Western Mail – 19 mai 2006 : The Playlist – avec Huw Stephens

La voix de Nicky a une honnêteté et une chaleur puérile qui est plaisante à l’oreille…

Il est rare qu’un Manic Street Preachers vous tende personnellement un exemplaire de son nouvel album solo.

Il y a une bonne raison pour cela bien sûr – Sean, James ou Nicky n’en ont jamais enregistré un auparavant.

Mais avec le premier album solo de James Dean Bradfield qui arrive désormais sur le bureau des gens de l’industrie musicale avec un filigrane et un gentil avertissement que si on l’uploade sur internet, les avocats de la maison de disques viendront chez vous vous dire de sérieuses choses méchantes, Nicky m’a donné un exemplaire de son album la semaine dernière en disant : “Fais-en ce que tu veux”.

Il s’appelle I Killed The Zeitgeist et il vient avec une pochette faite à la main par Nicky lui-même.

Sa voix a une honnêteté et une chaleur puérile qui est plaisante à l’oreille, et l’album, après plusieurs écoutes, est une collection ouverte et personnelle de chansons qui sont émotionnelles, honnêtes et engageantes, sans apparat ni prétention.

J’ai entendu qu’il jouait au festival de Hay On Wye cette année, qui a une affiche intrigante.

La saison des festivals a commencé pour moi en février au Texas, et continue ce weekend au Pontins Holiday Resort de Camber Sands, pour le second weekend de All Tomorrow Parties.

Les ingénieurs du son de la BBC enregistrent les sets des psychédéliques Suédois Dungen, des excellents écossais The 1990’s, des Américains Fiery Furnaces et des uniques Lightning Bolt.

Ces derniers jouent au Point à Cardiff lundi soir – un batteur, un guitariste, des rythmes fous et beaucoup de bruits.

C’est un festival plus près de la maison le weekend prochain, The Full Ponty.

Avec deux jours de musique avec GLC, Feeder, Funeral For A Friend, Poppies, Heights et bien d’autres à Ynsysangharad Park à Pontypridd, il y a une poignée de concerts autour de la ville elle-même, dont le Muni et le Clwb Y Bont.

Si vous n’y allez pas, ce sera à la télévision sur BBC Wales lundi soir.

J’ai bien aimé un nouveau livre intitulé Ble Wyt Ti Rhwng? qui est publié chez Lolfa. C’est une lecture intéressante, écrit par Hefin Wyn, et relate l’histoire de la musique galloise entre 19980 et 2000.

Il y a une emphase sur la politique au sein de la scène, mais en grande partie, il rapporte les talents incroyables qui ont existé dans le passé, et qui continuent à faire de la musique aujourd’hui.

Huw Stephens

Traduction – 25 septembre 2007

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :