“Had I not been lonely none of my works would have happened”

lowry(“Si je n’avais pas été solitaire, aucune de mes œuvres ne serait advenue”)
L.S. Lowry (mal orthographié “R.S. Lowry” – pochette de Autumnsong (CD2)

Laurence Stephen Lowry (1er novembre 1887 – 23 février 1976) était un artiste anglais né à Barratt Street à Stretford près de la ville de Manchester. Une grande partie de ses dessins et de ses peintures représentent Salford et ses environs, dont Pendlebury où il a vécu et travaillé pendant plus d’une trentaine d’années.

Lowry est célèbre pour avoir peint des scènes de vie dans les quartiers industriels du Nord de l’Angleterre au cours du début du XXème siècle. Il avait un style distinctif de peinture avec de nombreuses figures humaines (“les hommes allumettes”). Il avait tendance à les peindre dans des couleurs ternes. Il a également peint des paysages mystérieusement inhabités, des portraits maussades et les secrètes œuvres “marionnettes” (ces dernières découvertes uniquement après sa mort).

À cause de son utilisation de figures stylisées et le manque d’effets de temps dans de nombreux de ses paysages, on le caractérise souvent de “peintre du dimanche” naïf, même si ce n’est pas la position qu’on les galeries qui ont organisé des rétrospectives de ses œuvres.

Une grande collection de l’œuvre de Lowry est en exposition publique permanente dans une galerie d’art construite spécialement à Salford Quays, nommée de manière appropriée, The Lowry.

Sa famille l’appelait “Laurie”. C’était une naissance difficile et sa mère, qui espérait une fille, était mal à l’aise au début en le regardant. Plus tard, elle a exprimé son envie de sa sœur Mary, qui avait “trois splendides filles” au lieu d’un “garçon maladroit”.

Après la naissance de Lowry, la santé de sa mère était trop mauvaise pour qu’elle continue à enseigner. On dit qu’elle était douée et respectée. C’était une femme irritable et nerveuse qui avait été élevée pour atteindre le niveau élevé de son père sévère. Comme lui, elle était dominante et ne tolérait aucun échec. Elle a utilisé la maladie comme un moyen de s’assurer de l’attention et de l’obéissance de son mari doux et affectionné et elle dominait son fils de la même manière. Lowry a eu une enfance malheureuse. À l’école, il s’est fait peu d’amis et ne montrait aucun signe d’aptitude scolaire. Son père lui montrait de l’affection mais il ne pouvait obtenir l’approbation de sa mère dont il avait tant besoin. Lowry avait beaucoup d’amis du même sexe, dont il parlait beaucoup à sa mère. L’un d’entre eux ressemblait à l’homme qu’il a dessiné nu. Il n’a jamais admis qu’il avait des sentiments pour les hommes et les gens pensaient que c’était la raison pour laquelle il ne s’est jamais marié. Il a également dit “on n’a jamais assez d’amis”.

Lowry est allé aux cours du soir, durant de nombreuses années, à la Manchester School Of Art (aujourd’hui nommée Manchester Metropolitan University).

Son père est mort en 1932 en laissant des dettes. Sa mère était sujette à la névrose et à la dépression, et est devenue grabataire. La mère de Lowry avait toujours été une figure très importante de sa vie et désormais il devait s’occuper d’elle. Il peignait de 22h à 2h du matin après que sa mère s’était endormie. Il a souvent exprimé des regrets sur le fait qu’il ait reçu peu de reconnaissance en tant qu’artiste jusqu’à l’année de la mort de sa mère et qu’elle n’a jamais pu profiter de son succès. Du milieu des années 1930 jusqu’à 1939, Lowry partait tous les ans en vacances à Berwick-upon-Tweed. Avec le début de la guerre, Lowry a servi comme guetteur d’incendies volontaire à Manchester et a accepté une invitation à devenir artiste de guerre. En 1953, il a été nommé artiste officiel lors du couronnement d’Elizabeth II du Royaume Uni.

Avec la mort de sa mère en octobre 1939, Lowry a déprimé et a négligé l’entretien de sa maison à un tel degré que le propriétaire en a repris possession en 1948. Il n’était pas à cours d’argent et a acheté “The Elms” à Mottram à Longdendale, Hyle, Manchester. Bien qu’il considérait la maison laide et peu confortable, il y est resté jusqu’à sa mort près de trente ans plus tard.

Lowry ne s’est jamais marié bien qu’il avait plusieurs amies. Il a déclaré ne jamais avoir “eu de copine”. Il disait qu’il vivait pour sa mère et que tout ce qu’il voulait était son sourire ou un mot d’éloge de sa mère. Son père était indifférent à son activité artistique et bien que Lowry croyait que sa mère ne comprenait pas ses tableaux, “elle me comprenait et cela suffisait”.

Plus tard dans sa vie, dès les années 1950, Lowry passait souvent ses vacances au Seaburn Hotel de Seaburn dans le Tyne & Wear, peignant des scènes de plage, ainsi que les ports et mines environnants. On croit que l’air de la mer lui plaisait, ainsi que les scènes industrielles qui étaient très différentes des usines sataniques du Grand Manchester. On se souvient tendrement de Lowry dans la ville comme un gentil vieux monsieur, toujours habillé chaudement même au plus chaud de l’été, qui ne fréquentait personne.

Quand il n’avait pas de carnet à croquis sur lui, Lowry dessinait souvent des scènes au crayon ou au charbon au dos de papier brouillon comme des enveloppes, des serviettes et des tickets de consigne et les offrait à des jeunes qui étaient assis à côté avec leurs familles. De telles œuvres tombées du ciel valent désormais des milliers de Livres ; un croquis sur serviette est exposée au Sunderland Mariott Hotel (anciennement Seaburn Hotel).

Il se peut qu’il avait le Syndrome d’Asperger (la forme la plus élevée d’autisme) mais ceci demeure un diagnostique contesté qui n’est pas partagé par ceux qui le connaissaient personnellement.

C’était un homme cachottier et espiègle qui aimait des histoires sans tenir compte de leur vérité. Ses amis ont observé que ses anecdotes étaient plus notables pour leur humour que pour leur exactitude et dans bien des cas, il avait l’intention de tromper délibérément. Ses histoires de Ann fictionnelle étaient inconsistantes et il a inventé d’autres personnes comme les cadres auxquels il accroche ses contes. La collection d’horloges de son salon étaient toutes réglées à des heures différentes : à certains, il disait que c’était parce qu’il ne voulait pas savoir quelle heure il était réellement ; à d’autres, il déclarait que c’était pour éviter d’être assourdi par leurs carillons simultanés.

Les contradictions de sa vie sont exacerbées par cette confusion. Il est généralement considéré comme un homme timide mais il avait de nombreuses amitiés longues dont l’artiste de Salford, Harold Riley, et s’est fait de nouveaux amis tout au long de sa vie d’adulte. Il était contrariant et pouvait être égoïste mais il était généreux et s’inquiétait du bien-être de ses amis et des étrangers. Cela pouvait être comme Sheila Fell a dit : “C’était un grand humaniste. Pour être humaniste, on doit d’abord aimer les êtres humaines, et pour être un grand humaniste, on doit être légèrement détachés d’eux”.

Plus tard dans la vie, il s’est fatigué d’être approché par des étrangers à cause de sa célébrité et il détestait particulièrement avoir de la visite chez lui. Une autre de ses histoires invérifiables racontait qu’il gardait une valise devant sa porte de manière à pouvoir déclarer qu’il était sur le point de partir, pratique qu’il a déclaré avoir abandonnée après qu’un jeune homme serviable ait insisté à l’emmener à la gare et il a dû l’envoyer chercher un journal de manière à ce que Lowry puisse acheter un ticket pour un seul arrêt sans révéler sa supercherie. Cependant, il était immanquablement poli envers les résidents de Mottram, qui le respectaient lui et sa vie privée ; il prenait le bus pour se déplacer à sa retraite. Une statue de bronze a récemment été érigée dans ce village.

Lowry était supporter du club de football de Manchester City.

Lowry a pris sa retraite de la Pall Mall Property Company en 1952. Durant sa carrière, il était devenu trésorier en chef mais il n’a jamais cessé d’encaisser des loyers. L’entreprise avait soutenu son développement en tant qu’artiste et on lui accordait des congés additionnels pour les expositions en plus de ses congés normaux. Il semble, cependant, qu’il n’était pas fier de son travail ; son secret à propos de son emploi dans la Pall Mall Property Company est généralement considéré comme un désir de se présenter comme un artiste sérieux mais le secret s’étendait au-delà du monde de l’art dans le cercle social.

Margery Thompson l’a d’abord rencontré à l’école et il est devenu membre de son cercle familial. Il est allé à des concerts avec sa famille et ses amis, lui a rendu visite chez elle et l’a diverti dans sa maison de Pendlebury où il partageait sa connaissance de la peinture. Ils sont restés amis jusqu’à sa mort mais il ne lui a jamais dit qu’il avait un emploi à part son art.

Dans les années 1950, il rendait régulièrement visite à des amis à Cleator Moor à Cumbria (où Geoffrey Bennett était manager de la National Westminster Bank) et à Southampton (où Margery Thompson s’était installée après son mariage). Lowry a peint des tableaux de la banque de Cleator Moor, du pont flottant de Southampton et d’autres scènes locales des maisons de ses amis.

Il est devenu l’ami de l’artiste de 23 ans de Cumbria, Sheila Fell, en novembre 1955 et a soutenu sa carrière en achetant plusieurs de ses tableaux qu’il donnait à des musées. En 1957, une écolière de 13 ans sans lien de parenté nommée Carol Ann Lowry a écrit à Lowry sous l’insistance de sa mère pour lui demander conseil pour devenir artiste. Il lui a rendu visite à Heywood dans le Grand Manchester quelques mois plus tard et est devenu l’ami de sa famille. Son amitié avec Carol Ann Lowry devait durer le reste de sa vie.

Il est mort de pneumonie au Woods Hospital à Glossop le 23 février 1976 à l’âge de 88 ans. Il est enterré à Chorlton, Manchester, près de ses parents. Il a laissé sa propriété d’une valeur de 298 459 £ avec un nombre considérable de tableaux de lui et d’autres à Carol Ann Lowry, qui, en 2001, a obtenu la protection de la signature de l’artiste.

Lowry a décliné un titre d’Officier de l’ordre de l’empire britannique en 1955, de Commandeur en 1961, de Chevalier en 1968 et de Compagnon de l’honneur en 1972 et en 1976. Il détient le record du plus grand nombre d’honneurs refusés.

Durant sa vie, Lowry a fait environ 1000 tableaux et plus de 800 dessins.

Lors d’un hold-up dans la galerie privée Grove Fine Art à Cheadle Hulme à Manchester, 5 œuvres (dont la valeur totale est estimée à plus de 1.5 millions de Livres) et la palette ainsi que les pinceaux de Lowry ont été volés par un gang de trois hommes armés. Les œuvres les plus cotées sont The Viaduct à environ 700 000 £ et The Tanker Entering The Tyne, qui vaut entre 500 000 £ et 600 000 £.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :