Otis Redding

reddingMentionné dans le sample de Kimino Rock :
“The road has taken alot of the great ones. Hank Williams, Buddy Holly, Otis Redding, Janice, Jimi Hendrix, Elvis. It’s a god damn impossible way of life”

Otis Redding (9 septembre 1941 – 10 décembre 1967) est l’un des chanteurs de soul américain les plus importants. Mort à 26 ans dans un accident d’avion, il a laissé derrière lui une œuvre de quelques années, extrêmement dense.

Né dans la ville de Dawson, Géorgie, il a passé toute son enfance à Macon (Géorgie) dont il deviendra plus tard le maire d’honneur. Son père cumulait un temps partiel de prêtre et gagnait sa vie sur la base de l’armée de l’air. Comme beaucoup de chanteurs Noirs-Américains, l’influence religieuse de sa famille a été prédominante dans ses chansons.

Très vite, le petit Otis doit quitter l’école pour subvenir aux besoins de la famille. Entre autres petits boulots, pour six dollars la matinée, il est batteur pour les groupes de gospel du dimanche matin.

Otis grandit, reste longtemps à Macon évoluant entre sa vie familiale, capitale, auprès de sa femme Zelma. Sa rencontre avec Johnny Jenkins est une étape importante. Ce guitariste blanc survolté qui jouait la guitare à l’envers lui propose de rejoindre son groupe, les Pinetoppers. À ce moment, Otis n’est encore qu’un membre parmi d’autres et Jenkins la star de la scène rhythm and blues locale.

Mais son association avec Jenkins permet à Otis de rencontrer l’agent de celui-ci : Phil Walden. Otis convainc la maison de disques grâce à These Arms of Mine, ballade soul qui permet au chanteur noir d’exprimer le trémolo de sa voix, avec excès et succès. Ce sont ces ballades qui ont assuré les succès d’Otis dans un premier temps (That’s what my heart needsPain in my heart, jusqu’au langoureux I’ve been loving you…)

Alors que les titres plus durs et plus rythmés, les cuivres jouant toujours un rôle fondamental, connaissent un succès moindre.

Avec Mr Pitiful, les choses changent pour le chanteur. Le titre lui permet de rentrer dans le top ten des chansons rhythm and blues. Selon la légende, Otis surnommé Mr Pitiful à cause de sa voix mélancolique aurait créé cette chanson en quelques minutes avec l’aide de son arrangeur Steve Cropper.

En 1965 l’album Otis Blue sort. L’album le plus complet de la carrière du chanteur comprenant notamment Respect (qui est devenu un succès fulgurant d’Aretha Franklin), I’ve been loving you, Ole Man Trouble, et de nombreuses reprises comme Satisfaction (des Rolling Stones) à la genèse controversée, Shake (de Sam Cooke), My girl (Smokey Robinson), Down in the Valley (Solomon Burke).

Avec Try a little tenderness, Otis arrive au comble de la maîtrise de son art. Une chanson qui commence comme une ballade et se termine dans la furie des grands cuivres et des grosses caisses. Le chanteur soul a unifié sous un même titre ses deux genres familiers, la ballade et soul virevoltée.

De sa collaboration avec Carla Thomas en 1967, on peut surtout retenir les titres Lovey, Dovey et surtout le volcanique Tramp, enchaînant insulte sur insulte. Plus tard la même année, Redding a joué à l’extrêmement influent Festival international de musique pop de Monterey.

Après une opération de la gorge, Otis peut à nouveau rechanter. Au mélancolique Fa-fa-fa-fa-fa (sad song), symbole de ses années Pitifull et mélancoliques répond le truculent The Happy Song. Dans un mélange des genres étonnant, Otis veut d’ailleurs reprendre beaucoup de ses chansons en accélérant les ballades et en bridant ses chansons endiablées.

Il n’en aura pas le temps. Le 10 décembre 1967 l’avion personnel d’Otis Redding avec à son bord les membres des Bars-Kays s’écrase dans un lac du Wisconsin. Il n’y a qu’un seul survivant, Otis est mort, trois ans jour pour jour après la mort de Sam Cooke, l’une de ses grandes idoles avec les Beatles et Bob Dylan.

De nombreux tubes sortiront après sa mort, comme Match Game et bien sûr Sittin’ on the Dock of the Bay. Si cette chanson est aujourd’hui celle que le grand public associe le plus volontiers au nom d’Otis, ce n’est pas seulement à cause de la mort tragique de l’auteur, survenue quelques jours après son enregistrement. Pour beaucoup il s’agit d’un virage pop qu’aurait pu prendre la carrière d’Otis, au sommet de sa gloire.

Ses fils Dexter et Otis ont fondé avec leur cousin Mark Locket le groupe de funk/disco The Reddings à la fin des années 1970.

En 2002 a été érigée une statue dans la ville où il a passé son enfance, Macon (Géorgie).

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :