ITV Orange Playlist – 28 octobre 2004 : Interview de Nicky Wire par Lauren Laverne

Bienvenue à l’Orange Playlist, je suis Lauren Laverne et je suis très chanceuse cette semaine parce que je reçois aujourd’hui le seul et unique Nicky Wire.

N : Bonjour.

Les Manic Street Preachers ont fait irruption dans la scène musicale en 1991. Nous les aimons certainement. Ils ont deux numéros un à leur actif et ont passé 203 semaines dans les charts album. Les amoureux francs des boas de plume sont de retour avec un nouvel album et le premier single à en être extrait, The Love Of Richard Nixon, est rentré en flèche à la deuxième position des charts, alors quelles sont les cinq chansons de l’amour du bassiste Nicky Wire, demandons-lui.

Nicky, bienvenue, merci beaucoup de nous rejoindre, comment ça va ?

N : Bien, je me sens bien. C’est un plaisir d’être ici.

Nous te n’avons laissé choisir que cinq morceaux, est-ce que c’était difficile pour un fan de musique comme toi de descendre aux cinq ?

N : C’était vraiment difficile, les gens ne se rendent pas forcément compte qu’on est de gros fans de musique parce qu’ils nous associent avec la controverse et des trucs comme ça. Mais ouais, ça a été vraiment difficile, mais agréable et stimulant.

Alors rappelles-tu, pour situer le contexte, quel a été le tout premier disque que tu aies acheté ?

N : Neon Nights, Black Sabbath, l’incarnation Ronnie James Dio, acheté chez Martin Luther Records à Blackwood, c’était un single.

Alors c’était un moment spécial ?

N : Ouais, je l’ai écouté à mort. C’était l’une de ces platines qui pouvait jouer en boucle, j’ai dû l’écouter environ vingt fois. J’aime toujours ce disque.

Tu étais directement dans le punk ? Tu n’as pas eu d’autres amours…

N : J’étais plutôt dans le heavy metal : Black Sabbath, Gillan, Deep Purple.

Et en ce moment, tu sors un nouveau disque, The Love Of Richard Nixon.

N : En effet.

Je voulais te demander, que penses-tu Tricky Dicky aurait fait durant l’élection présidentielle aux États-Unis en ce moment ?

N : Je pense qu’il aurait mis tout le monde sous écoute et qu’il aurait essayer de contrôler la CNN, ABC et NBC. Je suis attiré par les mégalomaniaques paranoïaques.

Pour ton choix du passé, tu as pris un classique absolu du punk, très bon choix, Public Image Limited.

N : Je pense que ça semblait être vraiment une étonnante ré-invention, de passer des Pistols à cela, je pense que c’est un tout nouveau son, la basse profonde de Jah Wabble et la guitare piquante de Keith Levine infusée d’héroïne, Johnny qui gazouille par dessus, ça mélangeait le dub et le reggae avec le post-punk. C’est juste un disque réellement étonnant. Je ne pense pas qu’il y ait jamais eu de disque comme Public Image. Je pense que Johnny est un parolier vraiment sous-estimé, il est pratiquement devenu une caricature. Évidemment, dire “Je suis une célébrité, sortez moi de là” n’aide pas.

Qu’est-ce que tu en penses ?

N : Je pense toujours qu’il fascinait et capturait la télé, il est toujours comme Quasimodo, parmi tout le reste. Mais je pense qu’il était si intelligent et qu’il est toujours incroyablement futé comparé à la plupart des rockstars. Il était bien en avance sur son temps. Il se dégoûtait en quelque sorte et il était devant tout le monde pour tout.

Très bien, Nicky, sur cette note, veux-tu présenter ton morceau du passé ?

N : Yep, c’est Public Image Limited avec Public Image.

Alors c’était Public Image Limited, Nicky, question ultime, meilleurs ou pas que les Pistols ?

N : Je pense que sur le plan musical, c’est plus inventif mais ça n’a pas l’impact direct des Pistols, non.

Nous passons maintenant à ton choix du présent. C’est quelque chose que tu aimes en ce moment. The Killers, pourquoi penses-tu qu’ils sont embrassés par le public britannique ?

N : Je pense qu’ils ont toutes les bonnes références tu sais, tous les bons sons. Ils ont un look génial, ils sont minces, ils sont pâles, tout ce que j’étais.

Oh Nicky… (le réprimande) C’est un groupe très mignon, non ? Ils sont très jeunes aussi. Le chanteur a 22 ans, non ?

N : Ouais. Je pense que c’est ce côté féminin qu’on a toujours aimé avec la musique. Parfois un groupe a raison, on ne peut l’expliquer, ce n’est pas la science, c’est juste le bon endroit au bon moment. Ce clip, ils marchent dans la rue, ils semblent si… confiants mais pas arrogants. Cette chanson est tout simplement excellent. Elle a un bon feeling.

Apparemment, les membres de ce groupe ont eu pleins de petits boulots avant d’avoir du succès. Un était groom, l’autre a vendu des Bibles ou des trucs bizarres comme ça. Et toi, as-tu dû travailler avant d’avoir du succès ?

N : Personnellement, je n’ai jamais travaillé. Je passais mes partiels finaux quand on a fait la première partie des Levellers au Salisbury Arts Centre.

Quelle était ta spécialité alors ?

N : La politique, ouais. Philosophie et littérature appliquées à la politique.

Ce qui manifestement est utile.

N : En effet. J’allais avoir un entretien avec le ministère des affaires étrangères quand on a eu une sorte de contrat d’enregistrement.

Qu’est-ce que tu aurais fait pour le ministère des affaires étrangères ?

N : J’aurais été un excellent ambassadeur, sûrement ? Avec mon tact.

Effectivement.

N : J’aurais déclenché la troisième guerre mondiale.

Réglé. D’accord. Nous avons envoyé M. Wire et la Corée a décidé de lancer des bombes atomiques sur notre pays (Nicky est amusé par cela) Qu’allons-nous faire ?

N : C’est bien que j’ai raté cette opportunité.

Alors quand vous êtes sur la route, ce morceau que nous allons jouer maintenant, est-ce que c’est ce genre de choses que tu joues dans le tour bus des Manics ?

N : C’est habituellement moi à l’étage dans le salon qui joue de la musique.

Alors tu es le DJ du bus en quelque sorte ? (il rit)

N : James regarde des films en bas en fumant à se rendre stupide. On voit la fumée tournoyer vers la ventilation. Et Sean bricole avec des ordinateurs et de la technologie. On est juste télépathiquement méchants les uns envers les autres. Je ne parle même pas à Sean. Je voyage douze heures avec lui en train et on se fait juste des lèvements de sourcil à la Roger Moore.

Alors tu es aux platines ?

N : Ouais mais personne n’écoute. Ils… ils passent, ferment le rideau et me font coucou.

Mais tu joueras les Killers tu penses ?

N : Oh ouais, je veux dire Sean aime cet album aussi, c’était le premier… ma fille, quand ça passe, ma petite fille qui a 2 ans et demi, elle regarde la télé et crie “C’est la chanson à papa, c’est la chanson à papa” et elle essaye de la chanter. Ça relie les gens. Il y a une beauté inexplicable sur cette chanson.

Alors Nicky, peux-tu présenter ton morceau du présent pour nous s’il te plaît.

N : Yep. C’est The Killers avec All These Things That I Have Done.

The Killers, d’une fraîcheur impossible, Nicky. Toi et moi, nous ne pouvons rivaliser, nous devons abandonner maintenant.

N : Il a toujours de l’acné, le chanteur, au moins ça nous a passé avec le temps.

Qu’aimes-tu en ce moment, que pronostiques-tu en vue d’un succès ?

N : Je pense Do Me Bad Things, on faisait une émission concurrente le weekend. J’ai vu des bouts par ci par là d’eux ainsi que des photos. Ils se trouvaient à côté de moi et ils avaient tellement de maquillage et ils étaient si beaux et si glamour, ça m’a juste rappelé ma jeunesse.

J’allais dire parce qu’ils sortent l’eyeliner, un peu de fausse fourrure et le lamé. C’est pratiquement un opéra rock aux côtés du Rocky Horror Show, parce qu’il y a une touche gospel.

N : Ce l’est, c’est un mélange de Scissor Sisters avec Meatloaf.

Ouais, cela les décrit plus ou moins. D’accord, écoutons un peu de musique du futur. Qui pronostiques-tu pour le grand moment ?

N : C’est Do Me Bad Things avec Time For Deliverance.

Do Me Bad Things, wooh, elle a des poumons, non ? Plus de Nicky après la pause dont une dédicace inhabituelle…

…Il y a encore plus de choses à venir dans l’émission, Nicky Wire va révéler plus de morceaux de sa playlist dont une très inhabituelle dédicace et son morceau préféré de tous les temps dont je ne pas pas que vous pourriez la deviner. Alors essayer de placer vos paris. Je ne pense pas que vous aurez raison.

Bienvenue à nouveau dans l’Orange Playlist, je suis Lauren Laverne, dans un moment, mon invité d’aujourd’hui Nicky Wire des Manic Street Preachers dédicacera un morceau à une retraité très spéciale et choisira sa chanson préférée de tous les temps.

D’accord Nicky, passons à la dédicace, et typique de toi, tu en as choisi une un peu controversée mais je l’aime bien. Peux-tu nous dire ce que tu as choisi et pourquoi ?

N : Bien, c’était difficile parce que quelqu’un m’a envoyé quelques exemples et c’était pour les femmes et petites-amies et je ne voulais pas tomber dans le piège de Noel Gallagher d’écrire une chanson intitulée She Is Love pour être largué six mois plus tard, c’est énormément embarrassant. Je déteste les rock stars quand ils écrivent une chanson sur leurs mômes et leurs femmes (Lauren fait comprendre à Nicky que cela suffit) mais je pense que si on est assez tranquille dans sa relation et son amour, on n’a pas besoin de faire ça.

Alors tu as décidé de dédicacer une chanson des Sex Pistols à la famille royale ?

N : Ouais, le fait que God Save The Queen ait formé une grande partie de mes idéaux politiques à un très jeune âge semblait parfaitement approprié. Voir Johnny qui crie et qui ressemble à un Richard III contorsionné. Icône étonnante sur scène et les paroles sont tout simplement excellentes et depuis lors je me suis rendu compte du vide de notre monarchie. Je pense que God Save The Queen des Sex Pistols est intouchable. La musique, les paroles, le look, tout. Ça me fait me sentir mal en fait parce que je ne ferais jamais de disque aussi bon.

Alors quel est le concept dissimulé derrière Never Mind The Bollocks pour toi ?

N : C’est juste le plus grand album de rock’n’roll jamais fait. Je pense que c’est un coup de veine pour une voix d’être aussi mauvaise mais qui sonne aussi bonne. Je ne pense pas que ça a déjà été fait.

Et maintenant tu dédicaces cela à la Reine. Penses-tu qu’en fait elle l’aime bien secrètement avec ce morceau des Smiths, Elizabeth My Dear des Stone Roses, toutes les autres et possiblement quelques-unes des tiennes.

N : Peut-être pas les nôtres. Je pense que tout le monde aime que quelqu’un écrive sur soi, non ? C’est la plus haute forme de flatterie.

Il se peut qu’elle ait une petite compilation qu’elle s’écoute.

N : Je suppose que si les gens se prennent la tête pour écrire sur elle, ça veut encore dire qu’elle est importante. En fait, ce n’est pas avec les gens que j’ai un problème, c’est l’institution qu’est la monarchie et ce qu’elle représente. Je m’en fous d’eux en tant que gens. Mais l’institution est déconcertante.

Alors tu n’accepterais jamais de titre de chevalier si on t’en offrait un comme à Mick Jagger ou Cliff Richard…

N : Non, jamais… Quand ils ont formé l’Assemblée Galloise, ils nous ont demandé de jouer et ils nous ont écrit une grosse email qui disait “et vous pourriez jouer devant le Roi et la Reine d’Angleterre”. Comme si on en avait envie. Pareil… en pleine Britpop quand on a sorti Design For Life et tout le reste, ils ne nous ont pas invités au numéro 10. Ils ont invité les crétins, tous ces groupes…

Ils ne voulaient pas se disputer Nicky.

N : Exactement. Je me rappelle que mon instit’ disait “Tu pourrais être un jour premier ministre Nicholas”. Et toute la classe a sorti “Oh non !”. Ils le savaient.

Tu pourrais toujours peut-être, regarde Robert Kilroy Silk. Tu as juste besoin du bon parti.

N : Il me faut un visage orange.

Alors Nicky pourrais-tu faire ta dédicace s’il te plaît ?

N : C’est pour la Reine d’Angleterre, ce sont les Sex Pistols et God Save The Queen.

Les Sex Pistols Nicky, j’espère que la Reine a aimé. Mais nous sommes arrivés à un bon moment dans l’émission, ma partie préférée de l’émission, parce qu’il est temps pour toi de choisir ta chanson préférée de tous les temps. Cela a dû être délicat.

N : C’est vraiment étrange parce que je ne suis pas fan de Johnny Cash et je ne suis définitivement pas fan de Nine Inch Nails mais je pense que c’est la magie de la musique.

La combinaison des deux.

N : Ouais parce qu’on les assemble et c’est la plus déchirante, touchante… comme s’il chantait et savait qu’il mourrait.

Penses-tu que tu continueras à jouer et à faire de la musique durant toute ta vie jusqu’à la fin ?

N : Non. Définitivement pas.

Que feras-tu à la place quand tu auras l’âge de Johnny Cash ?

N : Je n’ai jamais eu de problème avec l’ennui, je serais assis devant la télé ou avec un bouquin, c’est tout ce que j’ai toujours voulu de la vie.

Alors tu t’installeras dans une des ces bouillottes électriques peut-être ?

N : J’attendais avec impatience d’avoir un ascenseur d’escalier (dit avec grand sérieux) tu sais ainsi qu’un fauteuil roulant motorisé et d’autres trucs. Et Goldie Lookin’ Chain.

Alors rapidement, on revient à Johnny Cash, les paroles de Hurt sont fantastiques, mais est-ce que tu penses que ce sont les paroles qui font la chanson ou est-ce que c’est le son de celle-ci…

N : Les paroles sont étonnantes je pense. Elles sont si succinctes et si significatives, elles semblent s’accorder à toutes les sphères, chaque atome de son corps qu’il a mis dedans, Johnny Cash. Sa femme est dans le clip, aussi, c’est si…

Et elle est morte quelques semaines après la réalisation de ce clip.

N : Je sais.

Elle fend le cœur. Devons-nous la montrer, elle pourrait pousser les gens au suicide.

N : Je pense que faire face à quelque chose comme ça élève l’esprit humain, le reconnaître et en faire quelque chose de beau avec.

Alors on pourrait dire que nous avons une action synergie rock, ta préférée de tous les temps s’il te plaît.

N : C’est Johnny Cash avec Hurt, le plus beau disque jamais fait.

Johnny Cash et Hurt. Nicky, merci beaucoup d’être venu. Tu as été un excellent invité de l’émission aujourd’hui.

N : Ça a été un plaisir.

Bien, pour célébrer ta venue, nous avons quelques cadeaux à vous offrir chez vous. Nous avons une basse dédicacée (il ne semble pas très emballé par les cadeaux) et cette fabuleuse pochette des Manic Street Preachers dédicacée. Alors si vous voulez les gagner, vous devez répondre à cette question : Quel est le nom du chanteur des Manic Street Preachers.

Alors merci encore Nicky d’être venu. Si vous, chez vous, voulez en savoir plus sur la playlist de Nicky ou télécharger des morceaux des charts, connectez-vous sur notre site internet orangeplaylist.com et à la prochaine.

N : Au revoir (fait un signe de la main).

Traduction – selon la transcription de http://www.nickywire.co.uk – 26 novembre 2004

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :