Roadrunner

roadrunnerRepris par Nicky Wire sur sa tournée solo

Roadrunner est une chanson écrite par Jonathan Richman et enregistrée sous diverses versions par Richman et son groupe, dans la plupart des cas crédités sous le nom de The Modern Lovers.

Le critique Greil Marcus l’a décrite comme “la chanson la plus évidente au monde, et la plus étrange”.

Adolescent, Richman a vu The Velvet Underground se produire à plusieurs reprises, et le format de Roadrunner est dérivé directement de la chanson Sister Ray du Velvet. Roadrunner utilise principalement deux accords alors que Sister Ray en utilise trois, mais elles partagent le même rythme lancinant persistant et des paroles qui sont en grande partie une improvisation autour d’un thème central.

Cependant, en contraste avec la saga moralement détachée de débauche et de déclin de Lou Reed, les paroles de Richman sont passionnées et sincères, traitant de la liberté de conduire seul et la beauté de l’environnement suburbain moderne, en particulier la banlieue de Boston dans le Massachusetts. Le compte d’introduction, “one – two – three – four – five – six!”, et ses paroles qui parlent de “rouler encore plus vite par heure” avec “la radio allumée” ont fait aimer la chanson à de nombreux critiques et auditeurs depuis sa toute première sortie.

Richman a écrit la chanson en 1970, quand il a commencé à la jouer en public, à 19 ans. Son ancien collègue John Felice se souvient qu’adolescents, lui et Richman “on prenait juste la voiture pour aller et venir sur la Route 128 et le Turnpike. On montait une colline et il voyait les tours de radio, les signaux qui clignotaient, et il en avait presque les larmes aux yeux. Il voyait la beauté des choses que d’autres ne voulaient simplement pas voir”.

En juillet 2007, la journaliste Laura Barton a écrit un essai publié dans le journal le Guardian sur sa tentation de visiter tous les lieux mentionnés dans les versions enregistrées par Richman de la chanson, dont le Stop & Shop à Natick dans le Massachusetts, le restaurant d’Howard Johnson, la Prudential Tower, Quincy, Cohasset, Deer Island, la Route 128 et l’Interstate 90. Barton a décrit Roadrunner comme “l’une des chansons les plus magiques qu’il existe”.

Le groupe de Richman the Modern Lovers a enregistré pour la première fois Roadrunner avec le producteur John Cale (ancien Velvet Underground) en 1972. Cette version a été d’abord sortie en single et en 1976 sur le premier album attendu depuis longtemps mais grandement acclamé des Modern Lovers.

Plus tard en 1972, le groupe a enregistré deux autres version avec Kim Fowley, qui sont sorties en 1981 sur l’album The Original Modern Lovers. Une version live de 1973 est également sorti officiellement sur l’album Live At Longbranch Saloon.

La version de la chanson qui a eu le plus de succès commercial, créditée à Richman en solo, a été enregistrée pour les Beserkley Records à la fin de l’année 1974, produite par le patron du label Matthew King Kaufman, comprenait Jonathan accompagné du Greg Kihn Band et sortie à l’époque en single avec une face B par le groupe Earth Quake. Kaufman a déclaré : “L’enregistrement de Roadrunner a pris 3 minutes 35 secondes pour la jouer, à peu près 30 minutes pour y poser les chœurs et 90 minutes pour la mixer”. En fait, Kaufman se trompe – cette version est listée sur le disque britannique comme faisant 4:40.

Cette version est ressortie en 1975 sur l’album Berserkley Chartbusters Vol. 1. Au Royaume-Uni, où Richman a reçu une plus grosse publicité très positive dans la presse musicale, elle est sortie en 1977 en single, connue sous le titre Roadrunner (Once) et créditée à Jonathan Richman, avec le Roadrunner (Twice) produit par Cale en face B, crédité aux Modern Lovers, et durant approximativement 4:06. Ce single a atteint la 11ème place des charts singles britanniques en août 1977.

Les différences entre toutes ces versions se trouvent dans les paroles, la durée, l’instrumentalisation (rock garage électrique contre rock acoustique) et la manière dont chante Jonathan.

Une version de Roadrunner a été enregistrée par les Sex Pistols en démo brute en 1976, sensiblement dans une transition spontanée du légendaire Johnny B. Goode de Chuck Berry, qui se trouve dans le même ton et possède un tempo similaire. Cet enregistrement a alors été repiqué en 1978, et sorti en 1979 sur l’album The Great Rock’n’Roll Swindle. Le chanteur des Pistols, Johnny Rotten, a dit que bien qu’il “déteste toute la musique”, Roadrunner est sa chanson préférée. Cela ne voulait pas dire, cependant, qu’il a pris le temps d’apprendre les paroles avant d’enregistrer son chant.

Damon Albarn interprète un hommage à Roadrunner, intitulé M1 A1, enregistré sur l’album éponyme de Gorillaz.

Stephen King a cité une ligne de la chanson pour introduire l’un des chapitres de son roman Christine. Chaque chapitre de ce roman commence par une citation de paroles de chansons rock à propos de voiture.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :