Joseph McCarthy

Mentionné dans Let Robeson Sing :
“No passport ’til 1958
McCarthy poisoned through with hate
Liberty lost still buried today
Beneath the lie of the USA”

Joseph Raymond McCarthy, né le 14 novembre 1908 à Grand Chute dans le Wisconsin, décédé le 2 mai 1957 à Bethesda dans le Maryland, était un homme politique des États-Unis d’Amérique, affilié à l’origine au Parti démocrate, puis auParti républicain. McCarthy a occupé le poste de sénateur de l’État du Wisconsin de 1947 à 1957.

En dix ans de carrière au Sénat des États-Unis, McCarthy et son équipe sont devenus célèbres pour leurs diatribes contre le gouvernement fédéral des États-Unis, et pour leur campagne contre tous ceux qu’ils soupçonnaient d’être ou de sympathiser avec les communistes. Cette période comprise entre 1950 et 1954, connue sous le nom de “Terreur Rouge” (Red Scare), a aussi pris le nom de maccarthysme.

Pendant cette période, tous ceux qui étaient soupçonnés de sympathies communistes sont devenus l’objet d’enquêtes, collectivement nommées la “Chasse aux Sorcières”. Des gens des médias, du cinéma, du gouvernement et de l’armée ont été accusés d’être des espions à la solde des Soviétiques. Bien que les enquêtes de McCarthy n’aient jamais conduit à des inculpations pour espionnage, des informations récemment rendues publiques indiquent que certaines des personnes qu’il soupçonnait auraient effectivement pu être coupables, notamment les époux Rosenberg, bien qu’ils aient toujours clamé leur innocence. Ces derniers travaillaient comme techniciens pour le nucléaire américain et ont été soupçonnés d’espionnage : ils ont été condamnés à mort en 1953.

Le terme de maccarthisme est depuis devenu synonyme d’activités gouvernementales visant à réduire l’expression d’opinions politiques ou sociales gauchisantes, en limitant les droits civils au nom de la sécurité nationale.

McCarthy est né dans une ferme de la ville de Grand Chute, dans le Wisconsin. Sa grand-mère paternelle était d’origine allemande, et ses trois autres grands-parents d’origine irlandaise. McCarthy a abandonné ses études au lycée afin d’aider ses parents à l’exploitation familiale, pour les reprendre plus tard et obtenir son diplôme en une année, le seul de l’histoire de son lycée à avoir accompli pareille performance. McCarthy s’est lancé simultanément dans des études d’ingénieur et de Droit, obtenant un diplôme dans cette seconde spécialité à l’université de Marquette, à Milwaukee entre 1930 et 1935, et a été admis à l’association du barreau en 1935. Tout en travaillant dans un cabinet d’avocats à Shawano, il s’est lancé dans une campagne électorale infructueuse afin d’obtenir le poste de District Attorney sous l’étiquette démocrate en 1935. En 1939, il est devenu le plus jeune juge de l’histoire du Wisconsin.

En 1942, McCarthy a démissionné de son poste de juge pour s’engager comme simple soldat dans les US Marines, et a été plus tard promu au grade de lieutenant. Il a servi comme officier de renseignements pour une escadrille de bombardement basée dans les Îles Salomon et à Bougainville. Il a participé à 11 missions comme photographe et mitrailleur de queue, obtenant une Distinguished Flying Cross en 1952 ; l’attribution de cette médaille a été plus tard soumise à enquête et a été contestée. McCarthy a été cité par l’amiral Chester Nimitz pour avoir pris l’air blessé, alors que cette blessure (un pied cassé) n’était pas une blessure de guerre.

Encore en service en 1944, il a fait campagne pour la nomination républicaine du Wisconsin, pour se faire battre largement par le sénateur en poste, Alexander Wiley. Démissionnant de l’armée en 1945 et réélu sans concurrent à ses fonctions judiciaires, il a commencé une campagne électorale systématique pour l’élection sénatoriale de 1946. McCarthy a obtenu de peu la nomination républicaine, mais a battu facilement son concurrent démocrate, Howard MacMurray.

Les trois premières années de McCarthy au Sénat se sont passé sans incident particulier. Il était perçu comme une personne chaleureuse et amicale. Il s’est fait critiquer pour avoir pris la défense d’un groupe de soldats SS condamnés à mort lors d’un procès pour leur rôle dans le massacre de prisonniers de guerre américains à Malmedy et à d’autres endroits en Belgique au cours de la bataille des Ardennes en 1944. Leurs condamnations à mort ont été commuées en réclusion à perpétuité grâce à McCarthy, qui a contesté que l’instruction et que le procès se soient déroulés en bonne et due forme. Il a relayé notamment des accusations selon lesquelles les accusés auraient été torturés durant les interrogatoires précédant le procès. De nombreuses personnes ont accusé McCarthy d’être tombé sous l’influence de néonazis.

McCarthy, en homme ambitieux et avide de popularité, a fait des tournées de discours, intervenant devant de nombreuses organisations sur des sujets très divers. L’une de ses plus remarquables campagnes proposait des lois immobilières et s’opposait au rationnement du sucre. Durant la présidence de Harry Truman, son profil national s’est amélioré de façon spectaculaire après un discours, le 9 février 1950, devant le Club des Femmes Républicaines de Wheeling, en Virginie-Occidentale.

Les paroles prononcées par McCarthy n’ont pas été enregistrées de façon fiable, la présence des médias étant minimale, et sont donc sujettes à débat. Il est généralement admis qu’il a exhibé une feuille de papier qu’il prétendait être une liste de communistes notoires travaillant au Département d’État. McCarthy aurait notamment déclaré :

“Je tiens là une liste de 205 personnes dont le Secrétaire d’État sait qu’ils sont affiliés au Parti Communiste et qui sont néanmoins en poste et façonnent la politique du Département d’État”.

McCarthy a déclaré par ailleurs qu’il faisait allusion à 57 “communistes notoires”, le nombre de 205 faisait référence au nombre de personnes travaillant au Département d’État et qui pour une raison ou une autre n’auraient pas dû être en poste. Ce chiffre a fini par acquérir une certaine importance lorsqu’il a été utilisé comme point de départ à une accusation de parjure contre McCarthy.

Il existait en effet une liste du Département d’État des employés problématiques, pour des raisons de loyauté, mais aussi pour ivrognerie ou incompétence. Le discours de McCarthy, dans un pays inquiet de l’agressivité de l’Union soviétique en Europe, et en plein procès Alger Hiss, a fait l’effet d’une traînée de poudre. La population a pris les accusations de McCarthy comme une explication de la chute de la Chine aux mains de Mao Zedong, et du développement de l’arme nucléaire soviétique l’année précédente.

La réaction des médias a étonné McCarthy lui-même, l’amenant à réviser ses accusations et ses chiffres dans les jours qui ont suivi, un mouvement qui allait devenir sa marque de fabrique. À Salt Lake City, quelques jours plus tard, il a mentionné un chiffre de 57, puis au Sénat, le 20 février, le chiffre de 81 ; il a donné un discours marathon détaillant chacun des cas, les preuves étant pour la plupart ténues ou inexistantes, mais l’effet du discours a été néanmoins considérable. Le Sénat a convoqué le Comité Tydings pour examiner l’accusation, qui s’est révélé sans fondement. Trois jours après que le Comité ait eu écarté ces accusations, le FBI arrêtait Julius Rosenberg pour espionnage et pour sa participation dans les fuites du Projet Manhattan afin d’accélérer l’acquisition de l’arme nucléaire par l’Union Soviétique.

Pour McCarthy, il a été facile de reformuler ses accusations et de continuer à les affirmer devant la presse et au Sénat. L’utilisation habile des médias a permis à McCarthy de faire couvrir largement ses nouvelles accusations, tout en laissant sous silence les anciennes qui se faisaient invalider.

McCarthy s’est lancé aussi dans la destruction politique de ses contradicteurs, une tactique couronnée par sa campagne de 1950 contre Millard Tydings, quatre fois réélu, une victoire qui a intimidé les critiques. McCarthy avait fait distribuer une photographie de Tydings en compagnie d’un communiste célèbre, ce qui a mis un terme à la carrière de Tydings dans ce qui allait devenir “l’élection la plus sale de l’histoire de la politique américaine”.

Entre 1950 et 1953, McCarthy a continué ses accusations selon lesquelles le gouvernement n’agissait pas contre l’infiltration communiste dans ses rangs, tout en gagnant un vaste soutien populaire et des sources de revenus importantes. Ses finances ont été l’objet d’une enquête sénatoriale en 1952, dont le rapport signalait des irrégularités et des comportements contestables, mais rien qui justifiait une action en justice. Le 19 septembre 1953, il a épousé Jean Kerr, une chercheuse de son équipe.

Après le triomphe électoral de 1952, puissamment aidé par ses accusations, le Parti Républicain l’a nommé président du “Sous-comité sénatorial d’enquête permanent”. Néanmoins, son manque de fiabilité et sa façon de se soustraire aux questions précises ne lui ont fait jamais gagner la confiance du Parti (particulièrement du président Dwight Eisenhower, qui aurait déclaré “je n’irai pas faire un concours de qui pisse le plus loin avec cette espèce de putois”). L’une des têtes de Turc favorites de McCarthy a été le général George C. Marshall, que McCarthy traitait de menteur et de traître, de concert avec le sénateur William Jenner, de l’Indiana. Eisenhower a écrit un discours dans lequel il incluait une défense enflammée du général Marshall, et que les sbires de McCarthy sont parvenus à lui faire retirer. Harry Truman a eu un ressentiment à l’égard de Eisenhower, le traitant de couard qui devait toute sa carrière à Marshall. Truman considérait Marshall comme l’un des plus grands héros de l’histoire des États-Unis.

À la différence de la “Commission parlementaire aux activités non américaines” et du “Sous-comité interne de sécurité du Sénat”, le comité de McCarthy se concentrait sur les institutions gouvernementales. Il a commencé par une enquête sur la bureaucratie à Voice of America, et a obligé au retrait de littérature prétendument pro-communiste de la bibliothèque du Département d’État. Entre temps, McCarthy continuait de porter des accusations sur des influences communistes au sein du gouvernement, exaspérant Eisenhower ; ce dernier rechignait à se confronter publiquement à McCarthy en raison de sa popularité sans cesse croissante, mais il le considérait comme dangereux et hors de tout contrôle, et entreprit de le faire démettre de son poste par des manœuvres de couloir.

Un certain nombre de personnes ont démissionné tôt de leur poste au comité, notamment Robert F. Kennedy, qui en est venu littéralement aux mains avec le conseiller en chef de McCarthy, Roy Cohn. Ces démissions ont entraîné la nomination de Matthews comme directeur exécutif. Ce dernier était un ancien membre de plusieurs organisations de “front communiste”, et se vantait d’avoir été membre de plus d’organisations de ce genre qu’aucun autre Américain ; cependant, après être tombé dans la disgrâce des groupes radicaux des années 1930, il s’est transformé en un fervent anticommuniste. Matthews était ministre du culte méthodiste et se faisait souvent appeler “docteur Matthews”, bien qu’il n’en avait pas le titre. Il a démissionné plus tard, après sa description des sympathies communistes dans le clergé protestant, avec son papier titré “Les Rouges dans nos églises”, qui avait fait scandale parmi les sénateurs. Pendant cette période critique, McCarthy a maintenu son contrôle sur le sous-comité, dictant ses choix dans l’embauche des employés ; ceci a suscité plusieurs démissions supplémentaires.

En 1947, peu d’employés du gouvernement américain savaient que les preuves de l’espionnage soviétique massif au sein du gouvernement étaient récoltées par deux organisations : le FBI menait une enquête de contre-espionnage et le Signal Intelligence Service de l’armée américaine, à Arlington Hall, décryptait les communications soviétiques. Les deux services travaillaient sur le même sujet en ignorant les activités de l’autre. Aussi, lorsque McCarthy a accusé le gouvernement Truman de protéger des agents soviétiques en connaissance de cause, ses accusations sont parues vraisemblables à de larges franges du public américain.

McCarthy et le maccarthisme étaient en partie un problème de politique électorale : il cherchait à faire voir le président Truman et le Parti démocrate comme des faibles, voire des traîtres à la solde des communistes. Ses accusations sont tombées à plat à propos de Truman, lequel, ignorant les décryptages du Projet Venona qui confirmaient l’interrogatoire de Elizabeth Bentley, considérait McCarthy comme “le meilleur atout du Kremlin” pour sa capacité à diviser le pays.

Dwight Eisenhower, candidat à la présidence de 1952, désapprouvait les tactiques de McCarthy, mais a été néanmoins contraint de faire une partie de sa tournée électorale avec lui, dans le Wisconsin. Il comptait y faire un commentaire dénonçant le programme de McCarthy, mais a fini par couper cette partie de son discours, sur le conseil d’un de ses collègues conservateurs. Il a été par la suite vivement critiqué pendant sa campagne pour avoir cédé à la pression de son parti en abandonnant ses convictions personnelles. Après qu’il ait été élu président, il a fait clairement savoir à son entourage qu’il n’approuvait pas McCarthy, et a pris des mesures actives pour obtenir l’arrêt de ses activités.

La chute de McCarthy est due en partie à son attaque frontale contre le président Eisenhower. D’un côté, ce dernier, qui détestait McCarthy, travaillait en sous-main à le faire démettre et à limiter son influence ; mais de l’autre, la façon dont Eisenhower évitait la confrontation frontale pourrait avoir prolongé le pouvoir de McCarthy en démontrant que des figures aussi éminentes qu’Eisenhower n’osaient pas le critiquer directement.

À l’automne 1953, le comité McCarthy s’est lancé dans son enquête au sein de l’Armée des États-Unis. Il cherchait, sans succès, à démasquer un réseau d’espionnage dans le Army Signal Corps. Le comité en était venu à concentrer son attention sur un dentiste new-yorkais du nom de Irving Peress, qui avait été incorporé comme capitaine dans l’armée, et qui avait refusé de répondre à des questions concernant l’appartenance à des “organisations subversives” sur les formulaires du Département de la Défense, et qui avait été recommandé à la démobilisation par le Chirurgien général de l’armée en avril 1953. Malgré ceci, il a demandé et reçu une promotion au rang de major en octobre de la même année. Roy Cohn a informé le conseiller de l’armée John G. Adams de ces faits en décembre 1953 et Adams a promis d’ouvrir une enquête.

Comme aucune action n’avait été ouverte contre Peress le mois suivant, McCarthy l’a fait comparaître devant le Comité le 30 janvier 1954. Peress s’est appuyé vingt fois sur le Cinquième Amendement quand il a été interrogé sur son appartenance au Parti communiste, sur sa participation à une école d’entraînement communiste et sur ses efforts pour enrôler du personnel militaire dans le Parti communiste. Deux jours plus tard, McCarthy a envoyé une lettre au Secrétaire de l’armée Robert Ten Broeck Stevens résumant le témoignage de Peress et demandant qu’il soit appelé à comparaître devant la cour martiale, et que l’armée retrouve qui avait promu Peress, sachant qu’il était un communiste. Le jour même, Peress a demandé sa démobilisation, qu’il a obtenu du brigadier général Ralph W. Zwicker.

En revenant sur cette question, McCarthy s’est attiré la fureur des médias à propos de son traitement du général Ralph W. Zwicker. Entre autres choses, McCarthy comparait l’intelligence de Zwicker à celle d’un enfant de cinq ans, et déclarait que Zwicker n’était pas apte à porter l’uniforme de général. Charles Potter a été l’un des quelques sénateurs républicains à rompre une lance contre McCarthy ; il a écrit une philippique sur la question, Day of Shame (Jour de Honte), décrivant McCarthy comme une brute terrorisant ses concitoyens. Le traitement de Zwicker, héros de guerre décoré, l’avait particulièrement indigné. Au début de l’année 1954, l’armée a accusé McCarthy et son conseiller en chef Roy Cohn d’exercer des pressions pour un traitement de faveur de G. David Schine, ami et ancien adjoint de Cohn. McCarthy a réfuté ces accusations, faites selon lui en représailles de ses déclarations sur Zwickler l’année précédente.

Une des attaques les plus virulentes contre les méthodes de McCarthy a été un épisode de la série documentaire See It Now animée par Edward R. Murrow (cet épisode était le thème du film Good Night, and Good Luck de George Clooney, sorti en 2005), qui a été diffusé le 9 mars 1954. L’émission consistait en des extraits de discours de McCarthy, où celui-ci accusait le Parti Démocrate de “vingt ans de trahison” (1933-1953), il faisait la même accusation pour les administrations de Franklin Roosevelt et Harry Truman) et insultait des témoins, incluant un général de l’armée.

Le reportage de Murrow couplé à l’affaire de David Schine la même année, a déclenché une lourde perte de popularité de McCarthy car il s’agissait de la première remise en cause publique de ses agissements par des personnalités respectables. Pour contrer cette mauvaise publicité, McCarthy a fait une apparition dans See It Now trois semaines plus tard en émettant diverses attaques personnelles contre Murrow. Cette réponse a été mal accueillie par le public et a fait décroître d’autant plus sa popularité.

En décembre 1954, McCarthy est censuré par le Sénat américain, par 67 voix contre 22, et est définitivement écarté de la politique. Trois ans plus tard, il meurt de problèmes cardio-vasculaires liés à d’important abus de boissons.

VOIR AUSSI :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s