Brian Warner

Mentionné dans The Convalescent :
“Uneven and tidal all with exit policies
Followed by anti-ballistic migraines
And Brian Warner has a tasty little ass
Scared of cash machines and the Mardi Gras”

Marilyn Manson (de son vrai nom Brian Hugh Warner) est un chanteur de metal et de rock et un peintre américain né le 5 janvier 1969 à Canton, dans l’Ohio. Il est mondialement connu pour être le leader du groupe portant son nom. Son nom de scène est composé des noms de l’actrice Marilyn Monroe et du tueur en série Charles Manson.

Marilyn Manson est certainement l’un des artistes contemporains les plus controversés, utilisant la provocation et le blasphème dans une grande partie de ses albums et de ses concerts. Sa musique et son attitude lui ont valu beaucoup d’ennuis avec des mouvements religieux et politiques, lui reprochant de pousser la jeunesse à la violence et la perversion, notamment après le massacre du lycée de Columbine.

Brian Hugh Warner est né le 5 janvier 1969 à Canton, dans l’Ohio. Sa mère, Barbara, était infirmière. Elle est issue d’une famille de paysans, les Wyer. Son père, Hugh, était vendeur dans un magasin de meubles. Il avait été pilote d’hélicoptère dans l’armée américaine durant la guerre du Vietnam. Il est issu d’une famille de la classe moyenne, les Warner, d’origine allemande et établie aux États-Unis depuis plusieurs générations.

Garçon solitaire, Brian avait pour seul ami son cousin Chad qu’il retrouvait chez sa grand-mère, Beatrice Warner, chaque jour après l’école. Elle les gardait jusqu’à ce que leurs parents aient fini leur journée de travail. Ensemble, ils jouaient aux espions, profession que Brian rêvait alors d’exercer. La personne qu’ils préféraient épier était leur grand-père Jack, routier à la retraite. Jack se rendait souvent à la cave où il faisait tourner un petit train électrique. Au fil de leurs enquêtes, Brian et Chad ont compris que la cave n’était pas ce qu’ils avaient imaginé. Leur grand-père y conservait toute une collection de revues pornographiques, de vieux jouets sexuels, de sous-vêtements féminins, de perruques et même de photoszoophiles. Jack est décédé d’un cancer en 1995.

Enfant, Brian a été scolarisé à la Heritage Christian School, établissement privé épiscopalien. L’école était régie par des règles très strictes : les cheveux longs n’étaient pas tolérés chez les garçons et la couleur des tenues était imposée selon le jour de la semaine. Un jour, Brian a amené en classe une photo que sa grand-mère maternelle avait prise depuis le hublot d’un avion et qui montrait, selon elle, un ange dans le ciel. Son professeur a crié au blasphème. Déçu, Brian a décidé catégoriquement que cette école ne pourrait rien lui apporter de bon et il s’est acharné à se faire renvoyer. Il a multiplié les entorses au règlement (vols, contrebande, introduction dans l’école d’objets interdits…) sans succès.

C’est parce que les enseignants de Brian avaient un dégoût profond envers la culture rock qu’il s’y est intéressé. L’école organisait des séminaires durant lesquels ils effrayaient les enfants avec des légendes sur des groupes populaires. Bien qu’étant très jeune, Brian était fasciné. Il est devenu fan inconditionnel d’AC/DC, de Judas Priest, mais surtout de Kiss. En 1979, alors âgé de dix ans, son père l’a amené à un concert de ces derniers. Brian a été très marqué par leur sens de la mise en scène.

À la fin du collège, Brian a pu rejoindre un lycée public. Maladif, souvent absent, il aura du mal à s’intégrer. Durant son année de seconde (17 ans environ), il a fait une grave allergie aux antibiotiques qui a failli le tuer. Il a dû être hospitalisé. Jennifer, une fille de sa classe, lui rendait régulièrement visite. Elle est devenue sa première petite amie. Au lycée, il a sympathisé avec John Crowell, un garçon désinhibé qui partage sa passion pour le rock. John initie Brian à la drogue en lui offrant son premier joint de marijuana.

Quand il a eu dix-huit ans, il a emménagé avec sa famille à Fort Lauderdale (Floride) où son père avait trouvé un poste de vendeur dans un magasin de meuble. Brian s’est inscrit alors au Broward Community College pour y étudier le journalisme et le théâtre. Pendant son temps libre, il écrivait des poèmes et des nouvelles qu’il essayait de faire publier – sans succès – dans des revues. Parallèlement, il travaillait de nuit pour une chaîne de magasins de disques, le Spec’s Local. Après s’être fait renvoyer, il a travaillé un temps comme critique musical pour le Tonight Today, un journal gratuit. Ne recevant aucun salaire de son patron, il s’est fait embaucher comme journaliste au 25th Parallel, une toute nouvelle revue, en “gonflant” son CV (il n’était alors pas diplômé et n’avait presque aucune expérience). Interviewer les grands noms de la musique (Malcolm McLaren, Debbie Harry, les Red Hot Chili Peppers, Trent Reznor…) a confirmé sa volonté d’être des leurs.

Le week-end, Brian fréquente des clubs de Miami où se produisent des groupes locaux. En 1989, au cours d’une soirée, il rencontre le guitariste Scott Putesky. Impressionné par son talent, il lui propose de former un groupe. Il décide alors d’écrire sous le pseudonyme qu’il avait imaginé quelques années plus tôt : Marilyn Manson, nom du héros d’une de ses nouvelles intitulée La Monnaie de sa Pièce. Grâce à son nom de scène, il remet en question la perception admise du bien et du mal. Il montre qu’un tueur tel que Charles Manson peut jouir de la même fascination qu’une star comme Marilyn Monroe et les met sur un pied d’égalité en déclarant que Monroe possédait un côté sombre (elle prenait des drogues) tout comme Manson pouvait être bon. Brian décide de rebaptiser Scott selon la même formule : Il devient Daisy Berkowitz. Le groupe prend le nom de Marilyn Manson & The Spooky Kids. Bientôt rejoint par d’autres musiciens, le groupe donne son premier concert le 28 avril 1990 au Churchill’s Hideaway. Celui qu’on appelle désormais Marilyn Manson monte sur scène, pétri par le trac. Après quelques morceaux, des poèmes de sa propre composition mis en musique par Scott, il part se réfugier en coulisse, convaincu que le concert a été catastrophique. Cependant, le public applaudit chaleureusement la performance du groupe. Fier de lui, Manson est à présent sûr de sa vocation.

Le groupe enchaîne avec un concert au Reunion Room où Manson négocie un cachet important, ce qui lui est accordé malgré le manque de notoriété du groupe. À la fin du concert, il renvoie deux membres dont il n’est pas satisfait. Ces premiers renvois montrent déjà avec quelle fermeté il dirige le groupe. Il enregistre également sa première démo, Big Black Bus. À cette période, Manson fait la rencontre de Nancy, une fille psychotique qu’il engage pour danser sur scène pendant les concerts du groupe. Elle tombe amoureuse de lui et Manson, bien qu’étant en couple, entretient une liaison avec elle.

En juillet, Bob Slade, un DJ de Miami, invite Marilyn Manson & The Spooky Kids au Club Nu pour jouer en première partie de Nine Inch Nails. Manson en profite pour remettre une démo à Trent Reznor, leader et producteur de ce groupe, dont il est un grand fan.

Plus tard, il engage le manager John Tovar qui est chargé de s’occuper de l’image du groupe. Ce dernier recommande d’en simplifier le nom et de l’appeler “Marilyn Manson”. Peu à peu, la formation gagne en notoriété et cherche maintenant un label qui la signera.

Brian se fait appeler Marilyn aussi bien lors des interviews que par ses amis. Selon son autobiographie, “il n’y a plus que son père qui l’appelle par son vrai nom”.

Marilyn Manson est perçu par le grand public comme un artiste dérangeant et provocateur. En effet, il déchaîne souvent les passions et semble travailler à ne pas inspirer d’indifférence. Les gens offensés par ses paroles l’accusent de corrompre la jeunesse. Dans de nombreuses villes nord-américaines, protestations et pétitions l’empêchent de se produire sur scène. Après le massacre de Columbine, beaucoup affirment que c’est sa musique (avec d’autres du même style “gothique”) qui a influencé Eric Harris et Dylan Klebold avant leurs meurtres, bien qu’Harris et Klebold n’aient jamais aimé la musique de Manson. Dans le film/documentaire Bowling for Columbine, Michael Moore, le réalisateur, donne la parole au chanteur au sujet de cette tragédie. Lorsqu’on lui demande ce qu’il aurait dit aux deux tueurs avant leur crime s’il avait pu les rencontrer, Manson a répondu “Je n’aurais rien dit ; je les aurais écoutés, ce que personne n’a fait”.

Très marqué dans son enfance par une éducation religieuse très stricte, le chanteur a construit son identité de scène dans la contestation de l’Amérique puritaine et du dogme chrétien. Ses premiers spectacles étaient d’une extrême provocation idéologique et religieuse.

Quand Manson a été nommé Révérend de l’Église de Satan par Anton Lavey, son fondateur, il s’est attiré les foudres de certains croyants et puritains : interdiction de faire ses représentations dans certaines villes des États-Unis et du monde, militants religieux priant pour sa rédemption devant ses concerts, tracts, procès, etc.

Treize mois après s’être mariée avec Manson à Castle Gurteen en décembre 2005 (comté de Tipperary, en Irlande), Dita von Teese demande le divorce en janvier 2007. Le couple aurait pris la décision de divorcer le soir de Noël après accord mutuel. Cependant, Marilyn Manson aurait reçu les papiers du divorce le 5 janvier 2007, le jour de l’anniversaire de ses 38 ans. Depuis, il fréquente la jeune actrice Evan Rachel Wood (née en 1987) avec qui il a fait quelques apparitions publiques. Elle a fait partie de la distribution du clip Heart-Shaped Glasses (When the Heart Guides the Hand). On apprend en août 2010, qu’ils ne seraient plus ensemble. Il est très ami avec le rappeur Eminem (dont il a fait un remix-duo metal de sa chanson The Way I Am), Brian Molko (Placebo), Jonathan Davis (Korn) et Joey Jordison (Slipknot).

Outre la musique, Marilyn Manson est aussi peintre, avec une préférence pour les aquarelles. Il a inauguré sa propre galerie d’art : The Celebritarian Corporation Gallery of Fine Art, à Los Angeles, Californie, l’ouverture s’étant déroulé le 31 octobre 2006, jour d’Halloween.

Il est également un grand amateur d’absinthe. Il a d’ailleurs élaboré sa propre absinthe, qu’il a d’ailleurs appelée la Mansinthe dont la teneur en alcool est de 66.6° (référence biblique au nombre de la bête dans l’apocalypse de Saint Jean).

Féru de cinéma, il aime beaucoup les films de David Lynch avec lequel il entretient une relation toute particulière: en effet il a co-signé en 2010 le livre Genealogies of pain, contenant des peintures de Manson et des œuvres visuelles du cinéaste qui a également écrit la préface du livre autobiographique du chanteur The Long Hard Road Out of Hell sortie en 1999. David Lynch offrira également à Marilyn Manson un petit rôle dans son film Lost Highway.

VOIR AUSSI :

  • All the drugs in the world / Can’t save us from ourselves [Expressions]
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :