“In the Cardiff Afterlife we sensed the breaking of our lives”

cardiffafterlife(“Dans la vie future à Cardiff, nous avons senti la rupture de nos vies”)
Nicky Wire – Setlist de la tournée Send Away The Tigers
Extrait de la chanson Cardiff Afterlife

Le dernier morceau de Lifeblood parle du groupe qui essaye de trouver une fermeture, presque dix ans après la disparition de Richey, des gens qui essayent de réviser la personnalité de Richey sans ne l’avoir jamais connu. C’était l’une des chansons que Nicky a écrites dans le cadre de son projet “Cities”, juste après la fin de l’enregistrement de Know Your Enemy. L’idée était d’avoir dix chansons, chacune basée sur une ville différente de part le monde – Tokyo Hole, Stockholm Alone, The Dublin Lag et Leeches Over Havana sont certaines que Nicky a finies – mais seule Cardiff Afterlife a survécu pour que James écrive la musique qui l’accompagne.

La musique est lourdement influencée par la bande originale du film Taxi Driver, le crescendo durant le refrain étant très similaire au thème clé de la musique de Bernard Hermann.

Cette chanson est également la deuxième chanson des Manics (après Small Black Flowers That Grow In The Sky) avec une harpe, bien que cette fois elle est samplée. Dans une rupture de la tradition Manics, James joue également de l’harmonica, comme sur le morceau précédent, Fragments.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :