Suede

Ont tourné avec les Manics, ont été repris également par les Manics

Suede est un groupe anglais de rock alternatif. Formé à Londres en 1989, la première formation proéminente du groupe comprenait le chanteur Brett Anderson, le guitariste Bernard Butler, le bassiste Mat Osman et le batteur Simon Gilbert. En 1992, Suede ont été acclamé comme “Le Meilleur Nouveau Groupe de Grande Bretagne” et a attiré beaucoup d’attention de la part de la presse musicale britannique. L’année suivante, leur premier album inspiré par le glam-rock, Suede, a été au sommet des charts et est devenu le premier album a se vendre le plus vite en pratiquement une décennie, contribuant à démarrer le mouvement Britpop. Cependant, le successeur luxueux, Dog Man Star (1994), a vu Suede prendre leurs distances de leurs pairs Britpop. Bien qu’il soit considéré souvent comme le chef d’œuvre du groupe, les session d’enregistrement de Dog Man Star ont été lourdes de difficultés, et se sont conclues par le départ de Butler après des disputes échaudées avec Anderson.

En 1996, après le recrutement de Richard Oakes et plus tard du clavériste Neil Codling, Suede a eu un plus grand succès commercial avec Coming Up. L’album est entré à la première place des charts au Royaume Uni, produisant cinq singles du Top 10 et est devenu leur album qui s’est le plus vendu de part le monde. Après la sortie de la compilation de faces B Sci-Fi Lullabies en 1997, Anderson est devenu accro au crack et à l’héroïne. Malgré des problèmes au sein du groupe, le quatrième album de Suede, Head Music (1999) a bien marché en Grande Bretagne. Le dernier album de Suede, A New Morning (2002), le premier après la chute de Nude Records, a été un échec commercial. En 2003, après la sortie de la compilation Singles, Suede se sont séparés. Après beaucoup de spéculation, Suede s’est reformé en 2010 pour une série de concerts.

Brett Anderson et Justine Frischmann se sont rencontrés en 1989 à l’University College London et se sont mis ensemble peu de temps après. Ensemble et avec l’ami d’enfance de Anderson, Mat Osman, ils ont décidé qu’ils avaient le cœur d’un groupe, et ont passé plusieurs heures par jour à faire des reprises des Beatles, des Smiths et de David Bowie. Après s’être décidés que ni Anderson, ni Frischman n’avaient le talent de guitariste soliste, le groupe a placé une petite annonce dans le NME pour trouver quelqu’un. Elle est passée dans le numéro du 28 octobre 1989 : “Jeune guitariste requis par un groupe de Londres. Smiths, Commotions, Bowie, PSB’s. Pas de zikos. Certaines choses sont plus importantes que la capacité. Appelez Brett”. La petite annonce a intéressé Bernard Butler, 19 ans, qui a rapidement auditionné pour rejoindre le groupe. Le groupe s’est décidé pour le nom de Suede ; sans batteur, le groupe a utilisé au départ une boîte à rythmes. Malgré les efforts de Frischmann en tant que manager de facto du groupe, le groupe a d’abord joué dans de petites salles du quartier londonien de Camden Town.

La première percée de Suede est venue avec leur seconde démo Specially Suede qu’ils ont envoyée pour le concours Demo Clash, émission radio sur Greater London Radio animée par Gary Crowley. Wonderful Sometimes a gagné Demo Clash pendant 5 dimanches de suite en 1990, menant au contrat avec le label indé de Brighton RML. La chanson est apparue sur une cassette en avril 1990, représentant la première sortie officielle de Suede. Après une série de concerts avec une boîte à rythmes sur laquelle on ne pouvait compter, Suede a décidé de recruter un batteur à temps complet. Justin Welch a brièvement rempli le rôle de batteur, bien qu’il n’ait duré que six semaines, avant de rejoindre le groupe de Crawley, Spitfire. Après le départ de Welch, Suede a passé une autre petite annonce à la recherche d’un remplaçant. À la surprise du groupe, la réponse est venue de l’ancien batteur des Smiths Mike Joyce. Joyce a refusé à contre cœur le rôle de batteur comme il pensait que Suede devaient encore se forger leur propre identité. Il pensait qu’être dans un groupe qui avaient des similitudes avec les Smiths, il leur aurait fait plus de mal que de bien. Joyce est resté assez longtemps pour enregistrer deux chansons avec le groupes, qui sont sorties en single Be My God / Art sur RML Records. Le groupe n’a pas été satisfait du résultat, et la plupart des 500 exemplaires pressés ont été détruits. En juin 1990, Suede a trouvé un batteur permanent, Simon Gilbert, via l’ancien manager Ricky Gervais. Les deux travaillaient à l’ULU. Après avoir entendu leur démo et s’étant rendu compte qu’ils n’avaient pas de batteur, Gilbert a demandé à auditionner.

En 1991, Anderson et Frischmann s’étaient séparés ; Frischmann avait commencé à sortir avec Damon Albarn de Blur. Frischmann croyait que le groupe pourrait s’accomoder à la nouvelle situation. Cependant, la situation a tourné au vinaigre ; Butler se souvient : “Elle arrivait en retard et disait la pire chose au monde – j’étais sur le tournage d’un clip de Blur. C’est là que ça s’est terminé, vraiment. Je pense que le lendemain où elle a dit ça, Brett m’a téléphoné et m’a dit : Je l’ai virée”. Après le départ de Frischmann, le caractère du groupe a changé. “Si Justine n’avait pas quitté le groupe, a dit Anderson, je ne pense pas qu’on serait allés quelque part. C’était une combinaison d’être personnellement motivé et la chimie d’avoir raison une fois qu’elle est partie”. Anderson et Butler sont devenus proches et ont commencé à écrire des nouvelles chansons ensemble. Cependant, la musique du groupe était décalée de celle de leurs contemporains londoniens ainsi que des groupes grunge américains. Anderson a dit : “Durant 1991, les directeurs artistiques ne nous regardaient pas deux fois”.

À la fin de l’année 1991 et début 1992, Suede ont reçu de nombreuses mentions favorables dans la presse musicale, leur donnant des concerts sponsorisés par le NME auxquels ont assisté des personnages musicaux comme l’ancien chanteur des Smiths, Morrissey. L’un des concerts à l’ULU en octobre 1991, qui a attiré l’attention des médias, a été le dernier concert de Frischmann. John Mulvey du NME, le journaliste qui a écrit pour la première fois sur Suede était à l’ULU. Il a dit : “Ils ont du charme, de l’agression, et… sinon de l’érotisme, mais quelque chose d’un peu dangereux et d’excitant”.

Après avoir vu le groupe jouer lors d’un concert du NME en janvier 1992, Saul Galpern s’est rapproché du groupe pour qu’il signe sur son label indépendant Nude Records. Suede a par la suite signé un contrat de deux singles chez Nude en février 1992 pour le somme de 3132£. Après l’offre de Nude, Suede a attiré plus d’intérêt de la part de Island Records et de East West Records, qui voulaient les signer sur du long terme. Suede était acclamés comme “The next big thing” et avant la sortie du premier single du groupe, la couverture du numéro du 25 avril du Melody Maker comprenait le groupe avec le titre “Suede : Le Meilleur Nouveau Groupe de Grande Bretagne”.

Le premier single du groupe, The Drowners, a attiré de l’excitation à cause de son contraste avec la scène Madchester mourante et le son grunge américain de l’époque. Tube modéré, The Drowners a atteint la 49ème place des charts singles britanniques en mai. Le groupe ont alors été approchés par Geffen Records et bien que le contrat de Geffen était très attirant (Galpern l’a décrit comme “malade”), le groupe en avait beaucoup d’autres à considérer. En septembre 1992, ils ont sorti leur second single, Metal Mickey, qui est entré à la 17ème place. C’était le seul single de Suede à percer dans le Top 10 Modern Rock américain, à la 7ème place. Peu après la sortie de Metal Mickey, Suede a signé chez Nude/Sony. Galpern était déterminé à signer le groupe sur du long terme et a passé un contrat avec Sony – en faisant un petit label indépendant avec le soutien d’une major. Le contrat a donné à Suede un contrôle créatif tel que les pochettes de leurs disques.

Anderson est rapidement devenu notoire pour avoir causé une controverse comme sa citation qui refera surface dans les interviews et les articles durant les années suivantes, qu’il était “un bisexuel qui n’avait jamais eu d’expérience homosexuelle”. En février 1993, Suede sont passés de groupe indé hautement vantés à candidats majeurs des charts avec leur troisième single, Animal Nitrate, qui est allé dans le top 10 britannique. Le single leur a offert une invitation de dernière minute pour jouer à la cérémonie des Brit Awards de cette année là. Impressionnés par la sexualité chargé du groupe, la première séquence de singles et le premier album de Suede ont choqué autant le public que les critiques. Les paroles sexuelles de Suede en ont fait un point de ralliement des aliénés, un des quelques groupes britanniques depuis les Smiths qui unissaient autant qu’ils divisaient. Des comparaisons ont été faites avec David Bowie, bien que Suede ne sonnaient comme rien datant de cette époque, et rapidement, ils ont été classés dans ce que les critiques ont rapidement considéré comme un nouveau mouvement. Anderson se rappelle : “J’ai toujours été fasciné par la banlieue, et j’aimais éparpillé ces références tordues à la vie dans les petites villes britanniques dans les chansons. C’était avant qu’on ait ce terme horrible de Britpop”.

Durant l’année qui a mené à la sortie de leur premier album, Suede était le groupe sur qui on a le plus écrit en Grande Bretagne. L’éponyme Suede est entré dans les charts britanniques à la 1ère place, enregistrant les plus grosses premières ventes depuis Welcome to the Pleasuredome de Frankie Goes To Hollywood dix ans auparavant. Il s’est venu à 100 000 exemplaires durant sa première sortie, prenant le statut or le deuxième jour. La sortie de l’album a été accueillie par de grandes louanges critiques et une hype. À l’époque, il a été acclamé comme “le premier album le plus attendu depuis Never Mind The Bollocks des Sex Pistols”. La presse notable de l’époque inclut la couverture du numéro d’avril 1993 de Select, qui est considéré par beaucoup comme le début de la Britpop. L’album a fini par remporter le Mercury Prize de 1993. Le groupe a donné le prix de 25 000£ à la recherche contre le cancer. Leur premier album a été le seul album sorti aux États-Unis sous le nom de “Suede”, où il reste leur plus grosse vente.

Après le succès de l’album, Suede se sont préparés pour leur imminente tournée américaine durant l’été 1993. Durant les tournées de 1993, des tensions ont commencé à se développer entre Butler et le reste du groupe. Durant leur première tournée américaine, les tensions ont culminé à Los Angeles, quand Butler a disparu durant les balances. Le concert a eu lieu, mais durant le reste de la tournée, les deux parties se sont à peine parler. Les tensions se sont aggravées durant la deuxième tournée américaine, principalement à cause du fait que le père de Butler venait de décéder, ce qui a forcé Suede à annuler la tournée prématurément. Butler a détesté les indulgences du groupe sur la tournée durant son deuil, durant lequel il est devenu tellement plus aliéné du groupe qu’il voyageait même séparément. Leur succès américain a été limité à ce qu’ils avaient déjà démarré pour être supplantés par leur première partie, The Cranberries, qui ont reçu le soutien de MTV qui manquait à Suede. Par moments, Butler quitait la scène tandis que Suede jouaient et a convaincu un membre des Cranberries à prendre sa place. De plus, des poursuites de la part d’un chanteur de lounge a forcé le groupe à arrêter d’utiliser le nom déposé aux États-Unis de “Suede”. Pour leurs disques et leurs concerts subséquents aux États-Unis, le groupe a utilisé le pseudonyme “The London Suede”. Anderson n’était pas heureux de devoir changer le nom du groupe pour le marché américain, comme il a déclaré : “The London Suede n’est pas le nom que j’ai chois pour le groupe, je ne l’ai pas changé de gaité de cœur, et je ne vais pas prétendre que si”.

En février 1994, le groupe a sorti le single hors album Stay Together, qui est devenu leur single le plus haut placé dans les charts de l’époque, atteignant la 3ème place au Royaume Uni. Le single venait avec une collection de fortes faces B ; ce nouveau son pompeux, cependant, fracturera le groupe et mènera au départ de Butler. Malgré le succès du single, le groupe a depuis pris ses distances totales de la chanson, aversion habituellement attribuée aux problèmes avec Butler à l’époque. À la suite de Stay Together, Anderson s’est isolé et a écrit des chanson pour l’album suivant de Suede. C’était à ce moment que Anderson a fuit ce qu’il nommait le “mouvement Britpop de gars”, qu’il était considéré par beaucoup comme l’investigateur. Des groupes comme Blur, Oasis et Pulp ont commencé à dominer la scène musicale, tandis que Suede devenaient beaucoup plus expérimentaux et introvertis. Les tensions se sont aggravées durant l’enregistrement de l’album quand Butler a critiqué Anderson dans une rare interview, déclarant qu’il travaillait trop lentement et qu’il se souciait trop de la célébrité rock. Sur Anderson, il a dit : “Ce n’est pas du tout un musicien. C’est très difficile pour lui de comprendre ce qui n’est pas basique”.

À l’époque, on disait que Suede était un groupe qui “n’avait pas peur d’être décalé par rapport à ses pairs”, cependant, l’expérimentation de Suede mènera ultimativement à leur séparation. Le groupe a souvent enregistrer de longues, voire très longues, chansons. Osman a dit que lui, Anderson et Gilbert pensaient que ces morceaux étaient le résultat de Butler qui essayait de mettre les membres du groupe en boîte. Anderson se souvient que Butler et le reste du groupe ont grandement enregistré leurs parties séparément. Le guitariste est alors entré en conflit avec le producteur Ed Buller, qu’il insistait à vouloir renvoyer tant qu’il voulait produire le disque lui-même. Butler a alors donné à Anderson un ultimatum : virer le producteur ou je pars. “J’ai pensé qu’il bluffait”, dit Anderson. Quelques jours après le mariage de Butler, il est retourné en studio pour découvrir qu’il n’avait pas le droit d’entrer et que ses guitares étaient dans la rue. Selon l’histoire Britpop de John Harris The Last Party, les derniers mots que Butler a dit à Anderson étaient “t’es qu’un gros connard”. Butler a quitté le groupe laissant des parties du disques incomplètes.

Précédé par le single We Are The Pigs, le second album de Suede, Dog Man Star est finalement sorti à la fin de l’année 1994. L’album a été bien reçu par les critiques recevant des avis enthousiastes. Il est entré dans les charts albums britanniques à la troisième place, mais est rapidement descendu. Les singles extraits de l’album n’ont pas bien marché, même s’ils sont considérés comme le meilleur de Suede. Surtout The Wild Ones, qui est considéré par beaucoup comme la meilleure chanson de Suede. En septembre 1994, Suede a annoncé leur nouveau guitariste, Richard Oakes, 17 and, qui après avoir appris le départ de Butler, a envoyé une cassette démo au fanclub du groupe. Quand Simon Gilbert a entendu Anderson en train d’écouter la cassette durant la période d’audition, il a cru à tort que c’était une vieille démo de Suede. Oakes a fait son début dans le clip de We Are The Pigs et a co-écrit les faces B de New Generation. Suede se sont embarqués dans une longue tournée internationale à la fin de l’année 1994 et au printemps 1995, avant de disparaître pour travailler sur leur troisième album. En 1995, le groupe a contribué un morceau sur l’album caritatif Help, reprenant Shipbuilding de Elvis Costello. En janvier 1996, le groupe a été rejoint par le nouveau membre Neil Codling, cousin de Simon Gilbert qui jouait du clavier et de la guitare rythmique. Il a fait ses débuts lors d’un concert de fanclub au Grand de Hanovre, qui s’est avéré être l’un des plus importants de Suede de leur carrière. Un set sans chanson de Butler a été bien reçu par les critiques, “… Un set qui dit Sans façon”, a observé Steve Sutherland dans le NME.

Suede a sorti leur troisième album, Coming Up, en 1996. Anderson a dit qu’en contraste des albums précédents du groupe, qu’il pensait “avoir souffert à certains moments d’être assez obscurs”, il avait conçu Coming Up “presque comme un greatest hits”. Le premier single Trash a été populaire et a été ex-æquo avec Stay Together comme single le plus haut placé au Royaume Uni, atteignant la 3ème place, ce qui a contribué au plus grand succès de l’album. L’album a apporté au groupe 5 singles qui sont entrés directement dans le Top 10 et a été un grand succès en Europe, en Asie et au Canada. Coming Up n’a jamais gagné de public aux États-Unis, partiellement parce qu’il est sorti presqu’un an après sa sortie initiale et partiellement parce que Suede l’a promu avec une tournée de trois villes. Néanmoins, l’album a culminé dans les charts britanniques et est devenu le disque qui s’est le plus vendu du groupe, montant les attentes pour son successeur. En mai 1997, Suede a eu encore un mauvais sort aux États-Unis quand leur camion plein de matériel a été volé après un concert à Boston dans le Massachussetts. Grâce au succès de l’album, Suede a fait la tête d’affiche du festival de Reading de 1997. L’aventure suivante de Suede a été Sci-Fi Lullabies, compilation de faces B, qui a atteint la 9ème place des charts albums britanniques. La compilation a été bien reçue et est considérée par certains comme leur meilleur compilation.

Au moment où la compilation est sortie en 1997, le mouvement Britpop déclinait remarquablement en popularité, et le groupe avait décidé de se séparer de leur producteur de longue date Ed Buller avant de commencer à travailler sur le successeur de Coming Up. Avant de se centraliser à travailler sur leur prochain album, le groupe a enregistré une version de Poor Little Rich Girl pour le Twentieth-Century Blues: The Songs of Noel Coward en 1998. Malgré être précédé de leur single au deuxième meilleur place, Electricity, le 4ème album de Suede, Head Music a divisé à la fois les fans et les critiques, bien qu’il a emmené le groupe encore une fois à la 1ère place des charts albums britanniques. Album infusé de synthé qui se centrait moins sur les riffs de guitare et plus sur les claviers, il a été produit par Steve Osborne, qui avait travaillé avec les Happy Mondays et New Order. L’opinion critique a été vivement divisée ; nombreux pensaient que les paroles du disque étaient trop superficielles et manquaient de substance. D’autres, cependant, louaient l’album grandement pensant que le groupe prenait encore une fois une autre direction et allait dans un nouveau territoire.

Les trois prochains singles extraits de l’album n’ont pas réussi à entrer dans le top 10, rompant une tradition qui remontait au single de 1996 Trash. Anderson a aussi commencé à être critiqué plus par ses fans pour son utilisation récurrente de vocabulaire redondant et de thèmes lyriques limités. Le morceau qui a reçu le plus d’attention et de critique était Savoir Faire. Cependant, certaines critiques pensaient que la réaction mitigée de l’album et les paroles faciles pouvaient être liées à la consommation lourde de drogue de Anderson à l’époque, surtout quand il a plus tard admis qu’il “était un accro au crack depuis des siècles”. Parlant de son addiction, qui l’a tourmenté pendant deux ans et demi, Anderson a dit : “Tous ceux qui ont goûté au crack savent exactement pourquoi j’en ai pris. C’est la drogue la plus flippante au monde parce que le trip est si, si séduisant. Je voulais vivre ça, et je l’ai fait – à répétition”. Suede ont fait la tête d’affiche des festivals de Roskilde et V en juillet et août 1999 respectivement. En l’an 2000, il y a eu de la spéculation de la presse que Suede étaient au bord de la séparation, ce qui n’a pas été aidé par l’absence de Codling à certains concerts européens. Anderson a nié ces déclarations et a insisté sur le fait que Codling allait bien et qu’ils allaient enregistrer le prochain album. Durant toute l’année, Suede se sont retirés du public et n’ont fait qu’un concert, à Reykjavik en Islande. Le groupe a dévoilé plusieurs nouvelles chansons qui finiront sur leur dernier album.

Peu après la sortie de Head Music, Nude Records a effectivement cessé d’exister. Comme beaucoup de leurs compagnons de label, Suede ont fini par signer sur la société mère/distributeur de Nude, Sony, pour enregistrer leur cinquième album, A New Morning. Entre la sortie de Head Music et A New Morning, Suede a écrit et enregistré Simon comme thème du film Far From China. La longue et problématique gestation du nouvel album a vu le claviériste Neil Codling quitter le groupe, citant le syndrome de fatigue chronique, pour être remplacé par Alex Lee, de Strangelove. En concert, Lee jouait du clavier, de la guitare rythmique, des chœurs et de l’harmonica par occasions. Le titre de l’album, selon Anderson, se référait à “un nouveau départ, un nouveau groupe et une nouvelle perspective” – le chanteur avait été accro à l’héroïne et au crack, ce qui avait un effet de plus en plus nuisible sur sa santé. Anderson a déclare que A New Morning “… était le premier disque de Suede à ne pas avoir été influencé par les drogues”.

Bien que le groupe ait commencé à travailler avec Tony Hoffer à la production, l’album a était produit par Stephen Street (The Smiths, Blur). En tout, sept studios différents et quatre producteurs ont été utilisés durant les deux ans d’enregistrement de A New Morning, et les coûts sont estimés à environ 1 million de £. L’album a été une déception commerciale qui n’a pas réussi à entrer dans le top 20, et finalement n’est jamais sorti aux États-Unis. A New Morning a été considéré assez solide par les fans du groupe, mais la réaction criique a été décidément tiède et l’intérêt du public avait disparu depuis longtemps. Seuls deux singles, Positivity et Obsessions, ont été extraits de l’album, le moins de tous les albums du groupe, et aucun n’a particulièrement bien marché. Anderson a depuis souligné sa déception du dernier album de Suede, déclarant “On a fait un album de Suede de trop. A New Morning est le seul dans lequel je ne crois pas autant que les autres albums de Suede et je croyais totalement dans les quatre premiers, même Head Music qui  divisé les fans”.

En septembre 2003, Suede a joué cinq soirs au Institute of Contemporary Arts de Londres, dédiant chacun à l’un de leurs cinq albums et jouant un album en entier dans l’ordre chronologique, avec des faces B et des raretés en rappels. En octobre 2003, Suede a sorti leur deuxième compilation Singles et le single qui l’accompagnait Attitude, qui est entré à la 14ème place au Royaume Uni. Le groupe avait commencé à travailler sur un successeur à A New Morning, qui devait sortir après la compilation Singles. Anderson a dit que “La plupart des nouvelles chansons sont plus agressives et moins basiques que A New Morning”. Il a ajouté : “On passe beaucoup de temps à travailler sur des morceaux qui ne sonnent rien comme du Suede traditionnel”. Le projet d’album n’a jamais vu le jour.

Le 28 octobre, après avoir jouer sur V Graham Norton pour promouvoir la compilation Singles, Anderson a pris la décision de tout arrêter. Le 5 novembre, le groupe a annoncé qu’il n’y aurait plus de projets sous le nom de Suede dans l’immédiat – annonçant effectivement la fin du groupe, comme ils ont déclaré sur leur site : “Il n’y aura pas de nouvel album studio jusqu’à ce que le groupe pense que le moment est artistiquement bon pour en faire un”. Leur dernier concert à l’Astoria de Londres le 13 décembre 2003 était un marathon de deux heures et demi, séparé en deux parties plus le rappel. Anderson a fait une annonce, disant : “Je veux juste que vous sachiez. Il y aura un autre disque de Suede. Mais pas maintenant”.

Immédiatement après le concert de l’Astoria, Anderson a demandé au manager de Suede Charlie Charlton le numéro de téléphone de Butler, qui a rapidement informé l’ancien guitariste de s’attendre à un appel. Le duo qui ne s’était pas parlé depuis 1994 a été vu en train de boire un verre à Londres quatre jours à peine après le dernier concert de Suede. En 2004, le duo a refait surface avec un projet nommé The Tears. L’année suivante, ils ont sorti l’album Here Come The Tears, qui a reçu des critiques favorables, cependant n’a pas réussi à générer de l’intérêt populaire au delà des fans de base du duo. Une critique remarquait que le disque n’était pas “loin des disques de Suede faits sans leur guitariste errant”. Le groupe est en pause indéfinie depuis 2006.

Anderson a sorti trois albums solos, qui ont reçu des critiques mitigées, avec l’exception possible de son troisième opus, Slow Attack. Butler a travaillé comme producteur, collaborant avec des artistes tels que 1990s, Black Kids, Sons and Daughters, Duffy et Kate Nash. Matt Osman a tourné avec Brett Anderson, tandis que Simon Gilbert est dans le groupe international Futon. Richard Oakes enregistre un album avec le chanteur, auteur et producteur Sean McGhee sous le nom Artmagic.

À la fin de l’année 2009, il y a eu de plus en plus de spéculation concernant une réunion de Suede. La presse semblait sentir une réunion imminente, tellement qu’un journaliste a écrit dans une chronique du troisième album solo de Anderson en octobre : “Vivement une réunion de Suede”. Anderson a insisté qu’il reste toujours en contact avec ses anciens collègues et n’avait pas exclu une réunion. Jouant à l’anniversaire de Jack Daniel au Village Underground de Londres, Anderson a admis “J’aimerais assez refaire un album avec le groupe, mes derniers ont juste été moi en studio avec un piano. Je ne peux dire si je reviendrais avec Suede ou pas”.

Après des rumeurs persistantes, le patron de l’ancien label du groupe, Saul Galpern de Nude Records a officiellement annoncé le 15 janvier 2010 que Suede rejoueraient ensemble. “C’est [pour] un concert exceptionnel”, a-t-il expliqué du concert, qui comprenait la seconde incarnation du groupe. Le groupe a joué au Royal Albert Hall de Londres, dans le cadre des concerts du Teenage Cancer Truste de 2010 le 24 mars 2010. Malgré le concert était annoncé comme une reformation d’un soir, quand on lui a posé la question sur une radio allemande au début du mois de février, Anderson a refusé de confirmer que le groupe ne continuerait pas. Le groupe a par la suite annoncé deux concerts d’échauffement britanniques avant le Royal Albert Hall, au 100 Club de Londres et au Ritz de Manchester. Le trio de concerts ont été très bien reçus par les critiques, dont deux pages brillantes de chronique dans le NME.

En août, le groupe a joué au Skanderborg Festival au Danemark et au Parkenfestivalen à Bodø en Norvège. Le groupe a ensuite fait une courte tournée européenne à la fin novembre jusqu’en décembre, couvrant l’Espagne, la France, la Belgique, la Suède, les Pays-Bas et l’Allemagne. Le groupe a conclu la tourné le 7 décembre à l’O2 Arena de Londres. En septembre, le groupe a annoncé qu’ils sortiront The Best of Suede le 1er novembre 2010. La compilation choisie par Anderson était constituée de singles, de morceaux d’album et de faces B. On a récemment demandé à Suede s’ils produiront ou pas de nouvelles chansons et Anderson a dit “À moins qu’on soit tous convaincus que ce sera un disque étonnant, je pense qu’on ne va pas y penser. Ce n’est pas comme si on doit le faire actuellement, ça doit être spécial, et ça a toujours été notre critère”.

Suede sont désormais prévus de jouer au Coachella Valley Music and Arts Festival le 16 avril 2011, et au SOS 4.8 Festival à Murica en Espagne le 7 mai 2011. Le groupe a aussi annoncé qu’ils sortiront des éditions remasterisées et étendues de tous les cinq albums studio en juin 2011, et joueront leurs albums Suede, Dog Man Star et Coming Up à la Brixton Academy de Londres sur trois soirs les 19, 20 et 21 mai 2011, et au Olympia Theatre de Dublin les 24, 25 et 26 mai.

L’héritage de Suede se retrouve largement dans l’inspiration de la scène Britpop qui a fini par éclipser le succès du groupe. Alex Petridis a écrit en 2005, “Aujourd’hui, les historiens rock ont tendance à montrer le succès de Suede comme une sorte d’amuse bouche avant l’arrivée retentissante du plat de la Britpop”. Dans un article sur la “campagne hautaine et féroce” de la presse musicale britannique du milieu des années 1990, Caroline Sullivan, écrivant pour The Guardian en février 1996, a noté l’apparition de Suede comme groupe non signé sur la couverture du Melody Maker comme moment pivotant de l’histoire de la Britpop :

Suede est apparu sur la couverture du Melody Maker avant de sortir un disque… L’exposition leur a donné un contrat, a donné à des groupes similaires l’attention du public, et a contribué à créer la Britpop. C’était la meilleure chose qui soit arrivée à la musique depuis des années, et cela ne se serait pas passé sans cette couverture de Suede.

L’année qui a suivi la couverture du Melody Maker a vu Suede captiver un phénomène pop de louange et de hype critique. Aucun groupe britannique depuis la naissance des Smiths avait causé une telle excitation avec la sortie de quelques singles. Suede sont considérés par beaucoup comme le premier groupe britannique extrait d’une nouvelle vague de rock alternatif des années 1990 à percer dans le mainstream. Avec leur style glam rock et leurs références musicales à la Grande Bretagne urbaine, Suede a ouvert la voie à des groupes comme Blur et Pulp pour entrer dans le mainstream britannique. Ils ont été influents dans le retour de l’impulsion créative dans la musique à guitare anglaise de plus en plus dominée par le Madchester, le Grunge et le Shoeazinh. Un article de mars 1993 dans The Indepedent écrivait que “Suede avait eu plus de hype que n’importe qui depuis les Smiths, ou possiblement même les Sex Pistols. Les critiques étaient fleurie, poétique, à moitié folle ; elles expriment le délice presque lascif des journalistes en soif de quelque chose pour y épingler leurs espoirs”.

Les lauriers de Suede seraient restés intacts durant le début de leur carrière jusqu’au départ de Butler, que la presse signalait comme la fin de Suede. Tandis que des nouveaux groupes rock arrivaient sur la scène, la culture pop britannique était au milieu d’un changement vers la culture lad et les mêmes critiques qui défendaient Suede projetaient maintenant de les tuer. Un article de 1996 à la veille de la sortie de Coming Up a écrit ceci : “Coulé as le moule classique de la rock star androgyne, Anderson apparaît curieusement anachronique dans une scène rock britannique polarisée entre le côté lad de Oasis et le côté banlieue de Blur et Pulp”. Dans un article de 2007 dans The Daily Telegraph, Bernadette McNulty a écrit que tandis que les leaders de ces groupes “se voient tous conféré un statut révérenciel, Brett Anderson est devenu le garçon perdu de la Britpop”. Depuis que le mouvement Britpop a cessé d’exister, comme de nombreux groupes associés, la popularité de Suede a nettement décliné. Comme un journaliste l’a dit à la fin de la carrière de Suede, “Suede a glissé de l’ère du temps en un groupe culte plus petit”. Dans le même article, Anderson a parlé de leur héritage :

“Ce n’est pas dans ma nature d’être amer. On a pu avoir été ignorés d’une certaine manière, mais tout ce que vous avez besoin de dire est d’écouter la musique. Notre héritage parle pour lui. Il a ajouté, … Le sort nous a donné cette carte, et je ne pense pas qu’on ait fait quoique ce soit de mauvais avec. La musique aujourd’hui semble si noble, si ennuyante. Personne ne veut se démarquer, et je pense que c’est vraiment dommage. On l’a fait et on a laissé notre marque”.

VOIR AUSSI :

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :