“Call no man happy until he’s dead”

(“Personne ne doit être dit heureux avant sa mort”)
Proverbe chinois comme le disent les Manics mais peut aussi être une citation de Eschyle ou d’Hérode

Extrait de la pièce de Eschyle, Agamemnon et l’œuvre d’Hérode Les histoires

Texte original :
[Texte d’Eschyle]
“[…] For a mortal man to place his foot like this
on rich embroidery is, in my view,
not without some risk. So I’m telling you
honour me as a man, not as a god.
My fame proclaims itself. It doesn’t need
foot mats made out of these embroideries. 1090
Not even to think of doing something bad
is god’s greatest gift. When a man’s life ends
in great prosperity, only then can we declare
that he’s a happy man. Thus, if I act,
in every circumstance, as I ought to now,
there’s nothing I need fear. […]”

[Texte d’Hérode]
“[…] If, in addition to all this, he end his life well, he is of a truth the man of whom thou art in search, the man who may rightly be termed happy. Call him, however, until he die, not happy but fortunate. Scarcely, indeed, can any man unite all these advantages: as there is no country which contains within it all that it needs, but each, while it possesses some things, lacks others, and the best country is that which contains the most; so no single human being is complete in every respect- something is always lacking. He who unites the greatest number of advantages, and retaining them to the day of his death, then dies peaceably, that man alone, sire, is, in my judgment, entitled to bear the name of ‘happy.’ But in every matter it behoves us to mark well the end: for oftentimes God gives men a gleam of happiness, and then plunges them into ruin.[…]”

Proverbe chinois. Ces proverbes, qui ont plus de mille ans, expriment la philosophie chinoise de la vie et grâce à ces proverbes l’ancienne façon de penser a survécu durant les siècles. Leur contenu varie : ils traitent de la vie, mais aussi de l’astronomie ou de la lutte (voir Know Your Enemy [Expressions]).

C’est aussi une sage parole de Agamemnon, personnage dans la pièce Agamemnon, écrite par Eschyle, tragique poète grec qui a vécu de 525 av. JC à 456 av. JC. On peut trouver cette citation à la ligne 938.

C’est également une sage parole que le païen Solon dit à Crésus dans le livre 1 de l’œuvre d’Hérode Les histoires. C’est le récit des recherches faites par l’auteur grec Hérode sur Halicarnassus (c. 480-429). Le livre 1 raconte une célèbre histoire de la rencontre entre le roi lydian Crésus, considéré comme un des plus riches hommes du monde et Solon, le sage Athénien.

VOIR AUSSI :

Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :