The Guardian – 21 juillet 2006 : James Dean Bradfield, The Great Western

★★★★

Bradfield dit de son premier projet non Manic Street Preachers : “Voir Paroles et musique de James Dean Bradfield écrit m’a rendu heureux. J’ai perdu un peu de mon insécurité”. Il est doux d’entendre le leader aux poumons de cuivre confesser un manque de confiance ; ici, en plein hurlement, il sonne comme le roi de tout ce qu’il inspecte.

Il fait le gros de ses grands arrangements dans lesquels les guitares carillonnent, les xylophones tintent et les cors gémissent. Une veine mélodramatique façon Everything Must Go court dans la musique, qui se démarque chantée sous la douche (notamment Bad Boys And Painkillers, co-écrit avec Nicky Wire, et An English Gentleman) – mais Bradfield mérite également des applaudissements pour ses paroles.

Il a 37 ans et au moment où il y a autant sur quoi se retourner qu’à attendre, il écrit avec une sensibilité inattendue. Un succès.

Caroline Sullivan

Traduction : 9 janvier 2009

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s