Le dernier Roi d’Écosse

ledernierroidecosseLe dernier Roi d’Écosse est un film historique de 2006 adapté du roman éponyme de Giles Foden (1998) par les scénaristes Peter Morgan et Jeremy Brock et réalisé par Kevin Macdonald. Le film était une co-production entre des sociétés du Royaume-Uni et des États-Unis, dont Fox Searchlight Pictures et Film4 et a été un succès financier.

Le film raconte l’histoire fictive de Nicholas Garrigan (James McAvoy), jeune médecin écossais qui va en Ouganda et devient le médecin personnel du président Idi Amin Dada (Forest Whitaker). Le film se base sur des événements du règne d’Amin, et le titre vient d’un reporter lors d’une conférence de presse qui souhaitait vérifier si Amin, qui était connu pour adopter des titres fantasques, se déclarait Roi d’Écosse.

Le film a été beaucoup acclamé par la critique. Un centre d’intérêt particulier est allé à Whitaker, qui a été exceptionnellement acclamé par la critique pour son portrait d’Amin. Il a remporté l’Oscar du meilleur acteur, entre autres.


En 1970, Nicholas Garrigan finit ses études de médecine à l’université d’Édimbourg. Avec des perspectives sans intérêt chez lui, il décide de chercher l’aventure à l’étranger en travaillant dans une clinique de missionnaires en Ouganda tenue par le Dr David Merrit (Adam Kotz) et sa femme, Sarah. Garrigan est attiré par Sarah, qui apprécie l’attention, mais refuse de s’engager dans une liaison extra-maritale.

Pendant ce temps, le général Idi Amin renverse le président en fonction, Milton Obote, lors d’un coup d’État. Garrigan croit sincèrement que Amin aidera le pays, tandis que Sarah le prévient des présidents qui ont pris le pouvoir avant.

Garrigan est appelé sur un petit accident de voiture où il soigne la main d’Amin. Durant l’incident, Garrigan prend une arme et tue une vache mortellement blessée parce que personne n’a la présence d’esprit d’abréger ses souffrances. Amin est impressionné par son action rapide et sa prise d’initiative. Amin, qui aime l’Écosse comme symbole de résistance et qui admire le peuple écossais pour sa résistance aux Anglais, est ravi de découvrir la nationalité de Garrigan et échange sa chemise militaire avec le t-shirt de l’Écosse de Garrigan. Amin invite Garrigan à devenir son médecin personnel et à prendre en charge la modernisation du système de sécurité sociale du pays.

Garrigan devient rapidement le confident intime de Amin et ce dernier compte sur lui pour beaucoup plus de choses que le médical, comme les affaires d’État. Bien que Garrigan soit conscient de la violence autour de Kampala, il accepte l’explication de Amin que sévir contre l’opposition apportera une paix durable au pays. Garrigan découvre que le chef polygame a ostracisé la plus jeune de ses trois femmes, Kay, parce qu’elle a donné naissance à un fils épileptique, Mackenzie. Alors qu’il soigne Mackenzie, Garrigan et Kay forment une relation et couchent ensemble, mais Kay lui dit qu’il doit trouver un moyen de quitter l’Ouganda. Finalement, Garrigan commence à perdre foi en Amin tandis qu’il est témoin de la paranoïa croissante, des meurtres et de la xénophobie lors de l’expulsion des asiatiques du pays. Amin remplace le passeport britannique de Garrigan par un ougandais pour l’empêcher de fuir, ce qui mène Garrigan à chercher frénétiquement de l’aide chez Stone, le représentant local du Bureau des Affaires étrangères britannique. On dit à Garrigan que les Britanniques l’aideront à quitter l’Ouganda s’il utilise sa position pour assassiner Amin, mais Garrigan refuse.

Kay informe Garrigan qu’elle est tombée enceinte de lui. Consciente que Amin la tuera pour infidélité s’il découvre cela, elle supplie Garrigan de la faire secrètement avorter. Retardé par l’ordre de Amin qu’il assiste à une conférence de presse avec des journaliste occidentaux, Garrigan rate son rendez-vous avec Kay. Elle en conclut qu’elle a été abandonnée et recherche un avortement primitif dans un village voisin, où elle est appréhendée par les forces de Amin. Garrigan trouve son corps démembré sur une table d’autopsie et tombe à genoux avec des hauts-le-cœur, confrontant finalement l’inhumanité du régime de Amin et décide que le tuer mettra fin à tout.

Un avion détourné est envoyé à Entebbe par des pirates de l’air pro-Palestine cherchant l’asile des agents de la loi internationale. Amin, sentant une opportunité majeure de publicité, se précipite vers la scène, emmenant Garrigan. À l’aéroport, l’un des gardes du corps de Amin découvre le complot de Garrigan d’empoisonner Amin sous la ruse de lui donner des pilules contre les maux de tête. Sa traîtrise révélée, Garrigan est frappé par les hommes de main de Amin avant que Amin lui-même arrive et lui révèle qu’il est au courant de sa relation avec Kay. En punition, la poitrine de Garrigan est percée de crochets à viande puis il est pendu par la peau.

Amin affrète un avion pour la remise en liberté des passagers non israéliens, et les tortionnaires laissent Garrigan inconscient et en sang par terre alors qu’ils se relaxent dans une autre pièce. Le collègue de Garrigan, le Dr Junju, profite de l’opportunité pour le sauver. Il demande à Garrigan de raconter au monde la vérité sur le régime de Amin, affirmant que le monde croira Garrigan parce qu’il est blanc. Junju donne à Garrigan sa propre veste, lui permettant de se mêler incognito à la foule des otages libérés et de monter dans l’avion. Quand les tortionnaires découvrent l’absence de Garrigan, Junju est tué pour avoir contribué à la fuite tandis que l’avion décolle avec Garrigan à bord. Amin est informé trop tard pour l’empêcher, tandis que Garrigan se souvient en pleurant du peuple ougandais.


Whitaker a été exceptionnellement acclamé par la critique pour son interprétation de Amin. Il a remporté les récompenses de meilleur acteur aux Oscars, aux Golden Globes, aux Screen Actors Guild Awards et aux BAFTA. De plus, Whitaker a également remporté des récompenses de la Broadcast Film Critics Association, du New York Film Critics’ Circle, de la Los Angeles Film Critics’ Association, du National Board Of Review et de nombreuses autres récompenses, pour un total de 23 statuettes majeures, avec au moins une nomination de plus.

Le film a reçu le BAFTA du meilleur film britannique en 2007 et celui de la meilleure adaptation, en plus d’une nomination pour meilleur film. McAvoy a été nommé pour meilleur acteur de second rôle.

Le film a été bien reçu en Ouganda où il est sorti deux jours avant que Whitaker ne remporte l’Oscar du meilleur acteur.


Tandis que le personnage d’Idi Amin et les événements qui l’entourent sont principalement basés sur des faits réels, Garrigan est un personnage fictif. Foden a reconnu qu’une personnalité de la vraie vie qui a contribué au personnage de Garrigan était l’Anglais Bob Astles, qui a travaillé avec Amin. Une autre personnalité réelle qui a été mentionnée en lien avec Garrigan est le médecin écossais Wilson Carswell. Comme le roman dont il est adapté, le film mélange la fiction avec des événements réels de l’histoire ougandaise pour donner une idée de Amin et de l’Ouganda sous son règne. Bien que les événements de base de la vie de Amin soient suivis, le film s’écarte souvent de la véritable histoire dans les détails d’événements particuliers.

Dans la vraie vie et le livre, Kay Amin a été fécondée par son amant le Dr Mbalu Mukasa. Elle est morte au cours d’un avortement bâclé pratiqué par Mukasa qui a fini pas se suicider. Bob Astles a dit dans une longue interview avec le journaliste Paul Vallety du Times que son corps a été démembré par son amant de manière à pouvoir être dissimuler et a été ensuite recousu sur les ordres de Amin. Amin n’a jamais eu de fils nommé Campbell.

Contrairement à la formulation du bilan du film, trois otages sont morts durant l’Opération Entebbe. Le corps d’un quatrième otage, Dora Bloch, 75 ans, qui a été tuée par des officiers de l’armée ougandaise dans un hôpital proche en représailles des actions d’Israël, a finalement été retourné à Israël.

Certains historiens croient que le film et sa représentation de Amin sont comparables au personnage shakespearien de Macbeth. Selon Foden, adapter le personnage titulaire de Macbeth comme dictateur du tiers monde est plausible.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s