Berlin Wall

(le mur de Berlin)
Cité dans Freedom Of Speech Won’t Feed My Children :
“Liberty, sweet liberty
Charitable respectability
Then pacifism killed us all
For all the tourists on the Berlin wall

Le mur de Berlin (en allemand Berliner Mauer), “mur de la honte” pour les Allemands de l’ouest et “mur de protection antifasciste” d’après la propagande est-allemande, est érigé en plein Berlin à partir de la nuit du 12 au 13 août 1961 par la République démocratique allemande (RDA), qui tente ainsi de mettre fin à l’exode croissant de ses habitants vers la République fédérale d’Allemagne (RFA). Le mur sépare physiquement la ville en Berlin-Est et Berlin-Ouest pendant plus de vingt-huit ans, et constitue le symbole le plus marquant d’une Europe divisée par le Rideau de fer. Plus qu’un simple mur, il s’agit d’un dispositif militaire complexe comportant deux murs de 3,6 mètres de haut avec chemin de ronde, 302 miradors et dispositifs d’alarme, 14 000 gardes, 600 chiens et des barbelés dressés vers le ciel. Environ 160 ressortissants de la RDA perdent la vie en essayant de le franchir, les gardes-frontière est-allemands et soldats soviétiques n’hésitant pas à tirer sur les fugitifs.

L’affaiblissement de l’Union soviétique, la perestroïka conduite par Mikhaïl Gorbatchev et la détermination des Allemands de l’Est, qui organisent de grandes manifestations, provoquent, le 9 novembre 1989, la chute du “mur de la honte”, suscitant l’admiration incrédule du “Monde libre” et ouvrant la voie à la réunification allemande. Presque totalement détruit, le Mur laisse cependant dans l’organisation urbaine de la capitale allemande des cicatrices qui ne sont toujours pas effacées aujourd’hui. Le mur de Berlin, symbole du clivage idéologique et politique de la Guerre froide, a inspiré de nombreux livres et films. Aujourd’hui, plusieurs musées lui sont consacrés.

Après sa capitulation le 8 mai 1945, l’Allemagne est divisée en trois, puis quatre zones d’occupation sous administrations soviétique, américaine, britannique et française, conformément à l’accord conclu à la conférence de Yalta. Berlin, la capitale du Troisième Reich, d’abord totalement occupée par l’Armée rouge doit également être partagée en quatre secteurs répartis entre les alliés. Les Soviétiques laissent alors aux Occidentaux les districts ouest de la ville qui se retrouvent ainsi totalement enclavés dans leur zone d’occupation, le secteur resté sous contrôle soviétique représentant à lui seul 409 km², soit 45,6 % de la superficie de la ville. La position et l’importance de Berlin en font un enjeu majeur de la guerre froide qui s’engage dès la fin des hostilités.

La coopération entre les quatre puissances occupantes de l’Allemagne prend fin en 1948 lorsque l’Union soviétique suspend sa participation au Conseil de contrôle allié et du commandement Interallié le 19 mars 1948. Les Soviétiques s’emploient dès lors à gêner les communications des Occidentaux avec Berlin-Ouest, sans doute pour les forcer à abandonner l’ancienne capitale du Reich. Du 24 juin 1948 au 12 mai 1949, Staline instaure le blocus de Berlin. Tous les transits terrestres et fluviaux entre Berlin-Ouest et l’Allemagne de l’Ouest sont coupés. Cet événement constitue la première crise majeure entre l’Union soviétique et les Occidentaux. Grâce à un gigantesque pont aérien organisé sous l’égide des États-Unis, Berlin-Ouest survit au blocus.

L’année 1949 voit la création de la République fédérale d’Allemagne (RFA) dans la trizone constituée par les zones française, britannique et américaine, suivie de près par celle de la République démocratique allemande (RDA) dans la zone sous occupation soviétique. La création de deux États consolide la division politique de Berlin. On commence alors des deux côtés à sécuriser et à fermer la frontière entre les deux pays. Des douaniers et des soldats détachés à la surveillance frontalière patrouillent entre la RDA et la RFA ; de solides clôtures seront plus tard érigées du côté RDA.

Légalement, Berlin garde le statut de ville démilitarisée (absence de soldats allemands) partagée en quatre secteurs, et indépendante des deux États que sont la RFA et RDA. En réalité, la portée pratique de cette indépendance est très limitée. En effet, le statut de Berlin-Ouest s’apparente à celui d’un Land, avec des représentants sans droit de vote au Bundestag, tandis que Berlin-Est devient, en violation de son statut, capitale de la RDA. La ville reste cependant le seul endroit où les Allemands de l’Est comme de l’Ouest peuvent transiter.

Le 27 novembre 1958, l’URSS tente un nouveau coup de force lors de “l’ultimatum de Khrouchtchev” proposant le départ des troupes occidentales dans les six mois pour faire de Berlin une “ville libre” démilitarisée. Les alliés occidentaux refusent.

Depuis sa création en 1949, la RDA subit un flot d’émigration croissant vers la RFA, particulièrement à Berlin. La frontière urbaine est difficilement contrôlable, contrairement aux zones rurales déjà très surveillées. Entre 2,6 et 3,6 millions d’Allemands fuient la RDA par Berlin entre 1949 et 1961, privant le pays d’une main-d’œuvre indispensable au moment de sa reconstruction et montrant à la face du monde leur faible adhésion au régime communiste. Émigrer ne pose pas de difficulté majeure car, jusqu’en août 1961, il suffit de prendre le métro ou le chemin de fer berlinois pour passer d’Est en Ouest, ce que font quotidiennement des Berlinois pour aller travailler. Les Allemands appellent cette migration de la RDA communiste à la RFA capitaliste : “voter avec ses pieds”. Pendant les deux premières semaines d’août 1961, riches en rumeurs, plus de 47 000 citoyens est-allemands passent en Allemagne de l’Ouest via Berlin. De plus, Berlin-Ouest joue aussi le rôle de porte vers l’Ouest pour de nombreux Tchèques et Polonais. Comme l’émigration concerne particulièrement les jeunes actifs, elle pose un problème économique majeur et menace l’existence même de la RDA.

En outre, environ 500 000 Berlinois sont des travailleurs frontaliers, travaillant à Berlin-Ouest mais habitant à Berlin-Est ou dans sa banlieue où le coût de la vie et de l’immobilier est plus favorable. Le 4 août 1961, un décret oblige les travailleurs frontaliers à s’enregistrer comme tels et à payer leurs loyers en Deutsche Mark (monnaie de la RFA). Avant même la construction du Mur, la police de la RDA surveille intensivement aux points d’accès à Berlin-Ouest ceux qu’elle désigne comme “contrebandiers” ou “déserteurs de la République”.

Comme tous les pays communistes, la RDA s’est vu imposer une économie planifiée par Moscou. Le plan septennal (1959-1965) est un échec dès le début. La production industrielle augmente moins vite que prévu. En effet, les investissements sont insuffisants. La collectivisation des terres agricoles entraîne une baisse de la production et une pénurie alimentaire. Les salaires augmentent plus vite que prévu à cause d’un manque de main-d’œuvre provoqué en grande partie par les fuites à l’Ouest. Un important trafic de devises et de marchandises, néfaste à l’économie est-allemande, passe par Berlin. La RDA se trouve en 1961 au bord de l’effondrement économique et social.

L’auteur William Blum avance comme cause de la construction du Mur outre la captation de la main d’œuvre qualifiée de la RDA par l’Ouest, mais encore le terrorisme occidental qui aurait alors sévi en RDA.

Le programme de construction du Mur est un secret d’État du gouvernement est-allemand. Il commence dans la nuit du 12 au 13 août 1961 avec la pose de grillages et de barbelés autour de Berlin-Ouest.

Son édification est effectuée par des maçons, sous la protection et la surveillance de policiers et de soldats – en contradiction avec les assurances du président du Conseil d’État de la RDA, Walter Ulbricht qui déclare le 15 juin 1961 lors d’une conférence de presse internationale à Berlin-Est en réponse à une journaliste ouest-allemande :

Si je comprends bien votre question, il y a des gens en Allemagne de l’Ouest qui souhaitent que nous mobilisions les ouvriers du bâtiment de la capitale de la RDA pour ériger un mur, c’est cela ? Je n’ai pas connaissance d’un tel projet ; car les maçons de la capitale sont principalement occupés à construire des logements et y consacrent toute leur force de travail. Personne n’a l’intention de construire un mur !”

Ulbricht est ainsi le premier à employer le mot “Mur”, deux mois avant qu’il ne soit érigé.

Si les Alliés sont au courant d’un plan de “mesures drastiques” visant au verrouillage de Berlin-Ouest, ils se montrent cependant surpris par son calendrier et son ampleur. Comme leurs droits d’accès à Berlin-Ouest sont respectés, ils décident de ne pas intervenir militairement. Le BND (Services secrets de la RFA) avait lui aussi reçu début juillet des informations semblables. Après la rencontre entre Ulbricht et Nikita Khrouchtchev lors du sommet des pays membres du Pacte de Varsovie (3-5 août 1961), le BND note dans son rapport hebdomadaire du 9 août :

“Les informations disponibles montrent que le régime de Pankow s’efforce d’obtenir l’accord de Moscou pour l’entrée en vigueur de mesures rigoureuses de blocage ; en particulier le bouclage de la frontière de Berlin, avec interruption du trafic de métros et de tramways entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. (…) Il reste à voir si Ulbricht est capable de faire accepter de telles exigences par Moscou, et jusqu’où”.

La déclaration publique du sommet du Pacte de Varsovie propose de “contrecarrer à la frontière avec Berlin-Ouest les agissements nuisibles aux pays du camp socialiste et d’assurer autour de Berlin-Ouest une surveillance fiable et un contrôle efficace”.

Le 11 août 1961, la Chambre du peuple (“Volkskammer”), le parlement de la RDA, approuve la concertation avec Moscou et donne les pleins pouvoirs au conseil des ministres pour en assurer la réalisation. Ce dernier adopte le 12 août un décret dénonçant la politique d’agression impérialiste des Occidentaux à son encontre. Un contrôle très strict des frontières séparant Berlin-Ouest et Berlin-Est est instauré. Il décide de l’emploi des forces armées pour occuper la frontière avec Berlin-Ouest et y ériger un barrage.

Le samedi 12 août 1961, le BND reçoit l’information qu’“une conférence a eu lieu à Berlin-Est au centre de décision du Parti communiste est-allemand (SED) en présence de hauts responsables du parti. On a pu y apprendre que (…) la situation d’émigration croissante de fugitifs rend nécessaire le bouclage du secteur d’occupation soviétique et de Berlin-Ouest dans les jours prochains – sans plus de précisions – et non dans deux semaines comme il était prévu initialement”.

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, 14 500 membres des forces armées bloquent les rues et les voies ferrées menant à Berlin-Ouest. Des troupes soviétiques se tiennent prêtes au combat et se massent aux postes frontières des Alliés. Tous les moyens de transport entre les deux parties de la ville sont interrompus. En septembre 1961, des métros et des S-Bahn (réseau ferré de banlieue) de Berlin-Ouest continueront à circuler sous Berlin-Est sans cependant s’y arrêter, les stations desservant le secteur oriental (qu’on appellera désormais les “stations fantômes”) ayant été fermées.

Erich Honecker, en tant que secrétaire du comité central du SED pour les questions de sécurité, assure la responsabilité politique de la planification et de la réalisation de la construction du Mur pour le parti, qu’il présente comme un “mur de protection antifasciste”. Les pays membres du pacte de Varsovie publient, le même jour, une déclaration pour soutenir le bouclage de la frontière entre les deux Berlin. Jusqu’en septembre 1961, la frontière reste “franchissable” et parmi les seules forces de surveillance, 85 hommes passent à l’Ouest – imités en cela par 400 civils, dont 216 réussissent. Les images du jeune douanier Conrad Schumann enjambant les barbelés, ainsi que de fugitifs descendant par une corde en draps de lit ou sautant par les fenêtres des immeubles situées à la frontière marquent les esprits.

La construction du Mur autour des trois secteurs de l’Ouest consiste tout d’abord en un rideau de fils de fer barbelés. Les pavés des axes de circulation entre les deux moitiés de la ville sont retournés afin d’interrompre immédiatement le trafic. Dans les semaines suivantes, il est complété par un mur de béton et de briques, puis muni de divers dispositifs de sécurité. Ce mur sépare physiquement la cité et entoure complètement la partie ouest de Berlin qui devient une enclave au milieu des pays de l’Est.

Le chancelier fédéral Adenauer appelle le jour même la population de l’Ouest au calme et à la raison, évoquant sans plus de précisions les réactions qu’il s’apprête à prendre avec les Alliés. Il attend deux semaines après la construction du Mur avant de se rendre à Berlin-Ouest. Seul le maire de Berlin-Ouest Willy Brandt émet une protestation énergique – mais impuissante – contre l’emmurement de Berlin et sa coupure définitive en deux. Sa déclaration est sans ambiguïté : “Sous le regard de la communauté mondiale des peuples, Berlin accuse les séparateurs de la ville, qui oppressent Berlin-Est et menacent Berlin-Ouest, de crime contre le droit international et contre l’humanité (…)”. Le 16 août 1961, une manifestation de 300 000 personnes entoure Willy Brandt pour protester devant le Rathaus Schöneberg, siège du gouvernement de Berlin-Ouest.

Les Länder de la RFA fondent la même année à Salzgitter un centre de documentation judiciaire sur les violations des droits de l’homme perpétrées par la RDA, pour marquer symboliquement leur opposition à ce régime.

La réaction des Alliés tarde : il faut attendre vingt heures avant que les colonnes militaires ne se présentent à la frontière. Le 15 août 1961, les commandants des secteurs occidentaux de Berlin adressent à leur homologue soviétique une note de protestation contre l’édification du Mur. Des rumeurs incessantes circulent, selon lesquelles Moscou aurait assuré les Alliés de ne pas empiéter sur leurs droits à Berlin-Ouest. Le blocus de Berlin a effectivement montré aux yeux des Alliés que le statut de la ville était constamment menacé. La construction du Mur représente ainsi une confirmation matérielle du statu quo : l’Union soviétique abandonne son exigence d’un Berlin-Ouest “libre” déserté par les troupes alliées, tel qu’il avait encore été formulé en 1958 dans l’ultimatum de Khrouchtchev.

Les réactions internationales sont ambiguës. Dès le 13 août, Dean Rusk, secrétaire d’État américain, condamne la restriction de la liberté de déplacement des Berlinois. Les Alliés considèrent que l’URSS est à l’initiative de la construction du Mur entre sa zone d’occupation et celle des alliés comme l’indiquent les notes de protestation envoyées au gouvernement soviétique par les ambassadeurs américain et français. Cependant, Kennedy qualifie la construction du Mur de “solution peu élégante, mais mille fois préférable à la guerre”. Le premier ministre britannique MacMillan n’y voit “rien d’illégal”. En effet, la mesure touche d’abord les Allemands de l’Est et ne remet pas en question l’équilibre géopolitique de l’Allemagne. Après une lettre que Willy Brandt lui a fait parvenir le 16 août, Kennedy affiche un soutien symbolique à la ville libre de Berlin-Ouest en y envoyant une unité supplémentaire de 1 500 soldats et fait reprendre du service au général Lucius D. Clay. Le 19 août 1961, Clay et le vice-président américain Lyndon Johnson se rendent à Berlin.

Le 27 octobre, on en vient à une confrontation visible et directe entre troupes américaines et soviétiques à Checkpoint Charlie. Des gardes-frontières de RDA exigent de contrôler des membres des forces alliées occidentales voulant se rendre en secteur soviétique. Cette exigence est contraire au droit de libre circulation, dont bénéficient tous les membres des forces d’occupation. Pendant trois jours, dix chars américains et dix chars soviétiques se postent de part et d’autre à proximité immédiate de Checkpoint Charlie. Les blindés se retirent finalement, aucune des deux parties ne voulant enclencher une escalade qui risquerait de se terminer en guerre nucléaire. La libre circulation par le poste-frontière Checkpoint Charlie est rétablie. Paradoxalement, cette situation explosive, aussi bien à Berlin que dans le reste de l’Europe, va déboucher sur la plus longue période de paix qu’ait connue l’europe occidentale.

Les ressortissants de Berlin-Ouest ne pouvaient déjà plus entrer librement en RDA depuis le 1er juin 1952. L’encerclement est rendu plus efficace par la diminution des points de passage : 69 points de passage sur les 81 existants sont fermés dès le 13 août. La porte de Brandebourg est fermée le 14 août et quatre autres le 23 août. Fin 1961, il ne reste plus que 7 points de passages entre l’Est et l’Ouest de Berlin. La Potsdamer Platz est coupée en deux. Le centre historique de la ville devient progressivement un grand vide sur la carte, composé du No man’s land entre les Murs de séparation à l’Est et d’un terrain vague à l’Ouest. Les conséquences économiques et sociales sont immédiates : 63 000 Berlinois de l’Est perdent leur emploi à l’Ouest, et 10 000 de l’Ouest perdent leur emploi à Berlin-Est.

Le mur de Berlin est devenu dès sa construction le symbole de la guerre froide et de la séparation du monde en deux camps. Le 26 juin 1963, John Kennedy prononce à Berlin un discours historique. Il déclare “Ich bin ein Berliner” (“Je suis un Berlinois”), marquant la solidarité du Monde libre pour les Berlinois. De plus, la construction du Mur donne une image très négative du bloc de l’Est et prouve de manière symbolique son échec économique face au bloc occidental. “Le bloc soviétique s’apparente désormais à une vaste prison dans laquelle les dirigeants sont obligés d’enfermer des citoyens qui n’ont qu’une idée : fuir ! Le Mur est un aveu d’échec et une humiliation pour toute l’Europe orientale”. Le Mur sape l’image du monde communiste.

Le 17 décembre 1963, après de longues négociations, le premier accord sur le règlement des visites de Berlinois de l’Ouest chez leurs parents de l’Est de la ville est signé. Il permet à 1,2 million de Berlinois de rendre visite à leurs parents dans la partie orientale de la ville mais seulement du 19 décembre 1963 au 5 janvier 1964. D´autres arrangements suivent en 1964, 1965 et 1966. Après l’accord quadripartite de 1971, le nombre des points de passage entre l’Est et l’Ouest est porté à dix. À partir du début des années 1970, la politique suivie par Willy Brandt et Erich Honecker de rapprochement entre la RDA et la RFA (Ostpolitik) rend la frontière entre les deux pays un peu plus perméable. La RDA simplifie les autorisations de voyage hors de la RDA, en particulier pour les “improductifs” comme les retraités, et autorise les visites de courte durée d’Allemands de l’Ouest dans les régions frontalières. Comme prix d’une plus grande liberté de circulation, la RDA exige la reconnaissance de son statut d’État souverain ainsi que l’extradition de ses citoyens ayant fui vers la RFA. Ces exigences se heurtent à la loi fondamentale de la RFA qui les rejette donc catégoriquement. Pour beaucoup d’Allemands, l’édification du Mur est, de fait, un déchirement et une humiliation qui accentuent les ressentiments de la partition. Une conséquence inattendue de la construction du Mur est de faire renaître dans le cœur des Allemands l’idée de la réunification.

Les deux parties de la ville connaissent des évolutions différentes. Berlin-Est, capitale de la RDA, se dote de bâtiments prestigieux autour de l’Alexanderplatz et de la Marx-Engels-Platz. Le centre (Mitte) de Berlin qui se trouve du côté Est perd son animation. En effet, l’entretien des bâtiments laisse à désirer surtout les magnifiques bâtiments situés sur l’île des musées, en particulier l’important musée de Pergame. Poursuivant le développement d’une économie socialiste, le régime inaugure en 1967, dans la zone industrielle d’Oberschöneweide, le premier combinat industriel de la RDA, le Kombinat VEB Kabelwerke Oberspree (KWO) dans la câblerie. En 1970, débute la construction d’immeubles de 11 à 25 étages dans la Leipzigerstrasse qui défigurent l’espace urbain. La propagande de la RDA désigne le Mur ainsi que toutes les défenses frontalières avec la RFA comme un “mur de protection antifasciste” protégeant la RDA contre l’“émigration, le noyautage, l’espionnage, le sabotage, la contrebande et l’agression en provenance de l’Ouest”. En réalité, les systèmes de défense de la RDA se dressent principalement contre ses propres citoyens.

Berlin-Ouest devient vite la vitrine de l’Occident. La réforme monétaire met fin à la pénurie et la reconstruction est bien plus rapide qu’à l’Est. Potsdamer Platz reste un lieu de souvenir. Une plate-forme panoramique permet de regarder par-dessus le Mur. Elle attire les visiteurs au cours des années 1970 et 1980. La partition fragilise cependant l’économie du secteur ouest. En effet, les industriels doivent exporter leur production en dehors de la RDA. De plus, pour éviter l’espionnage industriel, les industries de pointe s’implantent rarement à Berlin-Ouest. La partie ouest se singularise à partir de 1967 par son mouvement estudiantin, point de mire de l’opinion publique. En effet, la ville est traditionnellement une ville universitaire. La vie culturelle y est très développée.

Le 12 juin 1987, à l’occasion des festivités commémorant les 750 ans de la ville, le président américain Ronald Reagan prononce devant la porte de Brandebourg un discours resté dans les mémoires sous le nom de Tear down this wall!. Il s’agit d’un défi lancé à Gorbatchev, lequel est apostrophé à plusieurs reprises dans le discours.

En 1989, la situation géopolitique change. Les Soviétiques annoncent leur retrait d’Afghanistan sans victoire. Au printemps, la Hongrie ouvre son “rideau de fer”. En août, Tadeusz Mazowiecki, membre de Solidarność, devient Premier ministre de Pologne. Certains observateurs pensent qu’une contagion de liberté va gagner aussi les Allemands. À la fin de l’été, les Allemands de l’Est se mettent à quitter le pays par centaines, puis par milliers, sous prétexte de vacances en Hongrie, où les frontières sont ouvertes. En trois semaines, 25 000 citoyens de la RDA rejoignent la RFA via la Hongrie et l’Autriche. À Prague, à Varsovie, des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est font le siège de l’ambassade de RFA. En RDA, la contestation enfle. Les églises protestantes, comme celle de Saint Nikolai à Leipzig, accueillent les prières pour la paix. Elles sont le germe des manifestations du lundi à partir de septembre. 20 000 manifestants défilent dans les rues de Leipzig le 3 octobre 1989. Mikhaïl Gorbatchev, venu à Berlin-Est célébrer le quarantième anniversaire de la naissance de la RDA, indique à ses dirigeants que le recours à la répression armée est à exclure. Malgré une tentative de reprise en main par des rénovateurs du Parti communiste, les manifestations continuent : un million de manifestants à Berlin-Est le 4 novembre, des centaines de milliers dans les autres grandes villes de la RDA.

Cinq jours plus tard, une conférence de presse est tenue par Günter Schabowski, membre du bureau politique du SED, retransmise en direct par la télévision du centre de presse de Berlin-Est, à une heure de grande écoute. À 18h57, vers la fin de la conférence, Schabowski lit de manière plutôt détachée une décision du conseil des ministres sur une nouvelle règlementation des voyages, dont il s’avère plus tard qu’elle n’était pas encore définitivement approuvée, ou, selon d’autres sources, ne devait être communiquée à la presse qu’à partir de 4h le lendemain matin, le temps d’informer les organismes concernés :

Présents sur le podium à côté de Schabowski : les membres du comité central du SED : Helga Labs, Gerhard Beil et Manfred Banaschak.
Schabowski lit un projet de décision du conseil des ministres qu’on a placé devant lui : “Les voyages privés vers l’étranger peuvent être autorisés sans présentation de justificatifs – motif du voyage ou lien de famille. Les autorisations seront délivrées sans retard. Une circulaire en ce sens va être bientôt diffusée. Les départements de la police populaire responsables des visas et de l’enregistrement du domicile sont mandatés pour accorder sans délai des autorisations permanentes de voyage, sans que les conditions actuellement en vigueur n’aient à être remplies. Les voyages y compris à durée permanente peuvent se faire à tout poste frontière avec la RFA”.

Question d’un journaliste : “Quand ceci entre-t-il en vigueur ?”
Schabowski, feuilletant ses notes : “Autant que je sache – immédiatement”.

Après les annonces des radios et télévisions de la RFA et de Berlin-Ouest, intitulées : “Le Mur est ouvert !”, plusieurs milliers de Berlinois de l’Est se pressent aux points de passage et exigent de passer. À ce moment, ni les troupes frontalières, ni même les fonctionnaires du ministère chargé de la Sécurité d’État responsables du contrôle des visas n’avaient été informés. Sans ordre concret ni consigne mais sous la pression de la foule, le point de passage de la Bornholmer Straße est ouvert peu après 23 h, suivi d’autres points de passage tant à Berlin qu’à la frontière avec la RFA. Beaucoup assistent en direct à la télévision à cette nuit du 9 novembre et se mettent en chemin. C’est ainsi que le mur “tombe” dans la nuit du jeudi 9 au vendredi10 novembre 1989, après plus de 28 années d’existence. Cet événement a été appelé dans l’histoire de l’Allemagne die Wende (“le tournant”).

Cependant le véritable rush a lieu le lendemain matin, beaucoup s’étant couchés trop tôt cette nuit-là pour assister à l’ouverture de la frontière. Ce jour-là, d’immenses colonnes de ressortissants est-allemands et de voitures se dirigent vers Berlin-Ouest. Les citoyens de la RDA sont accueillis à bras ouverts par la population de Berlin-Ouest. Un concert de klaxons résonne dans Berlin et des inconnus tombent dans les bras les uns des autres. Dans l’euphorie de cette nuit, de nombreux Ouest-Berlinois escaladent le Mur et se massent près de la porte de Brandebourg accessible à tous, alors qu’on ne pouvait l’atteindre auparavant. Une impressionnante marée humaine sonne ainsi le glas de la guerre froide. En apprenant la nouvelle de l’ouverture du Mur, le Bundestag interrompt sa séance à Bonn et les députés entonnent spontanément l’hymne national.

Présent à Berlin, le violoncelliste virtuose Mstislav Rostropovitch, qui avait dû s’exiler à l’Ouest pour ses prises de position en URSS, vient encourager les démolisseurs (en allemand Mauerspechte, en français “piverts du mur”) en jouant du violoncelle au pied du Mur le 11 novembre. Cet événement, largement médiatisé, deviendra célèbre et sera l’un des symboles de la chute du bloc de l’Est.

Le 9 novembre a été évoqué pour devenir la fête nationale de l’Allemagne, d’autant qu’elle célèbre également la proclamation de la République en 1918, dans le cadre de la Révolution allemande de novembre 1918. Toutefois, c’est aussi la date anniversaire du putsch de la Brasserie mené par Adolf Hitler le 9 novembre 1923, ainsi que celle de la nuit de Cristal, le pogrom antijuif commis par les nazis le 9 novembre 1938. Le 3 octobre (jour de la réunification des deux Allemagne) lui a donc été préféré.

Le partage de l’Europe en deux blocs était devenu un fait établi. Aussi, l’ouverture du Mur et la chute des régimes communistes d’Europe centrale qui s’ensuivit ont stupéfié le monde occidental. Peu de spécialistes avaient compris les mouvements de fond qui laminaient les régimes communistes. Seuls, certains observateurs pensaient qu’une contagion de la liberté, après les changements en Pologne et en Hongrie, allait gagner aussi les Allemands.

Le délitement du régime est-allemand est tel que, très vite pour le chancelier Helmut Kohl, la seule solution qui s’impose, c’est la réunification, c’est-à-dire l’absorption de la RDA par la RFA. Dès le 28 novembre, il présente un plan en dix points pour réunifier les deux Allemagne. Soucieux de stopper le flot migratoire de la RDA vers la RFA, de ne pas laisser le temps aux vainqueurs de 1945 de demander des conditions trop strictes, il veut mener l’affaire le plus vite possible. La paix qui n’avait jamais été signée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale l’est le 12 septembre 1990 à Moscou. Le traité de Moscou rend à l’Allemagne sa pleine souveraineté. La chute du mur de Berlin a donc abouti, presque un an plus tard, à la réunification des deux Allemagne (RFA et RDA) le 3 octobre 1990. Le 3 octobre est aujourd’hui la fête nationale allemande (Tag der Deutschen Einheit, “jour de l’unité allemande”).

Les télévisions du monde entier relaient l’événement extraordinaire qu’est l’ouverture du Mur. Elles le décrivent comme un symbole de paix, de retour à la liberté et de communion du peuple allemand. Les diplomates eux évaluent les conséquences de la chute du Mur. La diplomatie française fait une erreur de jugement importante. Les diplomates et responsables politiques français pensent que l’URSS ne laissera pas la RDA s’unir à la RFA. Ainsi, François Mitterrand effectuant une visite officielle en RDA, du 20 au 22 décembre 1989, a déclaré même au cours d’un dîner officiel : “République démocratique d’Allemagne et France, nous avons encore beaucoup à faire ensemble”. Les dirigeants ouest-allemands sont surpris et déçus de l’attitude de la France. La réaction américaine est totalement différente. L’ambassadeur américain à Bonn, Vernon Walters, comprend immédiatement que la chute du Mur ne peut avoir pour seule conséquence que la réunification. Il parvient à convaincre George Bush que l’intérêt des États-Unis est d’accompagner le mouvement pour obtenir des conditions qui leur conviennent plutôt que de s’opposer à la réunification allemande. Helmut Kohl a mené une politique de rapprochement avec l’URSS de Gorbatchev depuis 1988. Le premier secrétaire du parti communiste soviétique prône un rapprochement entre les deux Allemagne mais il ne songe pas à une réunification. Aussi, l’ouverture du mur de Berlin provoque-t-elle son mécontentement. Moyennant quelques concessions à l’URSS et un crédit de cinq milliards de marks, Helmut Kohl arrive à ses fins.

La seconde conséquence de l’ouverture du Mur est la désagrégation de l’empire soviétique. À Prague, la Révolution de Velours (17-18 novembre 1989) met fin au communisme. Au même moment, en Bulgarie, le stalinien Todor Jivkov doit accepter son remplacement par un communiste plus ouvert, Petar Mladenov. En Roumanie, Nicolae Ceaușescu est éliminé plus violemment lors de la révolution de 1989. En Union soviétique, les États baltes proclament leur indépendance en mars et mai 1990, provoquant ainsi les premières brèches qui allaient remettre en cause l’unité et l’existence même du plus vaste état du monde qu’était alors l’URSS, lequel disparut à son tour 18 mois plus tard le 26 décembre 1991. La destruction du Mur signifie la fin d’une Europe coupée en deux.

À la suite de la chute du mur de Berlin, plusieurs pays anciennement communistes d’Europe de l’est ont adhéré à l’Union européenne : Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Lituanie, Lettonie et Estonie en 2004, Roumanie et Bulgarie en 2007.

Le Mur, long de 155 kilomètres (dont 43,1 km sur sa longueur intraberlinoise) venait en complément des 1 393 kilomètres de la longue frontière RFA-RDA et, dans une moindre mesure, des frontières Ouest des pays du Pacte de Varsovie, le tout donnant un visage palpable au fameux rideau de fer.

Le tracé du mur ne correspondait d’ailleurs pas toujours à celui de la frontière politique entre les deux secteurs, et en de nombreux endroits, les autorités est-allemandes ont dû abandonner du terrain afin d’effectuer un “replis stratégique” vers des zones plus facile à surveiller. Il coupait 193 rues principales et adjacentes.

Comme le reste de la frontière des deux Allemagne, le mur de Berlin était pourvu d’un système très complet de fils de fer barbelés, de fossés, de pièges à tank, de chemins de ronde et de miradors. Au début des années 1980, la frontière ne mobilisait pas moins de mille chiens de garde. Le système se perfectionnait d’année en année. En particulier, les maisons du secteur Est proches du Mur (la limite entre les deux Berlin passait parfois au pied des façades des immeubles situés en secteur oriental) étaient progressivement vidées de leurs habitants puis murées. Ce processus a duré jusqu’au 28 janvier 1985, avec la démolition de l’Église de la Réconciliation dans la Bernauer Straße. Une trouée claire comme le jour divise alors un Berlin autrefois dense et sombre.

Dans leur état final, qui n’a vu le jour à bien des endroits qu’à la fin des années 1980, les installations frontalières consistaient en :

  • un mur de béton d’arrière-plan haut de deux ou trois mètres ;
  • une alarme à détection de contact au sol ;
  • une barrière de contact en tôle métallique, plus haute qu’un homme, tendue de fil de fer barbelé et de fils de détection par contact ;
  • jusqu’à l’ouverture de la frontière en 1989, il y avait en outre sur certaines parties des pistes pour chiens (redoutables bergers et similaires, libres de courir attachés à un filin), des fossés de défense contre les véhicules, et des défenses antichar (chevaux de Frise) en rails soudés en croix, qui coûtèrent à l’Allemagne des milliards de marks pour leur démolition ;
  • un chemin de ronde (éclairé de nuit) pour l’accès aux postes de garde et la circulation des colonnes militaires ;
  • des miradors (en tout 302 en 1989), équipés de projecteurs de recherche, en vue des postes frontières le jour, et avec un renfort de soldats la nuit ;
  • des pistes de contrôle (KS) ou “pistes de la mort”, toujours hersées de frais, pour détecter les traces, et qui ne devaient pas être piétinées sans motif par les soldats ;
  • des barrières de tôle supplémentaires (en partie) dépassant la hauteur d’un homme et à travers lesquelles on ne pouvait voir qu’en oblique ;
  • le mur ou la paroi frontière proprement dite, vers Berlin-Ouest, en parpaings (en partie en béton roulé, censé ne pas donner de prise pour l’escalade), de 3,60 mètres de haut ;
  • par devant, encore quelques mètres du territoire sous l’autorité de la RDA.

La largeur totale de ces installations dépendait de la densité des maisons près de la frontière et allait environ de 30 à 500 mètres sur la Potsdamer Platz. On ne construisit pas de champs de mines ni d’installations de tir automatique au voisinage du Mur contrairement à la frontière allemande intérieure (mais ce point n’était pas connu en général en RDA).

Le détail de ces installations – désignées en interne par les troupes frontalières comme “zone d’action” – était placé sous secret militaire et donc mal connu des citoyens de la RDA. Les soldats détachés à la frontière devaient garder le silence. Comme nul ne savait exactement quel espion de la Stasi pouvait faire un rapport sur un bavardage inconséquent, tous s’astreignaient fermement au silence. Quiconque s’intéressait de trop près aux installations frontalières risquait pour le moins d’être arrêté et mené au poste de police pour contrôle d’identité. Cela pouvait déboucher sur une condamnation à la prison pour planification de tentative d’évasion. La zone à proximité immédiate de la frontière avec Berlin-Est était interdite sauf sur autorisation spéciale.

La frontière extérieure de la ville de Berlin-Ouest croisait à de nombreux endroits des voies navigables. Le tracé de la frontière avait été matérialisé par le Sénat de Berlin-Ouest (gouvernement berlinois) par des lignes de bouées blanches portant l’inscription Sektorengrenze (“limite de secteur”). Les bateaux de tourisme ou de sport naviguant dans Berlin-Ouest devaient respecter les limites du secteur ainsi marquées par les bouées. Du côté RDA, des bateaux des troupes frontalières patrouillaient à l’occasion.

Les fortifications frontalières de la RDA se trouvaient toujours sur leurs rives, ce qui imposait des détours parfois importants, et qui “emmurait” les rivages de plusieurs lacs de la Havel. Cette aberration était telle qu’en certains endroits du cour de la Spree, seul les rives étaient inaccessibles : cela a été le cas, des 150 mètres situés en aval du Marschallbrücke, non loin du palais du Reichstag. Le plus grand détour se trouvait sur le lac Jungfern, où le Mur se trouvait jusqu’à deux kilomètres du tracé réel de la frontière. En plusieurs endroits, la bande frontalière passait à travers d’anciennes pièces d’eau et les rendait inutilisables pour les habitants, comme sur la rive Ouest du lac de Groß-Glienicke et sur la rive Sud du lac Griebnitz.

Sur les cours d’eau de la frontière intérieure, celle-ci passait partout le long de la rive Ouest ou Est de sorte qu’aucun marquage de son tracé ne se trouvait dans l’eau. Le véritable Mur y était toujours sur la rive Est. Cependant, les cours d’eau appartenant à Berlin-Est étaient toujours surveillés.

Sur les canaux et rivières affluents, la situation devenait parfois inextricable. Bien des nageurs et des bateaux de Berlin-Ouest se sont trouvés par mégarde ou légèreté en territoire est-berlinois et ont essuyé des tirs qui ont fait plusieurs morts.

En quelques endroits sur la Spree, il y avait des barrières immergées contre les nageurs. Pour les fugitifs, il n’était pas évident de savoir quand ils atteignaient Berlin-Ouest et ils couraient encore le risque d’être abattus après avoir dépassé les limites du Mur.

Les soldats à la frontière est-allemande avaient l’“ordre de tirer”, c’est-à-dire l’obligation d’empêcher les tentatives d’évasion par tous les moyens, même au risque de la mort du fugitif. Ramenés à la longueur de la frontière, on peut même dire qu’il y a eu beaucoup plus de morts à Berlin qu’en moyenne sur le reste du Mur. Lors des grands jours fériés ou de visites d’État, l’ordre de tirer était parfois suspendu, pour éviter les répercussions négatives dans la presse de l’Ouest. Des découvertes récentes ont mis en lumière la responsabilité de l’État est-allemand dans les exécutions de fugitifs. En octobre 1973, un ordre est adressé aux agents de la Stasi infiltrés dans les unités de gardes-frontières. Ceux-ci doivent empêcher que des soldats ne passent à l’Ouest. L’ordre est très clair : “N’hésitez pas à faire usage de votre arme, même si la violation de la frontière concerne des femmes et des enfants, ce qui est une stratégie souvent utilisée par les traîtres”.

Selon les indications du Ministère de la Sécurité d’État, les troupes de gardes-frontières de Berlin comprenaient, 11 500 soldats et 500 civils, au printemps 1989.

Outre les unités affectées au commandement du GK-centre, au siège de Berlin-Karlshorst, (environ 1 000 agents), la sécurité frontalière était assurée par sept régiments de gardes-frontières (GR), à Treptow, Pankow, Rummelsburg, Hennigsdorf, Groß-Glienicke, Potsdam-Babelsberg et Kleinmachnow, ainsi que deux régiments frontaliers de formation à Wilhelmshagen et à Oranienburg.

Chaque régiment comprenait cinq compagnies commandées directement avec le support d’un groupe de génie, de transmissions, du train, une batterie de mortiers et une d’artillerie, un groupe de reconnaissance et un de lance-flammes ainsi qu’une meute de chiens de garde et, en cas de besoin, une compagnie de bateaux et des compagnies de sécurité pour les points de passage.

Au total, à la frontière “centre”, il y avait 567 véhicules blindés de tir, 48 mortiers, 48 canons antichars, 114 lance-flammes. En outre, il y avait 156 chars ou appareils lourds du génie et 2 295 véhicules à moteur (motos, voitures et camions). Dans la dotation figuraient également 992 chiens.

Dans un jour calendaire normal, environ 2 300 agents étaient engagés dans la zone d’action et l’espace voisin.

La sécurité renforcée découlait de circonstances particulières comme des sommets politiques ou une météo difficile (brouillard, neige). Dans certains cas, l’effectif engagé était encore augmenté de 200 à 300 agents supplémentaires.

Il y avait 25 postes de passage à travers le Mur : treize par la route, quatre par voie ferrée et huit par voie d’eau, ce qui représentait 60 % du total des passages entre RDA, et RFA ou Berlin-Ouest. Les points de passage étaient fortement équipés du côté RDA. Ceux qui désiraient passer devaient s’attendre à des contrôles très stricts, multiples et successifs de la part des douaniers et des services d’émigration et d’immigration ; cependant les formalités se déroulaient de façon ostensiblement correcte. Les véhicules étaient fouillés de manière particulièrement minutieuse (ouverture du coffre, du capot moteur, examen des sièges, passage au-dessus de miroir pour examen du châssis). Les formalités ne permettaient qu’un trafic très réduit.

Le transit par moyens de transports terrestres entre l’Allemagne de l’Ouest et Berlin-Ouest à travers le territoire de la RDA était également soumis à des restrictions draconiennes :

  • Le transit ferroviaire imposait aux trains venant de l’Ouest et circulant sur trois axes pré-définis de ne pas s’arrêter en territoire est-allemand.
  • Le transit routier se faisait par trois “autoroutes de transit”, sur lesquelles les conducteurs occidentaux ne pouvaient s’arrêter que sur des aires de repos ou des stations-services Intertank réparties sur ces axes et qui leur étaient spécialement réservées (l’auto-stop étant également formellement interdit). Celles-ci étaient équipés de magasins d’États Intershop qui offraient des produits occidentaux payables en Deutsche Mark (ces endroits étaient donc théoriquement interdits aux Allemands de l’Est).
  • Les rapports entre citoyens de la RDA et les voyageurs occidentaux en transit étaient prohibés. Il était donc fortement déconseillé de laisser traîner dans les lieux publics toutes sortes de publication (livres, brochures, revues, magazines, cassettes audio ou vidéo, etc…), ainsi que d’offrir le moindre cadeau à un citoyen est-allemand ou de recevoir quoi que ce soit de leur part.
  • De plus, il était formellement interdit aux voyageurs en transit de photographier les ponts, les gares, les voies ferrées, les zones industrielles et infrastructures militaires ou paramilitaires situés sur le territoires de la RDA.

Malgré toutes ces précautions, il s’est avéré par la suite qu’il existait cependant des passages secrets sous le Mur, utilisés à l’occasion, souterrains creusés aussi bien par les services secrets de RDA que par des passeurs.

Du côté Ouest, on franchissait des postes de police et de douane mais les simples personnes n’étaient en général pas contrôlées. Ce n’est que pour les passages en transit que les voyageurs étaient contrôlés de façon statistique (demande de la destination), et à l’occasion, contrôlés plus étroitement, notamment s’il y avait quelque soupçon d’un motif de poursuites (recherche restreinte).

Le trafic de marchandises vers l’étranger était soumis au contrôle douanier, tandis que vers la RFA, on ne faisait que des enquêtes statistiques. Les policiers ouest-allemands et des patrouilles alliées faisaient des rapports sur les activités suspectes, afin d’éviter au mieux une infiltration d’espions de l’Est.

Les forces d’occupation alliées avaient installé pour les officiels des points de contrôle au Checkpoint Bravo (Dreilinden) et au Checkpoint Charlie (Friedrichstrasse) mais ceci n’avait aucune influence sur le trafic des voyageurs et des visiteurs.

Lors de l’unification monétaire de l’Allemagne, le 1er juillet 1990, tous les postes frontières ont été abandonnés : seules quelques installations sont restées érigées en guise de mémorial.

Le nombre exact des victimes du Mur fait l’objet de controverses : il est en effet difficile à évaluer car les nouvelles victimes étaient passées sous silence en RDA. D’après des recherches de la collectivité berlinoise de travailleurs “Collectif du 13 août”, 1 135 personnes y ont laissé la vie. La Staatsanwaltschaft (bureau du Procureur général) de Berlin en a dénombré 270 où on a pu démontrer un acte de violence de la RDA. Le Zentrale Ermittlungsgruppe für Regierungs- und Vereinigungskriminalität (Groupe de recherches central sur la criminalité du gouvernement et de la réunification) ne recense que 421 morts susceptibles d’être imputées aux forces armées de la RDA. D’autres sources indiquent 125 morts à Berlin.

Les premières balles mortelles sont tirées par la police de la route le 24 août 1961 sur Günter Litfin (24 ans) près de la gare de Friedrichstraße, onze jours après la fermeture de la frontière, au cours d’une tentative d’évasion. Le 17 août 1962, Peter Fechter (18 ans) perd tout son sang sur la “piste de la mort”. En 1966, deux enfants de 10 et 13 ans sont abattus par au total quarante balles.

Chris Gueffroy est la dernière victime du Mur, le 5 février 1989.

Des estimations parlent de 75 000 hommes et femmes condamnés jusqu’à deux ans de prison en tant que “déserteurs de la république”. La peine dépassait en général cinq ans si le fugitif dégradait les installations frontalières, était armé, soldat ou détenteur de secrets.

Parmi les victimes du Mur figurent aussi quelques soldats. Le cas le plus connu est sans doute celui du soldat Reinhold Huhn, abattu par un passeur. Du pain bénit pour la propagande de la RDA et une justification a posteriori de la construction du Mur.

Une série de procès a duré jusqu’au printemps 2004 pour savoir qui portait la responsabilité juridique d’avoir donné l’ordre de tirer sur les fugitifs. Parmi les accusés figuraient entre autres le président du Conseil d’État Erich Honecker, son successeur Egon Krenz, les membres du Conseil national de défense Erich Mielke, Willi Stoph, Heinz Keßler, Fritz Streletz et Hans Albrecht, le chef du SED pour le district de Suhlet quelques généraux comme Klaus-Dieter Baumgarten, général de corps d’armée commandant les troupes frontalières de 1979 à 1990. Ce procès a suscité une vive controverse en Allemagne, bon nombre d’accusés faisant valoir que leurs actes, à l’époque, ne constituaient pas des crimes au regard du droit est-allemand. Ils accusent les tribunaux actuels de pratiquer la “justice des vainqueurs”.

Les tireurs exécutants étaient recrutés en grande partie dans la NVA (Armée nationale populaire) ou dans les troupes frontalières. Parmi les accusés, 35 ont été acquittés, 44 condamnés avec sursis et mise à l’épreuve et 11 à une peine ferme : entre autres Albrecht, Streletz, Keßler et Baumgarten (de quatre ans et demi à six ans et demi de prison). Le dernier dirigeant communiste de la RDA, Egon Krenz, a été condamné en 1997 à une peine de six ans et demi de prison pour la mort de quatre personnes le long du mur de Berlin dans les années 1980. En août 2004, le tribunal de Berlin condamne deux ex-membres du Politbüro avec sursis et mise à l’épreuve. Le dernier procès des tireurs du Mur se termine par une condamnation le 9 novembre 2004, quinze ans jour pour jour après la chute du mur de Berlin.

En souvenir des victimes du mur de Berlin, divers mémoriaux de types très différents ont été construits. Outre les petites croix ou autres signes, avant tout érigées en mémoire de fugitifs abattus, souvent d’initiative privée, et que l’on trouve en divers endroits de l’ex-frontière, un ensemble de lieux de souvenir plus importants a été créé.

Il y a toujours eu des controverses sur le style des monuments, comme par exemple à la fin des années 1990 à propos du mémorial de la Bernauerstraße. Pour l’instant, le paroxysme des débats publics a été atteint à propos du “monument de la Liberté”, construit à proximité du Checkpoint Charlie, puis démoli. Le sénat de Berlin, pour contrer le reproche qui lui était fait de ne pas avoir de politique précise, a proposé une politique au printemps 2005.

Le tracé historique du mur de Berlin est marqué au sol par une double rangée de pavés et des plaques en fonte portant l’inscription Berliner Mauer 1961-1989. Il existe un parcours historique du Mur de 29 étapes avec des illustrations et des explications en quatre langues sur les événements qui s’y sont déroulés.

Le musée du Mur au Checkpoint Charlie est ouvert depuis 1963 juste en face de la frontière par l’historien Rainer Hildebrandt. Il est exploité par le Collectif du 13 août. C’est l’un des musées de Berlin les plus visités. Il montre le système de sécurité du Mur et relate les tentatives de fuite réussies, avec leurs moyens tels que montgolfières, autos, téléphériques, ULM bricolé, coffre de voiture, valise et même un mini sous-marin. Le musée du Mur de Checkpoint Charlie est un musée privé, il n’est soumis à aucun contrôle officiel, il s’agit donc de faire attention aux informations qu’on y trouve. Checkpoint Charlie est devenu, lui, un lieu folklorique. Le célèbre panneau qui y figurait – “You are leaving the American sector”, “vous quittez le secteur américain” est représenté sur d’innombrables cartes postales.

Depuis la fin des années 1990, il y a dans la Bernauer Straße, à la limite des anciens districts de Wedding et du Centre, un ensemble mémorial du mur de Berlin, qui a entre autres permis de contrer le refus du projet de conservation du mur dans la Bernauerstraße. Il comprend le mémorial du mur de Berlin, le centre de documentation, la chapelle de la Réconciliation, divers mémoriaux commémoratifs de l’ancien cimetière de la Sophienkirchengemeinde, la fenêtre de souvenir, ainsi que des fenêtres archéologiques…

Le Mémorial issu d’un concours fédéral d’architecture a été inauguré, après de longues et vigoureuses discussions, le 13 août 1998. Il présente un fragment de 64 mètres de mur et de No Man’s Land, délimités à leurs extrémités par deux immenses parois en acier, hautes de 6 mètres et implantées à angle droit. Leurs côtés extérieurs sont rouillés et créent l’association avec le rideau de fer. Leurs faces intérieures, qui forment un angle droit avec le mur, sont en acier inoxydable poli, ce qui en fait d’immenses miroirs, dans lesquels le mur se projette à l’infini.

Le centre de documentation a été ouvert le 9 novembre 1999. Il a été complété en 2003 par une tour d’observation qui permet de bien voir une portion du dispositif frontalier, conservé dans son intégralité, avec le mur d’arrière-plan, le No Man’s Land, le chemin de ronde, les pylônes d’éclairage, la clôture de signalisation, puis le mur extérieur… Outre une exposition (ouverte depuis 2001 sous le titre Berlin, 13 août 1961), on peut y trouver diverses possibilités d’information sur l’histoire du Mur.

La chapelle de la Réconciliation a été conçue par les architectes berlinois Peter Sassenroth et Rudolf Reitermann et inaugurée le 9 novembre 2000. Elle a été construite sur les fondations du chœur de l’église de la Réconciliation, située sur la “piste de la mort” et démolie en 1985. Cette église bâtie en 1894, est devenue inaccessible dès la séparation de Berlin, car elle se trouvait dans le No Man’s Land. En 1985, le gouvernement est-allemand a décidé la destruction de l’édifice, puis, en 1995, après la chute du mur, l’emplacement a été rendu à la paroisse avec l’obligation d’y bâtir un nouveau lieu de culte. C’est ainsi que ce lieu de culte a connu la résurrection de son nom et d’une partie de son architecture: en effet, la paroi intérieure de la nouvelle chapelle en glaise pilonnée intègre des pierres concassées de l’ancienne église. Le noyau ovale de l’édifice est enveloppé d’une façade translucide en lamelles de bois.

La Fenêtre de Souvenir, achevée en 2010, est un élément central de ce secteur commémoratif pour les victimes du Mur de Berlin.

Les fenêtres archéologiques sur Bergstrasse, une rue qui a été en grande partie préservée au-dessous de la zone frontière, montrent les couches plus vieilles des fortifications de frontière qui ont été retranchées dans la rue et les détails du système de fortification de frontière.

Enfin, le “Mille historique du mur de Berlin” est une exposition permanente en quatre langues, consistant en 21 panneaux d’information. Ceux-ci sont répartis le long du tracé de la frontière intérieure et présentent des photographies et des textes se référant à des événements, comme des fuites qui se sont produits à l’endroit même où sont placés les panneaux.

Il ne reste plus grand-chose du Mur aujourd’hui. Les chasseurs de souvenirs désignés dans le langage populaire par Mauerspecht (soit “pic de mur”), se sont arrachés les fragments, donnant naissance à un véritable marché noir. Même la CIA s’est approprié un morceau du Mur artistiquement décoré pour son nouveau bâtiment dans son fort de Langley. Entre la fin 1989 et le début de l’année 1990, le Mur est démantelé à raison de cent mètres en moyenne par nuit. La RDA s’efforce ensuite de démonter le plus vite et le plus complètement possible les installations. À partir du 13 juin 1990, 300 gardes-frontières de l’Est et 600 sapeurs de l’Ouest, 175 camions, 65 grues, 55 pelleteuses et 13 bulldozers y ont été affectés. Le Mur a disparu du centre-ville en novembre 1990, le reste en novembre 1991. Au total, il a été physiquement détruit à peu près partout, à l’exception de six sections, conservées en souvenir.

Le reste le plus connu du Mur, l’East Side Gallery, est situé le long de la Spree, entre la gare de l’Est et le pont de l’Oberbaum qui enjambe la Spree. Il mesure 1,3 km. Il a été peint par 118 artistes du monde entier, tel Thierry Noir ou Dmitrij Vrubel et comporte 106 peintures murales. Classé monument historique, il tombe aujourd’hui en ruine. De ce fait, la ville de Berlin a alloué une subvention pour permettre sa reconstruction à l’identique. Les artistes ont accepté de repeindre leur œuvre sur un nouveau Mur.

Un des fragments du mur (réel) le mieux conservé se trouve le long de la Niederkirchnerstraße, dans le district centre, à proximité de la chambre des députés de Berlin. Il a aussi été classé monument historique en 1990.

Un autre fragment du mur (réel) de “type 75” se trouve le long de la Bernauer Straße. Ce fragement de 212 mètres de mur d’origine, qui séparent la Ackerstraße de la Bergstraße, a été classé au patrimoine historique depuis le 2 octobre 1990. Malheureusement, ce fragment de mur a été creusé et excavé jusqu’à la charpente en acier, par les chasseurs de souvenirs. La Bernauer Straße étant le seul endroit à Berlin où une portion du dispositif frontalier a été conservée dans son intégralité, une partie du mur, longue de 64 mètre, a été assainie et restaurée, afin de retrouver son état originel afin de témoigner le renforcement interminable de ce dispositif, poursuivi autrefois par la RDA. Au sud du mémorial, dans l’enclos du cimetière, un tronçon assez important de mur en plaques de béton, qui faisait partie du périmètre de sécurité aux abords de la zone frontalière, a également été conservé. Ce dernier figure, lui aussi, au patrimoine historique depuis 2001.

Cinq des 302 miradors subsistent :

  • l’un est transformé en “musée de l’art interdit” à Treptow, près de l’allée Pouchkine, dans une partie de la piste transformée en parc ;
  • dans la Kielerstraße dans le district Centre. Le mirador est classé, mais a été entouré sur trois côtés de constructions récentes ;
  • sur la Stresemannstraße, près de la Potsdamer Platz dans le même district. Ce mirador, bien plus élancé que les autres, a été déplacé pour permettre des constructions et n’est donc plus à sa place originelle ;
  • au sud de Nieder-Neuendorf, hameau de Hennigsdorf, dans l’exposition permanente sur les installations militaires de la frontière RFA-RDA ;
  • à Hohen-Neuendorf. Ce mirador se trouve dans une partie nouvellement boisée du tracé de la piste. Il est utilisé avec le bois qui l’entoure par la “Jeunesse forestière allemande.

La chute du Mur a changé considérablement le trafic de l’agglomération. On circule sans problème d’est en ouest sur des réseaux métropolitain, ferroviaire et de bus totalement modernisés au cours des années 1990. La bande frontière se reconnaît encore bien aujourd’hui par les grands espaces vides, comme sur des parties de la Bernauer Straße ou le long de la Vieille Jakobstraße. La large trouée entre les deux ex-Murs s’appelle actuellement la “piste des Murs”. Dans ce centre ville précédemment densément construit, cette piste a pour sa plus grande partie été convertie en espaces d’utilité publique. Il comporte également des parcs et des lieux commémoratifs du Mur. C’est aussi dans l’ancien no man’s land que la nouvelle gare centrale a été inaugurée le vendredi 26 mai 2006. La Potsdamer Platz, cœur du Berlin chic et bourgeois d’avant-guerre et devenue un vaste terrain en friche, au cœur du no man’s land, symbolise le désir de retrouver l’unité de la ville. Sa reconstruction est en passe d’être achevée. Les immeubles construits par Renzo Piano, Richard Rogers et Helmut Jahn frappent par leur élégance et offrent un remarquable échantillonnage d’architecture contemporaine. La semaine, les salariés des bureaux et les ouvriers des chantiers y côtoient les touristes. Le week-end, la Potsdamer Platz est déjà l’un des lieux les plus fréquentés de Berlin.

Pourtant, le Mur, c’est-à-dire le clivage entre Berlin-Ouest et Berlin-Est, est toujours là. À l’Ouest, les autorités ont tenu à préserver des marques du passé nazi de la ville comme la ruine de l’église commémorative de l’empereur Guillaume (Kaiser Wilhelm), surnommée “dent creuse” par les Berlinois. Le Reichstag, incendié en 1933 et devenu une ruine en 1945, n’a pas été reconstruit entièrement à l’identique. La coupole en verre conçue par Norman Foster symbolise la démocratie allemande qui se veut résolument transparente. À l’Est, la RDA n’a laissé subsister aucun trait du nazisme. Aujourd’hui, ce passé est rappelé dans le quartier juif où la synagogue a été reconstruite.

Sur le plan architectural, les deux parties de la ville sont également très différentes. Berlin-Ouest comporte de vastes espaces de campagne car son enclavement passé dans la RDA a été un puissant frein à son expansion démographique et économique. En revanche, la RDA, dont Berlin était la capitale, a voulu faire de la ville une vitrine du socialisme avec l’Alexanderplatz et par la construction de banlieues “grandiosement répétitives”. La statuaire socialiste est toujours présente de ci, de là à Berlin-Est avec MarxLénine, la faucille et le marteau. Le palais de la république des années 1970, construit à la place de l’ancien palais impérial détruit en 1950 sur l’ordre de Walter Ulbricht, voulait rappeler la victoire du régime communiste. Il est toutefois à son tour aujourd’hui détruit.

La partition de la ville avait fait perdre à Berlin sa place de grande métropole industrielle. Depuis la chute du Mur, le développement économique de Berlin reste modeste et inférieur aux espoirs. L’île des musées, anciennement à Berlin-Est, est devenue un haut lieu touristique mais les commerces ne se sont pas développés autour. Il n’y a même pas de kiosques à journaux. En revanche, un marché périodique vous propose essentiellement tous les restes de la période socialiste (insignes militaires, sculptures miniatures de Lénine).

Le mur de Berlin laisse donc dans l’histoire architecturale, économique, comportementale, démographique des traces certaines malgré les milliards d’euros dépensés pour relever Berlin depuis 1989 et bien que la ville exerce de nouveau la fonction de capitale de l’Allemagne.

Au printemps 1990, un hélicoptère de type MI-8 survole pour la première fois à 50 mètres d’altitude tout le côté Est du Mur depuis Potsdam jusqu’au point de passage de la Bornholmer Straße. Un caméraman filme le début de la destruction du mur de Berlin avec notamment l’abattage des miradors.

Un millier de dominos géants et colorés ont été installés sur le tracé du mur et renversés le 9 novembre 2009 par Lech Wales pour célébrer le 20ème anniversaire de sa chute.

Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :