Automatic Living

automaticlivingPaul Outhwaite, 2000

Automatic Living commence en 2003 avec le suicide d’un professeur, M. Marx, sous les yeux de ses élèves. Dix-sept ans plus tard, Daniel Manion, qui a été dans la classe de M. Marx, est lui aussi professeur au lycée East tyneside. En 2020, le monde qui entoure Daniel est de plus en plus automatisé et contrôlé. L’asile local est impliqué dans un programme de lavage de cerveau des masses par les drogues et l’endoctrinement, alors que les médias manipulent les humains pour qu’ils ne puissent plus fonctionner sur le plan émotionnel. Les corvées, les effets progressivement avilissants des médias de masse et les drogues qu’il prend pour tout supporter sont lentement mais inévitablement en train de réduire Daniel à l’état d’automate – qui n’existe que pour consommer plutôt que pour vivre et apprécier la vie.

Celui qui surveille tout, c’est le gouvernement du parti de la droite nouvelle, contrôlant soigneusement tout. L’action suit Daniel Manion alors qu’il organise une révolution, attirant des organisations clandestines pour l’action directe. Mais ce succès est menacé par l’abus de drogue et les problèmes de Daniel. Pendant ce temps, les habitants de la planète Inuthua observent la Terre grâce à des androïdes qu’ils ont envoyés, dont la plupart a une mission. Certains collectent des informations, d’autres les envoient à Inuthua, d’autres encore veulent sauver la Terre et d’autres sont des tueurs.

Le roman est un tissu de conspirations, faisant en partie la satire des préoccupations de la fin du XXème siècle avec elle, laissant les en partie exposées à comment les gouvernements mentent et les médias manipulent. Le thème d’une apocalypse imminente est utilisée pour ridiculiser la tendance qu’a l’homme à exagérer sa propre importance.

Tous les personnages ont leur propre programme, mais ils semblent tous être manipulés par une quelconque force supérieure et on ne peut faire confiance à aucun. Une atmosphère paranoïaque pénètre le roman avec son sentiment que tout le monde est contrôlé par une force supérieure, que tout le monde est surveillé par des caméras de surveillance alors que pendant tout ce temps les bips des codes barres et des queues organisent les vies.

L’abus de drogue de Daniel réhaussent les éléments sombrement comiques lors de sa visite de Club Independant à Tyneside pour acheter de la drogue et rencontrer une variété de personnages bizarres, ce qui met en valeur les thèmes de la réalité et de l’imagination.

Le roman mélange la science-fiction politique avec des éléments de thriller. Il n’utilise pas le cliché maintes fois utilisé d’un avenir dystopien avec un gouvernement dictatoriel mais à la place, le monde du futur de Automatic Living en est un que l’on peut reconnaître. C’est une passerelle entre ce que nous sommes maintenant et ce que nous pourrions devenir si notre évolution continue sur son chemin présent. La technologie permet à ceux qui ont du pouvoir d’abuser de la vie privée alors que les gouvernements contrôlent les événements pour convaincre les gens que tout va bien.

Automatic Living contient des vérités sur le monde dans lequel nous vivons, sur la manière dont les gouvernements mentent et sur comment les gens ordinaires sont bernés. De vraies actualités sont glissées dans l’histoire, des histoires que ceux au pouvoir ne veulent pas ébruiter. Elles permettent de montrer combien la Terre est détruite par le capitalisme et des dommages écologiques.

Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :