“No his mind is not for rent to any God or government”

peart(“Non, son esprit n’est pas à loué pour aucun Dieu ni gouvernement”)
Neil Peart – Setlist de la tournée Send Away The Tigers
Extrait de la chanson Tom Sawyer de Rush

Neil Ellwood Peart (né le 12 septembre 1952 à Hamilton dans l’Ontario) est un musicien et écrivain canadien. Il est connu en tant que batteur et parolier du groupe rock Rush.

Peart a grandi à Port Dalhousie, dans l’Ontario au Canada en faisant des petits boulots. Cependant, sa véritable ambition était de devenir un musicien professionnel. À l’âge de 13 ans, Peart a reçu des baguettes, un tampon d’entraînement de caoutchouc et des leçons de batterie avec la promesse que s’il apprenait pendant un an, ses parents lui achèteraient une batterie. Comme promis, il a reçu sa première batterie à 14 ans et a rapidement pratiqué avec vigueur.

Durant l’adolescence, il a flâné de groupe régional en groupe régional et a fini par abandonner le lycée afin de poursuivre sa carrière de batteur à plein temps. Après une période décourageante en Angleterre pour se concentrer sur sa musique, Peart est retourné chez lui, où il a fini par rejoindre le groupe de Toronto Rush en été 1974.

Au début de sa carrière, le style de Peart était profondément enraciné dans le hard rock où il tirait la majeure partie de son inspiration de batteurs tels que Keith Moon et John Bonham, joueurs qui étaient à l’avant-plan de la scène hard rock britannique. Avec le temps, cependant, il a commencé à absorber l’influence de musiciens de jazz et de Big Band tels que Genre Krupa, et plus récemment, le regretté Buddy Rich. Peart est également l’un des plus récents élèves de l’instructeur jazz Freddie Gruber. En termes musicaux, Peart a reçu de nombreuses récompenses pour ses performances enregistrées et est considéré par beaucoup pour ses compétences techniques et son endurance. Sur le plan de l’influence, c’est l’un des batteurs les plus importants de l’histoire, et est souvent classé dans les plus grands batteurs rock de tous les temps.

En plus de sa profession de musicien, Peart est également un écrivain prolifique, auteur de plusieurs récits de voyage publiés et comment on peut le voir dans son rôle de parolier principal de Rush. Au fil des années, Peart s’est fait connaître pour un style d’écriture personnel et une tendance naturelle à aborder divers sujets dont la science fiction, l’imagination et la philosophie, ainsi que des thèmes profanes, humanitaires et libertaires.

Neil Peart est né dans la ferme de sa famille à Hagersville, dans la banlieue de Hamilton. Premier enfant de quatre, son frère Danny et ses sœurs Judy et Naney sont nés après que la famille se soit installée à St. Catharines quand Peart avait 2 ans, où son père est devenu manager des pièces détachées pour Dalziel Equipment, fournisseur de machines de ferme. En 1956, la famille s’est installée dans le quartier Port Dalhousie de la ville. Peart est allé à la Gracefield School, et a décrit son enfance comme heureuse et dit qu’il a vécu une vie de famille chaleureuse. Au début de son adolescence, il s’est intéressé à la musique et a acquis un transistor, qu’il branchait sur des stations pop qui émettaient de Toronto, Hamilton, Welland et Buffalo.

Sa première exposition à un enseignement musical est venu sous la forme de leçons de piano, qui n’ont pas eu beaucoup d’impact selon lui. Il les a décrit comme “cette malédiction inévitable d’enfant”. Il avait un penchant pour tambouriner sur divers objets de la maison avec des baguettes chinoises, alors pour son 13ème anniversaire, ses parents lui ont acheté des baguettes, un tampon d’entraînement de caoutchouc et quelques leçons, avec la promesse que s’il apprenait pendant un an, ils finiraient par lui acheter une batterie.

Ses parents lui ont acheté une batterie pour son quatorzième anniversaire et il a commencé à prendre des leçons avec Don George au Peninsula Conservatory Of Music. Son début sur scène a eu lieu cette même année au spectacle de Noël du Conservatoire. Son apparition suivante a eu lieu à la Lakeport High School avec son premier groupe, The Eternal Triangle. Cette performance contenait une composition originale intitulée LSD Forever. Lors de ce concert, il a interprété son premier solo qui a recueilli les louanges de ses camarades.

Peart a obtenu un travail à Lakeside Park, fête foraine sur les bords du lac Ontario qui a plus tard inspiré une chanson du même nom sur l’album Caress Of Steel de Rush. Sa tendance à ne pas s’en faire quand les affaires stagnaient a résulté en la fin de son contrat. À la fin de son adolescence, Peart avait joué dans des groupes locaux tels que Mumblin’ Sumpthin’, The Majority et JR Blood. Ces groupes répétaient dans des sous-sols et des garages et jouaient dans des églises, des lycées et des skatings de part le Sud de l’Ontario tels que Mitchell, Seaforth, Elmira et Timmins. Les mardis soirs étaient consacrés aux jams au Niagara Theatre Scene.

À 18 ans, après s’être battu pour obtenir du succès comme batteur au Canada, Peart a voyagé à Londres en espérant servir sa carrière de musicien professionnel. Malgré jouer dans plusieurs groupes et faire du travail de session occasionnel, il a été forcé à se soutenir financièrement en vendant des bibelots aux touristes dans une boutique de souvenirs nommée The Great Frog sur Carnaby Street.

À Londres, il a découvert les écrits du romancier et objectiviste Ayn Rand. Les écrits de Rand sont devenus une importante influence philosophique du jeune batteur et il a trouvé nombreux de ses traités sur l’individualisme et l’objectivisme inspirants. On peut trouver des références à la philosophie de Rand dans ses paroles, notamment Anthem de Fly By Night de 1975 et 2112 de l’album de 1976 de Rush, 2112.

Après 18 mois de concerts sans débouchés, désillusionné par son manque de progrès dans le business musical, il a placé son aspiration de devenir musicien professionnel en attente et est retourné au Canada. À son retour à St. Catharines, il a travaillé pour son père en vendant des pièces de tracteur à Dalziel Equipment. Son temps passé à Londres a inspiré la chanson Circumstances sur l’album de 1978, Hemispheres. Il parle grandement de son temps passé à Londres dans son livre Traveling Music.

Après son retour au Canada, Peart a été recruté pour jouer de la batterie pour le groupe de St. Catharines Hush qui jouait sur le circuit des bars du Sud de l’Ontario. Peu après, une connaissance mutuelle a convaincu Peart d’auditionner pour le groupe basé à Toronto, Rush, qui avait besoin d’un remplaçant à leur batteur original John Rutsey. Geddy Lee et Alex Lifeson ont surveillé l’audition. Ses futurs collègues décrivent l’arrivée de Peart ce jour-là comme quelque peu hilarante puisque Peart est arrivé en short, au volant d’un vieux tacot cabossé avec ses batterie rangée dans des poubelles. Peart sentait que l’audition était une désastre complet. Tandis que Lee et Peart se sont bien entendus sur le plan personnel (les deux partageant des goûts similaires en matière de livres et de musique), Lifeson a eu une impression moins que favorable de Peart. Après discussion, Lee a convaincu Lifeson que le style de jeu britannique maniaque de Peart, qui rappelait Keith Moon des Who, était ce dont avait besoin le groupe.

Peart a officiellement rejoint le groupe le 29 juillet 1974, deux semaines avant la première tournée américaine du groupe. Recevant une avance de leur maison de disques, le groupe s’est acheté du nouveau matériel. Peart a acheté une batterie Slingerland argentée sur laquelle il a joué lors de son premier concert avec le groupe, en première partie de Uriah Heep et Manfred Mann devant plus de 11 000 personnes à la Civic Arena de Pittsburgh en Pennsylvanie le 14 août.

Peart s’est rapidement installé dans son nouveau poste, devenant également le premier parolier. Avant de rejoindre Rush, il avait écrit quelques choses, mais avec les autres membres largement peu intéressés par l’écriture des paroles, son talent auparavant sous-exploité s’est fait autant remarquer que sa maestria. Le groupe s’adaptait toujours en tant que groupe de studio, et Peart, avec le reste du groupe, devait désormais apprendre à avoir toute sa vie dans une valise, regardant des dessins animés après les concerts dans des chambres de motel et passant toute la nuit en studio.

Son premier enregistrement avec le groupe, Fly By Night, a eu assez de succès, gagnant le Juno Award pour le nouveau groupe le plus prometteur, mais son successeur, Caress Of Steel, dans lequel le groupe avait mis de grands espoirs, a été accueilli par de l’hostilité de la part des fans et des critiques. En réponse à cet accueil négatif, en grande partie ciblé sur l’épique face B The Fountain Of Lamneth, Peart a répondu en écrivant l’épique face A 2112 sur leur prochain album du même nom, qui, malgré l’indifférence de la maison de disques, est devenu leur percée et a gagné des fans aux États-Unis. La tournée promotionnelle a culminé en trois soirs au Massey Hall de Toronto, une salle où Peart avait rêvé d’y jouer durant l’époque où il était sur le circuit des bars du Sud de l’Ontario et où il était désormais présenté comme “le Professeur à la batterie”.

Peart est retourné en Angleterre pour la tournée nord européenne du groupe et le groupe est resté au Royaume Uni pour enregistrer le prochain album, A Farewell To Kings aux Rockfield Studios du Pays de Galles. Ils sont retournés à Rockfield pour enregistrer le prochain, Hemispheres, qu’ils ont entièrement écrit en studio. L’enregistrement de cinq albums studios en quatre ans, couplé avec au moins 300 concerts par an, a convaincu le groupe a prendre une nouvelle approche après cela. Peart a décrit sa période dans le groupe jusqu’à ce moment comme “un long tunnel sombre”.

Le 10 août 1997, la fille unique de Peart, Selena Taylor, 19 ans, a été tuée dans un accident sur l’autoroute 401 près de la ville de Brighton dans l’Ontario. Sa concubine depuis 22 ans, Jacqueline Taylor, a succombé à un cancer seulement 10 mois plus tard le 20 juin 1998. Peart, cependant, maintient que sa mort était le résultat d’un “cœur brisé” et l’a nommée “un lent suicide par apathie. Elle a arrêté de se battre”.

Dans son livre Ghost Rider: Travels On The Healing Road, Peart écrit comment il a dit à ses collègues aux funérailles de Selena, “considérez-moi à la retraite”. Peart a fait une pause pour faire son deuil et réfléchir, durant laquelle il a beaucoup voyagé en Amérique du Nord sur sa moto BMW, couvrant 88 000 km. À un moment de son voyage, Peart a décidé de revenir dans le groupe. Peart a écrit Ghost Rider: Travels On The Healing Road comme chronique de son voyage géographique et émotionnel.

En visite chez le photographe de longue date de Rush, Andrew MacNaughtan à Los Angeles, ce dernier jouera le marieur et présentera Peart à sa future femme, la photographe Carrie Nuttall. Peart l’a épousée le 9 septembre 2000.

Au début de l’année 2001, Peart a annoncé à ses collègues qu’il était prêt à revenir à l’enregistrement et la performance sur scène. Le produit du retour du groupe a été l’album de 2002, Vapor Trails. Au début de la tournée qui s’en est ensuit pour promouvoir l’album, il a décidé au sein des membres du groupe que Peart ne participerait pas à la corvée quotidienne d’interviews et de sessions de “meet’n’greet” à leur arrivée dans une nouvelle ville qui monopolise typiquement le programme quotidienne d’un groupe en tournée. Tandis que Peart avait toujours répugné à faire ses rencontres en personne, il a été décidé que devoir l’exposer inutilement à un flot interminable de questions sur les événements tragiques de sa vie n’était pas nécessaire.

Peart est le principal parolier de Rush. La littérature a toujours lourdement influencé son écriture et, à ce titre, il a abordé un grand éventail de sujets. À ces débuts dans Rush, une grosse partie de son production lyrique était influencée par la littérature fantasy et de science fiction (By-Tor And The Snow Dog, Cygnus X-1 Book I: The Voyage, The Necromancer, Xanadu), la mythologie (The Fountain Of Lamneth, Cygnus X-1 Book II: Hemispheres) et la philosophie (Anthem, 2112, Something For Nothing) ; cependant, autant traitait du monde réel ou de problèmes personnels comme la vie sur la route (Fly By Night, Making Memories) et l’innocence perdue (Lakeside Park).

La chanson 2112 se concentre sur la lutte d’un individu contre les forces collectivistes d’un État totalitaire. C’est devenu la sortie qui a fait percer le groupe, mais a également apporté de la critique inattendue, due en partie au crédit d’inspiration que Peart a donné à Ayn Rand dans le livret. “Il y a eu une réaction brutale remarquable, surtout de la part de la presse anglaise, c’était la fin des années 1970, quand le collectivisme était encore de rigueur, surtout au sein des journalistes, a dit Peart. Ils nous traitaient de Fascistes junior et d’amoureux d’Hitler. C’était complètement choquant pour moi”.

Las des accusations de fascisme, voire simplement d’être idéologiquement fidèle à la philosophie de l’objectivisme de Rand, Peart a cherché à rappeler aux auditeurs son éclectisme et son indépendance dans les interviews. Il n’a pas pas, cependant, essayé de défendre les opinions de Rand :

“Tout d’abord, l’étendue de mon influence des écrits d’Ayn Rand ne devrait pas être exagérée. Je ne suis pas un disciple”.

L’album de 1980, Permanent Waves, a vu Peart cesser d’utiliser la littérature fantasy et la mythologie ancienne dans son écriture. Moving Pictures de 1981 montrait que Peart était toujours intéressé par les personnages héroïques et mythologiques, mais les plaçait désormais fermement dans un contexte moderne basé sur la réalité. La chanson Limelight du même album est un récit autobiographique des réserves de Peart en ce qui concerne sa propre popularité et les pressions de la célébrité. Depuis Permanent Waves, la majeure partie des paroles de Peart commençaient à tourner autour de questions sociales, émotionnelles et humanitaires, habituellement d’un point de vue objectif et en employant l’utilisation de métaphores et de représentations symboliques.

Grace Under Pressure de 1984 rattache des sujets aussi déprimés que l’Holocauste (Red Sector A), la mort de proches (Afterimage), le communisme (Red Lenses) et la peur introspective (The Enemy Within). Depuis Hold Your Fire de 1987 et incluant Presto de 1989, Roll The Bones de 1991 et Counterparts de 1993, Peart continuera à explorer divers motifs lyriques, abordant même parfois le sujet de l’amour et les relations (Open Secrets, Ghost Of A Chance, Speed Of Love, Cold Fire) sujet qu’il évitait délibérément dans le passé à cause de ce qu’il percevait comme un stéréotype rebattu. Cependant, Vapor Trails de 2002 était lourdement consacré aux problèmes personnels de Peart, combinés avec d’autres sujets humanitaires tels que les attaques terroristes du 11 septembre 2001 (Peaceable Kingdom). L’album le plus récent du groupe, Snakes & Arrows, parle principalement et avec vocifération des opinions de Peart concernant la foi et la religion.

Les opinions sur les paroles de Peart ont toujours été partagées. Tandis que les fans les ont glorifiées comme réfléchies et intelligentes, certains critiques les ont traitées d’excédées et de grandiloquentes. En 2007, il a été élu à la 2ème place de la liste des “pires paroliers” du magazine Blender.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :