“Life is full of misery, loneliness, and suffering – and it’s all over much too soon”

allenwoody(“La vie est pleine de solitude, de souffrance, de misère, et tout passe beaucoup trop vite”)
Woody Allen – Setlist de la tournée Postcards From A Young Man
Extrait du film Annie Hall

Allan Stewart Konigsberg, dit Woody Allen, est un réalisateur, scénariste, acteur et humoriste américain, né le 1er décembre 1935 à New York. Il a obtenu de nombreuses récompenses cinématographiques, dont quatre Oscars (deux pour Annie Hall en 1978, un pour Hannah et ses sœurs en 1987 et un pour Minuit à Paris en 2012) auxquels viennent s’ajouter 20 autres nominations, particulièrement pour le meilleur scénario original, catégorie pour laquelle il détient le record de victoires (3) et, de très loin, de nominations (16).

Il est également écrivain (pièces de théâtre et nouvelles) et clarinettiste de jazz.

Woody Allen est l’un des cinéastes américains les plus connus et les plus prolifiques de ces quarante dernières années. Les comédies de mœurs, souvent sur fond psychanalytique, sont incontestablement son domaine favori bien qu’il s’essaye parfois à d’autres genres. Il se met lui-même en scène comme acteur dans un grand nombre de ses films, incarnant souvent un personnage proche de lui-même, caricature de l’intellectuel juif new-yorkais en proie à des affres tragi-comiques, principalement existentielles et/ou métaphysiques.

Il réalise pratiquement un film par an depuis le début des années 1970 au cours desquelles sa popularité a explosé.

La vie privée de Woody Allen est controversée, notamment à cause des accusations d’agression sexuelle dont il a fait l’objet par sa propre fille adoptive, et à cause de sa liaison (et de son mariage) avec la fille adoptive de son ex-conjointe.

Issu d’une famille juive d’immigrants d’origine russo-autrichienne parlant le yiddish, l’hébreu et l’allemand, Allan Stewart Konigsberg voit le jour le 1er décembre 1935 à New York, dans l’arrondissement du Bronx et grandit ensuite dans celui de Brooklyn. Son père Martin Konigsberg (25 décembre 1900 – 8 janvier 2001) est alternativement graveur-joaillier, chauffeur de taxi et serveur chantant dans une brasserie proche, tandis que sa mère, Nettie Cherry (8 novembre 1906 – 27 janvier 2002), tient la caisse chez un fleuriste à Manhattan. C’est plus précisément à Midwood (Brooklyn) qu’il passe son enfance avec ses parents et sa jeune sœur (Letty, née en 1943), tous natifs de New York. Ses oncles et tantes étaient aussi très souvent chez eux.

Son éducation débute à l’école judaïque où il restera pendant huit ans avant d’aller à l’école publique. Finalement, il fréquentera la Midwood High School. À cette époque, Allen vit en partie dans l’avenue K. Il est surnommé “Red” en raison de la couleur rousse de ses cheveux (“roux” se dit “red” en anglais). Déjà, il impressionne les autres étudiants par son extraordinaire habileté aux cartes et ses tours de magie. En 1952, il écrit des gags pour un journal.

Il commence à gagner sa vie en écrivant des gags pour l’agent David O. Alber qui les revend à différents chroniqueurs. Ainsi, la première de ses blagues à avoir été publiée serait “I am at two with Nature”. À l’âge de 16 ans, il se met à écrire pour des stars telles que Sid Caesar. Il décide alors d’endosser le pseudonyme de Woody Allen.

Woody s’inscrit à l’université de New York où il est censé étudier la communication et le cinéma. Ses mauvais résultats et son manque d’intérêt pour les études (“Je m’intéressais pas à l’université, tout ce que je voulais c’était écrire” Harry dans tous ses états), lui font rapidement abandonner ses études. Plus tard, il fréquentera pourtant brièvement le City College de New York.

À 19 ans, il est chargé de rédiger des sketches pour d’importantes émissions de télévision telles que The Ed Sullivan Show, The Tonight Show, Caesar’s hour… Ce dernier show occasionnera par ailleurs le début de sa collaboration avec Danny Simon. Celui-ci l’aidera à structurer son style et Allen dira à son sujet : “J’ai appris depuis une ou deux choses par moi-même et modifié certaines choses qu’il m’a enseignées mais tout ce que j’ai appris de l’écriture de comédie, je l’ai appris, sans équivoque, de lui”.

Il devient ensuite gagman pour des comiques comme Bob Hope, Buddy Hackett, ou Miles Bennett, puis rédacteur du show télévisé de Gary Moore (1957). Naturellement doué pour la comédie, il entame en 1960, une nouvelle carrière dans le stand-up (les albums Standup Comic et Nightclub Years 1964-1968 contiennent quelques-uns de ses sketches dont la fantaisiste histoire de l’élan qu’il emmène à un bal costumé après l’avoir percuté avec sa voiture). Dans le même temps, il contribue à la revue From A to Z de Broadway et commence à écrire pour le très populaire show télé Candid Camera, apparaissant même dans quelques épisodes. En outre, il rédige des nouvelles publiées dans certains magazines dont le très fameux The New Yorker.

Petit à petit, avec l’aide de son manager, Allen transforme ses défauts “psychologiques” en qualités “théâtrales”. Il développe ainsi son célèbre personnage d’intellectuel névrosé, instable et nerveux. Rapidement, il rencontre un succès qui lui ouvre les portes de la télévision et des nightclubs. En 1969, sa popularité est telle qu’il apparaît en couverture de Life à l’occasion de l’ouverture à Broadway de Play It Again, Sam.

C’est alors qu’il se produit dans un club de Greenwich Village que Woody Allen est repéré par le producteur Charles K. Feldman et l’acteur Warren Beatty qui cherchent un coscénariste capable d’insuffler un ton comique au film Quoi de neuf, Pussycat ? qu’ils sont en train d’écrire. Feldman lui propose 30 000 dollars, Woody Allen en veut 40 000 mais il accepte finalement le prix de Feldman à condition d’avoir un rôle dans le film. Réalisé par Clive Donner Quoi de neuf, Pussycat ? sort en 1965 et est un grand succès, néanmoins Woody Allen se sent assez frustré du résultat, persuadé qu’il aurait été meilleur s’il l’avait écrit seul et réalisé. Cette expérience l’incite à prendre un meilleur contrôle sur ses projets suivants.

Son premier film en tant que réalisateur est aussi produit par Charles K. Feldman, en 1966, Lily la tigresse (What’s Up, Tiger Lily?). Ce long métrage est à l’origine un film d’espionnage japonais dont il a réécrit les dialogues afin d’en faire une œuvre burlesque à la suite du doublage en anglais. En 1967, il interprète le neveu de James Bond dans la parodie Casino Royale.

La fin des années 1960 (et la première moitié des années 1970) marque les débuts d’Allen en tant que réalisateur. Il réalise successivement et avec succès Prends l’oseille et tire-toi (Take The Money and Run) (1969), Bananas, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander (Everything You Always Wanted To Know About Sex (But Were Afraid to Ask), Woody et les Robots (Sleeper), ainsi que Guerre et Amour (Love and Death). Ces films s’inscrivent dans la continuité de son travail d’auteur de sketches télévisés au style burlesque et satirique. Et pour cause, il s’agit exclusivement de pures comédies s’appuyant sur de grosses farces et autres gags visuels. Allen est alors fortement influencé par les œuvres de Bob Hope, Groucho Marx et Humphrey Bogart. Le grand public voit en lui un petit bonhomme à lunettes, tourmenté et d’une épouvantable maladresse. Il s’imposera toutefois grâce à des œuvres plus personnelles, teintées de mélancolie, mais toujours pleines d’autodérision, comme Annie Hall et Manhattan (1979), films dans lesquels s’illustre sa première muse en la personne de Diane Keaton.

La période qui suit est certainement la plus prolifique et la plus célèbre de la carrière de Woody Allen. En moins de 10 ans, il écrit et réalise ses films les plus appréciés dont Annie Hall, Manhattan, La Rose pourpre du Caire (l’un des 100 meilleurs films de tous les temps selon le Time Magazine et l’un des trois favoris d’Allen) ainsi que Hannah et ses sœurs qui remporte trois Oscars du cinéma.

Annie Hall, film de tous les succès (vainqueur de quatre Oscars dont l’Oscar du meilleur film, celui du meilleur réalisateur, celui de la meilleure actrice pour Diane Keaton et celui du meilleur scénario), marque un tournant majeur dans l’œuvre de W. Allen. Il s’oriente alors vers un humour plus sophistiqué et aborde des sujets moins légers dans des comédies dramatiques. Certains iront jusqu’à dire qu’il a peut-être réinventé ce genre ou, au moins, qu’il en a fixé les règles modernes. Mais outre cela, W. Allen parvient surtout à trouver son style, sa touche personnelle. Avec Annie Hall, le cinéaste parvient à se détacher de l’influence de ses idoles pour imposer son propre personnage et avec lui, tout un univers complexe de questions existentielles obsédantes inspirées par ses incalculables références culturelles qu’il fait semblant de résoudre par la dérision. Il crée un univers où il est normal d’aborder une inconnue en lui parlant de Sartre pour se retrouver une heure plus tard à discuter avec elle de Kierkegaard dans un jazz club où ils peuvent tous deux se délecter des œuvres de Cole Porter. En somme, il crée un univers égocentrique où tous les personnages sont des parties de Woody Allen.

Manhattan sera l’œuvre de la confirmation et marquera probablement l’apogée du “style Allen”. Le film est en tout cas considéré par beaucoup de critiques comme sa meilleure œuvre. Tourné en noir et blanc, il constitue un hommage à la ville – sa ville – de New York, véritable “personnage” central du film. Là encore, les rôles principaux représentent des intellectuels lettrés issus de classes sociales élevées. Toutefois, le regard posé sur cette classe est assez ambivalent, critique autant que valorisant. Cet amour-haine des intellectuels new-yorkais (principalement) est par ailleurs une importante caractéristique de la plupart de ses films. Manhattan est sa cinquième collaboration avec l’actrice Diane Keaton. Il encourage également les débuts de la jeune Meryl Streep qui tient un second – mais très surprenant – rôle dans le film.

Entre Annie Hall et Manhattan, W. Allen écrit et dirige le mélancolique Intérieurs (Interiors) dans le style du réalisateur suédois Ingmar Bergman. Ce film est annonciateur d’une période dans l’œuvre d’Allen, au cours des années 1980, essentiellement marquée par l’influence des metteurs en scène européens tels que Fellini. Tous ses films à cette époque, y compris les comédies, seront marqués d’une touche sombre et philosophique, à l’image de September et Stardust Memories. “Depuis toujours, je suis tenté par le drame, mais la comédie était mon point fort. Seulement, quand vous faites une comédie, il y a un monstre sur votre épaule, qui vous harcèle : Sois drôle ! Ne les ennuie pas ! Le sérieux est plus relaxant.

Les années 1980 sont marquées par la rencontre avec Mia Farrow, sa nouvelle égérie. Elle apparaît dans tous ses longs métrages de 1982 avec Comédie érotique d’une nuit d’été à 1992 avec Maris et Femmes.

Les années 1990 constituent une décennie d’essais ou d’hommages sans véritable ligne de conduite. Ainsi, avec Ombres et Brouillard (Shadows and Fog) (1991), il rend hommage aux expressionnistes allemands. L’année suivante, il combine suspens et comédie noire pour réaliser Meurtre mystérieux à Manhattan (Manhattan Murder Mystery). Le meurtre et ses préparatifs est pour lui un sujet relativement intéressant pour dépeindre les différentes facettes de ses personnages, ainsi : “L’homicide est un sujet passionnant parce qu’il permet d’explorer à fond la faiblesse humaine et le sentiment de culpabilité”.

En 1994, il revient à des sujets moins sombres avec Coups de feu sur Broadway (Bullets Over Broadway) qui lui vaudra une nouvelle nomination pour l’Oscar du meilleur réalisateur. Deux ans plus tard, sa comédie musicale Tout le monde dit I love you (Everyone Says I Love You) apparaît comme plus accessible et remporte un vif succès auprès du public. Là encore, il se retrouve en course pour les Golden Globe Awards et pour les Césars. Entre ces deux derniers films, W. Allen a également réalisé le surprenant, par sa construction, Maudite Aphrodite (Mighty Aphrodite) où ses éternels intellectuels new-yorkais croisent la route de personnages plus simples (une ancienne actrice porno et un boxeur bas de plafond) ainsi que des héros des tragédies grecques.

En 1997 paraît Harry dans tous ses états (Deconstructing Harry), sans aucun doute le plus “allénien” de tous ses films. Ce long métrage nous plonge dans une histoire complexe. Allen livre un scénario entrecoupé de sketches qui participent à l’histoire globale pour aboutir à la rencontre d’un florilège de personnages divers qui, rassemblés, ne forment plus qu’un, Harry. On y retrouve tous les thèmes majeurs de l’œuvre d’Allen. Il signe ici une parodie de sa propre existence et de ses propres difficultés avec originalité et humour.

La rupture de Woody Allen et Mia Farrow intervient sur fond de scandale, la comédienne ayant découvert qu’il détenait des photos de sa fille adoptive Soon-Yi Previn entièrement dévêtue. Il se marie avec cette dernière en 1997. La même année, Miramax le renvoie à la suite des échecs financiers consécutifs de Nuits de Chine, Maudite Aphrodite et Tout le monde dit I love you. Allen est tout de suite engagé par Fine Line Features chez qui il va enchaîner les succès, notamment Accords et Désaccords, Escrocs mais pas trop et Hollywood Ending.

Comme pour Coups de feu sur Broadway (avec John Cusack), en 1998 dans Celebrity Allen confie son personnage à un autre acteur, ici Kenneth Branagh. Tourné en partie en noir et blanc, avec des acteurs inhabituels (Leonardo DiCaprio, Melanie Griffith entre autres), les événements s’enchaînent à une vitesse incroyable dans une histoire une fois de plus très complexe, impliquant une foule de personnages. Leur incapacité à communiquer les bloque dans une position de spectateurs de leur propre vie. Ce film, tout en gardant un style très “allénien”, peut apparaître, par certains côtés, comme surprenant dans l’œuvre de l’artiste.

L’année suivante, avec Accords et Désaccords (Sweet and Lowdown), il rend une fois de plus hommage à l’une de ses passions : le jazz. Construit comme un documentaire biographique, ce film traite d’un guitariste fictif dans un univers musical bien réel où l’on croise et recroise la route du plus célèbre des manouches : Django Reinhardt. Cette fois, Allen réussit le tour de force d’inventer de toute pièce un personnage complexe, à la fois pathétique et fascinant, aussi génial que ridicule, détestable autant qu’attendrissant. Servi par une musique de qualité et une interprétation phénoménale de Sean Penn, Allen propose cette fois une comédie dramatique tout à fait à part et totalement réussie.

Entre 2000 et 2003, Allen retourne à la pure comédie de ses débuts. Il livre Escrocs mais pas trop (Small Time Crooks), Le Sortilège du scorpion de jade (The Curse of Jade Scorpion), Hollywood Ending et La Vie et tout le reste (Anything Else). Le public le suit moins, les critiques sont parfois féroces. Même l’original Melinda et Melinda (Melinda and Melinda) ne parviendra pas à le faire revenir au-devant de la scène. On prétend déjà que ses meilleures années sont derrière lui. C’est sans compter sur sa créativité.

La décennie est marquée par les voyages de Woody Allen hors des États-Unis pour tourner ses films.

En 2005, le réalisateur quitte New York pour tourner Match Point à Londres avec Jonathan Rhys-Meyers et Scarlett Johansson. La critique est en général positive, le public nombreux. Le film lui vaut plusieurs nominations aux Oscars, Golden Globes et Césars. Woody Allen dira dans une interview avec le magazine Première qu’il s’agit de son meilleur film. Le scénario est très fortement inspiré d’Une place au soleil de George Stevens (1951), certaines scènes étant quasiment identiques.

En 2006, Allen tourne de nouveau avec Scarlett Johansson. Scoop, son deuxième film londonien, reçoit des critiques mitigées. Une troisième œuvre londonienne arrive en 2007, Le Rêve de Cassandre (Cassandra’s Dream), avec Colin Farrell et Ewan McGregor.

Woody Allen poursuit son périple européen et rejoint l’Espagne pendant l’été pour tourner Vicky Cristina Barcelona avec Scarlett Johansson, Penélope Cruz, Javier Bardem et Rebecca Hall. Le film est présenté lors du Festival de Cannes 2008 puis sort progressivement dans le monde à partir de l’été de la même année.

2009 voit le retour de Woody Allen à New York avec Whatever Works avec Larry David et Evan Rachel Wood au générique. Le scénario du film date des années 1970 et avait été rédigé spécifiquement pour Zero Mostel, mort l’année de la sortie de Annie Hall. À l’occasion de la sortie de Whatever Works, Allen confie au cours d’une interview qu’il considère n’avoir jamais réalisé un “grand film”.

Le retour en terres américaines est bref puisque Londres redevient le lieu de tournage de l’opus 2010, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu (You Will Meet a Tall Dark Stranger), de nouveau présenté à Cannes hors compétition. Le film suivant, Minuit à Paris, est tourné durant l’été 2010 à Paris et Giverny, avec Marion Cotillard, Rachel McAdams, Michael Sheen, Owen Wilson, Léa Seydoux et Kathy Bates (déjà aperçue dans Ombres et Brouillard). Le film a été présenté en tant que film d’ouverture au Festival de Cannes 2011. En 2012, il est récompensé par l’Oscar du meilleur scénario original. Minuit à Paris est le plus important succès au box-office mondial de la carrière de Woody Allen. L’opus 2012, To Rome with Love, est tourné à Rome pendant l’été 2011 et pour la première fois depuis 2006, il y est également acteur. Blue Jasmine, l’opus 2013, est tourné durant l’été 2012 à San Francisco et à New York. Au générique figurent, entre autres, Cate Blanchett, Sally Hawkins et Alec Baldwin.

À l’automne 2012, il tourne en tant qu’acteur pour John Turturro dans Apprenti Gigolo, tout en participant à l’amélioration du scénario.

L’opus 2014, Magic in the Moonlight, est tourné durant l’été 2013 dans le sud de la France, Emma Stone et Colin Firth en sont les acteurs principaux. Et l’opus 2015, L’Homme irrationnel, est tourné durant l’été 2014 dans le Rhode Island, avec Emma Stone et Joaquin Phoenix. Le film est projeté hors-compétition au Festival de Cannes 2015 avant une sortie US durant l’été 2015.

Le 13 janvier 2015, Amazon annonce avoir commandé à Woody Allen une saison complète d’une série télévisée, composée de six épisodes de 30 minutes. “Je ne sais pas comment je me suis mis là-dedans. Je n’ai aucune idée et je ne sais pas par où commencer. À mon avis, Roy Price [vice-président d’Amazon Studios] va le regretter”, a commenté Woody Allen. On connait l’époque (les années 60) et le casting. Miley Cyrus en est l’héroïne et Woody Allen joue dedans.

Quant à l’opus 2016, Café Society, il s’agit d’un film situé dans les années 1930, le casting réunissant Parker Posey, Blake Lively, Jeannie Berlin, Gregg Binkley, Jesse Eisenberg, Kristen Stewart et Steve Carell (qui remplace au pied levé Bruce Willis, qui quitte le projet alors que le tournage a déjà débuté). Le tournage démarre en août 2015 à Los Angeles pour se poursuivre en septembre à New York.

Revenant sur sa carrière au cinéma, il déclare “Je crois que je ne suis ni purement comique, ni purement tragique, simplement réaliste”.

Il se marie pour la première fois à l’âge de 20 ans en 1956 avec une jeune étudiante en philosophie, Harlene Rosen, qu’il avait connue dans un centre communautaire. L’idylle durera six ans et se terminera par un procès pour diffamation à cause d’une blague douteuse de Woody au sujet du viol de son ex-femme.

Il épouse ensuite Louise Lasser (1966) qui jouera dans trois de ses films : Bananas, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe (sans jamais oser le demander) et Prends l’oseille et tire-toi. Le couple se sépare après trois ans de vie commune.

Par la suite, il devient le compagnon de Diane Keaton pendant près de 10 ans avant de partager 12 ans de sa vie avec Mia Farrow. Farrow et Allen ne se marieront jamais, ils ne vivront même jamais sous le même toit, mais ensemble, ils adopteront une petite fille, Malone (aujourd’hui renommée Dylan). Ils auront aussi un enfant biologique, Satchel (aujourd’hui renommé Ronan Seamus Farrow, avocat spécialisé dans les droits de l’homme), dont Mia Farrow a en 2013 laissé entendre qu’il pourrait être en fait le fils de Frank Sinatra. Woody décidera aussi d’adopter l’un des nombreux enfants de Mia, Moses.

En 1992, Mia le quitte après avoir découvert sa liaison avec sa fille adoptive Soon-Yi Previn. Allen détenait des photographies de la jeune fille entièrement dévêtue. Il s’installe avec cette dernière, âgée de 22 ans, et l’épouse en 1997. À la suite de leur séparation, Allen et Farrow se disputent la garde de leurs trois enfants. Après une importante bataille judiciaire, Farrow en obtient la garde exclusive. Allen a ainsi perdu ses droits de visite de Dylan et il ne pouvait plus voir Ronan que sous surveillance. Moses, qui avait 15 ans à l’époque, a décidé de ne plus revoir son père, mais il a toutefois repris contact avec lui et Soon-Yi depuis quelques années. Au moment de sa rupture avec Mia Farrow, Allen est accusé d’abus sexuels sur leur fille adoptive Dylan, alors âgée de 7 ans. Un rapport médical ayant conclu à son innocence, il ne sera pas poursuivi dans cette affaire. Toutefois, en 2014 Dylan Farrow, devenue adulte, réitère ces accusations et les précise. Woody Allen nie catégoriquement les accusations de Dylan, les considérant “fausses” et “honteuses”. Moses, le frère de Dylan, défend son père publiquement : il nie les accusations de sa sœur et affirme que celle-ci a été “entraînée” par sa mère contre Allen. Malgré le dommage que ces événements aient pu faire à sa réputation, Allen estime que le moment où Farrow a découvert son attirance pour Soon-Yi a été “un coup de chance dans ma vie… c’était un point tournant pour ce qu’il y avait de mieux”. Au sujet de sa relation avec Mia, il dit : “Je suis sûr qu’il y a des choses que j’aurais pu faire différemment… Rétrospectivement, j’aurais dû probablement sortir de cette relation plus tôt que je ne l’ai fait”. En 2011, Allen a déclaré au sujet de sa relation avec Soon-Yi : “Où était le scandale ? Je suis tombé amoureux de cette fille et je l’ai épousée. Nous sommes mariés depuis près de 15 ans maintenant. Il n’y avait aucun scandale, bien que tout le monde en ait parlé comme d’un scandale. Dans un sens, ça me plait, parce que lorsque je mourrai, j’aimerais pouvoir dire que j’aurai eu au moins un vrai gros scandale dans ma vie”.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :