“I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties than standing armies”

jeffersonthomas(“Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat”)
Thomas Jefferson – Setlist de la tournée Postcards From A Young Man

Thomas Jefferson, né le 13 avril 1743 à Shadwell (Virginie), et mort le 4 juillet 1826 à Monticello (même État), est le troisième président des États-Unis, de 1801 à 1809. Homme d’État philosophe, agronome, inventeur et architecte, il ne cache pas ses sympathies francophiles. Jefferson est attaché aux droits de l’Homme, pour lesquels il a lutté au sein de son État et du pays. Il faisait partie de l’élite des Lumières, et a connu les plus grands esprits de son temps. Rédacteur d’une partie de la Déclaration d’indépendance, il a doublé la superficie des États-Unis par l’achat de la Louisiane.

Thomas Jefferson naît en 1743 à Shadwell, dans le comté d’Albemarle, en Virginie. Ses parents, Peter Jefferson et Jane Randolph, font partie de familles de notables installés dans la région depuis plusieurs générations. Thomas Jefferson est le premier fils d’une famille de dix enfants. Son père est propriétaire d’une plantation dans le comté d’Albemarle, et consacre une partie de son temps à la cartographie et à l’autodidaxie ; il tient à ce que son fils Thomas ait une solide éducation.

En 1752, Thomas Jefferson fréquente une école dirigée par le révérend écossais William Douglas qui lui enseigne plusieurs langues, dont le latin, le grec ancien et le français, mais aussi l’espagnol, l’italien, et le vieil anglais. À la mort de son père en 1757, il n’est âgé que de 14 ans et il hérite de son immense propriété, sur laquelle travaillent des dizaines d’esclaves. Jefferson parfait sa culture classique, apprend les sciences naturelles et l’histoire auprès du révérend James Maury à Fredericksburg.

En 1760, Jefferson entreprend des études supérieures au Collège de William et Mary à Williamsburg où il se forme à des disciplines variées (botanique, géologie, cartographie, grec, latin, droit, histoire, philosophie). Il perfectionne son français. Son professeur de philosophie, William Small, lui donne le goût pour les auteurs anglais John Locke, Francis Bacon, Isaac Newton et lui apprend à utiliser le doute méthodique. Jefferson fréquente le Flat Hat Club, une société secrète et une fraternité étudiante. Diplômé en 1762, il étudie ensuite le droit auprès de son ami et mentor George Wythe. Il est admis au barreau en 1767 avant d’être élu à l’Assemblée de Virginie en 1769. Jefferson siège à la chambre des Bourgeois de Virginie, entre 1767 et 1775. Après l’incendie du manoir familial en 1770, Jefferson commence la construction de sa maison qui devient plus tard Monticello. En 1772, il épouse une veuve, Martha Wayles Skelton, avec laquelle il a six enfants : Martha (1772-1836), Jane (1774-1775), un fils mort-né (1777), Mary (1778-1804), Lucy Elisabeth (1780-1781) et Lucy Elisabeth II (1782-1784).

La montée du mécontentement des colons américains contre la Grande-Bretagne provoque l’engagement de Jefferson en politique. Il décide de rejoindre le groupe contestataire de Patrick Henry. Il ne se distingue pas par ses talents oratoires mais la valeur de ses écrits est appréciée.

Nourri des œuvres des philosophes du siècle des Lumières, Jefferson publie en 1774 son célèbre pamphlet Aperçu sommaire des droits de l’Amérique britannique, rapport destiné aux délégués de Virginie du premier Congrès continental. Cet essai ouvre une nouvelle voie vers l’indépendance des colonies et range Jefferson parmi les patriotes du peuple américain.

Au printemps 1775, Jefferson est choisi pour être délégué du Second Congrès continental à Philadelphie. En juin 1776, Jefferson prend part à la rédaction de la constitution de la Virginie, ce qui lui permet de proposer les principes auxquels il croit.

Le 11 juin 1776, l’assemblée de Philadelphie décide la rédaction de la Déclaration d’indépendance des États-Unis ; un comité de rédaction est formé qui comprend cinq hommes, John Adams, Roger Sherman, Benjamin Franklin, Robert Livingston et Thomas Jefferson. Ce dernier est chargé de préparer une ébauche et devient de fait le principal auteur du texte. Jefferson reprend les idées de John Locke sur les droits naturels. Après plusieurs modifications, le document est approuvé le 4 juillet 1776 : la déclaration représente l’un des textes fondamentaux du pays puisqu’il proclame l’indépendance américaine et le droit de se révolter contre la Grande-Bretagne.

En septembre, Jefferson se fait élire à la nouvelle chambre des délégués de l’État de Virginie. Dans le cadre de cette fonction, il collabore à la réforme législative vers plus de démocratie : dans le domaine de la religion, la liberté de culte ainsi que la séparation des Églises et de l’État sont établies. Les religions ne sont plus financées par l’argent public. La fonction publique est désormais ouverte à tous, sans distinction de croyance. Jefferson cherche à faire de la Virginie une République modèle pour le monde entier. Il fait des propositions pour réformer le système éducatif et esclavagiste de sa région. Sous son impulsion, la traite des Noirs est interdite en 1778.

Jefferson occupe ensuite le poste de gouverneur de Virginie entre 1779 et 1781. C’est sous son mandat que la capitale de la Virginie est transférée de Williamsburg à Richmond. Pendant la guerre d’indépendance, son État est envahi à deux reprises par les Anglais. Il faillit être capturé par la cavalerie britannique à Charlottesville, mais il réussit à s’enfuir grâce à l’héroïque chevauchée nocturne de Jack Jouett pour le prévenir de leur arrivée. Son action est durement critiquée : on lui reproche son manque d’efficacité lors de l’attaque anglaise. Jefferson finit par se retirer sur ses terres de Monticello pour s’occuper de sa femme enceinte et malade. Le décès de celle-ci en 1782 le plonge dans un profond chagrin et il promet de ne jamais se remarier. Pendant cette période de retraite, Jefferson rédige les Observations sur la Virginie (en anglais Notes on Virginia), dans lesquelles il analyse les statuts de l’État.

Jefferson revient aux affaires en décembre 1782 : il devient délégué de la Virginie au congrès continental ; il propose en 1784 une procédure d’adhésion et de découpage pour les nouveaux territoires de l’Union. Le Congrès s’inspire de ces propositions qui servirent de base à l’ordonnance du Nord-Ouest de 1787.

Au cours de l’été 1784, Jefferson arrive en Europe pour négocier des traités aux côtés de Benjamin Franklin. Il lui succède en tant qu’ambassadeur en France, de mai 1785 au mois d’août 1789. Après avoir résidé dans plusieurs hôtels parisiens, l’ambassadeur se fixe à l’hôtel de Langeac, près des Champs-Élysées actuels. Il prend goût à la vie parisienne, fréquente les salons littéraires et les libraires de la capitale. Il visite plusieurs contrées d’Europe de l’Ouest (France, Italie, Angleterre, Hollande, Rhénanie). Son action en tant qu’ambassadeur vise à développer les relations commerciales entre les deux pays. Il s’emploie à redresser l’image des États-Unis auprès des élites françaises.

Jefferson n’a donc pas pu participer aux débats portant sur la constitution des États-Unis en 1787. Il les suit de loin, grâce à sa correspondance, et affirme son soutien à la déclaration des droits (en anglais Bill of Rights). C’est en 1785 que paraissent en France ses Notes on Virginia. Lors de son séjour français, Jefferson profite de la vie culturelle de Paris. Il est très attaché à la France, mais se montre critique vis-à-vis de la monarchie absolue et des mœurs des Français, qu’il juge dissolues. Il est témoin des premiers épisodes de la Révolution française. Jefferson commente et annote un projet de déclaration des droits présenté par son ami La Fayette au cours des débats sur la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Jefferson rentre aux États-Unis en novembre 1789.

En mars 1790, Jefferson est choisi comme secrétaire d’État du premier gouvernement de George Washington (1789–1793). Ses fonctions lui permettent d’organiser le secrétariat d’État et d’unifier les poids et les mesures. Jefferson soumet l’idée d’un système métrique pour le pays, mais sa proposition n’est pas retenue. Il entre en confrontation avec le secrétaire au Trésor Alexander Hamilton au sujet de l’importance des dépenses qui creusent le déficit en 1790. Ces dissensions prennent une dimension nationale et contribuent à la formation de deux partis politiques distincts (en anglais two-party system) : les républicains-démocrates de Jefferson, contre les Fédéralistes d’Hamilton. Le premier prône un pouvoir fédéral très restreint et veut donner aux États fédérés la quasi-totalité des pouvoirs sur la politique intérieure. Les deux formations politiques utilisent la presse pour convaincre l’opinion et les membres du Congrès. C’est le début du First Party System aux États-Unis.

Jefferson et Hamilton ne sont pas plus d’accord sur la politique extérieure : le premier soutient le parti français à Washington lorsque la Grande-Bretagne déclare la guerre à la Convention en 1793. Le second ne cache pas ses sympathies anglophiles. Après le traité de Londres (Jay Treaty) qui accorde le soutien de Washington à Londres contre la France, Jefferson préfère se retirer sur ses terres de Monticello. Il se présente à l’élection présidentielle en 1796 : il arrive deuxième derrière John Adams, et devient son vice-président. Sa fonction lui permet de retourner fréquemment en Virginie.

Avec la Quasi-guerre navale contre la France (1798-1800), les fédéralistes menés par John Adams font construire une marine de combat et lèvent de nouveaux impôts. Le Congrès adopte les Alien and Sedition Acts (Lois sur les étrangers et la sédition) auxquels s’oppose Jefferson. En 1800, Jefferson se lance à nouveau dans la campagne présidentielle.

Ses adversaires politiques le décrivent comme un déiste, un athée et un ennemi de la religion chrétienne. Jefferson est également accusé d’entretenir une relation avec une de ses esclaves noires, dont il aurait eu plusieurs enfants. Son rival Alexander Hamilton le traite de démagogue. Jefferson réplique en accusant Hamilton de vouloir établir un régime monarchique. Ce dernier veut soumettre les intérêts individuels à la grandeur de la nation. Jefferson considère que la République doit assurer les droits individuels exprimés dans la Déclaration d’Indépendance.

Finalement, les fédéralistes perdent l’élection présidentielle. Le Collège électoral se réunit le 3 décembre 1800 mais il ne peut départager les deux candidats démocrates-républicains Thomas Jefferson et Aaron Burr. Conformément à la Constitution, c’est la Chambre des représentants qui élit alors le président ; après 36 tours, Jefferson emporte la présidence le 17 février 1801, paradoxalement grâce au soutien de son ennemi Alexander Hamilton. Ce dernier le préfère en effet à Aaron Burr, qu’il trouve malhonnête et qui ne mérite pas, selon lui, d’accéder au pouvoir. Jefferson avait également promis à Hamilton de supprimer toutes les taxes intérieures, le gouvernement fédéral n’étant financé qu’à partir des droits de douane. Jefferson proposera la même année une abolition progressive de l’esclavage qui sera rejetée par le Sénat.

Le premier mandat présidentiel de Thomas Jefferson est marqué par d’importants succès (achat de la Louisiane), des réformes politiques et une certaine popularité. Le président prend officiellement ses fonctions le 4 mars 1801. La cérémonie se déroule pour la première fois à Washington, D.C., qui devient la capitale fédérale. La présidence de Jefferson marque une étape importante dans la tradition démocratique américaine : elle représente en effet la première alternance entre les deux principaux partis politiques du pays.

Sur le plan législatif, plusieurs réformes sont entreprises :
Le président parvient à calmer l’opposition fédéraliste.

  • Finances: les impôts directs, l’impôt sur l’alcool et la loi de 1798 sur les étrangers sont supprimées. Le gouvernement fédéral ne peut se financer que sur les droits de douane. Jefferson lutte avec succès contre l’endettement du pays.
  • Jefferson favorise l’immigration en assouplissant les règles d’entrée sur le territoire américain.
  • D’autre part, le premier mandat de Jefferson marque un approfondissement des institutions du pays. En 1803, la décision de justice Marbury contre Madison donne à la cour suprême la faculté de vérifier la constitutionnalité des lois. En 1804, est adopté leXIIème amendement à la Constitution qui modifie le système des grands électeurs qui dorénavant votent séparément pour le président et le vice-président, diminuant ainsi le risque d’une cohabitation entre deux personnalités politiquement opposées.

Jefferson envoie deux émissaires auprès de Napoléon pour négocier l’achat de La Nouvelle-Orléans. Ils se voient offrir l’ensemble de la Louisiane française, soit un territoire de 2,1 millions de kilomètres carrés, pour la somme de 60 millions de francs-or (15 millions de dollars). Jefferson approuve cet achat qui est ratifié par le Congrès le 30 avril 1803. La souveraineté américaine entre en vigueur le 20 décembre 1803 (acte du Louisiana Purchase). Cette annexion, la première du genre, double la surface des États-Unis. Elle représente l’un des plus beaux succès politiques de Jefferson. Elle constitue un moyen de stabiliser la jeune république en donnant des terres aux colons.

Jefferson envoie l’expédition Lewis et Clark (1804-1806) vers la côte ouest pour reconnaître les territoires situés entre ceux de l’Union et l’Océan Pacifique et trouver un passage fluvial à travers la barrière des Montagnes Rocheuses. Il obtient du Congrès une subvention de 2 500 dollars afin de financer l’expédition. Jefferson rêve de trouver des mammouths, des volcans et des montagnes de sel, et surtout de rechercher le meilleur passage vers l’océan Pacifique à travers les montagnes Rocheuses. L’expédition permet l’étude des tribus amérindiennes, de la flore, de la faune et de la géologie de ces contrées. Jefferson peut donc être considéré comme l’un des initiateurs de la conquête de l’Ouest. Ordre avait été donné à Meriwether Lewis et à William Clark d’être amicaux et compréhensifs avec les tribus indiennes (majoritairement pacifiques – Lakotas mis à part), ce qu’ils ont fait. L’idée de Jefferson était de les prévenir de l’arrivée inéluctable de l’homme blanc au-delà de la “Frontier” (territoires indiens).

La fin du premier mandat de Jefferson est ternie par un drame familial : en avril 1804, sa fille Mary meurt des suites d’un accouchement difficile ; Martha est alors la seule survivante de ses six enfants. Jefferson se présente pour un deuxième mandat et remporte les élections le 5 décembre 1804.

Le second mandat présidentiel de Thomas Jefferson est plus difficile que le premier. Avec son vice-président George Clinton, il doit faire face à plusieurs problèmes : sur le plan des affaires étrangères, Jefferson tente de préserver la neutralité de son pays face aux troubles des guerres napoléoniennes. En outre, le parti de Jefferson est affaibli par la scission de John Randolph qui forme le groupe des “Quids” ou “Vieux Républicains”, qui se rangent aux côtés de James Monroe. Enfin, la conspiration de Burr menace l’unité du pays.

Au début de l’année 1805, Jefferson apprend la rumeur d’un complot mené par Aaron Burr, qui avait été vice-président durant sa première présidence. Le personnage intriguait pour entraîner une sécession des États de l’Ouest américain. Burr préférait détruire l’Union plutôt que d’accepter la réélection de Jefferson. Après une longue période d’attentisme, le président se décide à le faire arrêter. Burr est finalement jugé en 1807, mais le tribunal décide de l’acquitter.

À la fin du mandat présidentiel, le Congrès vote l’interdiction de la traite des Noirs (1808). Jefferson aurait sans doute remporté une troisième élection présidentielle, mais il décide de se retirer comme l’avait fait George Washington avant lui.

Sur le plan des relations internationales, Jefferson essaie de maintenir la neutralité des États-Unis dans les guerres napoléoniennes : il refuse de choisir entre la Grande-Bretagne et la France. Le président tente aussi de maintenir ouvertes les voies maritimes face aux attaques des corsaires et pirates, ce qui l’amène à renforcer la marine de guerre.

À ce moment la marine britannique impose un blocus à la France et de nombreux navires marchands américains sont saisis par les Britanniques. Ces derniers tentent parfois d’enrôler de force les marins américains.

En réponse à ces pratiques, Jefferson fait voter l’Embargo Act (“Loi sur l’embargo”) en 1807 : aucun bateau ne peut entrer ni sortir des ports américains. Seuls ont perduré quelques échanges clandestins, le commerce entre les États-Unis et le reste du monde disparaissant presque totalement. Cette mesure, destinée à affaiblir la Grande-Bretagne a en fait largement nui à la prospérité américaine, faisant chuter le revenu réel des États-Unis de 8 %, impact inattendu étant donné la faiblesse des échanges américains avec le reste du monde à cette époque.

L’Embargo Act est de plus critiqué parce qu’il contrarie les droits individuels et affecte l’activité des marchands de la côte atlantique. Il provoque des manifestations dans les villes. Des libelles contre Jefferson circulent :

Thomas Jefferson, vous êtes le plus fieffé imbécile auquel Dieu ait donné vie. Que Dieu vous voue au diable

Finalement, le congrès obtient le pouvoir de réguler le commerce extérieur et décide d’abolir l’Embargo Act, qui est remplacé par la Nonintercourse Law. Cependant, les relations commerciales avec la France et la Grande-Bretagne demeurent suspendues.

Après son second mandat présidentiel, Jefferson se retire dans sa propriété de Monticello, où il dessine les plans de l’université de Virginie et s’adonne à satisfaire sa curiosité. Il collectionne les livres, gère sa plantation et suit de loin la politique de son pays.

Jefferson meurt le 4 juillet 1826, à une heure de l’après-midi, à l’âge de 83 ans. Son destin voulut qu’il décéde exactement 50 ans après la signature de la Déclaration d’Indépendance, dont il était le père. John Adams, lui aussi acteur majeur de la Révolution américaine, s’éteint le même jour, quelques heures après son ami. Les derniers mots de Jefferson auraient été “Sommes-nous déjà le 4 ?” ; ceux de John Adams : “Thomas Jefferson vit-il toujours ?”. À l’époque, Jefferson était célébré comme l’un des pères de la nation, une sorte de “saint laïque”.

Jefferson est enterré à Monticello, aux côtés de sa femme et de ses filles. Il est l’auteur de sa propre épitaphe, qui ne fait aucune référence à son rôle de président :

Ici repose Thomas Jefferson,
Auteur de la déclaration d’indépendance des États-Unis
Auteur de la loi sur la liberté religieuse en Virginie
Fondateur de l’université de Virginie

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :