Ballad Of The Bangkok Novotel

Disponible sur :

Paroles de : Nick Jones
Musique de : James Dean Bradfield/Sean Moore

* * *

The ballad of the Bangkok Novotel

No scream, no smile,
No nothing for me
It’s so hot that I can’t breathe
Nine stone two and six foot three
Rats are crawling on my feet
Shrivel to nothing for the company
Lizards and geckos cover me
Military Police are after me
But everybody else seems so happy

Mini sized apples filled with disease
Even the water tastes like tea
On a diet of Gaviscon
Look at me I’m fucking gone
A light watch, my time today
Madonna‘s fucking on the car again
On the phone ten times a day
Hiding under the table again

Breakfast, my mouth tastes like piss
Masturbation, there’s nothing left
In a daze, anorexic haze
Look outside and join the insane
The bug inside of me won’t go
Egg and chips is all I want
So hungry I can taste home
Wake up screaming on all fours

Knocking knock knocking on my door
My life is a disaster
Giant ice cubes rolling on the floor
Someone help me dear God
Everybody has fake smiles
I am losing my fucking mind
I’ve had enough of being alone
I’d give anything to save my soul

I think that I have seen the Devil
Satan smiles at me in the mirror
Revolution in the Golden Palace
Four sickly boys are losing resistance
So much porn and alcohol
I’m so numb to my hormones
But my liberty is winning
Five years later I’m still shaking

* * *

La ballade du Novotel de Bangkok

La ballade du Novotel de Bangkok

Pas de cri, pas de sourire
Pas de rien pour moi
Il fait tellement chaud que je n’arrive pas à respirer
60 kilos et 1m90
Des rats grouillent sur mes pieds
Je me mets en boule face à cette compagnie
Des lézards er des geckos me recouvrent
La police militaire est après moi
Mais tout le monde semble si heureux

Des pommes miniatures remplies de maladie
Même l’eau a le goût de thé
Au régime de Gaviscon
Regarde moi, j’ai perdu ma putain de boule
Vigilance levée, aujourd’hui
Madonna baise encore dans la voiture
Au téléphone dix fois par jour
Encore caché sous la table

Petit-déjeuner, ma bouche a le goût de pisse
Masturbation, il ne reste rien d’autre
Étourdi, dans le brouillard anorexique
Regarde dehors et rejoins les tarés
La bête en moi ne veut pas s’en aller
Des œufs et des frites, c’est tout ce que je veux
J’ai tellement faim que je peux goûter la maison
Je me réveille en hurlant à quatre pattes

Je frappe, frappe et frappe à ma porte
Ma vie est un désastre
Des glaçons géants roulent par terre
Que quelqu’un m’aide cher Dieu
Tout le monde a des sourires forcés
Je perds la tête bordel
J’en ai assez d’être seul
Je donnerais n’importe quoi pour sauver mon âme

Je pense avoir vu le Diable
Satan me sourit dans le miroir
Révolution dans le Palais Doré
Quatre garçons maladifs perdent de la résistance
Tant de porno et d’alcool
Je suis si engourdi par mes hormones
Mais ma liberté gagne
Cinq ans plus tard j’en tremble encore

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :