“I have come to the borders of sleep the deep frost where all must lose their way.”

thomasedwardEdward Thomas – Setlist de la tournée Past/Present/Future

Extrait du poème Lights Out

Philip Edward Thomas (3 mars 1878 – 9 avril 1917) était un poète et essayiste anglogallois. Il est généralement considéré comme un poète de guerre, même si peu de ses poèmes parlent directement de ses expériences de guerre. Déjà écrivain accompli, Thomas s’est tourné vers la poésie en 1914 seulement. En 1915, il s’est enrôlé dans l’armée britannique pour combattre dans la première guerre mondiale et a été tué au combat durant la bataille d’Arras en 1917, peu après son arrivée en France.

Thomas est né dans le quartier londonien de Lambeth. Il a reçu son éducation à la Battersea Grammar School, la St Paul’s School de Londres et le Lincoln College d’Oxford. Sa famille était principalement galloise. Il s’est marié encore étudiant et était déterminé de vivre de sa plume. Il travaillait alors comme critique de livres, chroniquant jusqu’à 15 livres par semaine. C’était déjà un écrivain chevronné au début de la guerre, ayant publié à grande échelle en tant que critique littéraire et biographe ainsi que sur la campagne. Il a également écrit un roman, The Happy-Go-Lucky Morgans (1913), “livre de délicieux désordre”.

Thomas a travaillé comme critique littéraire pour le Daily Chronicle à Londres et est devenu un proche du poète gallois sans abris W.H. Davies, dont il a développé la carrière quasiment à lui seul.

Dès 1905, Thomas a vécu avec sa femme Helen et leur famille à Elses Farm près de Sevenoaks dans le Kent. Il louait à Davies un petit cottage proche, et a nourri son écriture du mieux qu’il pouvait. À une occasion, Thomas a dû même arranger la fabrication, par un charron local, d’une jambe de bois de fortune pour Davies.

Même si Thomas pensait que la poésie était la forme la plus haute de la littérature et la chroniquait régulièrement, il n’est devenu poète lui-même qu’à la fin de l’année 1914 quand il vivait à Steep, dans l’East Hampshire, et a publié au début sa poésie sous le nom de Edward Eastaway.

En août 1914, le village de Dymock dans le Gloucestershire était devenu la résidence de nombreuses figures littéraires, dont Lascelles Abercrombie, Wilfrid Gibson et le poète américain Robert Frost. Edward Thomas était visiteur à l’époque.

Thomas a immortalisé la gare de chemins de fer (aujourd’hui abandonnée) de Aldestrop dans un poème du même nom après que son train ait fait un arrêt non prévu à la gare de Cotswolds le 24 juin 1914, après avant le début de la première guerre mondiale.

Thomas s’est enrôlé dans les Artists Rifles en juillet 1915, malgré être un homme marié mûr qui aurait pu éviter de s’enrôler, en partie après avoir lu le poème de Frost The Road Not Taken. Il a été promu caporal, et en novembre 1916 a été nommé à la Royal Garrison Artillery en tant que second lieutenant. Il a été tué au combat peu après son arrivée en France à Arras le lundi de Pâques le 9 avril 1917. Bien qu’il ait survécu à la bataille, il a été tué par le souffle de l’un des derniers obus tirés alors qu’il se tenait immobile à allumer sa pipe.

W.H. Davies a été dévasté par sa mort et son poème commémoratif Killed in Action (Edward Thomas) a été inclus dans le recueil de Davies de 1918 Raptures.

Thomas est enterré au cimetière militaire de Agny en France (rang C, tombe 43).

Sa femme, Helen, son fils Merfyn et ses deux filles Bronwen et Myfanwy lui survivent.

Après la guerre, Helen a écrit à propos de sa vie avec Edward dans l’autobiographie As It Was (1926) ; plus tard, elle a ajouté un second volume, World Without End (1931). Myfanwy a plus tard déclaré que sa mère a écrit ces livres comme forme de thérapie pour sortir d’une profonde dépression dans laquelle elle était tombée à la mort de Thomas.

Les courtes mémoires de Helen, My Memory of W.H. Davies ont été publiées en 1973. Son livre Under Storm’s Wing a été publié en 1997 et est un recueil d’écrits qui incluent les deux premières autobiographies ainsi que d’autres écrits et lettres.

Thomas est commémoré dans le coin des poètes de l’Abbaye de Westminster de Londres et dans des vitraux commémoratifs dans les églises de Steep et Eastbury dans le Berkshire.

Le conseil général de l’East Hampshire a créé une “marche littéraire” à Shoulder of Mutton Hill à Steep consacrée à Thomas, qui inclut une pierre mémoriale érigée en 1935. L’inscription inclut le dernier vers de l’un de ses essais : “And I rose and knew I was tired and continued my journey”.

Sous le nom de “Philip Edward Thomas poète-soldat” il est commémoré avec “Reginald Townsend Thomas acteur-soldat mort en 1918” (qui est enterré à cet endroit) et d’autres membres de la famille dans le cimetière du North East Surrey (Old Battersea).

Il est également le sujet d’une pièce de théâtre biographique The Dark Earth and the Light Sky par Nick Dear, qui a commencé au Almeida Theatre de Londres en novembre 2012 avec Pip Carter dans le rôle de Thomas et Hattie Morahan dans le rôle de sa femme Helen.

Les poèmes de Thomas sont célèbres pour leur attention à la campagne anglaise et un certain style familier. Le 11 novembre 1985, Thomas faisait partie des 16 poètes de la Grande guerre commémorés sur une ardoise dévoilée dans le coin des poètes de l’Abbaye de Westminster. L’inscription, écrite par un autre poète de la Grande Guerre, Wilfred Owen, dit : “Mon sujet est la Guerre, et la pitié de la Guerre. La poésie est dans la pitié”.

Thomas était décrit par Ted Hughes comme “notre père à tous”.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s