“Be a man. Be someone. Kill someone. Be a man. Kill yourself”

belsenwasagasExtrait de la chanson Belsen Was a Gas des Sex Pistols

Belsen Was a Gas est une chanson grandement controversée du groupe punk britannique les Sex Pistols. La chanson parle de l’un des camps de concentration de l’Allemagne nazie, Bergen-Belsen, qui a été libéré par les troupes britanniques en 1945.L’ASCAP crédit les compositeurs comme étant John Beverly, Paul Cook, Steve Jones, John Lydon mais on crédite souvent Sid Vicious comme ayant écrit la chanson alors qu’il était dans son groupe précédent Flowers Of Romance, étant donné qu’une feuille de paroles manuscrites apparemment dans sa main apparaît dans le livre de Jon SavageEngland’s Dreaming. Il est censé l’avoir écrite comme une blague ; dans une interview, il a déclaré que lorsqu’il a écrit la chanson, il essayait d’être ironique. Le titre est un jeu de mot sur le gaz Zyklon B utilisé dans de nombreux camps ; “Belsen Was a Gas”, “a gas” était de l’argot de rue des années 1960/70 pour “génial”. En fait, il n’y avait pas de chambres à gaz à Bergen-Belsen, comme ce n’était pas un camp d’extermination ; la plupart des 37 000 morts là-bas étaient dues au typhus ou à la faim.

Les paroles pleines d’humour noir étaient conçues pour offenser cette génération en charge de tenir le pays qui avait grandi durant la seconde guerre mondiale, et pour qui la Shoah était un sujet extrêmement sensible, avec le camp de concentration de Belsen tenant une place particulière d’horreur dans le psyché des générations britanniques plus anciennes à cause des films de propagande nazie qui avaient présentée le camp au début du régime nazi (particulièrement pour la presse étrangère) comme étant un camp bien tenu pour les familles juives qui essayaient de fuir l’Allemagne nazie (quelque chose saisie par les apologistes nazis au Royaume-Uni comme Oswald Mosley).

La chanson était une autre tentative du groupe d’outrager cette génération qu’ils tenaient responsable pour les nombreux maux dont souffrait la Grande-Bretagne à l’époque en écrivant sur des sujets hautement sensibles ou controversés. Sid Vicious portait souvent un t-shirt avec une croix gammée pour choquer, et suivait le style vestimentaire des membres du Kit-Kat Club de la comédie musicale Cabaret adopté par les membres du Bromley Contigent. Cabaret était populaire au sein du début du mouvement punk parce que beaucoup voyaient des similitudes entre le déclin et la dégénérescence de la Grande-Bretagne des années 1970 et les dernières années chaotiques de la République de Weimar dans lesquelles est situé cette comédie musicale.

John Lydon indiquera plus tard qu’il pensait qu’avec cette chanson, les tactiques de choc du groupe avaient dépassé les limites du mauvais goût gratuit. Dans une interview pour le magazine Q en 1996, il a déclaré “[la chanson] était une petite chose débile très méchante… qui aurait dû rester par terre dans la salle de montage”. Il a aussi saisi l’occasion de se tenir responsable des paroles.

Une grande partie décrivent une version grotesque et sarcastique de ce qui est arrivé. Les vers d’ouverture sont :

Belsen était un gaz, j’ai entendu l’autre jour
Dans les tombes ouvertes où tous les Juifs étaient
“La vie est marrante, j’aimerais que tu sois là
Ils écrivaient sur des cartes postales aux personnes qui leur étaient chères

La chanson apparaît dans deux versions sur l’album The Great Rock’n’Roll Swindle, d’abord une version live du dernier concert des Sex Pistols (San Francisco, 14 janvier 1978), puis dans une version studio modifiée avec Ronnie Biggs au chant. Biggs a insisté à changer les paroles – il a plus tard déclaré qu’il avait lu le journal d’Anne Frank, la victime la plus célèbre de Belsen – avec un strophe additionnel. Le deuxième strophe décrit le traitement reçu par les Juifs :

Les dentistes ont cherché de l’or dans leurs dents
Ont fouillé les Juifs pour des billets pliés
Quand ils avaient trouvé ce qu’ils voulaient,
“Alignez-les et tuez-les tous”

Pour une raison quelconque, la version avec Biggs est également modifiée dans sa composition musicale. Dans la version originale faite avec Rotten, le thème principal est un power riff. Quand elle a été réenregistrée pour la version Biggs, ce thème est drastiquement modifié en une progression plus conventionnelle. Ainsi, la tension de la version originale est assez dégonflée.

La version Biggs finit également avec un solo de saxophone, le premier sur un disque des Pistols. L’originale, en contre-partie, finit avec Johnny Rotten haranguant l’auditeur de “Sois un homme / Tue un homme / Sois quelqu’un / Tue quelqu’un / Sois un homme / Tue toi !” tandis que la musique s’arrête brusquement. Il y a un bref silence choqué avant que le public n’applaudisse. De cette version de cette chanson, Lester Bangs a écrit, “C’est l’une des choses les plus effrayantes que je n’ai jamais entendues. Tu te demandes exactement ce que tu voudrais affirmer en écoutant ça encore et encore. À un niveau, Johnny Rotten/Lydon est un insecte qui passe au-dessus des ruines en masses d’une civilisation aplanie par elle-même, ce que je suppose le justifie là maintenant, à un autre, c’est juste un autre trafiquant de nihilisme à deux balles avec tout ce qui va avec – racisme à deux balles, sexisme à deux balles, etc. Je ne suis toujours pas à l’aise avec Bodies. Mais encore, je ne l’ai jamais été, ce qui pourrait être l’intérêt. Mais encore je me demande s’il l’est. Après quoi je cesserai de me poser des questions sur quoi que ce soit au delà de la puissance de cette musique”.

Les deux versions de la chanson sont créditées à Steve Jones, Paul Cook, Johnny Rotten et Sid Vicious en tant que compositeurs (même si les paroles de la deuxième version ont été réécrites par Ronnie Biggs). Sur la plupart des versions de l’album, la version live est listée en police gothique sous le nom “Einmal Belsen war vortrefflich” et la version de Biggs, “Einmal Belsen war wirklich vortrefflich” ; ces titres en allemand à la mauvaise grammaire se traduisent plus ou moins par “Autrefois, Belsen était excellent” et “Autrefois, Belsen était vraiment excellent”. La première pochette britannique donnait les titres comme “Belsen Was a Gas” et “Belsen Vos a Gassa”.

Le coffret Sex Pistols de 2002 inclut une autre version live de Belsen Was a Gas sur le 3ème disque. Cette version a été enregistrée le 10 janvier 1978 à la Longhorn Ballroom de Dallas dans le Texas.

Public Image Ltd a joué la chanson sur scène de 1978 à 1979 dans un set qui comprenait principalement des chansons extraites du premier album du groupe, Public Image: First Issue. Au King’s Hall à Manchester en 1979, Lydon présente la chanson comme “la prochaine, c’est du sarcasme, au cas où vous ne le comprendrez pas”. Sur un enregistrement du concert de décembre 1978 au Rainbow Theatre, il répond aux plaintes du public en disant “Si vous faites autant de pataquès sur le putain de prochain bus que vous devez attendre, vous serez peut-être mieux, vous voyez ce que je veux dire ?”

La chanson a été joué par les Sex Pistols au concert de Crystal Palace pour le Jubilée d’argent en 2002 quand ils ont joué tout leur répertoire en une soirée. Quand les Sex Pistols se sont reformés pour une tournée de réunion aux États-Unis en 2003, après le début de la guerre en Irak, ils ont joué une version longue de la chanson, intitulée Baghdad Was a Blast, en attaque à la politique du président George W. Bush dans la région. Au premier concert du groupe à la Brixton Academy en novembre 2007, la chanson a été jouée dans une autre version adaptée, cette fois sous le titre Brixton Was a Blast.

La seconde version avec Ronnie Biggs devait à l’origine sortir en single, mais après l’interdiction de diffusion à la radio et de vente du single précédent, No One Is Innocent (à cause de Ronnie Biggs en chanteur), cette idée a été abandonnée.

Sid Vicious, compositeur de la chanson, a joué et sorti une version sur son unique album solo, Sid Sings. Après la version officielle plus connue par les Sex Pistols, celle de Vicious est encore une version live, introduite sur l’album comme “[écrite] par Sid Vicious !”.

Des reprises de la chanson ont été interprétées et enregistrées sur scène et en studio par divers groupes, dont le groupe punk britannique The Exploited qui ont joué la leur dès 1983. Chaos UK a également repris la chanson.

La version démo perdue de la chanson a depuis été découverte durant un récent passage de Virgin Records au Universal Music Catalogue. Elle a été incluse sur le coffret Never Mind The Bollocks, Here’s The Sex Pistols qui est sorti le 24 septembre 2012. Une version différente de la chanson – simplement intitulée Belsen Was a Gas Demo 2 – est sortie dans le cadre d’un coffret single le 19 avril 2014.

VOIR AUSSI :

  • Boy Looked at Johnny, The: The Obituary of Rock and Roll [Littérature]
  • D.O.A. [Films]
  • Generation Terrorists [Expressions]
  • God Save The Manics [Expressions]
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :