Hank Williams

williamshankMentionné dans le sample de Kimino Rock :
“The road has taken alot of the great ones. Hank Williams, Buddy Holly, Otis Reading, Janice, Jimi Hendrix, Elvis. It’s a god damn impossible way of life”

Hiram “Hank” King Williams est né le 17 septembre 1923 et décédé le 1er janvier 1953. Il était un chanteur, guitariste et compositeur américain qui est devenu une icône de la musique country et du rock, et l’un des plus influents musiciens du XXème siècle. Adepte influent du style Honky tonk, il a enregistré de nombreux disques à succès, et son charisme sur scène ainsi que ses compositions concises ont alimenté sa célébrité. Son catalogue musical est l’un des piliers de la musique country, et on y trouve par ailleurs plusieurs standards pop. Il a été repris par des artistes pop, gospel, et rock. Sa légende n’a fait que croître depuis sa mort prématurée à l’âge de 29 ans. Son fils Hank Williams, Jr., sa fille Jett Williams, et ses petits-fils Hank Williams III et Holly Williams sont aussi des musiciens professionnels.

Williams est né en 1923, dans la petite ville (n’ayant même pas le statut officiel de ville) de Mount Olive, à environ 8 miles de Georgiana, Alabama. Son nom vient de Hiram I de Tyre, mais il a été mal orthographié Hiriam sur son certificat de naissance. Il lui a été diagnostiqué un cas de spina bifida occulta, un problème de colonne vertébrale, qui l’a accompagné toute sa vie durant avec un mal de dos chronique. Ses parents étaient Alonzo Huble Williams, connu sous le nom de Lon, un conducteur de locomotive pour une compagnie forestière régionale et vétéran de la Première Guerre mondiale, et Jessie Lillybelle Williams, connue sous le nom de Lillie. Il avait une grande sœur nommée Irène.

Durant sa petite enfance, la famille Williams déménageait fréquemment, dans l’Alabama du Sud, suivant les nécessités du travail de son père. En 1930, alors que Williams n’avait que 7 ans, son père a commencé à souffrir d’une paralysie faciale. Dans une clinique pour vétérans du ministère américain des anciens combattants à Pensacola, Floride, les docteurs ont diagnostiqué un anévrisme cérébral, ils ont dont envoyé Lon Williams au centre médical du ministère américain des anciens combattants à Alexandria, Louisiane. Lon est resté hospitalisé durant 8 ans et a donc été absent durant la plupart de l’enfance de son fils.

En 1931, Lillie Williams a ancré sa famille à Georgiana, Alabama, où elle travaillait comme tenancière d’une pension de famille. Elle est parvenue à trouver plusieurs emplois d’appoint pour élever ses enfants, malgré le climat économique morose de la Grande Dépression. Elle travaillait dans une conserverie et en tant qu’infirmière de nuit à l’hôpital local. Hiram et Irene aidaient en vendant des cacahuètes, en cirant des chaussures, livrant des journaux, et autres humbles tâches. Avec l’aide de l’homme politique J. Lister Hill, la famille a commencé à recevoir la pension militaire de Lon. Malgré l’état de santé du père, la famille Williams se débrouillait plutôt bien sur le plan économique tout au long de la dépression.

En 1933, Hank Williams a déménagé à Fountain, Alabama, pour vivre avec son oncle et sa tante, Walter et Alice McNeil. Entre temps, son cousin Opal McNeil emménageait avec la famille Williams à Georgiana pour y aller au lycée. À Fountain, Williams, âgé de 10 ans, est devenu ami avec son cousin J.C. McNeil, qui était de 6 ans son aîné. Il a pris là certaines des habitudes qui domineraient le reste de sa vie. Sa tante Alice lui a appris à jouer de la guitare, et son cousin J.C. lui a appris à boire du whisky.

Après un an de vie commune avec sa famille de Fountain, Williams est revenu à Georgiana, où il a fait la rencontre de Rufus Payne, un musicien afro-américain de blues résidant dans la ville voisine de Greenville. Payne passait souvent à Georgiana et dans d’autres villes du coin pour se produire dans les rues et autres lieux publics. Rufus Payne, plus généralement connu sous le surnom de Tee-Tot, est devenu le mentor de Williams et a énormément influencé son style musical.

À l’automne 1934, La famille Williams a emménagé à Greenville, Alabama, une ville plus grande à environ quinze miles au Nord de Georgiana. Lillie a ouvert une pension de famille à côté du tribunal de Butler County, et Williams a pu passer plus de temps avec Rufus Payne. Quelquefois, Williams passait la nuit entière chez Payne. En 1937, Williams a été impliqué dans une bagarre très violente avec son professeur d’éducation physique. Furieuse, sa mère a demandé l’expulsion du professeur par le conseil d’administration de l’école. Quand ce dernier a refusé de prendre cette décision, elle a décidé de déménager à Montgomery.

En juillet 1937, les familles Williams et McNeil ont ouvert une pension de famille sur le rue South Perry au centre de Montgomery, une ville plus grande que toutes celles dans lesquelles ils avaient vécu jusqu’à présent. C’est à cette époque que Hiram a décidé de changer de façon informelle son nom pour Hank, un nom qui d’après lui correspondait mieux à son désir de carrière dans la musique country.

Après l’école, et les week-ends, Hank chantait et jouait de sa guitare Silvertone sur le trottoir devant les studios de radio WSFA. Il a rapidement obtenu l’attention des producteurs de la station, qui l’ont invité quelques fois à venir jouer en direct. Tant d’auditeurs ont appelé la station de radio, demandant plus du Singing Kid, que les producteurs l’ont engagé afin qu’il dirige sa propre émission de quinze minutes, deux fois par semaine, pour un salaire hebdomadaire de quinze dollars.

En août 1938, Lon Williams a temporairement été autorisé à quitter l’hôpital, et est arrivé sans prévenir à la maison familiale de Montgomery. Lillie était réticente à le laisser reprendre sa position dominante, à la tête de la gestion du ménage ; il est resté seulement suffisamment longtemps pour célébrer l’anniversaire de Hank en septembre avant de retourner au centre médical en Louisiane. C’était la première fois que Hank voyait son père en l’espace de huit ans, et même après cette entrevue, il avait l’impression d’avoir grandi sans père.

L’émission de radio à succès de Hank a déterminé son choix d’une carrière musicale. Son salaire généreux était suffisant pour lui permettre de démarrer son propre groupe, qu’il a nommé les Drifting Cowboys. Les premiers membres du groupe étaient le guitariste Braxton Schuffert, le violoniste Freddie Beach, et le comique Smith Hezzy Adair. Les Drifting Cowboys ont voyagé à travers le centre et le sud de l’Alabama, se produisant dans les clubs et lors de soirées privées. Hank a abandonné l’école en octobre 1939, afin de travailler à plein temps avec les Drifting Cowboys.

Lillie Williams s’est proposé comme manager des Drifting Cowboys. Elle a commencé à réserver les dates de concert, négocier les prix ; elle les conduisait à certains de leurs concerts. Désormais libres de voyager sans que l’emploi du temps scolaire de Hank prenne le dessus, le groupe a été capable de se rendre aussi loin que l’Ouest de la Géorgie, et l’Ouest de la Floride. Entre temps, Hank retournait à Montgomery chaque semaine pour son émission de radio.

L’entrée du pays dans la Seconde Guerre mondiale, en 1941, a marqué le début des problèmes pour Hank Williams. Tous ses musiciens ont été appelés à l’armée et beaucoup de leurs remplaçants ont refusé de continuer à jouer dans le groupe, en raison de l’aggravation des problèmes d’alcoolisme de Hank. Son idole, Roy Acuff, la star du Grand Ole Opry, l’a prévenu des dangers de l’alcool, disant “Tu as une voix qui vaut un million de dollars[, ] fils, mais un cerveau qui vaut dix centimes”. Malgré l’avertissement d’Acuff, Williams a continué à se rendre à son émission de radio en état d’ébriété. La WSFA a fini par le licencier pour ivresse à répétition en août 1942. Hank a travaillé alors quelque temps comme soudeur dans le grand chantier naval ADDSCO de Mobile.

Williams a eu douze titres numéro un des ventes durant sa courte carrière – Lovesick Blues, I’m So Lonesome I Could Cry, Long Gone Lonesome Blues, Why Don’t You Love Me?, Moanin’ the Blues, Cold, Cold Heart, Hey Good Lookin’, Jambalaya (On the Bayou), I’ll Never Get Out of This World Alive, Kaw-Liga, Your Cheatin’ Heart, Take These Chains From My Heart – et il a aussi eu de nombreuses autres chansons dans le top 10.

En 1943, Williams a rencontré Audrey Sheppard, et le couple s’est marié un an plus tard. Audrey est aussi devenue son manager puisque la carrière de Williams allait grandissant et qu’il devenait une célébrité. En 1946, Williams a enregistré deux albums pour Sterling Records, Never Again (1946) et Honky Tonkin’ (1947), qui ont tous deux été des succès commerciaux. Williams a rapidement signé avec MGM Records, et a publié Move It On Over, une réussite commerciale massive. En août 1948, Williams a rejoint la Louisiana Hayride, émettant depuis Shreveport, Louisiane, le propulsant dans les foyers de tout le Sud-Est. Après quelques autres succès plus modérés, Williams a publié sa version de Lovesick Blues (originalement écrit par Rex Griffin) en 1949, qui est devenue un grand succès et a atteint un public plus vaste. Cette année-là, Williams a interprété la chanson au Grand Ole Opry, où il est devenu le premier invité à recevoir 6 rappels. En plus, Hank a rassemblé Bob McNett (guitare), Hillous Butrum (guitare basse), Jerry Rivers (violon) and Don Helms (steel guitar) qui ont formé la plus célèbre version des Drifting Cowboys ; cette même année, Audrey Williams a donné naissance à Randall Hank Williams (Hank Williams, Jr.). 1949 a également vu Williams publier sept chansons à succès après Lovesick Blues, dont Wedding Bells, Mind Your Own Business, You’re Gonna Change (Or I’m Gonna Leave) et My Bucket’s Got a Hole in It.

En 1950, Williams a commencé à enregistrer en tant que Luke the Drifter, un surnom qui lui a été donné pour identifier ses enregistrements les plus moralistes et religieux, dont la plupart sont des récitations au lieu de son chant habituellement typé crooner. Craignant que les disc jockeys et les propriétaires de jukebox hésitent à accepter ces enregistrements inhabituels pour Williams, menaçant ainsi le potentiel marketing du nom Williams, le nom Luke the Drifter a été employé pour masquer l’identité de l’artiste – même si l’origine des enregistrements ne laissait pas de place au doute. À cette époque, Williams a produit plus de chansons à succès, comme My Son Calls Another Man Daddy, They’ll Never Take Her Love from Me, Why Should We Try Anymore?, Nobody’s Lonesome for Me, Long Gone Lonesome Blues, Why Don’t You Love Me?, Moanin’ the Blues et I Just Don’t Like This Kind of Livin’. En 1951, Dear John est devenu un succès mais la face B, Cold, Cold Heart, est restée comme l’une de ses plus célèbres chansons, aidée par la version pop numéro 1 par Tony Bennett. Cette année a vu le premier de nombreux enregistrements des chansons de Williams dans des versions autres que country. (Cold, Cold Heart a par la suite été repris par Guy Mitchell, Teresa Brewer, Dinah Washington, Lucinda Williams, Cowboy Junkies, Frankie Laine, Jo Stafford, et Norah Jones, entre autres). Cette même année, Williams a publié d’autres succès, dont le classique Crazy Heart.

Malgré les nombreux succès country de Williams, la légende semble résider dans la dualité de ses textes. D’un côté, il chantait sur la violence (Honky Tonkin’) ou l’oisiveté (Lost Highway), mais de l’autre il chantait des chansons religieuses sur le remords, particulièrement la chanson éponyme de l’album I Saw The Light.

Cependant, la vie de Williams devenait ingérable du fait du succès. Son mariage, toujours troublé, se désintégrait rapidement, et il développait un sérieux problème avec l’alcool, la morphine et d’autres produits. La plupart des ses abus venaient de ses tentatives pour calmer son sévère mal de dos. En 1952, Hank et Audrey se sont séparés et il est revenu chez sa mère, publiant toujours de nombreuses chansons à succès, comme Half as Much, Jambalaya (On the Bayou), Settin’ the Woods on Fire, You Win Again et I’ll Never Get Out of This World Alive. La dépendance de Williams envers la drogue a continué à empirer alors qu’il emménageait à Nashville et se séparait officiellement de sa femme. Une relation avec Bobby Jett durant cette période s’est conclu par la naissance d’une fille, Jett, juste après sa mort.

En octobre 1952, Williams a été licencié du Grand Ole Opry. Ayant reçu l’ordre de ne revenir qu’après son retour à la sobriété, il a rejoint la Louisiana Hayride. Le 18 octobre 1952, il s’est marié avec Billie Jean Jones Eshliman. Une cérémonie s’est tenu à l’auditorium municipal de La Nouvelle Orléans, et environ 14000 personnes ont acheté un ticket pour y assister. Peu après, les Drifting Cowboys ont décidé de se séparer de Williams. Leur séparation était due au fait que Hank buvait plus que ce que les concerts leur rapportaient.

Le 1er janvier 1953, Williams était censé jouer à Canton, Ohio, mais il a été incapable de s’y rendre en avion à cause d’une mauvaise météo. Il a engagé comme chauffeur un jeune homme de 17 ans, et, avant de quitter le vieil hôtel Andrew Johnson à Knoxville, Tennessee, un docteur lui a injecté un mélange de vitamine B12 et de morphine pour calmer ses douleurs de dos. Il s’en est allé ensuite en Cadillac, et contrairement aux croyances, il n’avait pas de bouteille de whisky avec lui. Il essayait de remettre sa carrière sur les rails en prouvant aux promoteurs qu’il pouvait être sobre et digne de confiance. Les seuls objets trouvés sur la banquette arrière de sa voiture ont été quelques canettes de bière et des paroles écrites à la main pour une chanson non enregistrée – Then Came That Fateful Day.

Quand le chauffeur de dix-sept ans s’est arrêté à une station service à Oak Hill, Virginie, il a découvert que Williams ne répondait plus et devenait rigide. Après examen attentif, la mort de Hank Williams a été déclarée. La controverse a depuis lors entouré sa mort, certains déclarant que Williams était mort avant de quitter Knoxville. Une estimation approximative de la mort de Williams la place aux alentours de 3 heures du matin.

Le dernier single de Willams était prémonitoirement intitulé I’ll Never Get Out of This World Alive. Cinq jours plus tard naissait sa fille illégitime de sa liaison avec Bobbie Jett (Jett Williams). Sa veuve, Billie Jean, a épousé le chanteur country Johnny Horton en septembre de cette même année (1953).

Hank Williams a été inhumé à Montgomery le 4 janvier en présence d’une immense foule endimanchée. Le 15 janvier sortait le premier disque en son hommage : The Death Of Hank Williams de Jack Cardell, suivi de dizaines d’autres. Le disque Your Cheatin’ Heart sera un hit posthume dans les hits-parades.

Ses fils Hank Williams, Jr., fille Jett Williams, petit-fils Hank Williams III, et petite-fille Hillary Williams et Holly Williams sont aussi musiciens country.

Les restes de Hank Williams sont enterrés à l’Oakwood Annex à Montgomery, Alabama. Ses funérailles ont été qualifiées de plus importantes jamais tenues pour un citoyen de l’Alabama et restent, pour l’instant, le plus important événement s’étant tenu à Montgomery, Alabama. Actuellement, plus de cinquante ans après la mort de Williams, des membres de ses Drifting Cowboys continuent à tourner et à partager sa musique avec des générations de fans.

En 2004, Rolling Stone Magazine l’a classé en 74ème position sur leur liste des 100 plus grands artistes de tous les temps.

En février 2005, la cour d’appel du Tennessee a cassé un jugement d’un tribunal inférieur, arbitrant en faveur des héritiers de Hank Williams – son fils Hank Williams, Jr. et sa fille Jett Williams – qui obtiennent les droits exclusifs pour la vente de ses albums faits avec une station de radio de Nashville, Tennessee au début des années 1950. La cour a rejeté les prétentions de Polygram Records et Legacy Entertainment sur la publication des enregistrements de Williams faits pour Mother’s Best Flour Show, un programme qui a été originalement diffusé par WSM-AM. Les enregistrements, acquis par Legacy Entertainment en 1997, comprennent des versions en public des succès de Williams et ses reprises d’autres chansons. Polygram a plaidé que le contrat de WIlliams avec MGM Records, maintenant propriété de Polygram, leur donnait le droit de publier les enregistrements radio.

Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :