The Guardian – 9 septembre 2004 : Les Manics disent au revoir à Richey

Depuis sa disparition en 1995, les rockers gallois les Manic Street Preachers étaient peu disposés à aborder le destin de Richey Edwards, leur ancien guitariste et parolier. Mais le prochain album du groupe, Lifeblood, qui sort le 1er novembre, parle de lui dans une chanson.

Le morceau Cardiff Afterlife forme la pierre angulaire d’un album dont la porte-parole des Manics, Terri Hall, dit qu’il “parle finalement” de la tragédie. Le refrain de la chanson dit : “In the Cardiff afterlife we sensed the breaking of our lives… And yet I kept my silence / You memory is still mine“ (“Dans la vie future à Cardiff, nous avons senti la fracture de nos vies… Et pourtant j’ai gardé le silence / Tes souvenirs m’appartiennent encore”).

Edwards – qui luttait contre l’alcoolisme et l’anorexie – a disparu en 1995 après avoir laissé sa Vauxhall Cavalier dans les environs d’un endroit réputé pour ses suicides près du premier pont Severn Bridge à Chepstow. Pendant des années, d’innombrables personnes ont déclaré avoir vu Edwards, mais toutes ces déclarations se sont révélées non fondées. Cependant, la famille du guitariste a rejeté l’option de le déclarer légalement mort. Le titre de la chanson indique la croyance de ses collègues qu’Edwards est avec eux “dans l’éther”.

Dave Simpson

Traduction – 27 novembre 2004

Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :