Bay Of Pigs

Cité dans Baby Elián :
“Kidnapped to the promised land
The Bay Of Pigs
Or Baby Elián
Operation Peter Pan
America – The Devil’s playground”

La baie des Cochons (en espagnol : Bahía de Cochinos) fait partie de la côte méridionale de l’île de Cuba, dans la mer des Caraïbes. Elle est bordée par une zone marécageuse de la province de Matanzas, à l’ouest de la ville de Cienfuegos.

Le terme en réalité ne se réfère pas à des cochons, mais à une sorte de poisson également appelé cochino en espagnol cubain.

Large d’environ 10 km pour 20 km de longueur, la baie des Cochons se trouve à environ 30 km au sud de Jagüey Grande, 70 km à l’ouest de Cienfuegos et à 150 km au sud-est de la capitale de Cuba, La Havane.

Un récif corallien s’étend à l’ouest de la baie et borde le marais de Zapata de la péninsule éponyme. Du côté oriental de la baie, des plages bordent des territoires de mangroves et des marécages, en direction du nord et de l’est. À la pointe nord de la baie se trouve le village de Buana Ventura, qui est adjacent à la Playa Larga (“longue plage” en français). À35 km plus au sud, se trouve la Playa Girón, littéralement la “plage de Giron”, ainsi nommée d’après le célèbre pirate français Gilberto Giron (XVIIème siècle).

Le débarquement de la baie des Cochons est une tentative d’invasion militaire de Cuba par des exilés cubains soutenus par les États-Unis en avril 1961. Planifiée sous l’administration de Dwight Eisenhower, l’opération était lancée au début du mandat de John F. Kennedy. Elle visait à faire débarquer à Cuba, le 17 avril 1961, environ 1 400 exilés cubains recrutés et entraînés aux États-Unis par la CIA. Leur but était de renverser le nouveau gouvernement cubain établi par Fidel Castro, qui menait une politique économique défavorable aux intérêts américains et se rapprochait de l’URSS. L’opération a été un échec complet.

Après leur arrivée au pouvoir en 1959, les révolutionnaires castristes engagent une politique de révolution agraire, ce qui engendre un grand nombre d’expropriations des terres gouvernementales, c’est-à-dire que le gouvernement cubain récupère toutes les terres possédées par des propriétaires étrangers et dont les bénéfices ne vont pas au gouvernement de l’île. Ainsi, les terres sont nationalisées (deviennent la propriété de l’État cubain), les propriétaires étrangers sont renvoyés dans leur pays et les travailleurs des terres travaillent désormais pour le gouvernement et participent donc directement au profit de Cuba. La nationalisation enlève aussi aux grands propriétaires terriens cubains leurs latifundios et minifundios ; la main d’œuvre ne leur appartient plus et ils ne bénéficient plus ou très peu des richesses qu’ils tiraient de leurs terres.

Les révolutionnaires castristes tissent aussi des liens avec l’URSS, alors en pleine guerre froide avec les États-Unis, ce qui pousse ces derniers au blocus de l’île en 1960 ; tous les échanges commerciaux Cuba/États-Unis prennent fin, notamment les exportations importantes de sucre de canne que Cuba envoyait à l’acheteur nord-américain.

En janvier 1961, le gouvernement américain de Dwight Eisenhower rompt ses relations diplomatiques avec Cuba.

Le 15 avril 1961, des avions américains bombardent les aéroports et aérodromes du pays, détruisant une grande partie des avions au sol (civils et militaires). L’objectif initial de la CIA est de débarquer une force de 1 400 opposants cubains, qu’elle a recrutés et formés, afin qu’ils s’emparent d’une colline près de la Baie des Cochons.

Le matin du samedi 15 avril, six bombardiers américains B26 peints aux couleurs cubaines, en violation des conventions internationales, décollent du Nicaragua et attaquent les bases aériennes de La Havane et de Santiago (sud).

La plupart des appareils de l’armée cubaine plus de nombreux avions civils sont détruits au sol. Seuls neuf appareils qui n’étaient pas au sol sont restés intacts et joueront un rôle décisif 48 heures après. Le 16 avril, lors de l’enterrement des sept victimes des bombardements, Fidel Castro, après avoir comparé le débarquement à l’attaque de Pearl Harbor, lance : “Ce que les impérialistes ne peuvent nous pardonner, c’est d’avoir fait triompher une révolution socialiste juste sous le nez des États-Unis”.

Le lendemain, le 17 avril vers 1 h 15, la brigade 2506 débarque en deux endroits, à Playa Larga et Playa Girón, c’est-à-dire au fond et à l’entrée orientale de la baie des Cochons, à 202 km au sud-est de La Havane. Au large, de nombreux cargos et autres bâtiments de guerre américains sont destinés à consolider la tête de pont. Les exilés cubains, qui ont débarqué dans une région agricole dont les habitants ont bénéficié des réformes agraires mises en place par le gouvernement de Castro, ne reçoivent pas le soutien attendu de la part des populations. L’intervention de la milice et des troupes de Fidel Castro, appuyés par la dizaine d’avions militaires cubains encore en état, mettent l’envahisseur en déroute et les combattants anticastristes se rendent à l’armée cubaine le 19 avril.

L’opération a poussé le gouvernement cubain à s’allier ouvertement à l’URSS, sous le nom d’“Opération Anadyr”, et a constitué une humiliation internationale pour les États-Unis. Elle est aussi la cause directe de la crise des missiles de Cuba l’année suivante. Lors du règlement de la crise, les États-Unis se sont engagés à ne pas attaquer militairement Cuba.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :