Stasi

stasiCitée dans Withdraw/Retreat :
“The stasi is after me – withdraw retreat
Nature’s secret police – withdraw retreat”

Le ministère de la Sécurité d’État (Ministerium für Staatssicherheit, MfS), dit la Stasi, était le service de police politique, de renseignements, d’espionnage et de contre-espionnage du régime communiste de la République démocratique allemande (RDA), créé le 8 février 1950.

La Stasi a été créée pour remplir les fonctions de police politique, qui devait donc se charger des renseignements, de l’espionnage et du contre-espionnage de la RDA, la République démocratique allemande.

Son premier directeur a été Wilhelm Zaisser, secondé par Erich Mielke.

En 1953, Zaisser a été congédié par Walter Ulbricht, alors chef de la RDA, et remplacé par Ernst Wollweber qui a démissionné en 1957 pour être remplacé par Erich Mielke.

Cette même année, Markus Wolf est devenu le chef du Hauptverwaltung Aufklärung (HVA) ou “administration centrale de reconnaissance”, la section de la Stasi qui s’occupait de contre-espionnage et d’espionnage. À ce poste, il s’est fait connaître comme un redoutable maître-espion. Il était surnommé “l’homme sans visage”, car il refusait de se faire photographier.

C’est avec la chute du mur de Berlin, et la réunification de l’Allemagne en 1989 que la Stasi a disparu, laissant un encombrant héritage : ses archives, qui contiennent les noms des suspects mais également des agents et de leurs informateurs.

Au total, entre 1945 et 1989, la Stasi aurait employé 620 000 personnes, dont 12 000 ressortissants de la RFA, l’Allemagne de l’Ouest.

En tant que police politique, la Stasi avait pour principal objectif de traquer les opposants au régime instauré à la suite de l’occupation des Länder de l’Est par l’Armée rouge.

Lorsque la Stasi connaissait l’opinion de quelqu’un, elle préférait utiliser des pressions discrètes en forçant un homme à démissionner, un étudiant à arrêter ses études, la torture étant très exceptionnelle. Lorsqu’elle utilisait ces sortes de pression, la Stasi “pardonnait” à la personne concernée et l’intégrait dans son système en la forçant à devenir informateur à son tour.

Le quartier général était localisé au 103 de la Ruschestrasse à Berlin-Est et était structuré sur le modèle du NKVD soviétique (ancêtre du KGB).

Entre 1950 et 1989, la Stasi comptait dix-sept prisons préventives où étaient internés les détenus.

Il y avait environ 91 000 agents officiels travaillant pour la Stasi et 175 000 informateurs non officiels, les célèbres “IM” (inoffizieller Mitarbeiter), qui travaillaient en RDA et 20 000 “IM” en RFA. La Stasi comportait donc 286 000 agents, qui constituaient une surveillance très présente et très efficace.

La Stasi possédait un réseau opérationnel d’appareils de surveillance, de caméras et de détecteurs.

Un document, daté du 1er octobre 1973 et retrouvé dans les archives de la Stasi en 2007 atteste que les soldats étaient autorisés à ouvrir le feu sur toute personne essayant de franchir le mur de Berlin, y compris les femmes et les enfants.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :