“Nobody knows anything and nobody tells you anything”

capa(“Personne ne sait rien et personne ne vous dit quoi que ce soit”)
Robert Capa – Message de Nicky Wire accompagnant Ghost Of Christmas

Robert Capa (Budapest, 22 octobre 1913 – Indochine, 25 mai 1954) était un célèbre photographe de guerre du XXème siècle. Il a couvert cinq guerres différentes : la guerre civile espagnole, la seconde guerre sino-japonaise, la seconde guerre mondiale en Europe, le conflit arabo-israëlique de 1948 et la première guerre d’Indochine. Il a rapporté le cours de la seconde guerre mondiale à Londres, en Afrique du Nord, en Italie, lors de la bataille de Normandie sur la plage d’Omaha Beach et la libération de Paris. Le frère cadet de Capa, Cornell, est également photographe.

Né en Hongrie sous le nom de Endre Ernó Friedmann, Capa a quitté le pays le baccalauréat en poche en 1932 à cause de ses implications politiques avec les protestataires contre le gouvernement. Il a été arrêté une fois, et ses parents ont suggéré qu’il essaye de s’installer ailleurs.

Capa voulait à l’origine être écrivain. Cependant, il a d’abord obtenu un poste dans la photographie à Berlin et s’est pris de passion pour cet art. En 1933, il a quitté l’Allemagne pour la France à cause de la montée du nazisme (il était juif), mais a eu beaucoup de difficultés à y trouver du travail en tant que journaliste freelance. Il a adopté le nom Robert Capa à cette époque, parce qu’il pensait qu’il serait reconnaissable et familier, vu qu’il était proche de celui du cinéaste Frank Cappa et sonnait américain. (En fait, “cápa” veut dire requin en hongrois.)

De 1936 à 1939, il était en Espagne, à photographier les horreurs de la guerre civile. En 1936, il devient célèbre dans le monde entier grâce à une photo qu’il a prise sur le front de Cordoba d’un soldat des forces républicaines, en chemise blanche, s’effondrant après avoir été touché par une balle. À cause de son engagement, certaines personnes ont mis en doute l’authenticité de cette photo, la trouvant trop parfaite. Mais après enquête, l’identité du soldat a été découverte, il s’agit de Federico Borrell Garcia et il a bien été tué le 5 septembre 1936, le jour où Capa a pris la photo. Il existe une seconde photo qui montre un autre soldat qui s’est effondré au même endroit.

Au début de la seconde guerre mondiale, Capa était à New York. Il avait quitté Paris à la recherche d’un nouveau travail et pour échapper aux persécutions nazies. La guerre a emmené Capa dans divers endroits du théâtre européen lors d’affectations de photographe. Il est chargé par le magazine Colliers de couvrir le front d’Afrique du Nord en 1942. Il part ensuite en Sicile, suivre pour le magazine Life le débarquement des troupes alliées.

Le 6 juin 1944, toujours pour Life, il est le seul photographe présent lors du débarquement allié en Normandie. C’est avec la première vague d’assaut qu’il arrive sur la plage d’Omaha Beach. Pendant plus de 6 heures, sous les bombes et entre les balles, il photographie la guerre au plus près. Aux côtés des soldats, il prend 119 photos. Malheureusement, un laborantin de Life, pressé par le temps (les photos sont arrivées juste avant le bouclage), fait une erreur et détruit presque tous les clichés. Au final, il ne restera que 11 photos valables.

L’une des photos les plus marquantes prises par Capa lors du débarquement, est celle d’un soldat allié, qui à peine après avoir quitté sa barge de débarquement, est en train de tenter par tout les moyens de rester hors de l’eau, alors que le poids de sa mitrailleuse l’en empêche. Le fait que cette photo soit floue et mal cadrée montre bien dans quelles conditions elle a été prise, ainsi que toutes les autres. C’est une des photos les plus représentative du style Capa.

En 1947, il fonde avec David Seymour, Henri Cartier-Bresson et George Rodger la coopérative photographique Magnum. Magnum regroupe certainement les plus célèbres photographes et photo-journalistes du monde.

Capa et ses amis ont décidé de créer une coopérative et non une agence pour permettre aux photographes de garder l’intégralité des droits de leurs photos, ce qui jusque là n’était pas le cas avec les agences photos de l’époque.

La collection de Magnum comprend une large variétés de sujets comme : la famille, la drogue, la religion, la guerre, la pauvreté, la famine, le crime, le gouvernement et les célébrités.

En 1951, il devient président de l’agence Magnum mais est contraint de quitter les États-Unis en 1953 suite au maccarthisme car on lui reproche un passé communiste.

En 1948, il assiste à la naissance de l’État d’Israël. Il développe un lien étroit avec le jeune État, où il se rend à plusieurs reprises entre 1948 et 1950. Les photos prises au cours de ces séjours feront l’objet d’un livre, Report on Israel, publié en 1950 (avec un texte d’Irwin Shaw).

Il entretient une grande amitié avec l’écrivain américain John Steinbeck. Ils partiront ensemble en URSS durant l’année 1947. De ce voyage naît le livre, A Russian Journal, dont les photos sont de Capa.

Le magazine Life a besoin d’un photographe pour couvrir la guerre d’Indochine. Étant au Japon en 1954 pour une exposition photos de Magnum, il se porte volontaire. C’est donc aux côtés des troupes françaises qu’il parcourt le Viêt Nam.

Le 25 mai 1954, près du Tonkin, au Viêt Nam, voulant prendre une photo générale des soldats français, il s’écarte du chemin et marche sur une mine. C’était la guerre de trop. À titre posthume, la France lui a décerné la Croix de guerre.

En 1934, “André Friedman”, comme il se nommait à cette époque, a rencontré Gerda Pohorylle, réfugiée juive allemande. Le couple à vécu à Paris où André a appris la photographie à Gerda. Ensemble, ils ont inventé l’image de “Robert Capa” en tant que célèbre photographe américain. Gerda a pris le nom de Gerda Taro, obtenant du succès de son côté. Elle a voyagé avec Capa en Espagne en 1936 avec l’intention de couvrir la guerre civile. En juillet 1937, Capa est brièvement allé en voyage d’affaires à Paris tandis que Gerda restait à Madrid. Elle a été tuée près de Brunete durant une bataille. Capa, qui projetait d’épouser Gerda, a été profondément choquée et ne s’est jamais marié.

En février 1943, Capa a rencontré Elaine Justin, la belle jeune épouse de l’acteur John Austin. Ils sont immédiatement tombés amoureux l’un de l’autre et la relation a duré jusqu’à la fin de la guerre, même si Capa a passé la majeure partie du temps sur le front. Capa appelait avec amour la rousse Elaine “Pinky”, et leur romance est devenue le sujet des mémoires de guerre de Capa, Slightly Out Of Focus. En 1945, Elaine a rompu avec Capa et a épousé son ami, Chuck Romine.

Quelques mois plus tard, Capa est devenu l’amant de l’actrice Ingrid Bergman qui voyageait en Europe à l’époque pour divertir les soldats américains. En décembre 1945, Capa a suivi Bergman à Hollywood où il a brièvement travaillé pour American International Pictures. Bergman a essayé de persuader Capa de l’épouser mais il a refusé, ne voulant pas s’installer à Hollywood. Leur romance perturbée a été immortalisée par leur ami commun, Alfred Hitchcock, dans Fenêtre sur cour. La relation s’est terminée durant l’été 1946 lorsque Capa est allé en Turquie.

Depuis 1955, le Prix Robert Capa Gold Medal (Médaille d’or Robert Capa) est remis par l’Oversea Press Club of America (OPC) pour “le meilleur grand reportage photographique publié ayant requis un courage et une logistique exceptionnels” (Best published photographic reporting from abroad requiring exceptional courage and enterprise).

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :