“The country was founded on the principle / That the primary role of government / Is to protect property from the majority / And so it remains”

Noam Chomsky (1928) – The Masses Against The Classes

Noam Chomsky, né Avram Noam Chomsky le 7 décembre 1928 à Philadelphie en Pennsylvanie, est un linguiste et philosophe américain. Professeur émérite de linguistique au Massachusetts Institute of Technology où il a enseigné toute sa carrière, il a fondé la linguistique générative. Il s’est fait connaître du grand public, à la fois dans son pays et à l’étranger, par son parcours d’intellectuel engagé de sensibilité anarchiste.

Chomsky a commencé à développer sa théorie de la grammaire générative et transformationnelle dans les années 1950 en cherchant à dépasser aussi bien l’approche structuraliste, distributionnaliste que comportementaliste dans l’étude du langage naturel. Visant à rendre compte des structures innées de la “faculté de langage”, cette théorie est souvent décrite comme la contribution la plus importante dans le domaine de la linguistique théorique du XXème siècle et on a parfois parlé de “révolution chomskienne”. Pour répondre aux critiques développées dans les années 1970 envers son premier modèle, Chomsky a proposé au début des années 1980 une nouvelle version de sa théorie fondée sur une approche modulaire. Il a ensuite jeté les bases, au cours des années 1990, de ce qu’il a appelé le “programme minimaliste”.

Les recherches de Chomsky ont joué un rôle crucial dans ce que l’on appelle la “révolution cognitive”. Sa critique du Verbal Behavior (“comportement verbal”) de Skinner en 1959, a remis en question l’approche comportementale de l’étude de l’esprit et du langage, qui dominait dans les années 1950. Son approche naturaliste de l’étude du langage a également eu un grand impact en philosophie du langage et de l’esprit. Il a également établi la hiérarchie de Chomsky, moyen de classification des langages formels en fonction de leur pouvoir de génération.

En parallèle de sa carrière scientifique, Noam Chomsky mène une intense activité militante depuis le milieu des années 1960 lorsqu’il a pris publiquement position contre l’engagement américain au Viêt Nam. Sympathisant du mouvement anarcho-syndicaliste et membre du syndicat IWW, il a donné une multitude de conférences un peu partout dans le monde et a publié de nombreux livres et articles dans lesquels il fait part de ses analyses historiques, sociales et politiques. Ses critiques portent tout particulièrement sur la politique étrangère des États-Unis d’Amérique et le fonctionnement des médias de masse. Il a écrit beaucoup de livres sur la politique américaine, tels que Les dessous de la politique de l’Oncle Sam.

En 1992, d’après l’Arts and Humanities Citation Index, Chomsky est plus souvent cité qu’aucun autre universitaire vivant pendant la période 1980-92. Il occupe la huitième position dans la liste des auteurs les plus cités. Il est considéré comme une figure intellectuelle majeure du monde contemporain, à la fois controversée et admirée.

Noam Chomsky est né à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 7 décembre 1928. Son père, William Chomsky, est un spécialiste de l’hébreu qui avait fui la Russie en 1913. Sa mère Elsie, née Simonofsky aux États-Unis, enseigne également l’hébreu. Noam grandit “immergé dans la culture, l’érudition et les traditions du judaïsme et de l’hébreu”. À l’âge de huit ou neuf ans, Chomsky passe chaque vendredi soir à lire de la littérature hébraïque avec son père. Il est scolarisé avant l’âge de deux ans dans une école d’inspiration deweyite gérée par l’université Temple, l’Oak Lane Country Day School, école dont le principe d’évaluation est fondé principalement sur la créativité – individuelle et collective – des élèves. Il y reste jusqu’à l’âge de douze ans puis retrouve le système scolaire classique en entrant à l’école secondaire centrale de Philadelphie dont le climat de compétition interpersonnelle le consterne.

Selon ses souvenirs, Chomsky écrit son premier article pour le journal de son école en 1939 au sujet de la menace de l’expansion du fascisme après la chute de Barcelone pendant la guerre d’Espagne : il est bouleversé par cette défaite et l’écrasement final des mouvements anarcho-syndicalistes, comme celle du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM). Au début de l’adolescence, il entre en contact avec les idées anarchistes en fréquentant notamment le kiosque à journaux que tient l’un de ses oncles, bossu, mêlé au milieu du crime organisé à New York et qui forme une sorte de “salon politico-littéraire très vivant où se retrouvaient des intellectuels et des professions libérales”. Au cours de ses excursions new-yorkaises, Il se retrouve souvent dans les locaux du journal anarchiste Freie Arbeiter Stimme dont l’un des plus importants collaborateurs est Rudolf Rocker.

Chomsky entre en 1945 à l’université de Pennsylvanie, tout en donnant des cours d’hébreu pour financer ses études. Il y étudie la philosophie notamment auprès de C. West Churchman, Nelson Goodman et Morton White, et la linguistique auprès de Zellig Harris. Les idées à la fois linguistiques et politiques de Harris sont déterminantes dans l’orientation intellectuelle et scientifique de Chomsky et leur relation de maître à élève débouche sur une étroite amitié. Il décroche son Bachelor of Arts en 1949 avec un mémoire intitulé Morphophonetics of Moderne Hebrew. La même année, Chomsky se marie avec la linguiste Carol Doris Schatz (1930-2008) qu’il connaît depuis l’enfance – ils auront deux filles, Aviva (née en 1957) et Diane (1960), et un fils, Harry (1967).

Chomsky soutient sa thèse de linguistique à l’université de Pennsylvanie en 1955, après avoir poursuivi des recherches de 1951 à 1955 à l’université Harvard en tant que Harvard Junior Fellow. Dans sa thèse, il commence à développer certaines des idées qu’il approfondit ensuite dans son livre de 1957 intitulé Structures syntaxiques.

Chomsky rejoint ensuite le Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1955 grâce à l’appui de Roman Jakobson, comme professeur associé au sein du laboratoire de recherche en électronique qui travaille sur un projet de machine à traduire. En 1961, il est nommé professeur dans le “département de langues modernes et de linguistique”, créé pour accueillir le troisième cycle en linguistique mis sur pied par Morris Halle et lui-même.

Vers 1964 Chomsky s’engage publiquement dans le débat politique. En intellectuel assumé, il devient l’un des principaux opposants à la guerre du Viêt Nam avec la publication en février 1967 d’un article intitulé “Responsabilités des Intellectuels” dans la New York Review of Books. Il insiste sur l’idée que dans la mesure où les intellectuels ont, comparé au reste de la population, plus facilement accès à la vérité, ils ont d’autant plus de responsabilité face à elle. Si cette publication entraîne la mobilisation de nombreux universitaires dans les mois qui ont suivi, son activisme, et notamment son soutien public aux déserteurs de l’armée américaine par le biais de l’“appel à la résistance contre toute forme d’autorité illégitime”, lui vaut d’être poursuivi en justice pour complicité de “résistance active à la loi d’incorporation militaire”. Mais après l’Offensive du Tết de janvier 1968, les poursuites sont abandonnées. Dès lors, il se retrouve sur la liste secrète des “opposants politiques” du Président Nixon dont l’existence est révélée en 1971. Depuis, Chomsky ne cesse pas de publier ses analyses politiques et de donner de nombreuses conférences et interviews dans le monde entier. Ses critiques de la politique étrangère américaine, souvent reprises en dehors des États-Unis, l’exposent aux critiques nourries aussi bien des libéraux que des conservateurs américains.

Entre 1966 et 1976, il est titulaire de la chaire “Ferrari P. Ward de langues modernes et linguistique”. En 1976, il accède au titre rare d’Institute Professor. Chomsky réalise toute sa carrière au MIT.

Profondément rationaliste, Chomsky rejette formellement le post-structuralisme et les critiques postmodernes de la science.

L’adjectif “chomskyen” a été créé pour désigner ses travaux et ses idées, mais ce terme est peu apprécié par Chomsky lui-même qui considère la “personnalisation” comme indue dans le domaine de la science.

Sa fille aînée, Aviva Chomsky, historienne spécialiste de l’histoire de l’Amérique latine et des Caraïbes, est coordinatrice des études latino-américaines au collège d’État de Salem (Massachusetts).

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :