Morrissey

Mentionné dans 1985 :
« In 1985 my words they came alive
Friends were made for life
Morrissey and Marr gave me choice »

Steven Patrick Morrissey (né le 22 mai 1959), dit Morrissey, est un chanteur et parolier britannique. Après une courte période dans le groupe punk The Nosebleeds à la fin des années 1970, il s’est fait connaître dans les années 1980 comme le parolier et chanteur du groupe rock alternatif The Smiths. Après la séparation du groupe en 1987, Morrissey s’est lancé dans un carrière solo, dans laquelle il continuait le son jangle pop des Smiths. Les albums solos de Morrissey ont recueilli dix singles du Top 10 au Royaume Uni. Le magazine musical britannique NME l’a nommé « un des artistes les plus influents de tous les temps » et The Independent a déclaré que « la plupart des pop stars doivent être mortes avant d’atteindre le statut iconique qu’il a atteint de son vivant ».

Ses paroles sardoniques et cultivées tendent à être des « vignettes dramatiques… lugubres et amusantes sur les relations vouées à l’échec, les nightclubs perdus, le fardeau du passé et la prison de la maison ». Il chante d’une voix de baryton, utilisant par occasions un fausset haut perché pour l’emphase. Ses « opinions franches et souvent contradictoires » ont mené à de nombreuses controverses médiatiques, et il a attiré l’attention des médias en défendant le végétarianisme et les droits des animaux.

Steven Patrick Morrissey est né au Park Hospital (aujourd’hui devenu le Trafford General Hospital) à Davyhulme à Urmston dans le Lancashire le 22 mai 1959 de parents immigrés irlandais catholiques. Son père, Peter Morrissey, était brancardier et sa mère, Elizabeth Dwyer, bibliothécaire. Ses parents avaient émigré en Angleterre juste avant la naissance de Morrissey et, avec sa sœur aînée Jackie, Morrissey a été élevé dans la Harper Street à Hulme, quartier de Manchester. En 1965, la famille s’est installée à Queens Square à Hulme près de Moss Side. La famille s’est ensuite installée au 384 Kings Road dans la banlieue de Stretford en 1969, quand de nombreuses anciennes barres HLM ont été démolies. Il a maintenu un fort lien avec sa mère tout le long de sa vie. Sa relation avec son père, cependant, a souffert de nombreuses tensions au fil des années.

Enfant, Morrissey a développé de nombreux intérêts et modèles qui l’ont marqué parmi ses pairs, dont les groupes de filles des Sixties, et les chanteuses comme Sandie Shaw, Marianne Faithfull et Timi Yuro. Il était également intéressé par le réalisme sociale des séries télévisées de la fin des années 1950, début des années 1960, Elsie Tanner de Coronation Street, l’acteur James Dean ainsi que les écrivains Oscar Wilde et Shelagh Delaney. Les Tueurs des Landes du début des années 1960 ont eu un grand impact sur lui enfant. Il a examiné ces souvenirs dans sa chanson de 1982, Suffer Little Children.

Durant l’adolescence, les capacités athlétiques de Morrissey lui ont épargné beaucoup de brimades. Néanmoins, il a décrit cette période comme un moment où il était souvent seul et déprîmé. Adolescent, il a commencé à prendre des médicaments prescrits par le médecin pour l’aider à combattre la dépression qui le suivra tout au long de sa vie. Il est allé à St Mary’s Secondary Modern School et à la Stretford Technical School, où il a obtenu 3 O Levels, dont un en littérature anglaise. Il a alors brièvement travaillé pour le Inland Revenue, mais a décidé de « se mettre au chômage », se séquestrant dans sa chambre chez sa mère pour se concentrer à écrire, lire et écouter de la musique. Dès 1974, il écrivait régulièrement des lettres (sous le nom de Steve Morrissey) aux magazines musicaux tels que le Melody Maker et le NME, donnant ses opinions franches sur divers groupes. Les lettres de Morrissey à un correspondant en 1981 ont refait surfance sur le net plus de 20 ans plus tard.

Morrissey s’aventurait parfois dehors pour voir des groupes dans des salles de Manchester ; la première occasion étant T.Rex à Belle Vue en 1972. Son père, craignant pour sa sécurité dans un quartier réputé brutal, l’a emmené. Il a choisi de porter une veste de satin violet, ce qui n’était pas la meilleure manière d’éviter l’attention non recherchée. Morrissey a décrit l’occasion comme « un chaos messianique et complet ».

Tout au long des années 1970, un Morrissey adolescent a agi comme président de la branche britannique du fan club des New York Dolls. Il a articulé son amour pour le groupe dans un récent biopic de l’ex Doll, Arthur Kane : « Certains groupes t’attrapent et ne te lâchent pas et, peu importe ce qu’ils font, ils ne te déçoivent jamais… les Dolls étaient ça pour moi ». Cette influence New York Dolls a fait de Morrissey un premier converti du punk. Morrissey, à l’époque encore avec un prénom, a brièvement été le chanteur des Nosebleeds en 1978, qui, à cette époque, incluaient Billy Duffy à la guitare (Duffy a ensuite formé le groupe post-punk The Cult). Ils ont fait plusieurs concerts, dont un en première partie de Magazine, ce qui a résulté en une chronique dans le New Musical Express par Paul Morley. Morrissey a également fondé le fan club des Cramps, la Legion of the Cramped, avec une autre enthousiaste pour leur musique, Lindsay Hutton, bien qu’il ait progressivement réduit son implication dans le club avec le temps, à cause du temps de plus en plus consacré à sa propre carrière musicale.

Morrissey a écrit plusieurs chansons avec Duffy, telles que Peppermint HeavenI Get Nervous et (I Think) I’m Ready For The Electric Chair, mais aucune n’a été enregistrée durant la brève durée de vie du groupe, qui s’est terminée la même année. Après la séparation des Nosebleeds, Morrissey a suivi Duffy pour rejoindre Slaughter & The Dogs, remplaçant brièvement le chanteur original Wayne Barrett. Il a enregistré quatre chansons avec le groupe et ils ont auditionné pour un contrat d’enregistrement à Londres. Après que l’audition ait échoué, Slaughter & The Dogs sont devenus The Studio Sweethearts sans Morrissey.

Pour le moment, Morrissey a interrompu sa carrière musicale, se concentrant plutôt à l’écriture sur la culture populaire. Il a publié deux œuvres chez Babylon Books : The New York Dolls (1981), à propos de son groupe préféré ; et James Dean Is Not Dead (1983), à propos de la brève carrière de Dean. Un troisième livre, Exit Smiling, qui a été en fait écrit en premier (en 1980) et qui parle d’obscurs acteurs de film B, a été au début rejeté et est resté non publié jusqu’en 1998, quand Morrissey était devenu célèbre et Babylon a décidé de le publier.

Les Smiths ont été formés au début de l’année 1982 par Steven Morrissey et John Maher, guitariste et compositeur. Maher a changé son nom pour Johnny Marr pour éviter la confusion avec le batteur des Buzzcocks, et Morrissey ne jouait seulement que sous son nom de famille. Après avoir enregistrer plusieurs démos avec le batteur de The Fall, Simon Wolstencroft, ils ont recruté le batteur Mike Joyce à l’automne 1982. Joyce avait été précédemment membre des groupes punks The Hoax et Victim. Aussi, ils ont ajouté le bassiste Dale Hibbert, qui a également fourni le groupe avec un endroit où enregistrer des démos au studio où il travaillait comme factotum. Cependant, après deux concerts, l’ami de Marr, Andy Rourke a remplacé Hibbert à la basse, parce que ni le jeu et ni la personnalité de Hibbert convenait au groupe. Dans une interview de 1984, Morrissey a déclaré qu’il avait choisi le nom The Smiths « …parce que c’était le nom le plus ordinaire, et parce qu’il pensait qu’il était temps que les gens ordinaires du monde montrent leurs visages ». Signés sur le label indé Rough Trade Records, ils ont enregistré leur premier single, Hand In Glove, en mai 1983. Le disque était défendu par l’animateur John Peel, ainsi que tous leurs autres singles, mais n’est pas entré dans les charts. Les singles successeurs This Charming Man et What Difference Does It Make? ont mieux marché quand ils ont atteint les places respectives de 25ème et 12ème dans les charts singles britanniques. Aidés par les louanges de la presse musicale et une série de sessions studio pour John Peel et David Jensen sur BBC Radio 1, les Smiths ont commencé à acquérir des fans dévoués.

En février 1984, le groupe a sorti son premier album, The Smiths, qui a atteint la 2ème place des charts albums britanniques. L’album sorti suivait une version longue abandonnée de l’album enregistrée entre juillet et août 1983 par le producteur Troy Tate. Cette compilation, avec plusieurs variations de la version finale, est connue sous le nom de Troy Tate Sessions et est une rareté. Le single projeté, Jeane, est sorti comme face B de This Charming Man.

Peu après la sortie de l’album, Sandie Shaw, dont Morrissey était fan, a enregistré Hand In Glove avec Marr, Rourke et Joyce. Le tube a résulté en une performance pieds nus (marque de Sandie Shaw) du groupe en hommage sur Top Of The Pops. En 1984, le groupe a sorti plusieurs singles non extraits de l’album : Heaven Knows I’m Miserable Now (premier tube du Top 10 britannique du groupe) et William, It Was Really Nothing (qui comprenait How Soon Is Now? en face B). L’année s’est terminée avec la compilation Hatful Of Hollow. Elle rassemblait les singles, faces B et versions des chansons qui avaient été enregistrés l’année précédente pour les émissions de Peel et Jensen.

Au début de l’année 1985, le groupe a sorti son deuxième album, Meat Is Murder. Cet album était plus strident et politique que son prédécesseur, incluant son titre phare pro-végétarien (Morrissey interdisait au reste du groupe d’être photographié en train de manger de la viande), le républicanisme joyeux de Nowhere Fast et l’anti punition corporelle The Headmaster Ritual et Barbarism Begins At Home. Le groupe était devenu plus aventureux sur le plan musical, avec Marr ajoutant des riffs rockabilly sur Rusholme Ruffians et Rourke jouant un solo de basse funk sur Barbarism Begins At Home. L’album a été précédé par la ressortie de la face B How Soon Is Now? en single, et bien que la chanson n’était pas sur le LP original, elle a été ajoutée aux sorties suivantes. Meat Is Murder a été le seul album du groupe (exceptées les compilations) à atteindre la première places des charts britanniques. Le single hors album Shakespeare’s Sister a atteint la 26ème place des charts singles britanniques, bien que le seul single extrait de l’album, That Joke Isn’t Funny Anymore, a eu moins de succès en entrant dans le Top 50.

Durant l’année 1985, le groupe a fait de longues tournées britanniques et américaines tout en enregistrant le prochain album studio, The Queen Is Dead. L’album est sorti en juin 1986, peu après le single Bigmouth Strikes Again. Le single encore une fois comprenait les rythmes de guitare acoustique stridents et les lignes de guitare mélodique avec de grands sauts de Marr. Le disque a atteint la deuxième place des charts britanniques. Cependant, tout n’allait pas bien au sein du groupe. Une dispute légale avec Rough Trade avait retardé l’album de pratiquement sept mois (il avait été fini en novembre 1985), et Marr commençait à ressentir le stress de l’agenda de tournée et d’enregistrement épuisant du groupe. Il a plus tard dit au NME : « Fatigué n’était même pas la moitié, j’étais extrêmement malade. Au moment où la tournée s’est finie, tout devenait un petit peu… dangereux. Je buvais plus que je ne le pouvais ». Pendant ce temps, Rourke a été viré du groupe au début de l’année 1986 à cause de son héroïnomanie. Il a reçu note de son renvoi via un Post-it collé sur le pare-brise de sa voiture. Il disait : « Andy – tu as quitté les Smiths. Au-revoir et bonne chance, Morrissey ». Rourke a été temporairement remplacé à la basse par Craig Gannon (ancien membre du groupe écossais new wave Aztec Camera), mais a été réinstitué au bout de quinze jours.

Gannon est resté dans le groupe, passant à la guitare rythmique. Le quintette a enregistré les singles Panic et Ask (avec Kirsty MacColl dans les chœurs) qui ont atteint les places 11 et 24 respectivement dans les charts singles britanniques, et a tourné au Royaume Uni. Après que la tournée se soit finie en octobre 1986, Gannon a quitté le groupe. Le groupe s’était frustré de Rough Trade et cherchait un contrat d’enregistrement avec une major. Le groupe a finalement signé chez EMI, ce qui a été critiqué par les fans du groupe.

Au début de l’année 1987, le single Shoplifters Of The World Unite est sorti et a atteint la 12ème place des charts singles britanniques. Il a été suivi par une seconde compilation, The World Won’t Listen – le titre était le commentaire de Morrissey sur sa frustration du manque de reconnaissance mainstream du groupe, bien que l’album ait atteint la deuxième place des charts – et le single Sheila Take A Bow, le deuxième (et dernier de son vivant) tube du Top 10 britannique du groupe. Malgré leur succès continu, des différences personnelles au sein du groupe – dont la relation de plus en plus tendue entre Morrissey et Marr – les ont vus au bord du split. En août 1987, Marr a quitté le groupe, et les auditions pour lui trouver un remplaçant se sont avérées vaines.

Au moment où le quatrième album du groupe Strangeways, Here We Come est sorti en septembre, le groupe avait splitté. La séparation a été principalement attribuée à Morrissey enervé par le travail de Marr avec d’autres artistes et Marr frustré par l’inflexibilité musicale de Morrissey. Strangeways a culminé à la deuxième place au Royaume Uni mais n’a été qu’un tube américain mineur, bien qu’il ait eu plus de succès que les albums précédents du groupe. L’album a reçu une réception tiède de la part des critiques, mais Morrissey et Marr le disent leur album préféré des Smiths. Deux autres singles ont été sortis avec des morceaux plus anciens live ou démos en faces B, et l’année suivante, l’album live Rank (enregistré en 1986 quand Gannon était dans le groupe) a répété le succès dans les charts britanniques des albums précédents. Il y a eu beaucoup plus de compilations sorties depuis la mort du groupe puisque le répertoire du groupe est désormais dans les mains de Warner Music après la faillite de Rough Trade.

En 1996, Joyce a emmené Morrissey et Marr devant un tribunal, déclarant qu’il n’avait pas reçu sa part équitable de royalties d’enregistrement et de performance. Morrissey et Marr avaient clâmé la part du lion des royalties des Smiths et donné 10% chacun à Joyce et Rourke. Les royalties de composition n’étaient pas un problème, étant donné que Rourke et Joyce n’ont jamais été crédités comme compositeurs du groupe. Morrissey et Marr déclaraient que les deux autres membres du groupe ont toujours accepté cette répartition des royalties, mais la cour a été en faveur de Joyce et a ordonné qu’il soit payé plus d’un million de Livres et qu’il reçoive 25% à partir de là. Comme les royalties des Smiths avaient été gelées depuis deux ans, Rourke a demandé une plus petite somme pour payer ses dettes et a continué à toucher 10%. Tandis que le juge du cas a décrit Morrissey comme « sournois, agressif et peu sérieux », il n’a pas déclaré que le chanteur n’avait pas été honnête. Morrissey a déclaré qu’il était « sous les feux écorchants du banc des accusés, criblé… » de questions telles que « Comment osez-vous avoir du succès ? Comment osez-vous continuer ? » Il a déclaré que « les Smiths étaient une belle chose et Johnny [Marr] est parti, et Mike [Joyce] l’a détruite ». Morrissey a fait appel, mais sans succès.

À la fin de l’année 2005, sur BBC 6 Music, Mike Joyce a déclaré avoir des problèmes financiers et a dit qu’il en était venu à vendre de rares enregistrements du groupe sur eBay. Comme mise en bouche, quelques minutes d’une instrumentale non finie connue sous le nom de The Click Track ont été jouée durant l’émission. Morrissey a riposté avec une déclaration publique peu de temps après, sur le site true-to-you.net. Les relations entre Joyce et Rourke se sont refroidies de manière significative en conséquence de la déclaration de Morrissey qui disait que Joyce avait trompé les cours. Morrissey déclarait que Joyce n’avait pas déclaré que Rourke avait droit à une partie des biens saisis par les avocats de Joyce chez Morrissey. VH1 a tenté de réunir le groupe dans son émission Bands Reunited. L’émission a abandonné cependant après que le présentateur Aamer Haleem n’ait pas réussi à parler à Morrissey avant une émission. À ce jour, Morrissey refuse de réunir son ancien groupe, en allant aussi loin que dire qu’il « préfèrerait manger [ses] propres testicules que reformer les Smiths et ça veut dire quelque chose de la part d’un végétarien ». En mars 2006, Morrissey a révélé qu’on avait offert aux Smiths 5 millions de Dollars pour se réunir pour une performance au festival de Coachella, qu’il a refusé, en disant : « Non, parce que l’argent ne rentre pas là-dedans ». Il a expliqué que « C’était un voyage fantastique. Et puis il s’est terminé. Je ne pensais pas qu’on aurait dû le terminer. Je voulais continuer. [Marr] voulait le finir. Et ça a été ainsi ». Quand on lui a demandé pourquoi il ne voulait pas reformer les Smiths, Morrissey a répondu « Je pense que j’ai travaillé très dur depuis la fin des Smiths et pas les autres, alors pourquoi leur donner de l’attention qu’ils n’ont pas méritée ? On n’est pas amis, on ne se voit pas. Pourquoi donc devrait-on être sur scène ensemble ? » En août 2007, le NME a rapporté qu’une fois encore Morrissey avait refusé une offre de près de 40 millions de Livres pour se réunir avec Johnny Marr lors d’une tournée mondiale de 50 dates. Morrissey a plus tard nié cette déclaration en disant que c’était un canular.

Le 22 mars 1988, quelques mois après le dernier album des Smiths, Morrissey a sorti son premier album solo, Viva Hate. Pour créer l’album, Morrissey s’est associé à l’ancien producteur des Smiths, Stephen Street, Vini Reilly de la Durutti Column, et le batteur Andrew Paresi. Le son dominant de l’album est la jangle pop, similaire à celle des Smiths, bien que le jeu de guitare de Reilly ajoute des éléments plus abrasifs et atmosphériques à l’œuvre. Viva Hate a atteint la première place à sa sortie, soutenu par des singles comme Suedehead et Everyday Is Like Sunday. L’album s’appelait à l’origine Education In Reverse, mais a été renommé pour refléter les sentiments de Morrissey après la séparation des Smiths. Certains LP en Australie et en Nouvelle Zélande sont cependant sortis avec le tire original. Viva Hate a été certifié or le 16 novembre 1993.

Morrissey projetait à l’origine de sortir un album successeur intitulé Bona Drag après avoir sorti quelques singles reportés des sessions Viva Hate. Ainsi, il a sorti The Last Of The Famous International PlayboysInteresting Drug et Ouija Board, Ouija Board durant l’année 1989. Les deux premiers sont devenus des tubes du Top 10. Cependant, à la fin de l’année 1989, il est devenu apparent qu’il ne serait pas capable de sortir un album de nouvelles chansons rapidement. Morrissey a décidé d’abandonner l’idée d’un LP et de sortir Bona Drag comme compilation de singles et de faces B à la place. Bona Drag (1990) rassemblait ces premiers singles avec des inédites telles que November Spawned A Monster et Piccadilly Palace, avec la face B Hairdresser On Fire.

Après une brouille avec Stephen Street, Morrissey a recruté les talents de producteur de Clive Langer et les services de composition de Mark Nevin, de Fairground Attraction, pour le successeur de Viva Hate, intitulé Kill Uncle. L’album, qui a culminé à la 8ème place des charts britanniques, est souvent cité comme le plus faible du répertoire de Morrissey. Les deux singles sortis pour promouvoir l’album, Our Frank et Sing Your Life n’ont pas réussi à percer dans le Top 20 des charts singles atteignant les 26ème et 33ème places respectivement. Morrissey a sorti deux singles hors album, Pregnant For The Last Time et My Love Life, avec un tout petit plus de succès dans les charts. Le groupe que Morrissey a assemblé en 1991 pour sa tournée Kill Uncle a fini par enregistrer l’album à succès de 1992, Your Arsenal. Les devoirs de composition étaient répartis entre les guitaristes Boz Boorer et Alain Whye, qui ont été le cœur du groupe de Morrissey depuis lors. Your Arsenal a été produit par l’ancien guitariste de David Bowie, Mick Ronson, et a été nommé aux Grammy pour le meilleur album alternatif. L’album est grimpé à la 4ème place des charts britanniques, avec deux de ses trois singles, We Hate It When Our Friends Become Successful et You’re The One For Me, Fathy, rentrant tous les deux dans le Top 20 britannique.

En 1994, Morrissey avait souffert de la perte de trois proches : Mick Ronson, Tim Broad et Nigel Thomas. Canalisant son chagrin, Morrissey a écrit et enregistré son deuxième album numéro un au Royaume UniVauxhall And I. Des années après la sortie, Morrissey reconnaît qu’il pensait à l’époque qu’il allait être son dernier album, et que non seulement c’était le meilleur album qu’il n’ait jamais fait mais qu’il ne serait jamais capable de le surpasser dans l’avenir. L’une des chansons de l’album, The More You Ignore Me, The Closer I Get, a atteint la 8ème place au Royaume Uni et la 46ème aux États-Unis. Cette année-là, il a également sorti un single, Interlude, en duo avec Siouxsie Sioux de Siouxsie & The Banshees. Après le succès de Vauxhall And I, Morrissey a commencé à travailler sur Southpaw Grammar au début de l’année 1995. Lorsqu’il est sorti en août, l’album a été un tube, culminant à la 4ème place au Royaume Uni. Cependant, ses deux singles n’ont pas réussi à rentrer dans le Top 20. La nature de l’album était différente des anciennes sorties de Morrissey. Musicalement, l’inclusion de deux morceaux qui dépassent les dix minutes de long, le solo de batterie de Spencer Cobrin de près de deux minutes et demies qui ouvre le morceau The Operation et le sample d’une symphonie de Chostakovitch ont menés certains à surnommer l’album de « flirt de Morrissey avec le prog-rock ». Certaines critiques ont été impressionnées par cette tentative apparente de progression, tandis que d’autres rejetaient les morceaux longs comme de simple sybarytisme. À l’exception du single Sunny en décembre, Morrissey ne sortira pas de nouvel album ou single avant un an.

Morrissey est revenu sur un nouveau label en 1997 avec le single Alma Matters pour promouvoir son album Maladjusted. Bien que l’album était loué comme un retour en forme pour Morrissey, l’album n’a culminé qu’à la 8ème place et ses deux autres singles, Roy’s Keen et Satan Rejected My Soul ont grimpé en dehors du Top 30 britannique. Cependant, l’album a causé une petite controverse en ce qui concerne l’avant-dernier morceau. Intitulé Sorrow Will Come In The End, il comprenait Morrissey entonnant, plutôt que chantant, sur un fond de cordes folles et le rythme du marteau d’un juge. La chanson parle clairement de la dispute des royalties de Mike Joyce, et sur le plan lyrique prend essentiellement la forme d’un long message de menace destiné à lui et ses représentants. Island Records, label de Morrissey à l’époque, a retiré le morceau des versions britanniques de l’album craignant un procès en diffamation. Ayant quitté son nouveau label et perdu un procès pour les royalties des Smiths contre son ancien collègue Mike Joyce, Morrissey a quitté sa maison de Dublin pour Los Angeles à la fin des années 1990 ; bien que Morrissey a continué de tourner à la fin des années 1990 et début des années 2000, il ne sortira pas d’autre single ou album studio avant sept ans.

En juin 2003, le groupe Sanctuary Records a donné à Morrissey le label autre fois reggae Attack Records pour enregistrer de nouvelles chansons et signer de nouveaux artistes. L’album de Morrissey You Are The Quarry est sorti le 17 mai 2004 (un jour plus tard aux États-Unis). Le guitariste Alain Whyte a décrit l’œuvre comme un mélange entre Your Arsenal et Vauxhall And I, et l’album a reçu de fortes chroniques. Le premier single, Irish Blood, English Heart, est sorti de manière internationale le 10 mai 2004. Le single a atteint la 3ème place durant sa première semaine de vente dans les charts singles britanniques. C’était le meilleur classement de Morrissey de sa carrière entière à la fois en solo qu’en tant que chanteur des Smiths (la sortie de 2006, You Have Killed Me est également entré dans les charts à la 3ème place). Aussi, il s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires, faisant de l’album celui qui a eu le plus de succès, en solo ou avec les Smiths. Trois autres tubes ont suivi – First Of The Gang To Die (12 juillet 2004), 6ème britanniqueLet Me Kiss You (11 octobre 2004), 8ème britannique et I Have Forgiven Jesus (13 décembre 2004), 10ème britannique.

Avec la sortie de I Have Forgiven Jesus en décembre 2004, Morrissey, avec McFly, sont devenus les seuls artistes à obtenir quatres tubes dans le Top 10 des charts singles britanniques cette année-là. En août 2004, Morrissey a été désigné pour faire la tête d’affiche d’une semaine d’émissions sur The Late Late Show de Craig Kilborn. Morrissey n’a pas chanté tous les soirs à cause d’une infection de la gorge. Il a, cependant, chanté la semaine suivante.

Le prochain album de Morrissey, Ringleader Of The Tormentors, est entré à la première place des charts albums britanniques et à la 27ème des charts américains. Enregistré à Rome, il est sorti le 3 avril 2006 et un jour plus tard en Amérique du Nord. L’album a engendré quatre tubes – You Have Killed Me (27 mars 2006) 3ème britanniqueThe Youngest Was The Most Loved (5 juin 2006) 14ème britanniqueIn The Future When All’s Well (21 août 2006) 17ème britannique et I Just Want To See The Boy Happy (3 décembre 2006) 16ème britannique. À l’origine, Morrissey devait enregistrer l’album avec le producteur Jeff Saltzmann, cependant il ne pouvait entreprendre le projet. Le producteur Tony Visconti, qui a également travaillé avec T. Rex, David Bowie et les Manics sur Lifeblood, a repris les rênes de la productions et Morrissey a annoncé que l’album était « le plus beau – peut-être le plus calme, jusqu’alors ». Le magazine Billboard a décrit l’album comme montrant « un son plus épais, plus rock » ; Morrissey attribue ce changement de son à son nouveau guitariste Jesse Tobias. La pochette de l’album est une allusion au design et logo iconiques de Deutsche Grammophon, avec Morrissey posant comme violoniste d’après les photos de Jascha Heifetz ou Yehudi Menuhin. La tournée internationale qui a suivi en 2006 incluait près de 30 concerts au Royaume Uni, dont des concerts au Palladium de Londres. Juste avant la sortie de l’album, Morrissey a été photographié à Rome par Bryan Adams pour la couverture de Zoo Magazine.

Morrissey était prévu d’apparaître au festival de Benicassim en Espagne en 2005 mais s’est retré à la dernière minute. Le 9 janvier 2007, la BBC a confirmé qu’elle était en discussion avec Morrissey pour qu’il écrive une chanson pour l’Eurovision 2007. Le clip du single You Have Killed Me peut être un hommage affectueux au style du concours dans les années 1970. Si un accord était fait, Morrissey écrirait la chanson pour quelqu’un d’autre, au lieu de la chanter lui-même, a déclaré un porte parole de la BBC. Le 23 février 2007, la BBC a écarté cela, et a déclaré que Morrissey ne participera pas à la chanson que le Royaume Uni présentera à l’Eurovision.

Au début de l’année 2007, Morrissey a quitté Sanctuary Records et s’est embarqué dans une tournée Greatest Hits. La tournée a duré du 1er février 2007 au 29 juillet 2008 et s’est étendue sur 106 concerts sur 8 pays. Morrissey a annulé 11 de ces dates, dont six concerts consécutifs au Roundhouse de Londres, à cause de « problèmes de gorge ». La tournée était constituée de trois parties, les deux premières regroupant les États-Unis et le Mexique ont été faites avec Kristeen Young en première partie de février à octobre tandis que le reste comprenait Girl In A Coma. La dernière partie était une petite tournée européenne qui a vu Morrissey en tête d’affiche de l’O2 Wireless Festival à Hyde Park le 4 juillet et a culminé avec Morrissey jouant au Heatwave Festival à Tel Aviv en Israël le 29 juillet.

Après un concert à Houston, Texas sur la première partie de la tournée, Morrissey a loué le Sunrise Sound Studio pour enregistrer That’s How People Grow Up. La chanson a été enregistrée avec le producteur Jerry Finn plutôt qu’avec l’ancien producteur Tony Visconti pour un futur single et une inclusion sur un album à venir. Dans une interview sur BBC Radio 5 Live de Tony Visconti, le producteur a déclaré que son nouveau projet serait « le prochain album de Morrissey », bien qu’il ne devrait advenir avant au moins un an. Cependant, dans une interview avec le site internet de BBC News en octobre 2007, il a dit que l’album est déjà écrit et prêt pour une possible sortir en septembre 2008 et que son contrat avec Sanctuary Records était arrivé à sa fin. En décembre, il a signé un nouveau contrat avec Decca Records, qui incluait un album Greatest Hits et un album nouveau à suivre à l’automne 2008. Juste après avoir signé chez Decca, Morrissey a sorti That’s How People Grow Up en premier single extrait de son nouvel album Greatest Hits. Malgré les chroniques tièdes, surtout dans le NME, le manque de passage radio en Grande Bretagne (sauf sur XFM), et même l’incrédulité des sites de fans, That’s How People Grow Up a atteint le Top 15, entrant à la 14ème place des charts britanniques et la 25ème place en Allemagne lors de sa sortie en février 2008. Les chroniques de la compilation Greatest Hits étaient très mitigées ; le journalistes notaient que l’album n’inclut que des chansons qui avaient atteint le Top 15 de charts, mettant l’emphase sur de nouvelles chansons, rendant le CD plus approprié pour des nouveaux auditeurs que les anciens fans. L’album est entré à la 5ème place des charts albums britanniques. Une édition limitée du Greatest Hits comporte un CD 8 pistes qui a été enregistré au Hollywood Bowl en 2007. Un second single du Greatest HitsAll You Need Is Me, est sorti en mars. Le 29 mai 2008, Morrissey s’est séparé de son manager de cnq ans, Merck Mercuriadis, en faveur d’un nouveau contrat avec IE Music, cependant, en september, Morrissey a quitté le groupe et a désormais acquis les services de Irving Azoff.

Le 30 mai 2008, il a été annoncé que le neuvième album studio de Morrissey, Years Of Refusal, aurait 12 morceaux et serait produit par Jerry Finn. Le 5 août 2008, il a été rapporté que, bien que dû à l’origine en septembre, Years Of Refusal a été reporté en février 2009, en conséquence de la mort de Finn et le manque de label américain pour distribuer l’album.

Le 15 août 2008, Warner Music Entertainment a annoncé la sortie prochaine de Morrissey: Live At The Hollywood Bowl, DVD documentant la performance qui a eu lieu à l’historique Hollywood Bowl à Los Angeles en Californie le 8 juin 2007 lors de la première partie de la tournée Greatest Hits 2007/2008 de Morrissey. Morrissey a accueilli la nouvelle de la sortie du DVD en implorant les fans de ne pas l’acheter. Prévu de sortir en octobre 2008, le DVD a été par la suite retardé jusqu’en mars 2009 par Warner Music selon HMV. Le DVD n’est jamais sorti.

En février 2009, après des rumeurs persistentes durant les mois qui précédaient d’une réunion imminentes des Smiths, Morrissey a été encore une fois forcé à nier qu’une quelconque réunion avait lieu. Dans une interview avec BBC Radio 2, il a remarqué que “les gens me posent toujours des questions sur des réunions et je ne comprends pas pourquoi… le passé semble un endroit lointain, et je suis ravi de cela”. Dans une autre interview, pour la radio londonienne Xfm, Morrissey a également déclaré que les “chances étaient minces” qu’il continue à travailler après l’âge de 55 ans.

Years of Refusal est sorti de part le monde le 16 février 2009 chez Universal Music Group. À sa sortie, il a atteint la 3ème place des charts albums britanniques et la 11ème du Billboard 200 américain. Le disque a été acclamé par les critiques, avec des comparaisons faites à Your Arsenal et Vauxhall and I. Une critique de Pitchfork Media notait qu’avec Years of Refusal, Morrissey “s’était redécouvert, trouvant une nouvelle puissance dans son arsenal familier. Le rajeunissement de Morrissey est plus évident dans la force renouvellée de son chant” et l’a nommé son “album le plus venimeux et vengeur, dans d’une manière perverse, cela en fat son plus charmant”. I’m Throwing My Arms Around Paris et Something Is Squeezing My Skull sont sortis en singles. La chanson Black Cloud comprend la guitare de Jeff Beck. Morrissey a tourné toute l’année 2009 pour promouvoir l’album. Dans le cadre de l’extensif Tour of Refusal, Morrissey a fait suivre une longue tournée américaine avec des concerts en Irlande, en Écosse, en Angleterre et en Russie. Il n’avait jamais joué en Russie avant.

En avril 2009, des éditions remasterisées de Southpaw Grammar de 1995 et Maladjusted de 1997 sont sorties au Royaume-Uni. Les deux comprenaient des tracklistings réarrangées avec l’inclusion de faces B et d’inédits, ce qui résultait dans le fait que les albums étaient assez différents des originaux. Elles comprenaient aussi des nouveaux livrets et des nouvelles notes écrites par Morrissey. Les rééditions ont été rendues disponibles aux États-Unis en juin de la même année.

Octobre 2009 a vu la sortie d’une compilation de faces B de 2004-2009, intitulée Swords. L’album a grimpé à la 55ème place des charts albums britanniques, et Morrissey a plus tard nommé la compilation “un doux désastre ». Lors de la deuxième date de la tournée britannique pour promouvoir Swords, Morrissey s’est évanouit avec des difficultés respiratoires à la fin de la chanson d’ouverture de son set, This Charming Man, au Oasis Centre de Swindon. Il est sorti de l’hôpital le lendemain.

À la fin de la tournée Swords, il a été annoncé que Morrissey avait rempli ses obligations contractuelles avec Universal Records et était sans maison de disques. Peu après cette annonce, il a également été révélé qu’il s’était séparé de Front Line Management.

En juillet 2010, il a été annoncé que EMI ressortira l’album de 1990 Bona Drag sur son label Major Minor, recréé spécialement pour le disque. Le disque comprend six morceaux inédits, et est sorti le 4 octobre, entrant à la 67ème place des charts britanniques. Le single de 1988 Everyday Is Like Sunday est également sorti pour coïncider avec la sortie à la fois en CD et en 45 tours.

En février 2011, EMI a annoncé qu’une toute nouvelle compilation, Very Best of Morrissey, sortirait en avril de cette année. Le communiqué de presse déclarait que le tracklist et la pochette seraient choisis par Morrissey lui-même et le single Glamorus Glue, ressortirait la même semaine avec deux chansons inédites.

En mars 2011, il a été annoncé que Morrissey était désormais managé par Ron Laffitte.

En juin et juillet 2011, Morrissey a fait une tournée britannique, constistuée principalement de petites salles dans le nord de la Grande Bretagne ; il a aussi fait le festival de Glastonbury et a été la tête d’affiche du Hop Farm Festival. En juillet et août, il a tourné en Europe et fait deux festivals, le Hultsfred Festival en Suède et Lokeren en Belgique. Durant sa performance à Glastonbury, Morrissey a critiqué le premier ministre britannique, David Cameron, pour avoir tenter d’arrêter l’interdiction d’animaux sauvages dans les cirques, le traitant de « crétin profond ».

Le 14 juin 2011, Janice Long a dévoilé trois nouvelles chansons de Morrissey dans son émission de BBC Radio 2, Action Is My Middle NameThe Kid’s a Looker et People Are The Same Everywhere. Une autre chanson inédite, Scandinavia, est également apparue dans son répertoire durant cette période.

Morrissey a fini une autobiographie de 660 qu’il compte offrir à des éditeurs. Le NME a rapporté qu’elle devrait sortir en décembre 2012. Morrissey a auparavant déclaré qu’il souhaite que son autobiographie devienne un Penguin Classic. On a rapporté que les Penguin Books veulent publier son autobiographie comme « classique contemporain », et Faber and Faber sont également intéressés par publier son autobiographie.

La tournée 2012 de Morrissey  commencé au Chili et est passée par l’Argentine, le Brésil, le Pérou, la Colombie, le Japon, la Corée, Singapour, l’Indonésie et les Philippines. Une série de dates américaines a été annoncé pour mai avant une tournée européenne en juillet avec des concerts en Belgique, en Italie, en Grèce et au Portugal, plus sa seule apparition au Royaume Uni de l’année, à la Manchester Arena. Morrissey donnera également son tout premier concert en Turquie avant de revenir en Israël, où il avait joué en 2008.

L’affaire de Morrissey contre le NME a eu lieu à Londres. Il avait poursuivi le journal pour une interview publiée en 2007 le peignant comme un raciste. La discussion n’avait pas fonctionné entre eux et Morrissey qui a refusé qu’une simple lettre d’excuse paraisse sur le site du magazine car il considère que les dommages sont trop importants et veut qu’un article soit publié dans la version papier du NME.

Morrissey a critiqué des chanteurs tels que Madonna, Elton John et Georges Michael, déclarant généralement que leurs paroles sont inutiles et qu’ils sont plus intéressés par être des célébrités que par leur musique. Il a également eu des désaccords avec Robert Smith de The Cure, qui a déclaré « Si Morrissey dit Ne mangez pas de viande, alors j’en mangerai, parce que je déteste Morrissey ». Lol Tolhurst, autre membre fondateur de The Cure, a déclaré qu’il aime la musique de Morrissey, cependant, il a également dit que Smith était justifié dans sa colère étant donné que leur querelle a commencé quand Morrissey aurait fait « une remarque très déplacée concernant Robert dans la presse anglaise« . Morrissey a également souhaité ouvertement que Johnny Rogan, auteur de Morrissey & Marr: The Severed Alliance « finisse ses jours très rapidement dans un carambolage sur la M3″. Neil Tennant des Pet Shop Boys a co-écrit deux chansons inspirées du stéréotype public de Morrissey comme détestable et peu attachant (Getting Away With It et Miserablism).

En 1994, Morrissey a été critiqué par le bassiste et parolier des Manic Street PreachersNicky Wire, par rapport aux commentaires que Morrissey avait faits sur le British National Party. D’autres cibles de sa désapprobation ont été Band Aid, le rap, le reggae (critique qu’il a plus tard retirée, déclarant qu’il était facétieux et qu’il avait grandi en partie en écoutant les singles classiques sortis par le label reggae britannique Trojan du début au milieu des années 1970), les raves et les popstar adolescentes.

Morrissey n’a jamais mâché ses mots en parlant de politique, et les personnalités qu’il a critiquées incluent Oliver Cromwell, la famille royale britannique, les anciens premiers ministres du Royaume Uni Margaret Thatcher et Tony Blair et le président des États-Unis Georges W. Bush. Il a critiqué les deux partis principaux du Royaume Uni, le parti travailliste et le parti conservateur.

Dans une interview de 1984, Morrissey a critiqué le premier ministre conservateur de l’époque, Margaret Thatcher, en déclarant qu’elle « n’est qu’une personne. Elle peut être détruite. C’est le seul remède pour ce pays en ce moment. Le premier album solo de Morrissey, Viva Hate, incluait un morceau intitulé Margaret On The Guillotine, coup ironique à Thatcher, qui se referrait à elle exécutée sous une guillotine. La police britannique a répondu en fouillant la maison de Morrissey et en menant une enquête officielle, tandis que Simon Reynolds, qui avait interviewé Morrissey pour le Melody Maker, a été même questionné sur le ton avec lequel Morrissey avait fait certaines remarques sur Thatcher. Il a été dit que de nombreux officiers ont été embarrassés par l’absurdité de la situation, certains demandant même des autographes de Morrissey.

Lors d’un concert le 5 juin 2004 à Dublin, Morrissey a causé de la controverse en annonçant la mort de l’ancien président américain, Ronald Reagan, et en déclarant qu’il aurait préféré que ce soit le président actuel, George W. Bush, qui soit décédé. En octobre 2004, Morrissey a sorti un communiqué de presse pressant les Américains à voter pour le candidat démocrate John Kerry lors des élections présidentielles, nommant ce vote « geste logique et sain » et une manière de se débarrasser du président républicain George W. Bush. Morrissey a avancé que « Bush a transformé à lui seul les États-Unis en le pays le plus névrosé et obsédé de terreur de la planète ».

En février 2006, Morrissey a dit qu’il avait été interrogé par le FBI et les renseignements britanniques après avoir parlé franchement contre les gouvernements américains et britanniques. Morrissey a dit « Le FBI et la branche spéciale ont enquêté sur moi, ils m’ont interrogé, enregistré en tout. Ils essayaient de déterminer si j’étais une menace pour le gouvernement, ça ne leur a pas pris longtemps pour qu’ils se rendent compte que je ne le suis pas ». Durant un concert de janvier 2008, Morrissey a dit « Que Dieu bénisse Barack Obama » et a tempesté contre « Billary Clinton » (jeu de mots sur Hillary Clinton). Les coups de gueule contre les Clinton suivaient une interprétation de The World Is Full Of Crashing Bores, en référence à la campagne de 2008 du parti démocrate lors des élections présidentielles américaines.

Morrissey a été accusé de racisme durant une partie des années 1980 et la majeure partie des années 1990, dû en partie aux paroles ambiguës de chansons telles que Bengali In PlatformsAsian Rut et National Front Disco. Elles originaient également de la biographie de Johnny Rogan du chanteur, qui déclarait qu’à la fin de son adolescence, le chanteur avait écrit « Je ne hais pas les Pakistanais, mais je les déteste immensément » ; Rogan ne fourni pas de source justifiante. En 2006, Liz Hoggard de The Independent a avancé que « Morrissey n’aidait pas son cas avec un flirt difficile avec l’image gangster : il s’est mis à la boxe et était accompagné partout par un skinhead, nommé Jake ». Elle déclarait que « l’homme qui abhorrait la violence en est devenu bizzarement fasciné ». Encyclopedia Britannica avance que les albums des années 1990 de Morrissey, dont Your Arsenal (1992), Vauxhall And I (1994), Southpaw Grammar (1995) et Maladjusted (1997) « témoignaient une obsession homoérotique grandissante pour les criminelles, les skinheads et les boxeurs, changement lié à un changement d’image du chanteur d’une giroflée qui se fâne à un soi-disant voyou portant roufflaquettes et bracelets dorés ».

Le facteur déclenchant de la critique était la performance de Morrissey au premier concert de retour de Madness, Madstock!, au Finsbury Park de Londres en 1992, où il est apparu sur scène drapé d’un Union Jack, symbole souvent associé au nationalisme et ainsi aux groupes d’extrême droite de Grande Bretagne. Comme toile de fond pour cette performance, il a choisi la photo de deux femmes skinheads. Le magazine musical britannique NME a répondu à cette performance avec un long examen des attitudes de Morrissey pour la race, déclarant que le chanteur « était dans une position où il ne peut plus se tirer des accusations qu’il joue avec l’image d’extrême droite/fasciste, et même le racisme, avec une raillerie entendue ».

Aux débuts des Smiths, Morrissey a déclaré que « tout le reggae est vil », menant aux premiers rapports de son prétendu racisme. Il a plus tard expliqué que c’était une réponse ironique pour « faire marcher le NME politiquement correct des années 1980″ et qu’il a grandi en partie en écoutant les singles classiques sortis par le label reggae britannique du début au milieu des années 1970. Panic des Smiths, sorti en juillet 1986, se finit par le refrain « pends le DJ, pends le DJ, pends le DJ… » La biographie de Rogan rapporte que la réponse critique initiale à ce contenu était interprété comme dégoût de l’influence grandissante du rap et du R&B sur la musique populaire de l’époque.

Les critiques des allégations de racisme dirigent vers l’implication de Morrissey dans des organisations telles que Amnesty International et la performance des Smiths au concert anti-Apartheid. Morrissey a également été cité comme disant « Si je suis un raciste alors le Pape est une femme. Ce qu’il n’est pas », et « Si le Front National devait haïr quelqu’un, ce serait moi. Je serais en haut de la liste ». Il a qualifié cela en disant que cette rage d’extrême droite « est simplement leur colère d’être ignorés dans ce qui est censé être une société démocratique ». Dans le documentaire de 2002, The Importance Of Being Morrissey, il avance la question « Pourquoi donc serais-je raciste ? Qu’est-ce que j’essayerais d’atteindre ? » Dans le film, il engage aussi une controverse avec ceux qui manquent de discerner la subtilité de ses soi-disantes paroles racistes, disant que « Pas tout le monde est absolument stupide ».

En 1999, Morrissey a commenté la monté de l’homme politique d’extrême droite autrichien Jörg Haider, déclarant « C’est triste. Parfois je ne crois pas qu’on vit dans un monde intelligent ». En 2004, il a signé la déclaration explicitement anti-fasciste Unite Against Fascism, et en 2008 il a fait une donation personnelle de 75 000 £ aux organisateurs du concert Love Music Hate Racism au Victoria Park de Londres après que le retrait du sponsor NME ait laissé l’événement face à un manque d’argent.

En 2007, le NME a sorti une interview de Morrissey dans laquelle il aurait dit « La Grande Bretagne est un endroit terriblement négatif. Et elle enfonce les gens et vous tire vers l’arrière et vous bloque. Aussi, avec le problème de l’immigration, c’est très difficile parce que bien que je n’ai rien contre les gens des autres pays, plus l’influx est grand en Angleterre, plus l’identité britannique disparaît ». Dans le même article, il a traité le racisme de « idiot » et « au delà de la raison », et a dit qu’il serait « pilloré » pour ses commentaires. L’interview a été conduite par Tim Jonze. Jonze a demandé d’avoir son nom retiré de l’article, en disant qu’il n’était pas heureux de la manière dont il avait été « réécrit » par le NME, mais déclarant également qu’il avait trouvé les commentaires de Morrissey « offensifs » et les désapprouvait.

Les avocats de Morrissey intentent désormais une action contre le NME pour diffamation, avec le magazine refusant d’imprimer une rétraction ou une excuse. Quelques jours après avoir fait connaître ses intentions au NME, Morrissey a également sorti une explication détaillée du côté de l’histoire via un fanzine en ligne. La déclaration incluait une réfutation fermement exprimée contre les accusations de racisme, une condamnation du racisme lui-même et une exposition de sa croyance que le rédacteur en chef du NME avait délibérément mis en scène et scandalisé l’issue de l’interview dans une tentative orchestrée pour booster la « criculation en baisse » du journal ». En 2008, Word Magazine a été forcé de s’excuser devant la cour pour un article de David Quantick qui accusait Morrissey d’être raciste et hypocrite.

Morrissey est végétarien depuis ses 11 ans. Morrissey a expliqué son végétarianisme en disant « Si vous aimez les animaux, évidemment ça n’a pas de sens de les blesser ». Morrissey est un défenseur des droits des animaux et soutient PETA. En reconnaissance de son soutien, PETA lui a décerné le Linda McCartney Memorial Award lors de leur gala célébrant leurs 25 ans d’existence le 10 septembre 2005. Morrissey est connu pour porter du cuir, déclarant en 1986 qu’il « n’y a simplement pas d’alternative sensée » aux chaussures en cuir. Il a également dit « Je trouve difficile d’être éthique chez les chaussures – on ne semble pas pouvoir éviter le cuir. On est piégés, ultimativement ». Morrissey a notamment nommé l’une de ses chansons Meat Is Murder (« La viande, c’est le meurtre »), qui partageait son nom avec l’album sur lequel elle était. C’était le second album studio (et troisième en tout) des Smiths.

En janvier 2006, Morrissey a attiré la critique après avoir déclaré qu’il accepte les motivations derrière les tactices militantes de la Animal Rights Militia, disant « Je comprends pourquoi les fermiers de fourrure et les soi-disants scientifiques de laboratoire sont récompensés par la violence – c’est parce qu’ils traitent avec la violence eux-mêmes et c’est le seul langage qu’ils comprennent ».

Morrissey a critiqué les gens qui sont impliqués dans la promotion de manger de la viande, spécialement Jamie Oliver et Clarissa Dickson Wright – cette dernière déja cible d’activistes des droits des animaux pour sa position pour la chasse au renard. En réponse, Dickson-Wright a déclaré « Morrissey encourage des gens à commettre des actes de violence et je suis constamment consciente que quelque chose pourrait bien m’arriver ». Le député conservateur David Davis a critiqué ces commentaires, bien que son leader David Cameron a déclaré être fan des Smiths. Le 27 mars 2006, Morrissey a fait passer une déclaration qu’il n’inclurait pas de concert au Canada sur sa tournée mondiale cette année – et qu’il soutenait un boycott de tout bien canadien – en protestation de la chasse annuelle au phoque du pays, qu’il a décrit comme un « massacre barbare et cruel ». Le comique Russell Brand, également végétarien, a régulièrement déclaré sur son émission de Radio 2 que Morrissey était son héros, passe souvent s musique et lit les emails que Morrissey lui a envoyés.

La sexualité de Morrissey est matière à débat, et cela a été nourri par de nombreuses déclarations contradictoires de la part du chanteur, dans aucune il n’a explicitement déclaré son orientation sexuelle. Encyclopedia Britannica avance qu’il a créé une « personnalité irrésistiblement en conflit (compensant le célibat de manière forte avec des pointes timides d’homosexualité encore dans le placard) » qui « fait de lui une idôle particulière ». « Morrissey a toujours pris une grande peine pour maintenir la nature indécidable de sa sexualité ». En 1983, il a déclaré être « une sorte de prophète pour le quatrième sexe », pour les raisons qu’il était « las des hommes et… las des femmes ». En 1984, il a refusé « de reconnaître les termes hétéro-, bi- et homo-sexuel » parce que « tout le monde a exactement les mêmes besoins sexuels ». Un article sur les Smiths en 1984 dans Rolling Stone déclarait que Morrissey « admet qu’il est gay » mais Morrissey a répondu que c’était nouveau pour lui et l’article utilisait le terme « quatrième genre » dans son titre.

La spéculation a été propulsée plus loin par les références à la sous-culture et l’argot gay dans ses paroles. En 2006, Liz Hoggard de The Independent a noté que « …[s]eulement 15 ans après que l’homosexualité ait été décriminalisée, ses paroles flirtent avec toutes sortes de sous-culture gay » ; par exemple, elle déclare que This Charming Man « parle de sexe gay au dessus du fossé de l’âge ». Le chroniqueur Stephen Thomas Erlewine déclare que les paroles du single des Smiths Hand In Glove ont « des références voilées à l’homosexualité ». Aussi, les fans ont noté « l’admiration de Morrissey pour les icônes gay telles que Oscar Wilde et James Dean, et ses références à la culture gay (comme dans la photo de Joe Dallesandra par Andy Warhol sur la pochette du premier album des Smiths… »

Tout au long de sa carrière, il a maintenu dans les interviews qu’il était asexuel et célibataire. Johnny Marr a déclaré dans une interview de 1984 que « Morrissey ne couche avec personne en ce moment et que c’est le cas depuis un moment, il a eu beaucoup de copines dans le passé et quelques amis hommes ». En 1986, Morrissey a déclaré qu’il était « dramatiquement et supernaturellement non-sexuel ». Dans une interview de 1994, il a déclaré que « le sexe n’est en fait jamais dans ma vie », et ainsi, il a avancé qu’il « n’avait pas de sexualité ». En 1995, il a déclaré « J’aimerais avoir une vie sexuelle, si possible ». Dans une interview de 1997, il a révélé qu’il était avec quelqu’un depuis deux ans mais que c’était fini et que la personne en question avait simplement arrêté de l’aimer. Il n’a pas révélé le sexe de cette personne ni si c’était une relation sexuelle. Cependant, il a admis qu’il y tenait beaucoup et il a déclaré qu’il aurait espéré qu’ils partageaient des sentiments similaires. Dans une interview de 2006 dans le NME, il a déclaré qu’il n’était plus célibataire, mais n’a pas donné plus de détails. Un article de 2006 dans le journal britannique The Independent a déclaré que le chanteur « … avait même fait allusion à une vie sexuelle tardive ».

Morrissey dit fréquemment aux journalistes qui lui posent des questions sur sa sexualité que la question n’est pas pertinente à sa musique, ou il donne une réponse évasive ou ambiguë. Bien que le débat sur la sexualité de Morrissey s’est étendu sur les sites de fans, dont des tentatives d’analyse de la signification des paroles, leurs tentatives sont souvent coincées, parce que, comme le dit le critique Tom Gatti de The Times, « la musique de Morrissey [c’est à dire ses paroles] offre une capacité infinie à l’interprétation » parce que « elles sont trop flexibles, trop riches, trop texturées ».

Le chanteur britannique a toujours porté la France, et en particulier le cinéma français, dans son cœur. Ainsi, dès la période des Smiths, alors que c’est lui-même qui réalise les pochettes des albums du groupe, Morrissey choisit une image de Jean Marais dans le film Orphée (1950) pour illustrer le 45-tours This Charming Man et celle d’Alain Delon dans L’Insoumis (1965) en couverture de l’album The Queen is Dead.

Dans son dernier album, la chanson At Last I Am Born contient ce couplet : « Regarde moi maintenant / D’un enfant difficile / À une main spectrale / À Claude Brasseur / Blah, blah, blah, blah… » Un hommage à l’acteur que Morrissey avait découvert dans Bande à part, un film de Jean-Luc Godard sorti en 1964.

Lors du concert donné à l’Olympia le 11 avril 2006, la scène était notamment décorée d’une reproduction grand format d’une photographie de Sacha Distel, Morrissey citant ce soir-là Anna Karina, Sami Frey, Brigitte Bardot, mais aussi Serge Gainsbourg et Françoise Hardy parmi ses artistes préférés. Enfin, à l’été 2006, au festival Rock en Seine, à Paris, le chanteur s’est présenté au public comme étant « Jean Gabin ».

Nicky Wire a dit à propos de la signification de la ligne « Morrissey and Marr gave me choice » : « C’était juste l’idée que Morrissey m’a guidé dans un monde différent. Il a mentionné des gens comme Oscar Wilde ou James Dean, tu sais, des icônes assez évidentes, mais c’est sympa d’avoir quelqu’un qui te montre le chemin quand tu as 15 ou 16 ans. Ça te montre un monde extérieur ».

VOIR AUSSI :

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Super article très complet! Bravo et merci!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :