A day of wine and roses

daysofwinerosesCité dans I Think I Found It :
“So I walked to the sea
Threw a pebble in for you and me
A day of wine and roses
Has made me feel alive”

Référence au film le Jour du vin et des rose (Days of Wine and Roses).

Lors d’une réunion des Alcooliques Anonymes, Joe, cadre en publicité, raconte en flashback l’histoire de sa vie détériorée. Avant, Joe ne buvait qu’en société, ce sont les pressions du travail qui l’ont rendu alcoolique. Il a rencontré Kirsten à une fête et assez rapidement se sont mariés. Après quelques mois, Kirsten a été capable d’ingérer presque autant d’alcool que son mari. Alors que les années passaient, Joe a perdu travail après travail et sa femme a négligé leur enfant jusqu’à ce qu’il se rende compte que tous deux étaient alcooliques. Ils se sont installés chez le père de Kirsten pour se désintoxiquer, mais après quelques semaines de sobriété, ils sont allés faire la bringue. Joe a failli détruire une serre dans sa quête fanatique d’une bouteille et se retrouve à l’hôpital. L’ancien alcoolique Jim Hungerford essaye de persuader Joe de rejoindre une organisation pour l’aider à résoudre son problème, mais Kirsten le ramène à la bouteille.

Le monologue de Joe durant la réunion des Alcooliques Anonymes est célèbre. C’est quand il raconte la manière dont il a forcé Kirsten a bien se regarder dans le miroir : “Je suis passé devant l’Union Square Bar. J’étais prêt à y rentrer. Puis je me suis vu – mon reflet dans la vitrine – et j’ai pensé : Mais c’est qui ce bon à rien ? Et puis je me suis rendu compte que c’était moi. Maintenant regarde-moi. Je suis un bon à rien. Regarde-moi. Regarde-toi. T’es une bonne à rien. Regarde toi. Et regarde-nous. Allez, regarde-nous. Tu vois ? Deux bons à rien”.

Ce film est une adaptation de Playhouse 90 de J.P. Miller, avec Jack Lemmon et Lee Remick. C’est un portrait classique d’un couple brûlé par le dépendance. Agréablement dépouillé des clichés moralistes de ce genre, sa représentation du glamour trouvé par l’alcool dans les décennies précédentes jette une lumière sur la facilité avec laquelle beaucoup ont pu glisser dans l’oubli.

L’expression “days of wine and roses” (“jour du vin et des roses”) vient à l’origine du poème Vitae Summa Brevis de l’écrivain anglais Ernest Downson (1867-1900).

“They are not long, the days of wine and roses:
Out of a misty dream
Our path emerges for a while, then closes,
Within a dream.”

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :