“I begin work with the greatest degree of imprecision and arrive at the greatest possible clarity”

kiefer(“Je commence à travailler avec le plus grand dégré d’imprécision et j’arrive à la plus grande clareté possible”)
Anselm Kiefer – Message de Nicky Wire

Anselm Kiefer, né le 8 mars 1945 à Donaueschingen, est un artiste plasticien contemporain allemand qui vit et travaille en France depuis 1993.

Anselm Kiefer nait sous les bombardements et grandit au milieu des ruines, dans la région frontalière du lac de Constance et de la Forêt-Noire aux confins de la Suisse, l’Autriche et surtout de la France, dont la culture l’a influencé dès lors. Il a tout d’abord étudié le droit, la littérature et la linguistique, avant de s’orienter vers l’art en fréquentant en 1966 les académies de Fribourg-en-Brisgau, Karlsruhe et Düsseldorf. En 1969 il se rend célèbre dans le milieu artistique en se prenant en photo, faisant le salut nazi dans de grandes villes d’Europe. Sa volonté est de réveiller les consciences en affirmant que le nazisme n’est pas mort mais que le sujet reste occulté : “Étudiant en droit j’avais des professeurs brillants et fascistes. À l’école le sujet était évoqué pendant deux semaines. À la maison on ne l’évoquait pas”. Il a également étudié de 1970 à 1972 avec Joseph Beuys à la Kunstakademie de Düsseldorf, et devient un des plus importants artistes allemands de l’après-guerre.

Dans les années 1980, Kieffer travaillait à Buchen dans le Bade-Wurtemberg. Depuis 1993 Anselm Kiefer habite et travaille en France à Barjac (Gard), où il a transformé une friche industrielle en un atelier de 35 hectares, appelé La Ribaute.

Ses toiles et plus généralement ses œuvres, saturées de matière (sable, terre, strates de plomb que Kiefer appelle “livres”, suie, salive, craie, cheveux, cendre, matériaux de ruine et de rebut), évoquent la catastrophe et les destructions de la Seconde Guerre mondiale, en particulier la Shoah. Le choix des matières exprime également sa sensibilité à la couleur : “Plus vous restez devant mes tableaux, plus vous découvrez les couleurs. Au premier coup d’œil, on a l’impression que mes tableaux sont gris mais en faisant plus attention, on remarque que je travaille avec la matière qui apporte la couleur”. L’esprit qui se trouve dans la matière a également son importance. La suie par exemple est la résultante d’une matière initiale différente qui a subi, grâce au feu, de nombreuses transformations. La suie est donc l’étape finale et définitive d’une autre matière. Dans certaines toiles, l’artiste superpose à cette représentation du désastre un symbole de l’art ou du génie : ainsi dans Icarus, les sables du Brandebourg (1981), c’est la forme d’une aile peinte à l’huile. Il est également auteur de sculptures monumentales en forme de tours ou de maisons, à l’intérieur desquelles sont disposés des toiles et des objets-sculptures.

Convaincu de la nécessité de revisiter l’identité allemande de l’après-guerre, sans la renier, il questionne ses grands récits (notamment la Chanson des Nibelungen et Parsifal), ses événements historiques fondateurs (comme la bataille d’Arminius ou le tombeau d’Alaric Ier), ses grandes figures philosophiques et littéraires, ainsi que l’exploitation qui en ont été faite par le nazisme. La poésie est une autre de ses sources d’inspiration majeures, qu’il utilise autant en référence qu’en matériau même de ses créations plastiques en inscrivant fréquemment des fragments de textes à même la surface de la toile ou de la sculpture. Depuis les années 1990, il a dédié plusieurs séries d’œuvres aux poètes Paul Celan, Ingeborg Bachmann et Velimir Khlebnikov, trois auteurs ayant entrepris de dresser le langage contre l’oubli et la barbarie. Il est également très influencé par le mysticisme de Robert Fludd et les écrits de la Kabbale.

Ses œuvres font partie des collections des plus grands musées du monde. Le 24 octobre 2007 trois de ses œuvres (Anthanor une peinture de 11 mètres de haut, Danaë et Hortus conclusus, deux sculptures) entrent dans les collections pérennes du musée du Louvre, une première pour l’institution depuis 1954. Il a inauguré le programme Monumenta du Grand Palais à Paris en 2007, avec un travail qui rend hommage notamment aux poètes Paul Celan et Ingeborg Bachmann, mais aussi à Céline.

Lors des expositions Anselm Kiefer conçoit des environnements qui mêlent constructions, sculptures, tableaux, et des projets monumentaux. Ces dernières années, dans ces environnements se trouvent ce qu’Anselm Kiefer appelle des “maisons”, qui sont espaces-sculptures dédiés à la présentation de peintures et sculptures. Sensible au cadre de présentation de sa peinture, il refuse qu’elles soient présentes dans les foires ; il conçoit depuis 1993 des bâtiments autour d’ensembles d’œuvres, les collectionneurs acquérant ainsi l’ensemble. Ces “maisons” ont généralement la forme de pavillons formellement sobres, dont l’extérieur est couvert de tôle ondulée et l’intérieur présente des murs blancs semblables aux cimaises des musées.

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :