien T.S.F. au sol dans la RAF dans une station isolée de trois hommes dans l’est du Yorkshire, une période durant laquelle il n’a rien fait d’autre que “lire et relire Shakespeare et regarder l’herbe pousser”. Il a appris de nombreuses pièces par cœur et de grandes quantités de poèmes de Yeats.

En 1951, Hughes a étudié à l’origine l’anglais au Pembroke College sous M. J. C. Hodbart, autorité dans les balades. Hughes s’est senti encouragé et soutenu par la supervision de Hodhart mais n’est allé qu’à quelques cours et n’a pas écrit plus de poésie à cette époque, se sentant étouffé par les études littéraires et le “terrible poulpe maternelle suffocant” de la tradition littéraire. Il a écrit “Je devrais dire que j’avais autant de talent que tout le monde à démanteler les textes dans le style de Leavis, j’avais même un penchant spécial pour cela, presque sadique, mais cela me semblait être un jeu non seulement stupide, mais profondément destructif de moi-même”. Durant sa troisième année, il a été transféré en anthropologie et en archéologie, les deux sujets se retrouveront plus tard dans sa poésie. Il n’a pas excellé en tant qu’universitaire. Son première poème publié est apparu dans Chequer. Un poème The little boys and the seasons, écrit durant cette époque, a été publié dans Granta, sous le pseudonyme de Daniel Hearing.

Après l’université, vivant à Londres et Cambridge, Hughes a eu plusieurs emplois dont jardinier de roses, surveillant de nuit et lecteur pour la compagnie cinématographe britannique J. Arthur Rank. il a également travaillé dans un zoo local, poste qu’il lui a offert beaucoup d’opportunités à observer les animaux de près. Le 26 février 1956, Hughes et ses amis ont tenu une fête pour lancer la St. Botolph’s Review, qui avait qu’un seul numéro. Hughes avait quatre poèmes dedans. Lors de la fête, il a rencontré la poète américaine Sylvia Plath, qui étudiait à Cambridge avec un bourse Fulbright. Elle avait déjà beaucoup publié, gagné de nombreuses récompenses et était venue spécialement pour rencontrer Hughes et le poète Lucas Myers. Il y avait une grande attirance mutuelle mais ils ne se sont pas revus avant un mois, quand Plath est passée par Londres pour aller à Paris. Elle lui a encore rendu visite à son retour trois semaines plus tard.

Hughes et Plath se sont fréquentés et puis se sont mariés à St George the Martyr Holborn, le 16 juin 1656, quatre mois après leur première rencontre. La date, Bloomsday, aurait été choisie en honneur de James Joyce. La mère de Plath était la seule invité au mariage et elle les a accompagnés lors de leur lune de miel à Benidorm sur la côte espagnole. Les biographes de Hughes notent que Plath ne lui a raconté son histoire de dépression et de suicide que bien après. Réfléchissant plus tard dans Birthday Letters, Hughes a commenté que tôt il a pu voir des gouffres de différence entre lui et Plath, mais que dans les premières années de leur mariage, ils se sentaient tous les deux heureux et soutenus, poursuivant avidement leurs carrières d’écrivains. De retour à Cambridge, ils ont vécu au 55 Eltisley Avenue. Cette année-là, ils ont eu chacun des poèmes publiés dans The Nation, Poetry et The Atlantic. Plath a tapé le manuscrit de Hughes pour son recueil Hawk In The Rain qui a gagné un concours de poésie tenu par le centre de poésie de la Young Men’s and Young Women’s Hebrew Association of New York. Le premier prix était une publication par Harper et Hughes a reçu une acclamation critique plus étendue avec la sortie du livre en septembre 1957, remportant un Somerset Maugham Award.

Le couple s’est installé aux États-Unis de manière à ce que Plath puisse enseigner dans son université, le Smith College ; durant cette époque, Hughes a enseigné à l’University of Massachussets à Amherst. En 1958, ils ont rencontré Leonard Baskin, qui illustrera plus tard de nombreux livres de Hughes, dont Crow. Le couple est retourné en Angleterre, séjournant brièvement à Heptonstall avant de trouver un petit appartement à Primrose Hill à Londres. Tous deux écrivaient, Hughes travaillant sur des émission pour la BBC tout en produisant des essais, des articles, des chroniques et des discutions. Durant cette époque, il a écrit les poèmes qui seront publiés dans Wodwo (1967) et Recklings (1966). En mars 1960, Lupercal est sorti et a remporté le Hawthornden Prize. Il a découvert qu’il était étiqueté poète de la faune et la flore, n’écrivant que sur les animaux. Il a commencé à explorer les mythes et les pratiques ésotériques comme le chamanisme, le bouddhisme et l’alchimie, percevant que l’imagination pouvait soigner les séparations dualistes du psyché humain et la poésie était la langue de l’œuvre.

Hughes et Plath ont eu deux enfants, Frieda Rebecca (1960) et Nicholas Farrar (1962) et en 1961, ont acheté la maison Court Green à North Tawton dans le Devon. Durant l’été 1962, Hughes a démarré une liaison avec Assia Wevill qui sous-louait l’appartement de Primrose Hill avec son mari. En butte aux soupçons de sa liaison, Hughes et Plath se sont séparés à l’automne 1962 et elle s’est installée dans un nouvel appartement avec les enfants.

Assaillie par la dépression, et avec une histoire de tentatives de suicide, Plath s’est suicidée le 11 février 1963, bien qu’il ne soit pas clair si elle voulait vraiment y arriver. Hughes était dévasté. Dans une lettre à un vieil ami de Plath du Smith College, il a écrit “C’est la fin de ma vie. Le reste est posthume”. Certaines féministes ont avancé le fait que Haughes avait poussé Plath au suicide. La pierre tombale de Plath a été vandalisée à répétition par ceux chagrinés par le fait que “Hughes” soit écrit sur la pierre et ont tenté de le retirer, laissant seulement le nom de “Sylvia Plath”. En 1970, la poète féministe radicale Robin Morgan a publié le poème Arraignment, dans lequel elle accusait ouvertement Hughes du meurtre de Plath, d’autres féministes ont menacé de le tuer au nom de Plath.

En tant que veuf de Plath, Hughes, de manière controversée, est devenu l’exécuteur des biens personnels et littéraires de Plath. Il a supervisé la publication de ses manuscrits, dont Ariel (1966). Certaines critiques étaient mécontentes de son choix d’ordre des poèmes et des omissions dans le livre et certaines féministes ont avancé que Hughes l’avait essentiellement poussé au suicide et donc ne pouvait être responsable de son héritage littéraire. Il a déclaré avoir détruit le dernier volume du journal intime de Plath, qui détaillait leurs derniers mois ensemble. Dans sa préface des Journals of Sylvia Plath, il défend ses actions comme une considération des jeunes enfants du couple.

Après le suicide de Plath, il a écrit deux poèmes The Howling of Wolves et Song of a Rat et puis il n’a pas écrit de poésie pendant trois ans. Il a présenté beaucoup d’émissions de radio, a écrit des essais critiques et s’est occupé de plusieurs festivals de poésie internationaux dans l’espoir de lier la poésie anglaise avec le reste du monde. En 1966, il a écrit des poèmes pour accompagner les illustrations de corbeaux par Leonard Baskin, qui est devenu la narration épique The Life and Songs of the Crow, l’une des œuvres pour lesquelles Hughes est le plus connu.

Le 25 mars 1969, six ans après le suicide de Plath par asphyxie au gaz, Assia Wevill s’est suicidée de la même manière. Wevill a également tué son enfant, Alexandra Tatiana Elise (surnommée Shura), la fille de quatre ans qu’elle a eu avec Hughes le 3 mars 1965. Leurs décès ont mené à des déclarations que Hughes avait été violent envers Plath et Wevill. Choqué, Hughes n’a pu fini la séquence Crow et est restée non finie jusqu’à ce que l’œuvre Cave Birds ait été publiée en 1975. Crow et le moment de sa publication semblaient souligner la prédisposition de Hughes pour la violence sombre, exemple de la nature sur quoi il écrivait, rouge dans les dents et la mâchoire. Cela n’a pas aidé sa cause.

En août 1970, Hughes a épousé Carol Orchard, infirmière, et ils sont restés ensemble jusqu’à sa mort. Il a acheté la maison Lumb Bank près de Hebden Bridge, dans l’ouest Yorkshire, et a conservé la propriété de Court Green. Il a commencé à s’occuper d’une petite ferme près de Winkleigh nommée Moortown, qui deviendra aussi le titre de l’un de ses recueils de poésie. Il est plus tard devenu le président de l’association caritative Farms for City Children, établie par son ami Michael Morpugo à Iddlesleigh. Crow a été publié en octobre 1970. Il a été nommé Poète Lauréat en 1984, succédant à Sir John Betjeman. Hughes a publié de nombreuses œuvres pour enfants et a collaboré avec Peter Brook et la National Theatre Company. Il s’est consacré à la Arvon Foundation qui promeut l’éducation de l’écriture, qui tient des cours d’écriture résidentiels chez Hughes à Lumb Bank dans l’ouest Yorkshire.

Hughes a été nommé membre de l’ordre du mérite par la Reine Elizabeth II juste avant de mourir. Hughes a continué de vivre dans sa maison du Devon, jusqu’à son fatal infarctus du myocarde dans un hôpital de Southwark à Londres le 28 octobre 1998, alors qu’il se faisait traiter pour un cancer du colon. Ses funérailles ont eu lieu le 3 novembre 1998 dans l’église de North Tawton et il a été incinéré à Exeter. Parlant lors de la cérémonie, le poète Séamus Heaney a dit : “Aucune mort en dehors de ma famille immédiate ne m’a laissé aussi démuni. Aucune mort de ma vie n’a autant blessé les poètes. C’était une tour de tendresse et de puissance, une grande arche sous laquelle la poésie enfantine pouvait rentrer et se sentir en sécurité. Ses pouvoirs créatifs étaient, comme l’a dit Shakespeare, toujours crescendo. À sa mort, le voile de la poésie s’est déchiré et les murs de l’apprentissage se sont fendus”. Un mur mémorial a été inauguré en 2005, qui va du village de Belstone dans le Devon à la pierre mémoriale de Hughes au dessus du fleuve Taw à Dartmoor. Le 28 avril 2011, une plaque mémoriale bleue pour Hughes a été dévoilée à North Tawton par sa femme Carol.

À Lumb Bridge près de Pecket Well à Calderdale se trouve une plaque, installé par le Elmet Trust, commémorant le poème de Hughes Six Young Men, qui a été inspiré par une vieille photo de six jeunes hommes prise à cet endroit. La photo, prise juste avant la première guerre mondiale, montrait six jeunes hommes qui allaient tous rapidement perdre la vie dans la guerre.

Nicholas Hughes, le fils de Hughes et Plath, s’est suicidé le 16 mars 2009 suite à une dépression.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s