VHS

VHSCité dans Engage With Your Shadow :
“Mega-democracies
A lost loneliness
I feel as useless
As a VHS

L’expression anglaise Video Home System (système vidéo domestique), mieux connue sous le sigle VHS, désigne une norme d’enregistrement de signaux vidéos sur bande magnétique de 1/2 pouce mis au point par la marque japonaise JVC à la fin des années 1970.

Le sigle signifiait initialement Vertical Helical Scan (balayage hélicoïdal vertical) mais cette désignation est abandonnée rapidement car trop difficile à mémoriser pour le grand public. Le format VHS arrive peu de temps après son concurrent direct, le Betamax créé par le japonais Sony. Un troisième concurrent tentera de rivaliser avec les deux premiers sans succès, le V2000 du néerlandais Philips.

Après de nombreux essais effectués par les sociétés, le premier enregistreur vidéo, l’AMPEX VRX-1000, est intronisé en 1956 par AMPEX Corporation. Avec un prix de 50 000 $ en 1956, et de 300 $ pour 90 minutes de bandes, elle ne devient d’abord accessible qu’à des professionnels. Kenjiro Takayanagi, un ancien de la télévision, désormais membre de la société JVC, planifie la production de magnétoscopes par sa société pour les marchés japonais à un prix bien plus abordable. En 1959, JVC conçoit un enregistreur vidéo à deux-têtes, d’abord en noir-et-blanc, puis un autre en diffusion couleur dès 1960. En 1964, JVC fait paraître le modèle DV220, utilisé par la société jusqu’au milieu des années 1970.

En 1969, JVC s’associe avec Sony Corporation et Matsushita Electric (Panasonic, National au Japon) pour le public japonais. Ils parviennent à créer le format U-matic en 1971. Par la suite, Sony et Matsushita mettent fin à leur collaboration afin de créer leur propre format vidéo chacun de leurs côtés. Sony lance Betamax, et Matsushita lance le format VX. JVC fait paraître le CR-6060 en 1975, inspiré du format U-matic. Sony et Matsushita lancent également leurs propres systèmes.

Durant les années 1980 et 1990, la VHS est la norme la plus commune pour la vidéo familiale à travers le monde entier. Son utilisation se borne à la large diffusion et à l’enregistrement des émissions de télévision pour les particuliers. Son successeur est le DVD. Elle sera utilisée dans de nombreux caméscopes que ce soit avec la cassette VHS de base ou avec sa petite sœur la VHS-C, mais sur ce marché le 8 mm puis le Hi8 prendront l’ascendant. Le DV sera leur successeur. Dans les années 1980, la VHS s’est imposée comme la norme de la vidéo grand public face à ses concurrents, le Betamax de Sony et le V2000 de Philips.

La VHS offre une qualité d’image en général inférieure à celles des supports numériques. Les premières générations d’appareils ont un son mono avec un faible rapport signal/bruit, une bande passante restreinte et un taux de distorsion élevé. L’ajout d’une piste Hi-Fi stéréo a permis de bénéficier d’un son d’une qualité largement supérieure. Ce format subsiste encore plus de 30 ans après sa création car il a cinq avantages : son universalité, sa qualité, sa fiabilité, sa solidité, son prix. Avec sa largeur de bande de 2,3 MHz pour la luminance elle permettait la restitution d’une qualité d’image très honorable de 240 points/ligne à une époque où la réception hertzienne atteint approximativement les 300-330 points/ligne. Mais avec seulement une largeur de 0,4 MHz réservée à la chrominance, on a des couleurs très baveuses, la couleur n’atteignant péniblement que 40 points par couple de lignes face aux 120 du Hertzien (1,2 MHz).

La luma avait donc une résolution comparable à du 342*576. (342*Facteur de Kell=240), mais la chroma n’avait qu’une résolution comparable à du 56*288. Du fait de ce désavantage de chroma, il est communément admis que la résolution de la VHS est visuellement comparable à celle du VCD, qui elle n’était que de 352*288 pour la luma mais avec une chroma de 176*144.

Avec l’essor des CD enregistrables et d’appareils permettant d’enregistrer des programmes télévisés sur disque dur, la VHS décline dès le début des années 2000. L’arrêt progressif des émissions de télévision analogique au profit de la TNT dans de nombreux pays précipite sa disparition, les magnétoscopes étant prévus pour l’enregistrement d’un signal analogique (l’enregistrement sur VHS reste toutefois possible en branchant sur le magnétoscope un décodeur TNT via la prise Péritel).

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :