Le bouc hémisphère

lebouchemisphereLe bouc hémisphère (Vernon God Little, 2003) est un roman de DBC Pierre. C’était son premier roman et il a remporté le Booker Prize en 2003. Il a été adapté au théâtre deux fois.La vie de Vernon Little, adolescent normal qui vit à Martirio au Texas, s’effondre quand son meilleur ami, Jesus Navarro, assassine leurs camarades dans la cour avant de se suicider, et Vernon est emmené pour être interrogé. Il coopère avec le proviseur adjoint Vain Gurie, parce qu’il faisait une course pour un professeur, M. Nuckles, et n’est pas impliqué dans le massacre. La perception de l’innocence de Vernon s’affaiblit quand la meilleure amie de sa mère, Palmyra (Pam), obsédée par la nourriture, arrive et, contre l’avis de Vernon, l’emmène de force au Bar-B-Chew Barn, permettant ainsi à la police de déclarer qu’il peut s’enfuir. Eulalio (“Lally”) Ledesma, soi-disant reporter pour CNN, s’attire les faveurs de Doris, la mère de Vernon, et promet d’aider Vernon “à déplacer le modèle” de son histoire. Au lieu de cela, Lally trahit Vernon, qui retourne en prison en attendant une analyse psychiatrique.

Quand le psychiatre nommé par la cour, le Docteur Goosens, le touche de manière non appropriée, Vernon part, sachant que cela peut détruire ses espoirs de sortir de prison sous caution. L’audition pour la caution de Vernon suggère un alibi possible et aucune raison de le garder, alors Vernon est relâché comme patient en consultation externe de Goosens, sujet à des sessions régulières. Vernon, cependant, a l’intention de vivre le film Contre toute attente, dégoûté par Lally non seulement pour l’avoir trahi à nouveau avec une vidéo d’une interview avec Nuckles, mais aussi en s’introduisant dans la vie familiale de Vernon – y compris en partageant la chambre de Maman. Apprenant qu’une bande a l’intention de fouiller le champ de Keeter, où son fusil est caché, Vernon court pour y arriver avant eux, mais rencontre un étranger qui révèle que Lally est un imposteur. Vernon le confirme en téléphonant à la mère de Lally, aveugle et abandonnée, et projette comment la faire parler avec Maman. Vernon ne peut contrôler son tempérament assez bien pour faire tenir la preuve, cependant, mais Lally s’inquiète assez pour fuir et s’installer avec son amie Leona. Pour calmer Maman, Vernon ment et prétend avoir trouvé un travail, mais quand il manque une session avec Goosens et que la nouvelle que son fusil a été retrouvé se répand, il extorque de l’argent à un vieux pervers en le photographiant avec Ella et attrape un bus pour San Antonio. Puis il appelle Taylor, pour qui il a le béguin, et la rencontre à Houston où elle va à la fac. Cependant, leur rencontre se termine quand Taylor s’avère être la nièce de Leona.

Les belles paroles et l’argent permettent à Vernon d’aller au Mexique sans papiers, et le conducteur d’un camion, Pelayo, l’emmène dans son monde de rêves sur la plage près de Acapulco. Vernon se réveille le jour de son 16ème anniversaire au sommet du monde, mais plonge quand le virement de 600$ de Taylor n’arrive pas. À la place, contre toute attente, Taylor arrive en personne, l’emmène dans un hôtel de luxe, et utilise sa ruse pour lui faire admettre qu’il est un tueur. Ne suspectant pas qu’une série de meurtres dans le centre du Texas lui sont attribués ou que Lally a recruté Taylor, Vernon confesse hors contexte. Les gens de Lally saisissent Vernon, le remettent aux marshalls fédéraux, et il atterrit dans la prison de Harris County pour l’été. À l’automne, le jugement de Vernon passe à la télévision, avec les employés du tribunal, les témoins, et Vernon préparés pour les caméras. Vernon fait totalement confiance au système. Son avocat expose le comportement criminel de Goosens, discréditant son témoignage pour l’État, et Taylor et Lally sont vus en train de piéger Vernon. La tentative de Vernon de dire toute la vérité échoue, cependant, quand l’État produit l’affidavit de Pelayo, qui ne fournit aucun alibi, parce que Vernon utilise un pseudonyme au Mexique. Seul Nuckles peut acquitter Vernon quand il témoigne, mais le traite avec surprise de tueur. Vernon est acquitté de la tuerie du centre du Texas mais est reconnu coupable des meurtres de l’école et est envoyé dans le couloir de la mort.

Lally a étendu son empire multimédia pour inclure l’émission de télé-réalité ultime – une loterie d’exécution. Un meurtrier à la hache devenu prêcheur populaire aide Vernon à comprendre ses sentiments envers Maman, lui conseille de regarder le comportement animal et humain et de se rendre compte que Vernon est Dieu. Vernon a du mal à faire cela tandis qu’il survit à plusieurs votes, mais finalement son tour arrive. Il réfléchit à quels cadeaux il peut donner aux personnes dans sa vie. Il appelle les gens capables de montrer une opération qui détruit Lally et prouve l’innocence de Vernon. Un pardon arrive quelques secondes avant que les produits chimiques mortels sont envoyés dans son bras. Le bureau produit aussi la lettre de suicide de Jesus, condammant Goosens et Nuckles en prison pour pédophilie. Vernon et Ella se préparent pour des vacances au Mexique, et tout revient à la normale à Martirio.

Les juges du Booker Prize ont décrit ce livre comme une “comédie noire brillante qui reflète notre inquiétude mais également notre fascination pour les États-Unis”.

Le personnage de Vernon en tant qu’adolescent perturbé a attiré les comparaisons avec le personnage de Holden Cauldfield dans le roman l’Attrape-cœurs de J.D. Salinger. Il y a également d’importantes similitudes avec les Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain.

Le livre est écrit dans un vernaculaire contemporain – avec l’usage d’une langue satirique odieuse et une ironie pleine d’esprit. La ville dans laquelle vit Vernon, Martirio, tire ironiquement son nom du terme espagnol pour calvaire.

Anciennement artiste, dessinateur humoristique, photographe et cinéaste, et plus tard accusé d’être escroc et voleur après le ravage fou international causé par la drogue dans sa jeunesse, Pierre a écrit le roman à Londres après une période de thérapie, de reconstruction personnelles et de chômage. Il déclare que le roman était une réaction à la culture qui l’entourait, qui, après sa propre réorientation dans la vie, semblait être remplie des mêmes comportements délusionnels et d’assistés qui avaient conduit sa propre chute auparavant.

Le livre était à l’origine conçu comme la première partie d’une trilogie déconseillée par son éditeur britannique, mais que Pierre a vaguement poursuivie dans deux œuvres suivantes situées “dans la présence de la mort”, et qui traitaient de thèmes contemporains infectés par les médias : Ludmila’s Broken English (2006) et la dernière partie de sa trilogie End Times, Lights Out in Wonderland (2010). Ce troisième livre suit jusqu’à leur conclusion de nombreuses questions sous-jacentes à le Bouc hémisphère, et revient à la narration à la troisième personne d’un jeune homme séparé de sa culture, cette fois en Europe.

Publié en 2003, le roman a été récompensé du Bollinger Wodehouse Everyman Prize pour fiction comique et le Man Booker Prize pour fiction qui incluait une récompense de 50 000£. En gagnant ce prix, Pierre a déclaré que cet argent était “un tiers de ce que je dois dans le monde” et l’a rapidement utilisé pour régler d’anciennes dettes. Il a également gagné le prix du meilleur premier roman aux Whitbread Awards de 2013.

Le journal britannique Mail On Sunday a écrit : “Je n’avais pas aussi rit depuis le chef-d’œuvre de John Kennedy Toole la Conjuration des Imbéciles, ni ressenti autant de pure délice à la découverte d’une voix comique totalement fraîche”.

Jonathan Lethem, auteur de Motherless Brooklyn, a écrit : “Lisez le Boux hémisphère non seulement pour sa pertinence dangereuse, mais pour l’esprit brillant et la vitalité brute de sa voix”.

The Times a écrit : “Une satire remplie d’opprobre pour… [la] demi-culture de la télé-réalité, le fast-food et la mort donnée en vitesse… un livre qui ressemble à un burrito bien rempli”.

John Carey, professeur Merton de littérature anglaise à l’université d’Oxford, et président des juges Booker en 2003 a dit : “Lire le livre [de Pierre] m’a fait penser à comment la langue anglaise était au temps de Shakespeare, énormément libre, inventive, très idiomatique tout en étant pleine de poésie”.

Theodore Dalrymple a écrit que le roman “était une œuvre d’une méchanceté et d’une vulgarité horriblement tièdes” qui “se manifestaient même dans sa première phrase, et s’empiraient tandis que progressait le premier paragraphe” ; Dalrymphe a décrit l’auteur comme “un homme sans aucun talent littéraire perceptible dont la vulgarité d’esprit était profonde et absolue”.

En 2004, le Citizens Theatre de Glasgow a interprété la première internationale de l’adaptation au théâtre par Andrea Hart, mise en scène par Kenny Miller avec Pete Ashmore dans le rôle titre de Vernon.

Rufus Norris a mis en scène une adaptation théâtrale acclamée par la critique, par Tanya Ronder, au Young Vic en 2007 avec Colin Morgan dans le rôle de Vernon et Penny Layden dans le rôle de Vaine. L’adaptation de Ronder et la production du Young Vic ont été nommées pour un Laurence Olivier Award de meilleure nouvelle pièce. La pièce a été publiée en 2007, et une version révisée a été publiée en 2011.

Le réalisateur allemand Werner Herzog est en train de développer une possible adaptation au cinéma du Bouc hémisphère basée sur un scénario de Andrew Birkin.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :